Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

Ces inventions qui dérangent

2 Septembre 2013 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Ces inventions qui dérangent

Au début des années 80, j’avais eu l’envie d’acheter une ferme à retaper dans une petite vallée des Alpes du sud, proche de Barcelonnette. Le fait qu’elle soit un peu à l’écart et l’ancienneté des batiments m’avaient conquis. Le batiment d’habitation était proche d’un torrent, ce qui me permettait d’avoir l’eau courante toute l’année et l’électricité que je pouvais produire grâce à l’installation d’un générateur fonctionnant grâce à la force de l’eau. Finalement, l’affaire est tombée à l’eau car je découvris à l’époque ce qu’était le monopole d’EDF. En effet, pour électrifier cette ferme, j’avais deux solutions, faire installer une ligne électrique qui me coûtait 150.000 francs, ou pour le même prix une mini centrale qui m’aurait procuré le courant gratuit, enfin c’est ce que je croyais. Pour en arriver là, il me fallait obtenir l’accord d’EDF. L’entreprise me fournit donc un projet de contrat qui m’autorisait à installer ma centrale avec la mise en place d’un compteur. Ce compteur leur servait à me facturer ma consommation (au tarif normal), bon prince, EDF me rachetait l’électricité que je consommais au quart de leur tarif. Dans cette affaire, j’étais le dindon.

C’est à partir de ce moment là que je suis devenu réfractaire à tous monopoles d’état. Dès que cela a été possible, je suis passé à la concurrence. C’est une particularité bien française, chez nous l’état est le plus gros commerçant et il s’arrange toujours pour être seul sur le marché (nationalisation des chemins de fer privés en 1937, du gaz, de l’électricité, du transport aérien, de la Banque de France, de 4 grandes banques, de 11 compagnies d’assurance, la télévision et la radio en 1945... et j’en passe !), même si l’europe essaye de changer les choses. Pour l’électricité, le train, le métro, l’essence ou l’autoroute, il n’y a pas d’autres choix que de payer le prix imposé faute de concurrence. En France, il faut éviter de chambouler l’ordre des choses. Si vous êtes un inventeur attention ! . Si vous avez créé des ciseaux spéciaux pour couper les poils du nez, pas de problème, mais surtout ne vous attaquez aux trusts ou même à l’état car au final vous n’aurez jamais le dernier mot (refus d’homologation, texte de loi interdisant votre produit ou autres tracasseries). Voici le cas de quelques inventions qui dérangent.

Le moteur à eau existe

le moteur à eau n’est pas un canular, comme le laissent entendre certains médias bien pensants. Malheureusement pour lui, il y a beaucoup d’intérets financiers en jeu et cela fait 40 ans que les politiques, aidés par les lobbies du pétrole, ont décidé de l’étouffer et de faire passer leurs inventeurs pour des gogols.

Au début des années 2000, Fabien Lecler avait convoqué la presse pour montrer son invention, un moteur fonctionnant avec de l’hydrogène fabriqué chimiquement à partir d’eau (voir photo). C’est ce que l’on appelle communément un « moteur à eau ». Il nous a fait une démonstration avec un groupe électrogène portable dont le réservoir d’essence avait été retiré et il y avait à coté un bac transparent permettant de fabriquer l’hydrogène avec de l’eau, de la poudre d’aluminium et de la soude caustique (hydroxyde de sodium). Fabien Lecler n’est qu’un inventeur et on était encore loin de l’industrialisation d’une voiture avec moteur à eau mais le système fonctionnait parfaitement. Fabien Lecler nous a alors expliqué que le système « dit sans réservoir d’hydrogène » pouvait avoir de nombreuses applications (Voitures , motos, centrales électriques, trains, bateaux, tracteurs agricoles, chauffage des maisons, groupes électrogènes, etc...). Ce système allait à l’encontre des moteurs à hydrogène ou à pile à combustible (avec réservoirs... d’hydrogène) que les constructeurs s’acharnent à créer. Ces derniers savent bien que s’ils remplacent le carburant par de l’eau, les services de l’état bloqueront l’homologation de leurs véhicules. Effectivement le système de Fabien Lecler ne nécessite pas la création d'un réseau de transport et de distribution de l'hydrogène (stations-services) et rend inutile la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Si un jour le pétrole vient à disparaitre, les politiques feront vite le choix entre nous laisser rouler à l’eau ou bien que nous conduisions des bombes roulantes. Que voulez-vous, on ne dit pas adieu comme ça à une rentrée fiscale de 32 milliards d’euros par an. Et puis Total tient à son fonds de commerce.

Si, en plus de faire le plein de la voiture au robinet de la cuisine, les français se mettent aussi à chauffer leur maison et à fabriquer leur électricité, où va t’on ?

Fabien Lecler a bien essayé de vendre son brevet à l’état français et à d’autres états étrangers (Canada, Sénégal, ...), mais il a vite compris qu’aucun ne s’intéressait à son invention. Aujourd’hui, il récidive : il veut retravailler l’invention du générateur électrique de Tesla (voir plus loin). Son brevet du moteur à eau est aujourd’hui tombé dans le domaine public, mais il n’intéresse que des gens comme vous et moi qui aimeraient bien supprimer le budget carburant. (voir encadré : Quel est le vrai prix des carburants ?)

Ces petits bricoleurs qui gènent l’état

Léonce Rudelle 70 ans, un inventeur dans le domaine des énergies renouvelables (détenteur du brevet du moteur qui se recharge dans les descentes et du radar installé dans les chars de l’US Army) a été réduit au silence. On ne sait pas qui a déclenché cette procédure. On sait juste qu'un médecin mandaté par le tribunal d'Albi est venu lui rendre visite au mois de mars dernier. En 45 minutes, il l'a jugé incapable de gérer ses intérêts. À partir de là, tout s'est enchaîné : le juge après une audition de 15 minutes l'a placé sous curatelle renforcée. Ces comptes sont aujourd'hui bloqués.L'Union départementale des associations familiales (Udaf) a été désignée comme curateur pour une période fixée à 5 ans.

Jacques Bristiel (Trois fois médaillés d'or du prestigieux concours Louis-Lépine) sort lui aussi un moteur qui fonctionne à l’eau. A chacune de ses inventions l'INPI le met au secret un certain temps avec interdiction d'exploiter et de divulguer ses projets. Pourtant son système est un peu plus classique car il utilise pour son moteur à eau deux réservoirs, dont un contient 60 % d'eau tombée du ciel et l'autre 40 % de carburant. Testé sur un tracteur agricole, il réussit à développer jusqu'à 500 CV. « Idéal pour améliorer le rendement des moteurs thermiques et réduire la consommation de carburant de 60 %. », dit-il.

Les Gouvernements ne veulent pas des énergies gratuites

L’automobile est rentable, elle rapporte à l’état 52 milliards d’euros par an (24 milliards de TICPE + 8 milliards de TVA sur les carburants + 20 milliards de TVA sur les ventes de voitures, et sans compter les amendes) et elle ne coûte que 16 milliards (pour l'investissement, l'exploitation, les grosses réparations et... le fonctionnement de la police, les dépenses de l'État et des collectivités territoriales). Alors si en plus des petits rigolos viennent faire des inventions qui lui casse le travail et ne rapportent rien, heureusement la presse est là pour faire passer ces inventeurs pour des simples d’esprit.

Les recettes 2013 de l’État, s’élèvent à 298,6 milliards d’euros (Mds€) (soit 95,5% des recettes nettes de l’État). La plus importante est la TVA (141,2 Mds€), l’impôt sur le revenu (71,9 Mds€), l’impôt sur les sociétés (53,5 Mds€) et ensuite les taxes automobiles et carburant (52 Mds€).

