Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

I’m not dangerous.

21 Décembre 2013 , Rédigé par Capitaine Enzo

I’m not dangerous.

Avant qu’Hollande ne soit président, il se faisait passer pour un expert en économie. Dans les débats à l’assemblée nationale, c’était toujours lui qui intervenait pour le PS lorsqu’il s’agissait de traiter ce sujet. A l’époque, il était le champion des champions de la langue de bois pour dire tout et son contraire. Depuis qu’il est aux manettes, il n’a plus aucun cap, il parle, il parle, mais son discours est creux et surtout il ne sait même pas lui-même où il va. Il se trompe sur tout, non seulement il ne redresse pas l’économie, mais avec lui la France perd du terrain. En politique extérieure, même credo, il se trompe, pour quelle raison drague t-il le Quatar et l’Arabie Saoudite qui soutiennent les djiadistes en guerre contre la France au Mali. Que fait la France en Centrafrique, pour défendre des chrétiens qui font autant d’exactions que les milices musulmanes.

Non, ce n'est pas une blague, François Hollande va essayer de changer de politique. Après avoir dit, lorsqu’il était candidat : "Mon véritable adversaire, c'est la finance", il avait rassuré la City avec un "I’m not dangerous". Notre président sait adapter son discours en fonction de son public. Rien ne vaut les voyages à l’étranger car cette semaine il a dû rester à Paris, et celle-ci a été mauvaise. Il a fallu encaisser l’échec de la vente des Rafales au Brésil (il devait être au courant puisque la semaine dernière, les dirigeants de Dassault n’étaient pas parmi les invités lors de son voyage à Brasilia) puis il a reçu pour un repas à l’Elysée l’élite des patrons français, mais cela ne s’est pas passé comme prévu. Enfin le même jour il a reçu une pétition signée par 50 patrons de filiales de groupes étrangers.

Que connait-il de l’économie ?

Cette semaine, Hollande a reçu quelques grands patrons du CAC 40 qui ont prévenu le chef de l’Etat de la dégradation de la situation économique. Hier, c’était au tour de l’Insee de tirer la sonnette d’alarme : La croissance ne sera pas au rendez-vous en 2014. Mercredi, 50 patrons de filiales de groupes étrangers ont adressé une pétition à François Hollande en expliquant que leurs sièges ne veulent plus investir en France. Toutes ces entreprises représentent plusieurs millions d’emplois en France et elles sont toutes d’accord pour dire à Hollande qu’il doit changer sa politique économique. Leur crédo est toujours le même : Trop d’instabilité fiscale, aucune visibilité sur ce qui va se passer, trop de charges sociales, trop de bureaucratie et pas de goût pour le travail.

Cette semaine Hollande avait convié une dizaine de grands patrons français ( Total, Suez, Société Générale, Publicis…) pour savoir ce qu’il y avait au programme de Davos cette année. Mais il voulait surtout leur demander s’il devait aller à ce forum du capitalisme mondial pour y représenter la France. Il a donc fait un tour de table pour connaitre l’avis de tous ces patrons. En guise de réponse, tous ont parlé de sa politique économique désastreuse, de la fiscalité, de son instabilité, du manque de compétitivité et de la difficulté à travailler en France.

A- t-il compris l’absence de réponse à sa question : « Surtout n’allez pas à Davos, vous allez faire honte à la France, restez à l’ Elysée».

En raccompagnant ses hôtes, Hollande leur a dit qu'il était d’accord avec tout ce qu'il avait entendu. Pépère comprendrait-il enfin l’économie ? La semaine dernière au Brésil (voir : Elle est où la France ?), il avait convenu que la fiscalité devait être stabilisée et même abaissée et que la compétitivité des entreprises était trop faible etc. Mais il ne convaint personne, nous avons en France la gauche la plus bête du monde.

Inversion de la courbe du chomage

En septembre 2012, contre toute attente, Hollande nous apprend que « le chomage va connaitre une inversion d’ici un an », puis en juin 2013, « la courbe du chômage sera inversée à la fin de l'année », ensuite en novembre 2013, sans doute inquiet par les chiffres, il nous dit : « Tout est fait pour qu'on puisse y arriver ». Aujourd’hui, c’est Ayrault qui nous apprend: « On y est presque » et Sapin : « L'inversion de la courbe a été atteinte en octobre ».

