Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley

7 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley

Aux USA, les élites sont ceux qui ont créé de grandes entreprises, autrefois, les Ford, Rockfeller et Vanderbilt et aujourd’hui les Bill Gates, Mark Zuckerberg, Larry Page, Steve Jobs, etc... Chez nous les grands patrons sont pour la plupart nommés par l’état et certains sont très critiqués comme Carlos Goshn (pour son gros salaire) ou Philippe Varin (pour sa retraite chapeau). Non en France, nos élites sont nos politiques et surtout ceux qui ont fait l’ENA. Ces gens sont supérieurs à nous, tiens cela me rappelle une anecdote : A la fin des années 90, au cours d’un diner, je me suis retrouvé à la même table qu’un homme politique. Celui-ci avait une quarantaine d’années et n’avait jamais travaillé de sa vie. C’était un politicard professionnel. Son job c’était 1er adjoint au maire dans un arrondissement de Paris. Je ne sais si c’est l’alcool aidant, mais celui-ci mis en confiance, finit par nous avouer vers la fin du repas que nous, « le peuple », nous étions trop c... pour réfléchir et prendre des décisions et qu’heureusement eux étaient là pour penser et décider à notre place. Cet homme politique était de droite, mais à gauche, ce sont les mêmes. Quand je vois Culbuto et sa clique, se foutre complètement des sondages et prendre des mesures que personne ne lui a demandé, je pense vraiment qu’ils nous prennent pour des cons.

La semaine prochaine la fleur de nos élites, c’est à dire Culbuto, tout droit sorti de l’Ena, va déjeuner avec les grands patrons de la Silicon valley. Parmi les participants, le gratin, il y aura Eric Schmidt, CEO de Google, Sheryl Sandberg, Chief Operating Officer de Facebook, Jack Dorsey, cofondateur de Twitter et CEO de Square, Tony Fadell, fondateur et CEO de Nest, Marc Benioff, Chief Executive Officer de salesforce.com, ou Mitchell Baker, CEO de Mozilla Corp, ainsi que quelques entrepreneurs français installés là-bas. C’est la première fois qu’un chef d’état français s’y rend. Quand ils vont écouter notre énarque leur donner des leçons d’économie, ça va certainement les faire rire. Vaudrait mieux qu’il parle de son scooter. Une chose, c’est sur, va les impressionner.... c’est son coup de fourchette !

Je suis tombé cette semaine sur une étude qui est publiée tous les ans depuis 1995 par la fondation américaine Heritage et qui détermine pour chaque état des indices de liberté économique. En 1995, la France était 16ème sur 177 pays. Aujourd’hui elle est 70 ème avec un indice de 63,5% (elle est même devancée par le Rwanda 64,7% et le Ghana 64,2% et se retrouve dans la même catégorie que Madagascar 61,7%). Cette fondation fait son classement sur les critères de liberté d'entreprise, des échanges, le poids des taxes et impôts, les dépenses du gouvernement, la stabilité monétaire, les investissements, la dérégulation financière, la protection de la propriété privée, la lutte contre la corruption et la libéralisation du travail.

En France, le gouvernement continue à dominer les principaux secteurs de l'économie comme actionnaire important, et n’autorise pas vraiment la concurrence (SNCF, EDF, GDF Suez, France télecom, Air France, RATP, SAFRAN, AIRBUS, Total, PMU, Renault, AREVA, etc...). Les dépenses du gouvernement représentent pour plus de la moitié du PIB.

Qui fait la course en tête ?

Les bons élèves sont Hong kong, Singapour, l’Australie, La Suisse, la Nouvelle Zélande et le Canada avec des pourcentages de 80 à 90%. Dans le tableau suivant de 70 à 80% on trouve les USA (75,5%), la Grande Bretagne (74,9%), mais aussi le Chili (78,7%), le Japon (72,4%) la Georgie (72,6%) et la Colombie (70,7%). Dans cette catégorie de bons élèves on retrouve la plupart des états de l’Union Européenne, à part la France, l’Italie et le Portugal.

