Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

Il n’y a pas qu’Hollande qui doit maigrir.

21 Août 2013

La Cour des Comptes a chiffré en 2009 le coût moyen d’un fonctionnaire pour l’état à la somme de 3,5 millions d’euros. Ce chiffre couvre les salaires et la retraite, ainsi, lorsqu’Hollande décide de lui-même peu après son élection la création de 60.000 nouveaux postes dans l’éducation nationale, il vient d’engager la France dans une dépense de 210 milliards d’euros. Si l’état faisait ses comptes, il s’apercevrait que ses coûts salariaux sont les vrais responsables des déficits et de la dette.

Lorsque j’habitais en France, je recevais régulièrement le journal du maire et une chose me sidérait tous les ans, il y avait tellement d’employés communaux que la municipalité n’avait pas les moyens de les payer. Elle devait donc emprunter tous les ans pour couvrir les salaires. Et tous les ans, je le sentais quand je recevais mes impôts locaux. Cette petite ville, pour ne pas la nommer s’appelle Bergerac et elle détenait certainement les records des tarifs des parcmètres, du montant de l’amende et des agents verbalisateurs rapides comme l’éclair. Résultat, tous les commerces du centre ville fermaient, faute de clients et la rue principale « commerçante" n’était plus constituée que de banques, de magasins d’optiques et d’agences immobilières toutes franchisées (qui vendaient tous la même chose) . Cette ville ne vivait que grâce à la présence d’anglais dans la région (la plus grosse concentration à l’époque) et les commerçants profitaient de ces étrangers qui doublaient leurs retraites (grâce à la Livre sterling forte). Cela n’a pas duré, beaucoup sont repartis vers d’autres cieux et les illusions des commerçants avec. La France, aujourd’hui, c’est un peu la même chose, elle croit qu’elle a toujours la spendeur du passé et Hollande est obligé de faire la marionnette et de se contenter d’un maigre 0,1% de croissance.

Malgré les rappels à l’ordre de la Cour des Comptes, qui est pourtant présidée par Didier Migaud, socialiste, Hollande reste aveugle et sourd devant la réalité. Il répondait fin juin au président de l’institution : « Les fonctionnaires ne doivent pas être une "variable d'ajustement" pour assainir les finances de la France » (y a pas à dire, il fait de belles phrases).

Pour l’instant, notre gouvernement s’occupe des années 2025, il voit loin. Que vont-ils accoucher ? Certainement pas des décisions courageuses. Comme disait Ségo..lène, il n’a jamais rien décidé de sa vie. Pourtant des idées, on peut lui en donner.

Trop de fonctionnaires.

Si la France avait le même nombre de fonctionnaires par habitant que l’Allemagne, il faudrait en supprimer 1,5 million, on se retrouverait alors au niveau de 1980. Il y a en France 5,493 millions de fonctionnaires auxquels s’ajoutent 2 millions de salariés qui n’ont pas le statut, mais qui sont payés eux aussi par l’État, organismes publics ou parapublics, entreprises publiques.... La France a beaucoup trop de fonctionnaires: hausse de 36% de 1980 à 2009! alors que pendant le même temps l’emploi dans le privé ne progressait que de 18 % et la population française de 17%. De 1980 à 2007, les emplois dans la fonction publique de l’État ont progréssé de 14,3 %, la territoriale de 71,2 % et l’hospitalière de 53,4%.

Au total, 7,5 millions fonctionnaires ou assimilés représentant 26 % de la population active dépendent de l’état pour leurs traitements comme pour leurs retraites. Le salarié du privé travaille jusqu’au 26 juillet de l’année pour l'état et les organismes sociaux avant de bosser pour lui-même (on n’est pas loin de l’esclavage !). La Cour des comptes a chiffré le coût moyen par agent de l’état à 3,5 millions d’euros (incluant notamment salaires+retraite). La règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (abandonné depuis par Hollande) est trés insuffisante pour réduire les effectifs.

Les salaires et pensions de retraites des salariés des administrations publiques constituent la dépense publique la plus importante et c’est surtout un gaspillage organisé : tâches improductives, temps perdu en réunions inutiles, sureffectifs, absentéisme, heures de délégation syndicale et grèves.

Et si l’état en supprimait?