Cela fait plus d’un an que Hollande nous bassine avec l’inversion du chômage. Si Hollande est si affirmatif, c'est qu'il connait déjà les chiffres. Entre les radiations mensuelles de Pôle emploi (plus de 200 000 dans l’année ), les transferts de la catégorie A (seuls comptabilisés dans les statistiques) vers les catégorie B et C, les emplois aidés (payés par les contribuables) et les embauches de fonctionnaires (plus de 16 000 cette année), il est facile de trafiquer les chiffres. Les collectivités locales et les administrations embauchent massivement des contrats d'avenir et des contrats aidés, même si elles n'ont pas de boulot à leur proposer. Ces jeunes vont arroser les plantes, faire et servir le café à la pause et faire quelques photocopies, le tour est joué.

Les français ne sont pas dupes de ces magouilles, l'emploi marchand continue de se dégrader. Nous voulons de vrais chiffres, pas ceux du chômage, Les Anglais publient le nombre de personnes qui ont un travail, pas les chomeurs, rapporté à la population. Avec Hollande, à la différence avec les escrocs qui sont souvent des gens très brillants et charismatiques, on voit la (grosse) ficelle... et on perçoit bien le caractère mensonger de ses affabulations.

Quelle politique a t-il mis en place pour lutter contre le chômage ? On ne compte plus les usines qui ferment car leurs coûts de production sont trop élevés avec les prélèvements obligatoires confiscatoires qu'il a mis en place. Le seul moyen qu’il a trouvé reste d'embaucher dans la fonction publique, fabriquer des fonctionnaires et créer des emplois fictifs pour quelques mois. tout l'inverse d'une solution. En Chine, il vante les délocalisations, les transferts technologiques et les rachats d’entreprises. Les pays pétroliers achetent nos entreprises pour copier nos brevets et fabriquer ailleurs. Les emplois jeunes sont des postes de dépenses sans avenir (après 2017, ils seront tous chomeurs).

A MOINS D UN MIRACLE

Oh, le vilain petit Qatar

Hollande et Fabius ont décidé qu’ils ne se rendraient pas à Sotchi pour l’inauguration des jeux olympiques d’hiver car ils considèrent que des travailleurs immigrés recrutés en masse sur les chantiers des jeux d’hiver sont soumis à des mauvais traitements, mais surtout la stigmatisation des homosexuels par la législation russe. Mais que va t-il faire en Chine, au Qatar où en Arabie saoudite ?

La visite du président français au Qatar, en juin dernier, ne clarifie pas les débats : les chefs d'Etat passent, mais l'Elysée garde pour l'Emirat ses yeux de Chimène. En vendant son gaz et son pétrole à la France, en achetant le club de foot de la capitale (PSG), le Qatar s’achète une virginité de conduite au "pays des droits de l'Homme".

L'Emirat qatari est un des deux pays wahhabites au monde. Les Droits humains, y sont juridiquement et quotidiennement bafoués. Ainsi, à l'occasion de l'implantation du Lycée Voltaire, on apprend qu'il est interdit de mentionner, devant tout Qatari de moins de 18 ans, l'existence d'une religion autre que l'islam. On n'ose penser ce que vaudrait la mention d'athée... ou de laïcité, au pays de la charia. Le Qatar compte 1,8 million d'habitants, dont 430 000 Qataris. Outre les expatriés occidentaux et arabes, 1,2 millions de travailleurs asiatiques pauvres et sous-payés font tourner l'économie du pays. Chaque travailleur immigré est « adopté » par son maître qatari conformément à la charia. Il est placé sous une tutelle juridique qui bafoue les normes juridiques internationales et privé de son passeport (Quelques français sont interdits de quitter le Qatar. Que fait Fabius ? ). Que les Qataris vivent sous la loi qu'ils se sont choisis, c'est leur droit, mais l'affaire dépasse les frontières car le Qatar finance le djihadisme non seulement en Afrique (Mali, Tunisie, Lybie), mais aussi dans nos banlieues. Grâce à leur rente pétro-gazière qui lui rapporte plus de 80 milliards d'euros par an, ce pays a tout loisir de les réinvestir dans le monde par le soutien des mouvements djihadistes, wahhabites et frères musulmans dans le monde et les investissements de prestige, et surtout financiers, en Occident.

Notre allié est ainsi notre meilleur ennemi. Il abrite ainsi l'ancien numéro deux de Kadhafi, il scolarise les petits-enfants en fuite de Ben Ali, il accueille l'ancien chef du FIS algérien, Abassi Madani, il abrite le prédicateur en chef des Frères musulmans, l'ultra-rigoriste cheikh égyptien Qaradaoui (interdit de séjour en France pour apologie du nazisme), il héberge l'ancien vice-président de Saddam Hussein, et vient d'ouvrir un bureau aux Talibans afghans!