Aux Etats-Unis, le poids des taxes est le plus faible puisqu’il ne représente que 17 % environ du prix du gazole et 15 % de celui du SSP 95. Au Japon, il est d’environ 40% et en France la moyenne s’établit à 60 % environ. (voir encadré Quel est le vrai prix des carburants)

Vous l’avez compris, pour que la population pollue moins, Hollande et les verts préfèrent créer des taxes écologiques.

La solution des constructeurs, c’est « l’usine à gaz »

Les constructeurs ne font aucune recherche, en tout cas avouée, sur le moteur à eau. Pour l’instant, c’est la voiture électrique ou à hydrogène qui les intéresse. Pourtant le public boude les nouvelles motorisations (sur 1.898.000 voitures neuves vendues en 2012, il y a eu 212 GPL, 0 GNV, 629 hybrides et 311 électriques, autrement dit une misère). Si la voiture à eau existait, il y a fort à parier qu’elle ferait un carton.

Aujourd’hui quelques constructeurs travaillent sur les voitures à hydrogène, ce sont BMW, Fiat, Honda, Ford, Mazda et Mercedes (voir encadré). Ces véhicules sont équipés de réservoirs d’hydrogène sous forme liquide à -253 °C (obligation de compresser l’hydrogène car 5 à 7 kilos sont nécessaires pour assurer une autonomie supérieure à 500 km, car non compréssé 1 kg d'hydrogène représente un volume de 12 m3.). Son injection dans le moteur nécessite de le réchauffer entre le réservoir et le moteur.

Qui c’est les plus forts, c’est Renault !

Renault a effectué des progrès spectaculaires. Leur système c’est la mise en place dans la voiture d’un réformeur qui fabrique l’hydrogène nécessaire pour faire rouler le véhicule (chouette ! ). Intéressant non, et avec quoi fabrique t-il cet hydrogène, je vous le donne en mille, Emile ? eh bien avec de l’essence, et oui, il faut continuer à faire le plein à la station. En plus, c'est une usine à gaz car le reformage s'effectuant à haute température, vous serez obligé d’attendre plusieurs minutes avant de mettre en route le moteur et pour cela, il est nécessaire d’avoir une bonne batterie car il consomme beaucoup d'énergie au démarrage.

Et les économies dans tout ça, le carburant hydrogène est jusqu'à 100 % plus cher que les carburants traditionnels, et le coût actuel des piles à combustible est de l'ordre de 3.000 € par kW, contre 30 à 50 € par kW pour les motorisations conventionnelles.

Et voici l’avenir promis par nos gouvernants

L'hydrogène n’est pas un produit existant dans la nature, même s’il est présent dans l'eau, il faut le fabriquer. Sa production provoque le rejet des gaz à effet de serre et est dépendante des hydrocarbures ou de l’électricité. Il n'est pas certain que le procédé soit vraiment rentable. Aujourd’hui 96 % de l'hydrogène est produit à partir d'énergie fossile, dont 48 % à partir du gaz naturel, 30 % des hydrocarbures liquides, 18 % du charbon. 4 % seulement est produit à partir de l'électricité. Si l’on généralise l’hydrogène pour les transports et l'automobile, cela nécessiterait une véritable révolution pour la filière.

L’hydrogène que l’on nous promet viendra remplacer les hydrocarbures lorsqu’ils se seront raréfiés donc l’unique solution pour le fabriquer sera l’électricité. Pour alimenter en hydrogène le parc automobile français il faudra multiplier par 2 voire par 4 le nombre de centrales nucléaires ( de plus, l’électrolyse est cinq fois plus coûteuse 5 €/kg que les autres systèmes ).

Aux États-Unis, le Gouvernement étudie actuellement le projet d'une centrale nucléaire de nouvelle génération permettant la production industrielle d'hydrogène. Cette centrale serait installée dans l'Idaho et nécessiterait un investissement supérieur à 1,5 milliard de dollars pour un début de production à l'horizon 2020.

Aujourd’hui, 208 stations à hydrogène sont opérationnelles dans le monde, l’Allemagne en compte 33 tandis que la France n’en possède que ...trois. Dans son plan « pour des carburants plus propres » (mais plus explosifs !) l’Union Européenne réclame l’implantation de stations hydrogène, d’ici 2020, tous les 300 km.

L’avenir c’est le moteur à eau

Les voitures électriques ne décollent pas, les voitures à hydrogène font peur (comme les GPL), alors il reste une solution, c’est la voiture à eau. La solution va peut-être venir du Japon.

Genepax, une société japonaise, vient de dévoiler le Water Energy System (WES). Cette voiture fabrique son hydrogène qui alimente des batteries et roule grâce à un moteur électrique. Le seul plein à faire pour rouler est le plein d’eau. Les japonais, toujours très inventifs, veulent sortir une voiture fonctionnant uniquement à l'eau et attendent un accord avec les grandes marques automobiles pour commercialiser leur véhicule (ça c’est moins sûr!). Avec 1 litre d'eau (n'importe quelle eau) le moteur fonctionne 1 heure à 80 km/h, vous pouvez rajouter de l'eau à tout moment et le moteur peut fonctionner en continue tant qu'il y a de l'eau. Cette société a fermé son site internet car elle subit actuellement des cyber-attaques.

Mais il se pourrait qu’il y ait mieux que le moteur à eau : l’énergie libre

Qui est Nikola Tesla, inventeur de l’énergie libre ?

Nikola Tesla né en 1856 en Croatie, il émigra à New York en 1884. Se battant pour ses idées, ses différences de vues avec Einstein furent l’objet de vifs débats entre eux. Après avoir été boudé pendant des décennies, le génial Nikola Tesla revient en force dans la quête de l’Energie Libre.

Rappelons qu’il est l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l'utilisation du courant alternatif, mono et multiphasé, et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom. Vers 1890 Nikola Tesla découvrit que l’énergie électrique pouvait circuler autour de la terre dans une zone atmosphérique comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude. Les financements lui furent retirés sous la pression des distributeurs d’électricité ainsi que le retrait progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. En 1895, il était un génie. En 1917, il n’était plus rien.

L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il suffisait de puiser. Pour bien le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion. Il a laissé 135.000 pages de documents qui sont loin d’être toutes exploitées. La légende s’empare de lui aujourd’hui car sa vision du futur semble la bonne. On peut affirmer que Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle, peut- être le plus grand depuis Léonard de Vinci.

Il déposa 700 brevets dont celui qui nous intéresse le générateur électrique Tesla qui produit de l’électricité à l’infini sans aucun carburant.

Le générateur électrique de Tesla

Le système le plus prometteur semble être le générateur de Nikola Tesla car il peut produire une grande quantité d'électricité sans pollution. Le procédé est un moteur qui tire son énergie par des aimants permanents (dont les pôles sont mis en opposition dans un rotor). Ces moteurs tournent par eux-mêmes sans aucune énergie extérieure, couplés à un générateur, ils produisent de l’électricité. On peut utiliser ce système pour équiper une voiture, électrifier son domicile, etc...

Les plans des moteurs à aimants permanents sans électricité existent depuis longtemps, mais de nombreux inventeurs se sont, soit fait assassiner ou mystérieusement disparus, soit dirigés vers d'autres recherches. Aujourd'hui chacun peut les fabriquer, il vous suffit d'obtenir les plans et de le faire. Mais cela restera du bricolage!

Reste à développer ce moteur à énergie gratuite au stade industriel, et là, c’est une autre paire de manche. Le système ne génère pas assez de fric pour les lobbies et les états.