Donc supprimons 1,5 millions fonctionnaires pour être au niveau de 1980 et réglons le problème de l’absentéisme. Les fonctionnaires se font porter pâle 23 jours par an (et comme par hasard, c’est le plus souvent le lundi ou le vendredi), cela représente 13% soit un taux deux fois plus élevé que dans le privé (il serait bon de revoir les jours de carences). Pour faire travailler 7 fonctionnaires, il faut en payer 10 ( et comme dit mon ami Nouratin : dans l’administration pénitentière c’est pire, tu en payes 3 pour 2 qui travaillent).

Résumons donc : suppression de 1,5 millions et 637.000 (les13%) puisque l’on a éradiqué l’absentéisme soit 2,137 millions de fonctionnaires en moins. Nous économisons 64 milliards sur une année et en comptant toute la carrière et la retraite 7462 milliards d’euros. (selon le calcul de la Cour des comptes et le salaire moyen des fonctionnaires de 2500 euros mensuel).

Mais vous allez me dire, que deviennent tous ces fonctionnaires, et bien on les envoie à « Pôle emploi », qu’ils cherchent du boulot, comme tout le monde.

Il ne suffit pas de les licencier, il faut dégraisser les administrations, comment fait-on ?

Impôts sur les revenus prélevés à la source

Le prélèvement à la source, comme le font de nombreux pays, permet la fermeture de nombreux centres des impôts et le licenciement du personnel ne servant plus à rien. Ce sont les employeurs qui prélèvent directement sur le salaire et qui règlent l’impôt à l’Etat. Les entreprises font déjà ce travail pour la TVA, l’impôt société, les charges sociales et toutes les cotisations et taxes diverses. Les socialistes vous rétorquerons que l’on ne peut pas faire payer deux fois l’impôt sur la même année, tout à fait d’accord, mais l’état peut perdre une année d’impôts, ça ne change strictement rien.

Sur les autres taxes concernant les particuliers (taxe habitation, ISF, Taxes foncières), il suffit de tout mettre en place sur déclaration informatisées (Comme expliqué plus loin) et les contribuables payent par Internet ou par des bornes . Pour ceux qui ne sont pas équipés en informatique, le contribuable qui à une carte fiscale à puces passe régler sur une borne.

Dégraissons le millefeuille administratif

Si l’on compare les « Etats Unis du Brésil » (son véritable nom) à l’Union Européenne et donc à la France, au Brésil il y a un état fédéral, ensuite 27 états (Ex : Bahia, Amazonie, Rio de Janeiro, etc...) et ensuite nous sautons directement à la municipalité. Il n’y a aucune autre entité administrative entre l’état et la commune. Par exemple l’état de Bahia qui est comparable en superficie à la France comporte 417 municipalités contre 36.683 en France.

Prenons le cas de la France et de son « millefeuille administratif », il y a d’abord l ‘Union Européenne, l’état Français, les régions(26), les départements (101), 371 « pays en milieu rural », 4055 cantons, 36683 communes, 35000 groupements de communes, 16000 syndicats intercommunaux et comme ce n’est pas assez compliqué comme cela, les socialistes viennent d’en rajouter une couche (ça doit être ça le choc de simplification), la Métropole (concerne pour l’instant Paris Lyon et Marseille). Et pour gérer ce souk, il y a 601.132 élus (chiffres 2011), c’est à dire un élu pour 109 habitants (cela doit sans doute être le record du monde) et chacun se renvoie la balle et rejette son mauvais fonctionnement sur l’autre « c’est la faute de l’état, c’est pas ma faute... »

Et au milieu de tout cela, il y a plein de fonctionnaires.

Dans chaque commune de la Bahia, la municipalité héberge un certain nombre de services soit fédéraux, soit de l’Etat (agriculture, Police, santé, éducation, sport, etc...). De nombreux autres services ont été automatisés par l’intermédiaire des banques (paiement des taxes, fiscalité automobile), il n’y a pas de guichets où payer. Les centres des impôts sont trés rares, uniquement dans les grandes villes. Mais vous trouvez par exemple des commerçants (ex : supermarchés) qui sont habilités pour les encaissements ou les versements prestations vieillesse ou d’aide de l’état qui sont versés aux plus pauvres.