Certains mettent en doute le classement de la France

Le rang de la France ne serait pas conforme à la réalité. D’après certains économistes, elle se situerait plutôt vers la 100 ème place. En effet cet organisme américain prendrait trop en compte les décisions des états (comme les annonces de Mr Hollande, par exemple, qui souvent n’aboutissent pas).Le socialisme et son économie dirigiste est le nivellement par le bas. Il ne génère que de la pauvreté. Tout cela grâce à notre élite politico-administrative formatée à l’ENA.

Libre-échange 82,8% : L’Europe permet à la France de relever sa note sur le Libre-échange (Ce bon chiffre est dû au marché unique européen instauré en 1992 et aux sanctions imposées par la commission de la concurrence) Aujourd’hui, l’action du gouvernement socialiste qui prône d’acheter le « made in France. » va plutôt dans le sens contraire.

Droits de propriété : 80%. Ce score élevé est étonnant quand on connait les revendications du droit au logement qui donnent lieu à des occupations illégales d’appartements vides , de plus encouragées par la ministre du logement.

Business : 79,9%. Ce score est fantaisiste. En France, c’est connu maintenant du monde entier, c’est le pays ou l’on peut prendre en otage des patrons. La France considèrent les syndicalistes comme des héros et leurs crimes sont absous.

Politique monétaire : 76,1%. Heureusement que nous ne sommes plus sous le régime de la Banque de France. C’est encore l’Union Européenne avec la BCE, n’en déplaise à beaucoup de Français, qui est garante des libertés économiques.

Les Investissements et les finances des entreprises à 70%. C’est oublier la chute des investissements étrangers de moins 77% en 2013 (contre une hausse de 292% en Allemagne) et celle des entreprises françaises qui sont passés de 75 milliards en 2011 à 22 milliards en 2013. De plus, le pacte de responsabilité proposé par Hollande aux chefs d’entreprise est contraire à la liberté d’entreprendre.

Corruption : 69,9%. Ce score médiocre est justifié quand on connaît les coulisses des marchés publics et la politique des « grands contrats » à l’étranger qui est une exception française. Quand le coût du barril de pétrole revient à 4 cents et qu’il est revendu 100 dollars, le pétrolier ne peut pas garder la différence. Il faut bien qu’il la verse à quelqu’un, comme dit Mr Le Floch-Prigent, ex-PDG d’ELF ( qui a été laché par Mitterand) dans son dernier livre.

Marché du travail : 51,8%. C’est l’absence de la liberté de licenciement qui est la principale cause de la mauvaise note, sans compter l’usine à gaz de notre code du travail que personne nous envie.

Fiscalité : 48,4%. Rien d’étonnant à ce mauvais score avec le matraquage fiscal de Hollande et ce n’est pas fini. La France mérite bien son titre d’enfer fiscal. La France est en queue de peloton pour ce qui est du matraquage fiscal (où elle se retrouve en compagnie des pays scandinaves)

Taille de l’État et dépenses publiques : Là c’est le pompom 5,6%. Avec ce score, la France est complètement larguée et se retrouve au niveau de Cuba et de la Corée du Nord. Ce chiffre donne une idée du désastre français dans ce domaine.

En conclusion, le classement décerné à la France est trop beau pour correspondre à la réalité. Notre rang réel se situe vraisemblablement à la centième place en compagnie du Bénin.

Nos élites ne s’intéressent pas à ce classement

On constate une corrélation entre le degré de liberté et la richesse d’un pays.Les économies considérées « libres » qui ont un degré de liberté supérieur à 80% tandis que dans celles dites « réprimées » ce degré est inférieur à 60%. Il y a 91 économies réprimées, allant de l’Ouganda juste en dessous de la barre avec un index de 59,9% jusqu’à la Corée du Nord avec un index de liberté de 1,5%. La France n’est pas loin de cette catégorie avec 63,5% (64,1 en 2012). Elle se situe 33è sur 43 pays européens et son score global est légèrement supérieur à la moyenne mondiale, mais inférieur à la moyenne européenne. Avouez que pour un pays qui se vante d’être la 5ème puissance mondiale, y a de quoi se poser des questions.