Au Japon, le moteur Minato, fonctionnant à l’énergie libre, est aujourd’hui en production. Minato en aurait vendu 40.000 exemplaires. Le moteur de Minato utilise la répulsion et non à l’attraction comme source d’énergie. D’après l’inventeur, Il subit très peu de pertes, ne chauffe pratiquement pas et a un rendement de 330 %, très largement supérieur aux moteurs conventionnels. C’est l’apparition des aimants plus puissants, dans les années 1980, notamment au néodyme qui permet aujourd’hui de rendre la chose possible.

Une autre invention va certainement bouleverser également la donne. La voiture électrique est trés peu prisée pour son autonomie limitée et pour les temps de recharge particulièrement longs. Tout dernièrement, des chercheurs de l’Université de Californie ont fait une retentissante découverte… passée plutôt inaperçue. En faisant des études sur le graphène, une variété de carbone, ils lui ont découvert des propriétés qui pourraient tout simplement révolutionner les batteries !

En cherchant un moyen de produire du graphène de façon industrielle, les équipes de équipes de l’Université de Californie ont découvert, totalement par hasard, que des batteries au graphène était capables de stocker de l’énergie électrique trés rapidement (les batteries se rechargent en quelques minutes). Dans le cas de la voiture « Tesla » même plus besoin de s’arrêter pour recharger les batteries. Les arrêts ne seront que pour le bonhomme.

Les batteries actuelles, qu’elles soient au nickel ou au lithium, contiennent des matériaux rares, coûteux et polluants. Avec les batteries au graphène, constituées de carbone, élément présent dans la nature, le prix de revient sera nettement moins cher.

Donc résumons avec votre voiture (générateur Tesla + batteries au graphène + moteur électrique), vous supprimez le budget carburant, le prix de la voiture n’est pas excessif (car sur les modèles électriques actuels ce sont les batteries qui grèvent le prix) et vous bénéficiez de beaucoup d’autres avantages.

· absence de pollution et d'émission locale de gaz à effet de serre,

· silence de fonctionnement,

· rendement énergétique élevé du moteur électrique (x 2 ou x 3 celui du moteur thermique),

· fiabilité mécanique du moteur électrique,

· indépendance vis-à-vis du pétrole.

Et surtout plus de passages à la pompe et finies les taxes.

En France, il est formellement interdit de fabriquer son propre moteur et de le mettre dans sa voiture. Il faut passer « votre voiture aux mines » et l’homologation est un tel casse-tête que les gens préfèrent tricher et ne rien dire. Nos dirigeants poussent les industriels vers l’hydrogène pour les voitures avec un réservoir sous vos fesses (même Airbus travaille sur un avion à deux étages, le second au dessus de vos têtes c’est la bombe, pardon... le réservoir à hydrogène). Ils ont perdu la mémoire, il me semble pourtant que l’hildenburg (en 1937) et la navette Challenger (en 1986) ont bien explosé, non !

Mercedes est le 1er grand constructeur à faire un 1er pas vers la voiture à eau.

Le Mercedes Ener-G-Force qui a été présenté au Salon de Los Angeles en 2012, carbure à l'eau et à l’électricité. Mercedes a pourvu ce véhicule de quatre moteurs électriques, situés dans chacune des roues. Une solution idéale sur un 4x4 car elle permet de piloter indépendamment la traction de chaque roue. Pour alimenter ces moteurs, le courant est issu d’une pile à combustible mais le véhicule ne dispose pas de réservoir à hydrogène. Celui-ci est directement fabriqué dans la voiture à partir d'une électrolyse de l’eau contenue dans un réservoir. La voiture fonctionne donc à l’eau...et ne rejette que de l’eau. Mais dans ce schéma, une source d’électricité importante est évidemment nécessaire pour assurer l’électrolyse de l’eau. Deux packs de batterie interchangeables, situés dans les jupes latérales de la voiture, assurent ce rôle. Reste à voir si le bilan énergétique d’un tel dispositif est effectivement intéressant. Mercedes affirme qu’il est ainsi possible de parcourir 800 km avec « un plein » d’eau et d’électricité.

Pendant ce temps les constructeurs français carburent au « mazout » qui représente plus de 70% des ventes chaque année. La France est au ralenti, ses constructeurs misent sur l’Electrique, le GPL et le GNV (gaz de ville).

Quel est le vrai prix des carburants ?

Total paie le litre de brut près de 60 centimes d’euros alors que les vénézueliens payent à la pompe le litre de super à 1,7 centimes d’€, les iraniens 7 centimes d’€/L et les saoudiens 12 centimes d’€/L. Pourtant il me semble que Total n’achète pas le pétrole mais possède de nombreux gisements. Je vois mal ces pays producteurs vendre le carburant en dessous du coût de revient. Le vénézuelien paye le litre à la pompe 118 fois moins que le français.

De 2011 à 2012

  • le prix du litre de brut est passé de 0,503€ à 0,588€ soit + 17%
  • le prix du raffinage d’un litre de brut est passé de 0,034€ à 0,091€ soit + 267% pour l’essence
  • le prix du raffinage d’un litre de brut est passé de 0,081€ à 0,108€ soit + 33% pour le gazole
  • le prix de la distribution d’un litre d’essence est passé de 0,105€ à 0,087€ soit - 20%
  • le prix du raffinage d’un litre de gazole est passé de 0,095€ à 0,085€ soit - 11%
  • la part de la TICPE sur un litre d’essence est passé de 0,612€ à 0,607€ soit – 0,8%
  • la part de la TICPE sur un litre de gazole est passé de 0,438€ à 0,428€ soit – 2,3%
  • la TVA sur la TICPE sur un litre d’essence est resté le même : 0,120€
  • la TVA sur la TICPE sur un litre de gazole est resté le même : 0,086€
  • la part de TVA sur un litre d’essence est passé de 0,126€ à 0,133€ soit + 19%
  • la part de TVA sur un litre de gazole est passé de 0,150€ à 0,153€ soit + 15%

Soit au total une variation de 8,4% pour l’essence et de 0,7% pour le diesel.

*Source UFIP (Union Française de l’Industrie Pétrolière)

· Quand le baril augmente, la part des distributeurs baisse.

Quelques vérités sur l’automobile

· Savez-vous pour quelle raison en France les véhicules diesel sont plus chers que les modèles essence ? Eh bien les constructeurs vous répondront invariablement que les coûts de fabrication sont plus élevés parce qu’on fabrique moins de diesel que d’essence. Et pourtant 70% des français achètent des diesel.

· A la fin des années 90 Nissan avait avoué fabriquer la Micra pour 4000 francs (elle était vendue TTC sur le marché français de 85.000 à 105.000 francs), de même que Volkswagen indiquait que sa Golf vendue aux alentours de 140.000 francs lui coutait 21.000 francs.(Cela les médias n’en n’ont jamais parlé)

· Les pots catalytiques sur les moteurs diesel à injection indirecte : Bruxelles avait obligé la mise place des pots catalytiques par les constructeurs automobiles sur tous les modèles diesel au 1er janvier 1997. Mais nos trois constructeurs français n’étaient pas prêts à en équiper leurs modèles car ils étaient restés au diesel à injection indirecte (Le catalyseur ne fonctionne que sur les moteurs à injection directe). Les constructeurs ont alors demandé une dérogation à l’état qui leur a été refusée. Tous les prix des voitures diesel ont donc été majorés de 7000 francs pour l’ajout du pôt catalytique qui n’était d’aucune utilité. L’état avait préféré éviter des amendes de l’Union Européenne et les propriétaires « mazoutés » ont payé ce supplément pour rien. Cette situation dura plus de 2 ans et se termina lorsque nos constructeurs équipèrent leur « mazout » de l’injection directe (apparition des HDI remplaçant des TD et TDI).