Donc, pour améliorer, je suggère de garder l’Europe, l’Etat et les communes réduites au nombre d’un millier et je propose également pour les élections de réduire à deux scrutins, le premier regroupe l’élection du Président de la république, les députés nationaux et européens et les grands électeurs (pour le Sénat au cas ou on le garde). Le 2eme scrutin est pour les élections municipales.

Que coûtent les immigrés clandestins

Les chiffres divergent, pour Yves-Marie Laulan, démographe, économiste et géopoliticien, enseignant à l’ENA et aux universités Dauphine et Paris 2, le véritable coût de l’immigration pour la France atteint 70 à 80 milliards d’euros, soit l’équivalent annuel du déficit budgétaire. Autrement dit, la France s’endette pour assimiler des jeunes gens dont certains la remercient en brûlant des voitures et en cassant des vitrines. Quant au coût de l’immigration clandestine, l’état ne se risque pas à ce genre d’évaluation, certaines études divergeantes la chiffre entre 4 et 32 milliards. A gauche, on dit même qu’elle rapporte plus d’argent à l’état qu’elle ne coûte.

En tout cas, il y a aussi une grosse économie à faire...

Suppression des subventions de l’Etat pour certaines écoles

Et pourquoi pas la suppression de l’Ena qui a coûté beaucoup à la France

Pour quelles raisons, l’état (donc le contribuable) paye t’il les études des élèves qui deviendront ses futurs fonctionnaires ou militaires. Un élève de l’Ena coûte 11 fois plus cher qu’un étudiant d’une université soit 84.000 euros contre 7000 euros . Pour le privé ce sont les parents qui doivent assumer. Autre largesse dont bénéficient les étudiants de ces grandes écoles (ENA, Polytechniques, Ecole Normale Sup, etc...), ils percoivent un salaire pendant leurs études. Pourtant parmi les énarques qui ne deviennent pas tous PDG de grandes entreprises, heureusement ( certains entrent en politique), on constate une proportion anormalement forte d’échecs retentissants, en voici quelques-uns : (Michel Bon a fait perdre 68 Milliards d’euros à France Télécom, François Roussely chez EDF -25,8 Milliards d’euros, Jean-Marie Messier et Hannezo à la tête de Vivendi – 72 Milliards d’euros, Jean-Yves Haberer au Crédit Lyonnais -19,8 Milliards d’euros, Jean-François Cirelli chez GDF -12 Milliards d’euros, Bernard Attali à Air-France -1,2 Milliards d’euros, Jacques Friedman à l’UAP -1 Milliard d’euros, Gérard Mestralle à Suez -900 millions, François Heilbro au Gan -800 millions, Paul Hermelin chez Cap-gémini -500 millions, Guy de Panafieu chez Bull –253 millions, Alain Minc chez Cerus – 600 millions, Pierre Blayau pour Moulinex (banqueroute frauduleuse) -100 millions, Michel Albert aux AGF (910 millions), Jean-Michel Bloch-Lainé à la banque Worms -2,29 Milliards d’euros, Georges Bonin au CCF -1,6 Milliards d’euros, Patrick Careil à la banque Hervet -180 millions, Patrice Chevallier à la CFC -1,6 Milliards d’euros, Jean Dromer à la BIAO -60 millions, Jacques Friedmann à l’UAP -303 millions, Michel Gallot à la SDBO -610 millions, Jean-Maxime Lévêque à l’IBI -1,2 Milliards d’euros, Jack Lang créateur de la CNAC -960 millions etc., Le total fait 212 milliards et des brouettes et il en manque.

Et cette école a fait des émules, on retrouve l’Ena en Côte d’ivoire, au Mali, au Sénégal, en Algérie, au Maroc et en Tunisie, bonne chance les amis!

Baisser le train de vie de l’état

Il n’y a aucune raison qu’ Hollande prenne des vacances aux frais de l’état (La Lanterne coûte 200.000 euros à l'état pour une semaine d'occupation) alors que sa consoeur Angéla Merkel a payé elle-même son hotel en demi-pension et que Cameron vient de partir au Portugal où il a loué une villa. Pour s’y rendre, il a pris un avion « low cost » Ryannair . Pourtant, il me semble qu’Hollande est propriétaire d’une villa à Mougins.