Pourquoi aussi peu d’échos ? quand on est le dernier de la classe avec des notes médiocres on ne s’en vante pas.

Que font nos élites pour améliorer?

Depuis 30 ans, nous avons eu : l’augmentation des impôts, l’augmentation des taxes, l’augmentation du chômage, l’augmentation de la dette, l’augmentation des délocalisations, l’augmentation de l'immigration et l’augmentation de la pauvreté.

85 % des étudiants issus des écoles de journalistes sont classés a gauche , certains se soignent mais la majorité restent porteur du gênes marxiste à vie. Il n'y avait qu'à voir la conférence de presse de Hollande en pleine affaire Gayet/Trierweiler. Aucun journaliste pour poser la question dérangeante et légitime, tous des béni oui oui. Même constat pour ceux qui sortent de l'école de la magistrature de bordeaux. Partout ou sévissent les énarques c'est un désastre industriel (Voir encadré : Quelques exemples de la gestion d’énarques). Il faudrait un gouvernement et un parlement composés de citoyens et personnalités de la société civile ( pour rééquilibrer entre les avocats , enseignants et hauts fonctionnaires qui composent majoritairement les assemblées en décalage total avec le monde de l'entreprise et du travail). Les fonctionnaires désirant rentrer en politique devraient démissionner de la fonction publique et ne plus pouvoir y revenir, comme cela se fait dans toutes les démocraties.

On ne veut plus de technocrates diplômés qui ne connaissent rien à l'économie et qui s' engagent, comme à la loterie, les uns à droite, les autres à gauche , dans le seul but de faire carrière. Les élites qui dirigent l'Etat, (polytechniciens, Centraliens HEC, ENA Sciences Po,etc etc) sont des forts en math, mais des nuls en économie.

Un jour la cocotte va sauter, le plus vite sera le mieux. En tant que citoyen, autant dire une merde aux yeux des politicards, il ne nous reste qu’un levier pour faire sauter le bouchon, consommer le moins possible, car ils ne comptent que sur la consommation pour tenir l'économie. Plus vite nous serons au fond du gouffre, plus vite nous pourrons les remplacer.

Les Francais sont patients, mais jusqu'à une certaine limite. La France n'avait jamais été autant divisée, surtout depuis l'arrivée du crétin à l'Elysée.

Des réformes urgentes sont à faire

La réforme des retraites Sarkozy rapportera 25 milliards par an à partir de 2017, Hollande l’a pourtant combattu. Sa mini réforme sur les retraites ne rapportera que 7 milliards par an en...2030! Les raffineries de pétrole étaient bloquées et les stations-services étaient à sec. Le PS soutenait ces blocages. La TVA sociale de Sarkozy que Sapin qualifiait de criminelle, ils l'ont supprimée dès leur arrivée. Ils en reprennent pourtant son principe mais en le rendant quasi inopérationnel avec leur usine à gaz CICE qu'ils décident aujourd’hui de remplacer par leur pacte de responsabilité... après avoir augmenté impôts et charges de plus de 40 milliards en 2 ans !

Moscovici et sa clique se vantent de redresser la France alors que leur délire fiscal a abouti en 2013 à ce que l'Etat récolte 15 milliards d'Euros de recettes en moins. « Trop d'impôts tue l'impôt », c'est la seule chose qu'ils sont parvenus à prouver.

L’Europe a revu depuis longtemps son millefeuille.