· Les réservoirs GPL sans soupapes de décharge. Le gouvernement français en supprimant la TIPP sur le GPL en 1992 a permis la multiplication des ventes de véhicules gépélisés en France. Toutefois, le matériel destiné à être installé pour la transformation était, soit italien, soit néerlandais. Les industriels français, désireux de s’accaparer une partie du marché (celui des réservoirs GPL), firent pression sur le Ministère de l’industrie et obtinrent la suppression de la soupape de décharge pourtant obligatoire dans le reste de l’UE (car ils étaient incapables de la mettre au point). Résultat, après quelques explosions et quelques décès de pompiers, le gouvernement rétablit ladite soupape en 1999.(c’est le client qui dut racheter un nouveau réservoir aux normes)

· La garantie du constructeur ne joue pas : Les marques automobiles ne fabriquent pas de véhicules gépélisés d’usine. Quand les constructeurs français vendent un véhicule au GPL, ils utilisent la sous-traitance pour son installation. Mais si vous allez chez le même installateur qu’eux avec votre véhicule essence pendant la période de garantie pour une installation identique, vous perdez la garantie (dans le 1er cas non).

· Le comble du bonus-malus « écologique ». En 2012, 70,8% du parc automobile français est composé de diesel (contre 9,9% il y a 30 ans). Les véhicules diesel rejettent 87% des particules émises contre moins de 10% pour les moteurs à essence non catalysés. C’est le résultat de la politique française. Et le diesel bénéficie du bonus-malus « écologique », alors qu’il a été retiré pour les véhicules au GPL beaucoup moins polluants que les essence. Le diesel, à travers ses fumées noirâtres, émet beaucoup d’oxydes d’azote et de benzopyrènes, des particules fines, réputées cancérigènes et suspectées d’être responsables d’allergies, et de maladies cardio-pulmonaires. Les particules fines sont une catastrophe environnementale et sanitaire : 40.000 personnes en meurent chaque année prématurément en France (10 fois plus que la mortalité routière).

· La côte officielle de l’Argus n’a rien d’officielle. Depuis que le gouvernement de de Gaulle en 1946 confia la mission à l’Argus de répertorier sur tout le territoire le nombre de véhicules roulants en état (voitures, camions, tracteurs,...), ce journal dit que sa côte est « officielle » . En revanche elle n’a rien à voir non plus avec une côte occasion puisque elle présente la valeur de reprise de votre voiture par un professionnel, la vraie valeur de votre voiture est 15% supérieure.

Projet Aibus à hydrogène. Bon voyage et bon courage !

Projet Aibus à hydrogène. Bon voyage et bon courage !

Voiture à eau Genepax

Voiture à eau Genepax

Mercedes Ener-G-Force

Mercedes Ener-G-Force

Voir les commentaires

Des coussins pour les fesses du président

20 Septembre 2013 , Rédigé par Capitaine Enzo

Des coussins pour les fesses du président

En 1972, je travaillais à Marseille et lorsque je rentrais chez moi après ma journée de travail au bureau, je passais tous les jours devant l’atelier d’un menuisier. Je m’arrêtais souvent car à ses heures perdues, il fabriquait de très jolis meubles, copies d’anciens en marquetterie. Pendant plusieurs mois j’ai vu trôner dans son atelier une table de nuit style Louis XV qu’il fabriquait pour la préfecture. Par curiosité, un soir, je lui posais la question : Quel prix vendez-vous ce petit meuble ? Il me répondit 50.000 francs. A l’époque, je gagnais 800 francs par mois, c’est à dire légèrement au dessus du Smig et ce meuble, qui pour moi, était inutile, représentait plus de 5 ans de mon salaire. J’avais trouvé bizarre que la préfecture offre au préfet un meuble de ce prix pour sa chambre à coucher, surtout que ce meuble, en général va toujours par paire. Beaucoup plus tard, au début des années 90, un représentant d’une firme de mobilier urbain m’avait montré son catalogue sur lequel se trouvait le lampadaire qu’il avait réussi à vendre à la ville de Paris pour les Champs élysées. Chaque lampadaire coûtait 120.000 francs !

Hollande marchera-t-il sur les traces de de Gaulle qui payait ses timbres de sa poche ou sur celles de son mentor Mitterrand qui méprisait l’argent au point d’avoir vécu quatorze ans à l’Elysée sans sortir un centime de ses poches ?

La gauche s’est offusquée pendant des années notamment sur Sarkozy et son «bling bling», alors que c’est pendant la période ou la gauche a dirigé le pays que l’on a constaté les plus gros abus et pillages des caisses de l’état. Le grand spécialiste de la question a été Mitterrand. Tout comme, il est surprenant que les deux présidents socialistes qui se présentent en donneurs de leçons de morale, sont loins d’être des anges de félicité. Le premier, Mitterrand, a imposé au contribuable la prise en charge de sa maitresse pendant 14 ans dans le plus grand secret. Le second, Hollande, qui pourtant a décrété le mariage pour tous, vit avec une dame à l’Elysée qui n’est ni sa femme, ni sa concubine, donc sa maitresse et que l’état prend intégralement en charge.

On nous a ressassé pendant 5 ans du « Sarkorzy au Fouquet’s », mais rien pendant 14 ans sur Mitterrand qui y avait la table 83 réservée pour lui, aux frais de l’état. Rien non plus sur Hollande qui a fété sa victoire aux primaires du PS au restaurant de la « Maison de l’amérique latine », endroit aussi huppé que peut l’être celui des Champs Elysées.

Hollande, qui a tant critiqué le couac de démarrage de Sarko, est pris en flagrant délit de bling bling, deux heures à peine après avoir été élu. Désireux d’apprendre les résultats de son fief corrézien, il se trouvait face à un dilemme cornélien: vivre la plus belle soirée de sa carrière en Corrèze auprès des siens ou à la Bastille avec ses partisans. Heureusement, son équipe de campagne lui a trouvé une solution. Un truc tout bête, mais il fallait y penser, louer 2 Falcon (coût : 30.000 euros), pour féter la victoire au milieu de ses partisans réunis place de la Bastille. Si la note peut paraître élevée, c’est parce qu’il a fallu, en fait, louer deux Falcon. Le nouveau chef de l’Etat est ainsi, il ne voyage jamais sans sa cour. Face aux critiques, son entourage répondait qu’il eut été inconvenant de ne pas se rendre à la Bastille afin de remercier les dizaines de milliers de sympathisants réunis en ce lieu mythique de la gauche française, tiens pardi, voilà une bonne raison !

Deux ans de smic pour dix minutes de discours

Les Français n’ont pas tardé à découvrir le bonhomme : celui qu’ils ont choisi est un homme politique comme les autres, c’est à dire un élu habitué depuis trente ans aux dorures des palais républicains. Un professionnel de la politique n’ayant jamais rien connu d’autre que l’argent des contribuables pour assurer son très confortable train de vie.

L’affaire des coussins

L’été dernier, l’affaire des coussins de Brégançon a fait grand bruit, non pas parce que la dépense était somptuaire, mais parce que le candidat Hollande aurait mieux fait de se taire avant de faire cette promesse aux Français qu’il serait un "président normal" durant tout son quinquennat.

Pour faire normal, Hollande avait bien préparé son voyage pour Brégançon, le 2 août, il prit le train Paris Toulon Hyères au milieu d’autres voyageurs médusés. Il fait ensuite les 20 derniers kilomètres en voiture, bref, François Hollande se dit que la situation est sous contrôle, qu’il vient de montrer une preuve irréfutable de sa "normalité", sauf que, patatras, surgit l’affaire des coussins de luxe.

