Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

Et 1..., et 2.... et 11 milliards, Vive la Coupe Mc Do, Coca, Budweiser !

21 Juin 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Et 1..., et 2.... et 11 milliards, Vive la Coupe Mc Do, Coca, Budweiser !

Je n’ai jamais assisté de ma vie à un match de football et ne suis jamais allé dans un grand stade, mais en ces temps de Coupe du monde de football et habitant le Brésil depuis plusieurs années, il faut quand même que j’en dise deux mots. Dilma Rousseff, la présidente brésilienne, a donné les pleins pouvoirs pendant un mois à Sepp Blatter, le président de la FIFA. Comment en est-on arrivé à ce que des associations sans but lucratif aux statuts d’amicales boulistes (CIO, FIFA), imposent leurs lois aux pays hôtes des grandes compétitions sportives comme la Coupe du Monde de football, dont le nom a été américanisé depuis qu’elle a été organisée en 1994 aux Etats-Unis « World cup FIFA ». Que ce soit la FIFA ou le CIO, ces associations, imposent des lois spéciales qui leur permettent de quasiment gérer le pays dans lequel ont lieu les compétitions. Elles brassent pourtant des fortunes et ne payent aucun impôt.

La FIFA comme le CIO sont des associations sans but lucratif, basées, comme la plupart des fédérations sportives internationales, en Suisse, bien que toutes les deux aient été créées en France au début du siècle dernier. Elles sont protégées par les lois suisses et n’ont aucun compte à rendre et ne payent aucun impôt. La FIFA emploie environ 300 personnes et aurait réalisé en 2012 un bénéfice de 89 millions de dollars. Ses réserves financières, sur lesquelles elle n’est pas imposable du fait de son statut, s’élèveraient à 1,378 milliard de dollars. La FIFA est depuis quelques mois accusée de corruption pour l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. Mais, le vrai scandale est surtout la manière dont elle conçoit l’organisation en mettant sous sa coupe le pays organisateur.

Le Brésil aux ordres... de la FIFA

Comme le disait Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA, « Je vais dire quelque chose de fou, mais un moindre niveau de démocratie est parfois préférable pour organiser une Coupe du monde. Quand on a un homme fort à la tête de l’État qui peut décider, c’est plus facile pour nous les organisateurs. » L’organisation a imposé au Brésil un régime d’exception draconien : exonérations fiscales pour la FIFA et ses partenaires commerciaux, engagements sur la construction des stades et des équipements sportifs pour les entrainements des équipes, liberté totale sur l’exportation des devises et sur la conversion des devises, pas d’obligations de visas pour le personnel lié à l’évènement, dérogations au droit du travail, délimitation de zones commerciales exclusives pour les multinationales sponsors, protégées par une police des marques, mise en place policière et militaire à la charge de l’état au profit de la manifestation, ...etc.

La FIFA a imposé sa loi au parlement brésilien

Une loi spéciale a été créée en mars 2012 juste pour la durée de la compétition. La Fifa s’est donnée le droit de vendre des billets sans pratiquer de demi-tarif pour les étudiants et les retraités, par exemple. Mais surtout, elle a obtenu l'autorisation de vendre de l'alcool dans les stades (interdit depuis 2003 dans les stades brésiliens) afin de satisfaire son partenaire américain Budweiser. Mais ce n’est pas tout, une zone commerciale exclusive est déployée dans un rayon de 2 kilomètres autour des stades, il est impossible pour les boutiques situées dans ces périmètres de commercialiser des produits autres que ceux des partenaires officiels (Mc do, Coca Cola, Budweiser, Visa). Cela concerne quelques 300.000 vendeurs qui sont contraints de fermer boutique, s’ils n’acceptent pas les règles de la FIFA.

Grâce à cette « Lei Geral da Copa », la Fifa bénéficie d'exonérations fiscales pour elle et ses sponsors et a obtenu la mise en place de tribunaux d’exception, pourtant contraire à la constitution brésilienne, comme elle l’avait obtenu en 2010 en Afrique du sud. Pour des raisons de sécurité, les habitants vivant dans un rayon de 1 km autour du stade doivent solliciter des accréditations pour rentrer chez eux. Cette restriction de la liberté de circulation est-elle légale ?

De son côté, l'Etat fédéral brésilien se porte garant sur le plan financier, notamment pour la construction et la rénovation des 12 stades, du règlements des factures à la charge du contribuable brésilien.