La Finlande prend les français pour des gens bizarres. Il ont décidé de diviser par 3 le nombre de communes. Il y en avait 547 en 1950, 416 depuis 2007, il devrait en subsister un peu moins de 150 en 2017. D’autres pays ont réduit depuis longtemps le nombre des communes (de 14 338 à 8414 en Allemagne, de 2359 à 596 en Belgique, de 1387 à 277 au Danemark, Royaume uni de 1118 à 238 et de 2281 à 290 en suède, entre autres). La France avec ses 36 683 communes représente à elle seule 41% des 89 000 communes de l’Union Européenne.

Ces dernières années, de nombreux pays se sont engagés dans un mouvement de fusion de communes, qui s’est intensifié avec la crise. Ainsi, la Grèce, a divisé par trois le nombre de communes en 2011 (de 1034 à 325) ; le Luxembourg devrait les diminuer de 40 % d’ici à 2017. Qu’attend-on en France pour faire un gros ménage ? par exemple fusionner la commune avec le canton. Cela abaisserait leur nombre à 4.055 au lieu de 36.683. Supprimer l’échelon région et départements comme l’a fait la Finlande, cela permettrait de supprimer en même temps un certain nombre d’élus et de fonctionnaires (7,5 millions fonctionnaires ou assimilés représentant 26 % de la population et 601.132 élus,chiffres 2011, c’est à dire un élu pour 109 habitants) Nous sommes les champions du monde en la matière.

En France, on ne sait plus où donner de la tête avec le « millefeuille administratif », il y a d’abord l ‘Union Européenne, l’état Français, les régions(26), les départements (101), 371 « pays en milieu rural », 4055 cantons, 36683 communes, 35000 groupements de communes, 16000 syndicats intercommunaux et depuis peu les socialistes viennent d‘adopter la Métropole (concerne pour l’instant Paris Lyon et Marseille).

Si la France veut s’en sortir

Les charges sociales sur le salaire net d’un salarié moyen sont environ de 80% en France quand elles sont de 20 à 30% en Angleterre, en Suisse, au Luxembourg ou ailleurs. L’impôt sur les sociétés atteint en France près de 38% quand il va être de 20% en Angleterre, et 10% au Portugal. L’Irlande a attiré les investisseurs grâce à un taux d’impôt sur les sociétés de 12,5 % et des charges sociales réduites (l’américain Yahoo quitte la France pour l’Irlande, à qui le tour ?). Avec un taux de 12,5% l’état irlandais perçoit autant d’impôts sociétés que la France, c’est dire que si nous le voulions, en devenant plus compétitifs, nous ne serions pas perdant.

Il faut aussi dégraisser au niveau des élus, supprimer le Sénat, et bien d’autres choses dont j’ai déjà parlé précédemment. Mais ce n’est pas le locataire actuel de l’Elysée qui le fera. Il faut faire un autre casting.

Le scooter, Julie, les ballades, pas le temps de tout faire

Il faut changer radicalement les choses, sinon le résultat restera le même : les taxes augmenteront, les impôts aussi, le choc fiscal sera celui d’un uppercut correctement administré, et l’économie française continuera donc de s’effondrer. Et si je dis ça, ce n’est pas parce que je suis pessimiste, enfin peut-être un peu, mais c’est parce que la France est déjà dans le peloton de tête des pays les plus mal lotis en terme d’impôts, en tête pour les prélèvements de tous genres, tant sur les entreprises que sur les particuliers. C’est parce que la France perd chaque année des places dans le classement de la liberté économique et que chaque place perdue c’est du chômage en plus, de la perte de pouvoir d’achat.

Hollande a trimé pour accéder à l'Elysée, ce n’est pas maintenant qu’il va démissionner. Son truc : faire des discours adaptés à l'auditoire, une grande fermeté dans le principe, et un gros flou dans les modalités d'application. C'est l'avantage de n'avoir aucune vision pour le pays : on l'adapte au gré des circonstances. Le lundi il est ennemi de la finance, le mardi il est copain des patrons et aujourd’hui. Il dit aux tunisiens que l’Islam est compatible avec la démocratie (comme en Egypte). Enfin maintenant il peut faire du scooter quand il veut.