En effet, on apprend que pour préparer ses vacances de l’été 2012, la compagne du président s’était rendue avec quelques conseillers (en avion) pour vérifier si le Fort Brégançon était en état de recevoir le couple présidentiel. Quelques semaines plus tard, on apprit, par le Canard enchainé, les mésaventures d’un chauffeur espagnol perdu sur les routes du Var, incapable de trouver le Fort de Brégançon pour y déposer son précieux chargement : 14 cartons de chez Kettal qui, selon le journal, contiendrait essentiellement des coussins de chaises à 200 euros pièce (14 cartons de coussins... pour 2 chaises !). Kettal n’est pas n’importe qui, il est le roi des designers espagnols et ses coussins sont réputés pour être à la fois très beaux et très chers.

Si François Hollande a donc choisi de passer ses vacances de "président normal" à Brégançon, ce n’est pas une raison pour être mal assis. Parfois changer les draps ne suffit pas…

L’époque du général de Gaulle n’est pas si lointaine.

Avant l’arrivée de Sarkozy, il était impossible de connaitre le budget de l’Elysée, 80% des factures étaient payées soit par des fonds secrets, qui ont été supprimés par Jospin en 2001 et aussi par les budgets de certains ministères, notamment la Défense.

Un qui n’en profitait pas, c’était bien le général de Gaulle qui payait lui-même ses factures d'électricité et de téléphone de ses appartements à l'Élysée et même les timbres de ses courriers personnels. Il ira même jusqu'à refuser la retraite de Chef d'État. Mieux encore, alors que c’est lui qui avait mis en place, après guerre, la sécurité sociale, il refusait de se faire rembourser ses soins médicaux, ses visites chez le médecin et ses médicaments. Et Yvonne, sa femme, n’était pas en reste, elle n’avait pas de conseillers en communication. En décembre 1962, lors de la visite du Premier ministre britannique, Mme de Gaulle emmena Mme MacMillan visiter le château de Dampierre. Mais ce jour-là, le chateau, appartenant au Duc de Luynes, était fermé au public car il y avait une chasse suivie d’une réception. Mmes de Gaulle et MacMillan s’acquittèrent du prix des billets d'entrée, comme pour n'importe quel visiteur et se contentèrent de visiter le parc.

Dès son installation à l'Elysée, de Gaulle avait déclaré au Protocole : Vous inviterez mes enfants à deux réceptions par an, c'est tout. Quant à Philippe de Gaulle, son fils, son père ne l'emmena que deux fois en dix ans, en voyage officiel (Allemagne et Russie), en qualité d'aide de camp, c'est-à-dire au plus humble des rangs. Un jour, le général convoqua son petit fils Charles junior, alors agé de 16 ans, à l’Elysée, pour le chatier, suite à une photographie parue dans la presse où on le voyait attablé à une terrasse de café en compagnie de... Johnny Halliday !

Mitterrand, le monarque

Ce n’est pas Mitterrand qui aurait demandé le contrôle des comptes de la Présidence de la République, en effet imaginez ce que découvrirait aujourd'hui la Cour des Comptes ! rien qu'en contrôlant ce qu'a dû coûter aux citoyens sa liaison extra-conjugale. Il faisait garder le domicile de sa maitresse par les forces de police. Elle eut aussi le droit pendant 14 ans, d‘occuper le chateau de Souzy-la-Briche quand bon lui semblait (Ce domaine, propriété de l’Elysée coûte à l’état 235.000 euros par an). Combien de fois le président a fait l'aller retour Paris Salon de provence en avion présidentiel, puis ensuite l’hélicoptère jusqu’à Gordes vers la maison de sa maîtresse et de sa fille illégitime.

Mazarine Pingeot, sa fille adultérine, a bénéficié aussi de nombreux avantages payés par le contribuable :

  • un chauffeur l’emmenait à l' école tous les matins
  • elle prenait les avions du GLAM pour partir en vacances avec ses copains,
  • elle était logée aux frais de l'Etat avec sa mère dans un appartement de fonction normalement réservé aux collaborateurs du président de la République, quai Branly .
  • Elle était escortée de jour comme de nuit par des gardes républicains chargés de sa sécurité aux frais de l'Etat durant 2 septennats ! Une estimation a évalué les coûts de la vie extra-conjugale du monarque socialiste à plus de 4 millions d'Euros pour la seule Mazarine !
  • Pour la petite histoire Mitterrand, en son temps, envoya un avion du Glam chercher en province le chat de Mazarine, perdu lors d'un déplacement présidentiel...

Mitterrand, pour masquer les dépenses exorbitantes de l'Elysée, avait fait employer par AIR FRANCE, une centaine de salariés de l’Elysée. La compagnie était pourtant déjà au bord de la faillite, à l’époque. A son arrivée à l’Elysée, il doubla le nombre de Falcon que beaucoup de ses ministres utilisaient pour partir en week-end ou en vacances.

Pendant ses deux septennats, il passa de nombreux noël en Egypte à Louxor, et même, alors qu’il n’exerçait plus, il s’y rendit de nouveau avec sa double famille et un plein avion de gens qui l’entouraient aux frais de la république. Mitterrand voyageait beaucoup en Concorde et toujours avec deux, au cas où le premier tombe en panne. Ses invités suivaient dans un Airbus ( ex : le 13 septembre 1985 : Il se rend avec Concorde à Mururoa pour présider la première réunion du Comité de coordination du Pacifique Sud et le 23 octobre 1985, rebelote, c’est son premier ministre Laurent Fabius qui se rend de nouveau avec Concorde, à Mururoa). Sans oublier les ballades en Hélicoptère jusqu'à Latche et pour rendre visite à ses amis. En 1999, alors que Mitterrand n’était plus de ce monde depuis 3 ans, il y avait toujours la compagnie de CRS à Larche, mise en place depuis son premier septennat, sans doute pour empêcher que l’on vole les deux ânes de l’ex-président.

En 14 ans de règne, il a lancé des chantiers pharaoniques (Institut du monde arabe, Ministère des finances à Bercy, Musée d'Orsay, Bibliothèque nationale de France, Cité de la Musique à la Villette, Centre culturel Tjibaou en Nouvelle Calédonie et la création de plus de 30 musées en régions). Rien qu’en 1989, Mitterrand a inauguré le Grand Louvre, l'opéra Bastille et la Grande arche dont il avait également lancé les programmes . En tout cas, cela ne se sait pas, mais la dette de la France (il n’y avait alors ni crise financière, ni crise monétaire, ni crise économique et ni crises politiques révolutionnaires au magrebh...) a augmenté de plus de 250 % pendant le "règne" de François Mitterrand, un symbole de vertu.... !

On comprend maintenant pourquoi il est enterré à « Jarnac »!! un nom à son image.

Le scandale du mobilier de l’état

A chaque nouveau président ou remaniement ministériel, allez savoir pourquoi, on change le mobilier et la décoration. Nos gouvernants ne s'équipent pas chez IKEA , mais dans le stock du mobilier national, quand d’autres, comme Mitterrand, commandent de nouvelles pièces. Le « Mobilier national » conserve plus de 200 000 meubles et objets d’art mis à la disposition des élites de la République, mais faute de contrôle, il paraitrait que 16.000 pièces seraient manquantes.