Hollande a commencé au début de son septennat à voyager en TGV. On apprend que chaque déplacement à Bruxelles coûte 21.000 euros, ça fait cher le billet. Hollande a vite oublié les déplacements en train de son début de septennat, maintenant c’est l’hélicoptère ou l’avion. Il serait temps de faire un gros ménage dans les dépenses somptuaires de nos dirigeants et de leurs ministres. On apprend aussi que chaque ministre dispose de 2 voitures rien que pour lui, peut-être est-ce parce que ces véhicules manquent de fiabilité, dans ce cas échangez-les. Pour quelle raisons employer 900 personnes à l’Elysée, si Hollande n’y habite pas.. Et qu’est-ce que c’est que ces 60 appartements du palais de l’Alma attribués gratuitement à des proches du président ? Au gouvernement il y a 38 ministres et ... 571 conseillers ministeriels!

Vu à la télé hier, Valls se promène en permanence avec des gardes du corps et même dans la cour de l’Elysée (peut- être craint-il d’être agressé par Taubira).

Suppression de la paperasserie

Les entreprises et les particuliers font tout un tas de déclarations (Voir encadré : L’exemple du Brésil). Pourquoi ne pas tout regrouper. L’administration est trés en retard. Il suffirait de créer deux bases de données, une pour les particuliers et une autre pour les entreprises. Ces bases contiendrait tous les renseignements dont ont besoin les différentes administrations ou organismes sociaux et que les assujettis mettraient à jour régulièrement. Cela ferait gagner du temps et de l’argent à tout le monde.

Privatiser certaines fonctions de l’état

Ce n’est pas un scoop de dire que le privé coûte moins cher que le public, alors pourquoi ne pas privatiser certains services. Si on supprime les départements, donnons à des entreprises privées le travail que faisaient les Préfectures (délivrance des cartes d’identité, permis de conduire, passeports, cartes grises et même les cartes de séjours). On pourrait même confier le recouvrement des impôts (autres que les prélèvements à la source de l’impôt sur le revenu fait par les entreprises, vu plus haut) comme les impôts locaux, les amendes, etc... à des entreprises privées (les anciens agents du fisc licenciés pourraient s’y faire embaucher).

Suppression des subventions aux associations

François Léotard n’a pas marqué de son empreinte en tant que Ministre de la Culture, quand il a pris la suite en 1986 de Jack Lang (on vient d’entrer dans la première cohabitation). Il faut dire à sa décharge que son prédécesseur lui a miné le travail. Il s’est retrouvé avec une enveloppe trés réduite car son prédécesseur a déjà bouffé le budget en accordant des promesses de subventions à 4000 nouvelles associations, dont une aide exceptionnelle de 3 millions de francs à SOS Racisme pour combler sa dette. De plus, à l’époque Tonton lui avait piqué le quart de son budget pour l’Opéra Bastille. A cette époque, bien que mis en minorité, c’était quand même lui qui commandait. En 2011, 35 millards ont été versées à environ 10000 associations en France (les chiffres sont toujours donnés avec 2 ans de retard!) par les ministères et par les collectivités locales. On découvre par exemple une subvention de 150.000 euros pour un colloque sur le sentiment européen versé à l’ INNOP ( Fondation pour l’innovation politique), une autre de 20.000 euros pour la Radio Européenne Nantaise (tiens !), 10.000 euros pour PHF ( Paroles d’Hommes et de Femmes) pour l’édition du 3ème volume de la BD « Les migrants », 40.000 euros pour les Scouts Musulmans de France ou encore 1000 euros pour la Confrérie gastronomique de l’ordre de l’échalote de Busnes et 1000 euros également pour la Confrérie tête de veau de St Laurent de Chamousset.

Il y a sûrement quelques milliards à gratter, là aussi.

Supprimer certains impôts

L’exemple le plus typique est la taxe sur l’audivisuel, elle a souvent coûté plus qu’elle n’a rapportée.

Sur la loi de finances 2012 par exemple, j’ai compté plus de 230 taxes et impôts (ex : Taxe sur les farines, Taxe de ski de fond, Redevances et taxes funéraires, Taxes pour non réalisation de stationnement, etc ...) dont 150 environ concernent les entreprises. Sur toutes ces taxes, plus d’une centaine ont été modifiées en 2012, alors ne parlons pas des amendes.

Enfin une bonne nouvelle quand même car Sarkozy a supprimé la taxe "poisson" (espérons que le capitaine ne va pas la remettre).