Le gouvernement brésilien s’est mis à genoux devant la FIFA et son sponsor Budweiser qui lui verse 25 millions de dollars par an de « pots de bière » jusqu’en 2022. Enfin on est soulagé que la Coupe du monde ne soit pas sponsorisée par la cocaïne et les marchands d’armes.

On comprend que les brésiliens pètent les plombs!

Non seulement la FIFA part avec la caisse, mais laisse derrière elle... des lois qui risquent de perdurer.

La coupe du monde est une façade

Depuis décembre 2008, les forces de polices militaires (UPP) ont envahi les favelas de la zone sud de Rio. Médiatiquement, il s’agit d’une guerre contre les narco-trafiquants, en réalité, il s’agit de chasser ses habitants pour laisser la place aux promoteurs immobiliers. Les favelas sont des collines au fort potentiel touristique.

Derrière la FIFA et la coupe du monde, il y a la haute finance (toujours les mêmes) et notamment les magnats de l’immobilier intéressés par les terrains occupés par les favelas (bidonvilles). Les personnes qui ne connaissent pas le Brésil doivent savoir que, contrairement à la France ou les bidonvilles sont relégués en banlieue, ici au Brésil les favelas jouxtent les quartiers les plus chics de Rio, Sao Paulo ou Salvador de bahia. Les habitants les plus pauvres ont été attirés par les villes ou ils peuvent trouver du travail et ils se sont installés sur des terrains très difficiles d’accès et inconstructibles.

Le Brésil n’a pas mégoté pour accueillir le Mondial, 12 stades ont été rénovés ou sont sortis de terre ainsi que des travaux d’infrastructures, notamment dans les transports, ont été réalisés. Pour faire ces travaux, les autorités brésiliennes ont procédé à des expulsions forcées des favelas. Leur projet initial était de nettoyer rien que 119 favelas à Rio de Janeiro avant la fin 2012. Cela fait les affaires des magnats de l'immobilier, qui, dit-on, financent la police militaire (UPP) chargée de ce nettoyage. Ici, la police tire avec des balles caoutchouc sur les manifestants, mais à balles réelles dans les favelas.

Les événements sportifs deviennent aujourd’hui le prétexte de vastes opérations qui s’apparentent souvent à un nettoyage urbain, dont les plus pauvres se retrouvent les victimes, comme à Sotchi, en Afrique du sud ou ici au Brésil, ou l’ONU estime à 150.000 les familles qui ont été expulsées dans les villes qui abritent le Mondial. Des violations directement liées aux exigences de la FIFA et du CIO, qui selon le rapport du Centre for Housing Rights and Eviction (COHRE) auraient entraînées, entre 1988 et 2008, l’expulsion directe ou indirecte de deux millions de personnes, dont la moitié rien que pour les JO de Pékin.

La lutte contre les « narco-trafiquants » a bon dos

Le Dr Socrates, ancien grand joueur de la sélection brésilienne, avait déclaré dans une interview sur une grande chaine brésilienne, peu de temps avant sa mort en 2011, que les Jeux olympiques et la Coupe du monde étaient la plus grande blanchisserie d'argent sale provenant du trafic de drogues et d'autres contrebandes. Tout cet argent n’étant pas taxé et ses transferts non contrôlés vers la Suisse permettent effectivement de se poser des questions. Depuis décembre 2008, les forces de polices militaires (UPP) ont envahi les favelas de la zone sud de Rio. Médiatiquement, il s’agit d’une guerre contre les narco-trafiquants, en réalité, il s’agit de chasser ses habitants pour laisser la place aux promoteurs immobiliers, car les favelas sont des collines au fort potentiel touristique.

La coupe du monde au Quatar aura t-elle lieu ?

Les Etats-Unis seraient-ils le plan B de la FIFA, après les rumeurs d’annulation pour cause de corruption et de fortes températures, certains médias avancent que la Coupe du monde 2022 serait transférée aux Etats-Unis. La Fifa a une prédilection, ces dernières années, pour les pays émergeants pour lesquels il semble plus facile d’imposer leur stratégie de machine à fric. Le Brésil accueille la Coupe du monde 2014 et les JO 2016 ; la Russie, les JO d’hiver 2014 et la Coupe du monde 2018 ; la Chine les JO 2008, l’Afrique du Sud la Coupe du monde 2010, le Qatar la Coupe du monde 2022. À quoi s’ajoutent les Jeux du Commonwealth organisés en Inde en 2010. La Corée du Sud accueillera les JO d’hiver 2018 et le Japon les JO d’été 2020. Mais, s’il y a un raté, les Etats-unis présentent de gros avantages, les stades et les infrastructures sont déjà en place.