La France figure en tête des pays pillés, avec l’Italie, l’Allemagne et la Russie pour ce qui concerne les biens culturels. Mais les « pilleurs » du mobilier national, ne sont pas à rechercher parmi la pègre, mais plutôt parmi les fonctionnaires, voire même parmi les hommes politiques hauts placés et qui jouent de leur impunité. C’est Jean-Pierre Bady, chargé de la mission inter-ministérielle pour l’évaluation des mobiliers et oeuvres d’arts de l’état, qui l’affirme. Pourtant, l’état ne poursuit que très rarement les collaborateurs indélicats qui se sont offerts une pièce.Les administrations ont beaucoup de réticences à porter plainte. Ces vols sont facilités par le déplacement régulier de ces pièces , ainsi, il n'est pas rare qu'un collaborateur changeant de ministère emporte avec lui son bureau Louis XV. Faute de déclaration officielle, il est alors difficile pour le Mobilier national d'en retrouver la trace. Rien n'empêche non plus un ministre de l'offrir à son collaborateur au moment de son départ en guise de remerciements pour le travail accompli.

La seule fois ou la Cour des comptes s'est chargée d’un contrôle (en 1992 ministère de la Santé, du Travail, et des Affaires sociales), les objets manquants ont été évalués à l'époque à près de 740 000 francs, notamment une vitrine Louis XVI, d'une valeur de 300 000 francs. A Aix-en-Provence, un magistrat a été surpris en train de déménager en pleine nuit des meubles du Palais de Justice. A l'assemblée nationale, ce sont 39 pièces qui ont disparu parmi lesquelles des tables de jeux "restauration" en acajou, une bergère 1er empire et un Picasso. Rien qu'à l’Elysée, la Cour des Comptes avait constaté en 2009 que 150 objets avaient disparu par rapport à 2008. Depuis une liste informatique a été mise en place et désormais, chaque fonctionnaire est responsable des objets et mobiliers présents dans son bureau. Lors du dernier contrôle en 2012, elle a constaté 109 disparitions, dont 71 ont été retrouvés après enquête auprès des fonctionnaires, comme par hasard. Autre anecdote, celle des deux magnifiques commodes Louis XV de l’ambassade de France au Danemark, dont l’une est malheureusement une copie réalisée à la demande d’un ambassadeur… reparti avec l’original, sans que n’ait jamais été déposée la moindre plainte ! Ou bien, cette pendule astronomique du XVIIIe siècle, d'une valeur de 100 000 euros qui trône chez l'épouse de Silvio Berlusconi, après avoir été dérobée en 1991 au château de Bourges.

Le "Voyage et navigation fait par les Espagnols aux Isles de Mollucques" d'Antonio Pigafetta (l'auteur du récit du premier tour complet de la Terre, qu'il accomplit avec Magellan), publié vers 1525, n'existe plus qu'à dix exemplaires. Des exemplaires de ce livre rarissime ont disparu, entre 1974 et 1979, à la bibliothèque Mazarine, à la bibliothèque municipale d'Orléans ainsi qu'au service historique de la Marine. Le responsable de ces vols, officier de police judiciaire puis commissaire, a été arrêté en 1983 pour effectuer dix mois de détention provisoire, avant d'être à nouveau appréhendé en 1987, à la suite du vol d'autres livres et de monnaies provenant de diverses institutions. »

Certains hommes politiques ont bien essayé de mettre un terme à ces abus, comme celui qui consiste, pour des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay ou certains parlementaires, à se croire chez eux dans les meubles du mobilier national.

Le problème est ailleurs

Le scandale des dépenses publiques n’est pas là ou l’on pense, en effet les constructeurs mettent gratuitement des voitures d’apparat à disposition. Quand on dit qu’un déplacement présidentiel nécessite un budget de 500.000 euros de force de police, les CRS sont payés au mois et non à l’intervention. Même chose pour les frais de voyage en Falcon ou en Airbus estimé à 27000 € de l'heure, Il faut savoir que l'état est propriétaire des avions, que les pilotes sont des militaires payés au mois, que l'état est son propre assureur, et que l'avion est stationné, gratuitement bien sûr, sur une base militaire (Villacoublay) !! . Quant au carburant, une grosse partie du prix est composé de taxes que l’état récupère.

Non le problème est qu’il y a trop de fonctionnaires autour de nos gouvernants. Quant aux pilotes des avions présidentiels, ils ne font pas assez d’heures de vol et ils sont obligés de faire des heures de simulateurs pour garder leur qualification. Pourquoi, ne pas revendre tous ces avions qui restent cloués au sol la plupart du temps (un avion de compagnie vole 18 heures par jour) et utiliser la formule location, comme font la plupart des chefs d’états étrangers et comme à l’époque où les présidents utilisaient le Concorde, c’était un équipage d’Air France qui était aux commandes.

encadré

Un exposition privée de Laurent Fabius au Quai d'Orsay

Fabius vient de se faire un beau cadeau de 85 000 euros aux frais de l'Etat. Il a demandé que le musée d’Orsay lui prête quelques oeuvres qui ont été installées pendant 4 mois, fin 2012, dans les deux principaux salons du ministère du quai d’Orsay qui mènent à son bureau. Un responsable du musée a expliqué, sans rire, au Canard enchainé que "Mr. Fabius a eu cette idée pour attirer l'attention des visiteurs sur l'exposition "L'impressionnisme et la mode", qui démarrait le 25 septembre au musée d'Orsay". Quels sont ses visiteurs ? Les chefs d'Etat étrangers ? Non, les visiteurs des Journées du patrimoine.

Un beau cadeau financé... par les contribuables. Sauf que les journées du patrimoine ne durent que deux jours... et l'exposition privée a duré quatre mois. Le coût de 85.000 euros comprend la fabrication des fournaises pour accrocher les tableaux, le recours à un architecte-scénographe et le dispositif de sécurité, l'installation et le montage par une entreprise spécialisée, puis les frais d’impression pour le livret destiné aux visiteurs VIP, sans parler de quelques menus frais". Et si on lui demandait de rembourser ?

Questionné sur cette exposition, Fabius a répondu : "La diplomatie, ce n'est pas simplement la diplomatie stratégique, comment on essaye d'avancer en Syrie ou ailleurs, c'est aussi le rayonnement économique et le rayonnement culturel. Et la peinture française, de même que la langue française, de même que la science française, ça fait partie de la diplomatie".

Encadré

Ce que paye vraiment le Président de la République...

En plus de son salaire, le président de la république est logé, nourri, habillé, équipé. Il n’a donc quasiment aucune dépense. Il doit simplement payer ses impôts (impôts sur le revenu et taxe d'habitation, cette dernière s'élevant à environ 2000 euros). Mais son budget de frais de représentation reste un mystère, comment expliquer que Hollande ne puisse pas se payer de vacances, c’est l’état qui doit le lui payer. Sarko allait dans sa belle famille au Cap nègre, quant à Cameron et Merkel, ils payent de leur poche leurs vacances. Il faut dire que Hollande a sans doute des pensions alimentaires à payer.

En général Hollande ne diffère pas de ses prédécesseurs, les présidents de la république sont près de leurs sous, quand il s’agit des leurs... seulement.

Jacques Lang, éternel ministre de la culture

Jack Lang a toujours dépensé sans compter l’argent public pour la création. Plus que les autres hommes politiques, il a toujours eu le souci de vouloir marquer de son empreinte les différentes fonctions qu'il a occupées. Pour son passage au ministère de la Culture, on retiendra, outre la création de nouvelles manifestations culturelles (Fêtes de la musique, Journées du Patrimoine) et la création de « Capitale européenne de la culture »(qui coûte cette année pour Marseille 700 millions d’euros aux contribuables), l’Opéra Bastille, la grande bibliothèque et surtout la multiplication par cinq du budget de la culture en 8 ans.