Algériens, Maliens et les services français dénoncent la main du Qatar dans le djihadisme islamique au Sahel et au Mali ainsi qu’en Tunisie (soutien à Ansar Charia) et en Egypte (soutien financier massif aux Frères musulmans). L'armée française est donc franchement l’ennemi du Quatar en ayant combattu les djihadistes en Afghanistan, puis au Mali. La France est l'alliée de l'Algérie, de Bamako et de Tripoli qui traquent les djihadistes, en revanche elle soutient, comme le Qatar, la révolution syrienne.

L'argent n'a pas d'odeur. Responsables politiques et sportifs, médias publics et privés chantent la gloire du Qatar. Faut-il que la crise économique aveugle nos responsables ? L’émir du Qatar, ami de l’État socialiste français et des djihadistes, soutient le Hamas (considéré comme une organisation terroriste par la communauté internationale). Voilà donc à quoi s’occupe le nouvel ami (et peut-être donneur d’ordre) des socialistes qui nous gouvernent. C’était bien la peine de donner des leçons de morale à l’UMP pendant 5 ans ! En tant que socialiste, je trouve qu’il n’y a pas de quoi pavoiser avec un gouvernement de cet acabit !

Que fait la France en Centrafrique ?

L’armée française est chargée de désarmer les milices ex-sélékas et anti-balakas. Or que constate t-on, non seulement, ils ne les désarment pas mais leur demandent seulement de rester cantonnés dans leurs casernes. Pendant ce temps, les soldats tchadiens (amis des Sélékas) leurs prêtent leurs brassards afin qu’ils continuent à perpétrer les exactions contre les chrétiens. Les anti-balakas ne sont pas en reste, aujourd’hui, leurs milices armées de coupe-coupe règlent leurs comptes aux musulmans. Depuis début décembre, on dénombre plus de 1000 morts dans les deux camps. Que vient faire la France dans ce bourbier ? Hollande aurait dû réfléchir avant de se précipiter. En début de semaine, Fabius annonce que des troupes allemandes et britanniques vont se joindre à l’armée française sur le terrain et nous apprenons finalement que seul, un équipage de 50 soldats polonais va se rendre en Centrafrique. Hollande n’a aucun poids en Europe, après les déconvenues du Mali et de la Syrie, il persiste en Centrafrique. Elle est loin sa promesse de retirer tous les soldats français des théatres d’opérations afin qu’il n’y ait plus de pertes.

En tout cas, il faudrait que Hollande explique aux français sa guerre en Centrafrique car depuis 15 jours les médias ne parlent plus que de "massacres" perpétrés par les méchants chrétiens contre les gentils musulmans, histoire de brouiller encore un peu plus les cartes. Combattre les musulmans qui ont envahi la RCA avec.... des musulmans tchadiens!!!! Car, c'est bien de cela qu'il s'agit. Notre armée va se trouver dans une situation intenable. C'est bien du Hollande qui n'a jamais rien compris à l'Afrique et qui s’est encore précipité sans réfléchir, à moins que ce soit encore pour sa popularité. Malheureusement, c'est de nos soldats dont il s'agit....

Mais qui les français ont-ils élu ? Pendant encore combien d’années allons-nous payer les erreurs économiques et politiques de la gauche ?

Partager cet article

Commenter cet article

NOURATIN 22/12/2013 16:55

Hollandouille c'est l'archétype du politicard franchouille, excellent en démagogie et incapable de gérer quoi que ce soit, même le Parti Socialiste, même la Lozère, c'est dire. Et il s'est trouvé une grosse minorité de "citoyens" pour l'élire, avec la complicité de tous ceux qui n'ont pas daigné voter, à commencer par Marine le Pen...il faut dire que l'alternative n'était pas engageante...
Cela dit, il loupe tout, Culbuto, par exemple la Centrafrique, j'étais convaincu qu'il fallait y aller mais si c'était pour laisser les soldats patrouiller les mains dans les poches, là je ne comprends plus.
Et tout le reste est à l'avenant : on est foutu!
Amitiés.

capitaine enzo 22/12/2013 17:55

Je viens de lire que Hollandouillette a présenté "ses regrets pour l'interprétation" de ses propos sur l'Algérie. Interprétation, y en a pas 36 à comprendre. Faudrait qu'il apprenne à faire une phrase en français, ça ne veut rien dire. En plus, il dit qu'il s'agit "d'une polémique sans fondement". Il va en parler à Bouteflika (vous savez celui à qui on a attaché des fils pour qu'il bouge à la télé).
Amitiés