Et bien dans tout ce fatras de taxes, supprimons en 90% (de toute façon la plupart ne sont pas rentables) et ne gardons que celle facile à récupérer. Certains pays (Voir encadré Comment fait le Brésil) ont trés bien compris comment récupérer des taxes sans que cela coûte un sou, il suffit de jouer sur le taux de TVA et sur les tarifs douaniers en plus ce sont les commercants qui collectent, donc des fonctionnaires en moins.

Ras le bol, les commissions

On n’arrive plus à compter le nombre de commissions qu’a créé Hollande depuis son arrivée, la dernière en date "Innovation 2030", présidée par la commissaire Anne Lauvergeon (que l’on nomme aussi la « Commissaire à rien ») qu’il fallait bien placer depuis que Sarkozy l’a virée d’Areva. Le 19 août dernier, important séminaire à l’Elysée ou l’on apprend qu’Hollande avait aussi demandé (en cachette) une commission sur « la France en 2025 ». Il parait que cela marque « le point de départ d'un travail de réflexion, associant les acteurs économiques et sociaux » (y a rien à rajouter après une phrase aussi pointue). A la fin de l’année, le commissaire général à la stratégie et à la prospective remettra au chef de l'Etat un rapport final (qu’il mettra à la poubelle, comme le « Gallois », le « Jospin » et tant d’autres).

Mise à niveau public/privé

Comme dit Sapin à propos de la réforme des retraites :"L'alignement public-privé ne rapporterait rien », oui surtout pour le PS.

Et pourtant, il est temps de faire un système de retraite universel, c’est à dire aligner les retraites du privé avec celle des fonctionnaires et des régimes spéciaux. Il suffit d’en prendre à ceux qui en ont trop pour les donner à ceux qui n’en n’ont pas assez (à l’image du système suédois).

C’est aussi mettre tous les salariés sur un pied d’égalité que ce soit au niveau des salaires, charges sociales , garantie de l’emploi ou plutôt non garantie, durée de cotisation et date de départ à la retraite (hormis les métiers réellement difficiles) . Il n’y a aucune raison qu’un fonctionnaire ne perde pas son emploi s’il a fauté ou par manque de rentabilité. Idem pour les régimes spéciaux. Cette différence divise depuis trop longtemps divise les français. Sans oublier les retraites de nos chers politiques, aucune raison qu’ils dérogent à la règle.

Alors, le changement, on le fait maintenant ?

Quelques réflexions

  • l’Administration de l'Agriculture a doublé, la population agricole a été divisée par deux!
  • Enseignants: + 16%; Eleves: -4%
  • Policiers (Etat pas municipaux): France 1/250 habitants; Grande Bretagne 1/380 habitants
  • François Hollande a plafonné les salaires de ses ministres et de ses plus proches collaborateurs. Une rigueur qui n’est en revanche pas de mise en matière d’heures supplémentaires. Certains agents qui n’y ont pas droit en bénéficient. D’autres n’hésitent pas à s’en faire rembourser jusqu’à 245 par mois ! La Cour des comptes évoque à ce sujet des « anomalies ». Ce ne sont pas les seules.
  • L’état se targue d’avoir récupéré suite aux contrôles fiscaux 12 milliards d’euros en 2012, mais plus de la moitié sont en fait factices et ne sont jamais versés. Les contrôles font donc rentrer réellement moins de 1% de l’ensemble des impôts.

Encadré :

L’exemple du Brésil

Le brésil (192 millions d’habitants) est moins équipé que la France en ordinateurs (26 millions au Brésil contre 27 millions pour la France). Pourtant le pays est trés en avance par rapport à la France. L’exemple le plus frappant concerne les guichets bancaires automatiques. Dans le moindre petit village la plupart des brésiliens font pratiquement toutes les opérations bancaires avec le guichet automatique. Pourtant, il y a au Brésil 14 millions d’analphabètes (Pour eux, le code secret est remplacé par les empreintes digitales de la main droite ). Ils peuvent retirer de l’argent, mais aussi en verser en espèces ou en chèques sur leur compte ou bien payer une facture en espèces ou par virement bancaire, vérifier leur solde, imprimer leur extrait de comptes (les banques ne les envoient jamais), mais aussi souscrire un prêt, etc..... . Les brésiliens possèdent plus de 460 millions de cartes bancaires (à l’ouverture d’un compte la banque vous donne au minimum une « carte de crédit » pour acheter cash et une « carte de débit » que vous utilisez pour payer en plusieurs fois sans frais ou pour un paiement différé).