Ainsi, en 2000, il fit refaire par une designer une série complète de meubles destinés à la salle à manger du ministère, les premiers ayant été jugés inconfortables.Il a été aussi à deux reprises ministre de l’éducation nationale et à chaque fois cela s'est traduit par la mise en chantier du bâtiment et par de nombreux changements de décor à des prix très élevés. La première fois en 1992, il sait pourtant que son passage va être bref à ce poste, puisque tous les sondages indiquent que les socialistes vont perdre les législatives de 93. Qu’importe, il commande à un artiste peintre qu'il affectionne, Pierre Alechinsky, le soin de redécorer un salon du ministère, baptisé depuis "Salon Alechinsky" (Six panneaux amovibles (dont on ne connait pas le prix),plus une toile d'Alechinsky du même peintre pour la modique somme de 80 000 euros.

Lorsque Jack Lang revient au ministère en 2000, il ressent le besoin de renouveler le mobilier. Il fait remplacer les meubles Louis XV par un mobilier beaucoup plus moderne. Fin connaisseur des arts décoratifs, Jack Lang va faire appel à l'une des plus célèbres designers de l'époque, Andrée Putman. Des meubles vont être réalisés sur mesure pour un coût de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

En 2002, Luc Ferry successeur de Jack Lang est pris dans une petite tempête médiatique. On reproche au nouveau ministre de l'Education nationale d'avoir effectué des travaux de réaménagement coûteux sur sa résidence de fonction, l'hôtel de Breteuil, or après enquête, il s'avère que les travaux de réaménagement du pavillon ont été décidés... par Jack Lang lui-même.

Un autre trait de Lang est de laisser des ardoises. Battu aux municipales à Blois, il invita tous les Blésois, le 23 mars 2001, à un verre de l’amitié. Le tribunal administratif contraint son successeur, l’UDF Nicolas Perruchot, plusieurs années après, à payer la note de .... 22.143,84 euros.

Depuis le début de la Vème république, le ministère de l'Education a vu défiler dans ses murs 28 ministres de l'Education nationale, "soit un tous les 21 mois" Or à chaque changement de ministre, untel décide de renouveler le mobilier, un autre de transformer certaines pièces en bureau ou en salle de travail. A chaque remaniement ministériel suit une série de réaménagement des locaux, plus ou moins coûteux.

Le cas Jack Lang est symptomatique de l'attitude des hommes du pouvoir à s'autoriser des largesses qui s'apparentent au fait du prince.

Encadré :

Comment un député peut-il devenir propriétaire sans débourser le moindre euro ?

Nos députés disposent de nombeux avantages, un studio bureau au Palais Bourbon et la gratuité du téléphone ou des voyages en train en première classe. Le revenu d'un député est de 7064 euros brut par mois. En plus de ce salaire, il perçoit également une indemnité (IRFM) de 6 209 euros brut par mois qui sert à toutes ses dépenses de représentation : vêtements, restaurations, matériel, dépenses de communication... et un bureau dans la circonscription.

Quand l'indemnité de frais de représentation sert à louer un bureau, difficile d'y voir quelque chose à redire. Mais certains députés sont plus malins en utilisant l'IRFM... pour acheter en leur nom propre un "bureau", c'est-à-dire un appartement dans leur circoncription ou même à Paris. l'Assemblée Nationale propose des prêts à dix ans à un taux imbattable de 2%. "Emprunter à plus long terme n'a dès lors guère d'intérêt : en cas de défaite prématurée, le député devra continuer de payer sur ses propres deniers ou revendre son bien pour rembourser l'emprunt",

Il vaut mieux investir que de louer à perte, sauf que le bien immobilier ne finit pas dans le patrimoine de l'assemblée nationale, mais revient au député, qui devient ainsi l'heureux propriétaire d'un bien sans avoir déboursé le moindre euro de sa poche.

Mitterrand avait sa table au Fouquet's réservée en permanence

Mitterrand avait sa table au Fouquet's réservée en permanence

Voir les commentaires

Pép..laire l’exemp..ère (ou, c’est quand la fin de l’immunité de Hollande ?)

17 Octobre 2013 , Rédigé par Capitaine Enzo

Pép..laire l’exemp..ère (ou, c’est quand la fin de l’immunité de Hollande ?)

En décembre 2006, lors d’une émission de Karl Zero sur le « club du net aol » Hollande était questionné sur le rôle de la première dame de France. Il disait notamment à propos de Bernadette Chirac : « Il n'est pas question de donner une quelconque responsabilité à une conjointe que l'on a pas élu. Pour moi Bernadette Chirac est une conseillère générale du canton de Corrèze... On élit un homme, une femme, on n'élit pas son conjoint ». Pour une fois, je suis tout à fait d’accord avec lui !. Je ne veux pas payer les voyages, le personnel et le train de vie de sa maitresse Madame Trierweiler avec mes impôts. Et en plus je ne suis pas d’accord pour que Madame Trierweiler rencontre à mes frais un couple de lesbiennes sud-africaines.

Qui est Valérie Trierweiler ? Elle n’est pas l’épouse de Hollande, elle n’est pas non plus sa concubine (pas de Pacs, pas de déclaration d’impôt commune) et pourtant elle vit aux crochets de l’état. Un policier du Service de protection des hautes personnalités coûte 71 000 euros par an et par fonctionnaire (chiffre de la Cour des comptes) aux contribuables auxquels s’ajoutent le salaire et les frais annexes, soit 40 000 euros. Or, le plus jeune des enfants de Valérie et de Denis Trierweiler a une escorte de deux policiers qui se relaient chaque jour pour l’emmener au collège dans leur voiture de service. Il a pourtant un père et une mère qui ont des moyens pour assumer cette charge. Pour quelle raisons, est-ce aux contribuables à prendre en charge cette dépense de 220 000 euros par an.

Combien coûte Trieweller ?

Non seulement le fils cadet est pris en charge par l’état, mais il semblerait également que l’ex-mari de la maitresse de Hollande serait sous la protection du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). On a assez reproché à François Mitterrand d’avoir fait prendre en charge par l’État la vie de sa maitresse et de sa fille cachée pendant 14 ans aux frais de l’état. Aujourd’hui, bien que tout se sache plus vite, les médias continuent à couvrir le détournement des deniers de la république. Décidemment, les présidents de gauche ont toutes les audaces et tout le monde trouve cela normal, moi non et je ne dois pas être le seul.

Valérie Trierweiler dispose à l’Elysée de bureaux et de personnel (chauffeurs, gardes du corps, collaborateurs, équipe d'experts en communication) qu’Hollande a pris soin de mettre à son nom, mais personne n’est dupe. Guillaume Larrivé, député UMP a interrogé Jean-Marc Ayrault, lors de questions au gouvernement sur le coût, pour les finances de l'État, des collaborateurs affectés au service de Madame Trierweiler. Il avait aussi été question du site internet officiel de Madame Trierweiler ainsi que du personnel et des rémunérations des agents à son service.