Je pense qu’il faut arrêter de fantasmer, le Mondial 2022 aura lieu au Quatar , ils achètent tout. Ils ont la F1, les tennismen vont tous participer au tournoi ATP richement doté. En 2015, le championnat du monde de Hand-ball se jouera au Quatar et personne ne s’offusque de tout cela.

La FIFA a réussi à introduire la bière de son sponsor Budweiser au Quatar, pays ou l’alcool est interdit. Ils ne l’ont pas fait avec des des pots de vins.......mais avec pots de coca !

Qui est derrière la Fifa ?

La FIFA est une façade de sociétés et de banquiers qui volent et cassent la souveraineté des pays qui accueillent la Coupe du Monde. Ce n'est pas la Coupe au Brésil, mais la Coupe de la FIFA et cet événement sert surtout à faire des milliards en allégements fiscaux.

Serait-ce pour aider la finance que Hollande avait de nouveau relancé l'idée, il y a quelques mois, des jeux olympiques dans la capitale française. Avec ce que l'on découvre sur ce que sont réellement ces associations (soit-disant sans but lucratif) telles que la FIFA et le CIO, il est clair que la France n'a pas besoin de cela dans l'état ou est son économie. Heureusement, Hidalgo, la maire de Paris ne semble pas favorable. On se rappelle que l'organisation des jeux olympiques à Athènes en 2004 qui devait coûter 4 milliards d'euros ont atteint, en réalité les 20 milliards, et a été un des facteurs qui ont mis la Grèce sur la paille.

Qui profite de tout cela? Les politiciens, les entrepreneurs et des sociétés comme Coca-Cola, Visa, Mac do, Budweiser, toutes américaines et toutes d'un pays ou le football est loin d'être le sport roi.

Partager cet article

Commenter cet article

NOURATIN 23/06/2014 18:09

Comme quoi la bêtise humaine intelligemment exploité peut rapporter d'incalculables fortunes. Ce qui me fait le plus rigoler (oui, je sais, c'est pas sympa) c'est que ce sont des socialos qui ont monté ce coup-là au Brésil. Maintenant ça leur revient en pleine gueule et c'est pas fini, je crois même qu'ils n'ont encore rien vu.
Amitiés.

capitaine enzo 23/06/2014 18:30

Oui, c'est Lula qui a voulu absolument la Coupe et les JO. Il avait prévu de faire comme Poutine, laisser la place pour 4 ans à Dilma et revenir pour 2 fois 4 ans à la présidence. Malheureusement, il est malade depuis plus d'un an et il s'est fait admettre à l’hôpital Syro-libanais de Sao paulo (hôpital 5 étoiles réservé aux très riches). On est socialo, mais on ne se pas soigner avec le peuple dans les hôpitaux gratuits et insalubres. Dilma se représente en septembre et elle va surement être réélue car elle a acheté les pauvres en augmentant de 10% la Bolsa familia (RSA brésilien) et puis tout est déjà décidé pour la Coupe du monde, c'est le Brésil qui doit gagner. Avec tout ça les Brasilouilles vont oublier leurs problèmes.
Amitiés.

chris 22/06/2014 17:55

Déjà que le concept est hautement dégueulasse , le fait de s' appeler " sans buts lucratifs " est simplement vomitoire !!
Mais , ce qui me fait le plusss peur , dans toutes ces belles nouveautés mondialistes , ou , plutot , de la haute finance , c'est la transformation des polices d' états en milices privées à la solde du POGNON ROI ..idem pour les " militaires "..voir la soi disant " armée ukrainienne " ( de Kiev .. ) ...

capitaine enzo 22/06/2014 19:43

Ici la police militaire est partout et on les reconnait de loin, ils sont armés jusqu'aux dents. La police civile fait appel à eux pour faire le sale boulot. Elle a été créée par la dictature dans les années 80 et a été conservées. Ici pour éliminer quelqu'un, ils s'en charge pour une somme modique.
Plus rien ne m'étonne.
Amicalement.