Avez-vous remarqué, depuis sa rencontre avec le Pape il a une nouvelle méthode.

Je m’explique : Il fait maintenant le coup du « signe », ou du « signal », voire du "geste" envers ceux qu’il veut amadouer.

Hollande va voir le pape, c'est un signe pour les catholiques. Ce qui signifie que Hollande croit que les catholiques vont en être contents . Et puis c'est tout. Il faudra se contenter du signe.

Maintenant, il l’applique pour les entreprises. Il leur a fait un signe, un geste. Et puis c'est tout. Les entrepreneurs devront se contenter de cela.

Tiendra-t-il encore trois ans avec ses gadgets , sa boîte à outils et ses comités Théodule ? J’avoue que je ne le comprend pas. On ne peut comprendre que ce qui a du sens. J'arrive à comprendre mon chien, mon chat, je pourrais peut- être arriver à comprendre une huitre ou une moule, mais avec Culbuto, j'ai atteint mes limites.

Le gros se comprend t-il lui même. J'en doute. Raconter des conneries à longueur de temps, ça fait passer le temps n'est-ce-pas ? Peut-être va t-il avoir une révélation soudaine comme Jeanne d'arc !

Encadré :

Comment peut-on voter pour les élites communistes et du FDG

Le bilan du PC et de l'ultra-gauche est plutôt lourd, mais cela n'empêche pas 10% des français de croire encore dans cette utopie. En effet, rappelons-nous quelques decennies en arrière.

Il ne faut pas oublier les "faits d'armes" du PC si nombreux que la place manque pour les citer tous comme la désertion de thorez (le "fils du peuple" !), le sabotage des avions aux usines Morane, la livraison de Jean Moulin à la gestapo, le soutien de l' U.F.F aux viet minh, les porteurs de valise du F.L.N pour se limiter aux plus immondes.

Et si le camarade Fiterman avait été nommé plus tôt qu’en 1981, le pacte de Varsovie aurait déferlé sur l'Europe ("fenêtre stratégique" de 1974 à 1977) et ses forces auraient pu compter sur le large soutien des cellules cocos. Hélas pour eux le camarade Fiterman a été nommé ministre trop tard. Dès sa nomination au ministère des transports (Mitterrand, mai 81), il a transmis aux russes le plan de mobilisation français et notamment les itinéraires de nos unités mécanisées en direction de l'Allemagne de l'ouest (trouée de Fulda). L'état-major français dut alors reconsidérer l'ensemble de son dispositif bien entendu sans le transmettre au traître de service. Les russes furent informés également sur la résistance des ponts routiers et S.N.C.F. Voilà, et c’était hier, presque.

On peut se demander comment des Français peuvent encore voter pour le PC ou ses ersatzs NPA, front de gauche et les Verts? Cette idéologie a tué 110 millions d'innocents, a détruit l'économie de dizaines de pays, a déclenché la Seconde guerre mondiale par le sabotage des défenses françaises et son soutien au pacte germano-soviétique. Depuis 1981, il a largement contribué à plomber l'économie française, par son activisme syndical et son infiltration dans tous les corps d'état.

Taubira, Mélanchon, Joly... n’aiment pas la France.

Encadré :

Quelques exemples de la gestion d’énarques

Pour quelles raisons, l’état (donc le contribuable) paye t-il les études des élèves qui deviendront ses futurs fonctionnaires ou militaires. Un élève de l’Ena coûte 11 fois plus cher qu’un étudiant d’une université soit 84.000 euros contre 7000 euros . Pour le privé, ce sont les parents qui doivent assumer. Autre largesse dont bénéficient les étudiants de ces grandes écoles (ENA, Polytechniques, Ecole Normale Sup, etc...), ils perçoivent un salaire pendant leurs études.