Le Brésil est une terre d'innovation pour l'industrie des transactions sécurisées, les brésiliens sont trés ouverts aux nouvelles technologies. En 2010, un jour avant la fin de son mandat de huit ans, le président Lula recevait la première « carte d’identité high-tech », au cours des neuf prochaines années, la totalité des Brésiliens la recevront.

Au Brésil, il y a seulement deux scrutins organisés pour les élections et ceux-ci sont électroniques depuis longtemps.Tous les 4 ans, on élit le même jour, le Président de la république, les députés et les sénateurs fédéraux, les gouverneurs et les députés des états. Deux ans après et aussi tous les 4 ans, c’est au tour des élections municipales.

Tous les adultes ont un numéro fiscal qui permet en consultant internet de savoir si vous avez affaire à une personne qui a des dettes ou des impayés.

Les abonnements mobiles sont au nombre de 265 millions pour une population de 192 millions d’habitants. En 2009, alors qu’en France on utilisait les mobiles 3 bandes (inutilisables au Brésil), il y avait belle lurette qu’ils étaient en 4 bandes.

Encadré :

Comment fait le Brésil

Au Brésil, l’état a vite compris comment faire rentrer de l’argent facilement. Il vaut mieux en prendre un peu à tous le monde, plutot que prendre aux riches qui risquent s’expatrier. Le pays est dirigé depuis plus de 10 ans par les socialistes du Parti des Travailleurs (Lula et Dilma), poutant la gestion du pays n’a pas grand chose à voir avec le socialisme. Ici l‘état ne vit pratiquement que par les droits de douanes à l’importation et les taxes sur les produits (appelés en France TVA). Que vous soyez riches ou pauvres, vous n’y coupez pas. Ceux qui en payent le plus sont les pauvres qui dépensent une grosse partie de leurs revenus en taxes. Voici quelques exemples : Pommes de terre 25% chocolat 32%, vin 44%, un journal 32%, vêtement 27%, cigarette 78%, électricité 27%, papier hygiénique 68%. Dans le prix d’une voiture importée, il y a 1/3 du prix pour la voiture et 2/3 pour les taxes (C’est pour cette raison que les constructeurs implantent des usines sur place).

Encadré :

Nombre d’emplois en France

En 2011

  • Dans le privé :
    • 23,866 millions de salariés
    • 2,529 millions de non salariés

Dans le public :

  • Fonction hospitalière : 1,145 millions dont 15.800 emplois aidés
  • Collectivités locales : 1,881 millions dont 51.200 emplois aidés
  • Fonction de l’état : 2,466 millions dont 67.500 emplois aidés

Soit un total de 5 ,493 millions dont 134.500 emplois aidés (on se demande pourquoi car aidés ou pas, c’est toujours le contribuable qui paye, ou alors peut- être coûtent-ils plus chers que les autres!)

  • Organismes publics ou parapublics, entreprises publiques : 2 millions.

Total fonction publique : 7,493 millions

Partager cet article

Commenter cet article

NOURATIN 23/08/2013 16:00

Voilà magistralement résumé, le diagnostic de la maladie dont souffre la France et la prescription pour un traitement tout à fait raisonnable susceptible de mettre le pays sur la voie de la guérison.
Manque de pot, notre belle Démocratie est incapable de nous trouver les soignants assez courageux pour mettre en oeuvre le traitement.
La maladie continuera donc à s'aggraver jusqu'à ce que le malade en crève.
Vous avez fait le bon choix, demeurez tranquille au Brésil et si vous revenez un jour à Bergerac, ne vous éternisez pas, repartez assez vite pour ne pas reprendre racine, l'air n'est plus respirable.
Amitiés.

Capitaine Enzo 23/08/2013 22:05

Cher Nouratin
En tout cas je ne crois pas que le docteur qui va soigner la France sorte de l'ENA. Il faut inventer l'école qui va nous pondre ce téméraire ou peut-être alors la solution serait une bonne "dictature".
Capitaine Enzo