Pourtant parmi les énarques qui ne deviennent pas tous PDG de grandes entreprises, certains entrent en politique, on constate une proportion anormalement forte d’échecs retentissants, en voici quelques-uns :

• Michel Bon a fait perdre 68 Milliards d’euros à France Télécom

• François Roussely chez EDF 25,8 Milliards d’euros

• Jean-Marie Messier et Hannezo à la tête de Vivendi 72 Milliards d’euros

• Jean-Yves Haberer au Crédit Lyonnais 19,8 Milliards d’euros

• Jean-François Cirelli chez GDF 12 Milliards d’euros

• Bernard Attali à Air-France 1,2 Milliards d’euros

• Jacques Friedman à l’UAP 1 Milliard d’euros

• Gérard Mestrallet à Suez 900 millions

• François Heilbro au Gan 800 millions

• Paul Hermelin chez Cap-gémini 500 millions

• Guy de Panafieu chez Bull 253 millions

• Alain Minc chez Cerus 600 millions

• Pierre Blayau pour Moulinex (banqueroute frauduleuse) 100 millions

• Michel Albert aux AGF (910 millions)

• Jean-Michel Bloch-Lainé à la banque Worms 2,29 Milliards d’euros

• Georges Bonin au CCF 1,6 Milliards d’euros

• Patrick Careil à la banque Hervet 180 millions

• Patrice Chevallier à la CFC 1,6 Milliards d’euros

• Jean Dromer à la BIAO 60 millions • Jacques Friedmann à l’UAP 303 millions

• Michel Gallot à la SDBO 610 millions

• Jean-Maxime Lévêque à l’IBI 1,2 Milliards d’euros

• Jack Lang créateur de la CNAC 960 millions

etc....

Le total fait 212 milliards et des brouettes et il en manque. Et cette école a fait des émules,

on retrouve l’Ena en Côte d’ivoire, au Mali, au Sénégal, en Algérie, au Maroc et en Tunisie, bonne chance les amis!

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley

Partager cet article

Commenter cet article

Djef Bernier 13/02/2014 20:46

Ben mon cap comme je dirais si z' étiez ici z'avez un sacrément bon coup de crayon. Ca en fait un pataquèsse de cartes à parcourir mais c'est vrai qu'au final faut toujours espérer. Mais comme vous n'êtes pas là et que je suivrai ces prochains numéros je vous dirais bien quand même que l'homme providentiel est un rêve d'une autre époque. A la silicone Valley Culbuto est allé se préoccuper de son avenir personnel dans ce bouillon numérique qui asservit tout. Tel macrocosme, au plaisir de vous lire

capitaine enzo 13/02/2014 22:18

Non l'homme providentiel n'existe pas et comme en fait les politiques sont des marionnettes, on n'est pas sorti de l'auberge. Il y a derrière les politiques des hommes autrement plus dangereux qu'un Culbuto et surtout le fric.... Enfin il faut reconnaitre que Pépère inspire beaucoup. Toutes les semaines, il permet de nous aider à trouver un sujet pour nos papiers. Je crois comprendre que vous êtes à Tahiti. Chouette contrée!
Amicalement.

capitaine enzo 11/02/2014 17:33

Et encore, vous verrez avec mes prochains papiers que les conneries que nous subissons viennent aussi de droite mais surtout d'ailleurs. Je ne vois plus comment la France peut s'en sortir, à moins de trouver un nouveau de Gaulle, un président qui aime enfin son pays et qui ne roule pas pour les States et la finance. Amitiés

NOURATIN 11/02/2014 17:08

Comme à chaque fois, un super-article parfaitement imparable et qui brosse clairement le tableau.7
La France, noyautée par la Gauche et envahie par des étrangers haineux, est en train de sombrer sous les coups de masse des Socialos, des Verts et de tous les gauchiards qui viennent à leur suite.
On se demande comment cette épave parvient encore à surnager...
Amitiés.