Un mois et demi après, Matignon finit par répondre (c’est plutôt long!): « Cinq collaborateurs sont affectés au service de Madame Valérie Trierweiler : deux agents contractuels et trois fonctionnaires mis à disposition de la Présidence de la République. Le total des rémunérations mensuelles nettes de ces cinq personnes est de 19 742 €. Et Ayrault rajoute (alors qu’on lui a pas demandé de comparer). A titre de comparaison, huit collaborateurs étaient affectés au service de la Première Dame, Madame Carla Bruni-Sarkozy, en janvier 2012 pour une rémunération mensuelle nette globale de 36.448 €. A celle-ci s'ajoutaient tous les mois les facturations de deux prestataires externes assurant pour la Première Dame la gestion d'un site internet pour un montant de 25 714 €, soit une dépense mensuelle totale de plus de 60 000 €. »

Or, Jean Marc Ayraut ment, en effet sitôt après l'élection de Hollande, Carla Bruni injuriée par Valérie Trierweiler (comme d’ailleurs toutes les ex-premières dames à l'exception de Danièle Mitterrand), déclarait à VSD « On m’a beaucoup critiquée, mais moi, au moins, je n’avais que deux personnes à mon cabinet, et je n’intervenais pas quand un papier me déplaisait». Cette information a même été confirmée par le chef de cabinet de Valérie Trierweiler, le journaliste Patrice Biancone, recruté pour diriger ( et pour réparer les bourdes de la patronne) les quatre personnes mises par l'Élysée à son service pour sa communication personnelle. Il disait au journal « Le Monde » le 20 mai 2012 : « le cabinet de Valérie Trierweiler compterait "4 à 6 personnes"... Sans compter les officiers de sécurité » Il est le seul collaborateur de Mme Trierweiler venu de l'extérieur, la compagne du président ayant décidé de garder à ses côtés les deux personnes qui s'occupaient du secrétariat de Carla Bruni-Sarkozy. "Une autre personne, déjà présente à l'Elysée, pourrait venir renforcer l'équipe"

Quant au salaire de 19 742 € pour 5 personnes soit 3950 euros par personne, c’est encore un mensonge de Matignon car en 2010, la moyenne des salaires des communicants étaient de 7043 euros. Il serait étonnant que Patrice Biancone émarge à un si petit salaire. Quant au salaire de 36.448 € pour les deux personnes de la communication de l’ex-première dame, Matignon ne nous fera pas croire qu’elles gagnaient autant que le président de la République. Quant au coût du site de Valérie Trierweiler, pas de réponse de Matignon.

Carla Bruni-Sarkozy possédait déjà son site en tant que chanteuse. Quel rapport y a t’il entre le site de l'ex Première Dame de France (composé de 3 parties : l’une pour la 'Fondation Carla Bruni-Sarkozy sous l’égide de la « Fondation de France », la seconde pour son rôle d’ambassadrice du « Fonds Mondial de Lutte contre le Sida » et la troisième pour son action de Première Dame) et aujourd’hui ce site de l’Elysée à la gloire d'une journaliste "compagne" de François Hollande et qui n’a aucune mission de qui que ce soit?

En septembre 2012, Valérie Trierweiler s'est auto proclamée « ambassadrice de la fondation Danielle-Mitterrand » qui est censée outre l'accès à l’eau pour tous, défendre les Droits de l'Homme . Valérie Trierweiler n'est dépositaire d'aucune autorité publique. Elle n'est pas non plus chargée d’une mission de service public. Si l’on résume, cette dame coûte aux contribuables environ 60 000 euros par mois , soit 720 000 euros par an (pour ses 5 communicants et pour son fils), ne sont pas comptés dans ce montant ses frais de bouches, sa garde-robe, ses voyages, sa protection rapprochée, ses chauffeurs et le coût de protection de son ex-époux.

Le gouvernement est pris au piège de ses mensonges en avouant le budget de dépenses de la maitresse de Hollande. Un aveu pur et simple de détournement de fonds publics à des fins privées. Cette réponse officielle du 1er ministre est la preuve des malversations de François Hollande !

Au fait ! Est-ce que le couple présidentiel va faire une déclaration d'impôts commune pour l'année 2013, et payer l'ISF? Ou Pépère, l'illusionniste va-t-il de nouveau se déclarer célibataire? Quel suspense...

La plainte de Xavier Kemlin

Xavier Kemlin est le petit-fils de Geoffroy Guichard le créateur du groupe Casino. Il s’est fait connaître des médias, en 2011, quand il entama une grève de la faim, dans sa voiture, devant le siège de Casino, afin de défendre les salariés et obtenir la démission du Conseil d’Administration de l’époque. C’est lui aussi qui a obtenu que l’ex-Pdg de la Société Générale Daniel Bouton, comparaisse lors du procès de Jérôme Kerviel (Voir : Kerviel ou la justice à 2 vitesses). Il dénonça au cours du procès l’absence des vrais responsables que furent l’AMF (Autorité de régulation des marchés), ou encore la direction de la Société Générale, véritables responsables des pertes colossales, supportées par les petits actionnaires et les clients de la Banque.

Mais Il est peu connu en France, ses actions sont boycottées par les médias…. Et ce n’est pas sa dernière provocation qui va lui ouvrir les portes des plateaux télé et des rédactions… il a tout simplement décidé de porter plainte contre Valérie Trierveiler pour détournements de fonds publics. Après un 1er échec (sa première plainte a été rejetée), il vient d’en déposer une seconde le 30 avril 2013 avec constitution de partie civile. Cette dernière a été acceptée et a donné suite à la nomination du juge Le loire chargé d’instruire l’affaire.

Ceux qui pouffaient de rire au début commencent à rire jaune, car le plaignant est déterminé à mener l’affaire à son terme. Hollande est trés embarrassé par cette affaire car bien que les médias n’en n’ont pas parlé, beaucoup de français sont au courant. Et si l’affaire aboutit, Pépère est coincé et n’a que deux solutions:

  • Soit il laisse Mme Trierveiler être mise en examen pour recel de détournement de fonds publics puisqu’elle n’a aucun lien avec lui (ni marié, ni pacsé, ni concubin),
  • Soit Hollande déclare qu’il est en concubinage avec Valérie Trieweller, ce qui est notoire depuis six ans, et il peut être accusé de fausse déclaration de patrimoine et de fausse déclaration fiscale …, ce qui le rend inéligible.

Xavier Kemlin est peut être l’homme qui va abréger le mandat de François Hollande et faire un cadeau aux 75% de Français qui n’en veulent plus à la tête de l’état.

Il semble que pour l’instant, Hollande ait opté pour une 3ème méthode, faire le mort et jouer l’intimidation envers le plaignant. En effet Xavier Kemlin a adressé un message en octobre au site d’une bloggeuse « la révolte »..Il indique avec amertume que rien n’a été fait par la justice alors que Valérie Trierweiler aurait du être convoquée devant le juge en septembre. Il confie être harcelé par "les RG et le service Action" au point de craindre pour sa vie : « que vont-ils inventer pour me décrédibiliser ou m'éliminer ? »

Voici le message de Xavier Kemlin : « je comprends mieux la France : Maintenant que je sais que 75 % des journalistes votent à gauche et que les journaux et les journalistes bénéficient d’avantages fiscaux biens supérieurs aux communs des mortels dont je fais partie ( mortel sans doute plus vite avec les RG et le service action ) aux fesses !!!???

Que vont ils inventer pour me décrédibiliser ou m'éliminer ? en tout cas ça à l'air d’ être la patate chaude ma plainte car à ce jour aucun juge d'instruction nommé et ça va faire 3 mois !!! j'ai confiance dans la justice de mon pays, disait Maitre A Buffard, son avocat, en rigolant !

©Calculette pour www.revolte.exprimetoi.com

Hollande a peur

Hollande n’est pas tranquille car cette affaire peut lui attirer des ennuis, des soupçons de fraude fiscale circulent sur le net depuis longtemps.

Tout d’abord, comme tout présidentiable, Hollande a fait une déclaration de patrimoine parue au Journal Officiel, or ce document présente un « os » (découvert par la bloggeuse Calculette). Hollande a tout simplement omis de mentionner "certifiée sur l'honneur sincère et exacte" (voir document), ce qui est passible d’inégibilité. Quand on voit aussi les suspicions sur son patrimoine, on comprend pourquoi il a omis de certifier sur l’honneur. Il a déclaré (publiée au Journal officiel du 11 mai 2012), un patrimoine de 1,17 million d'euros, soit en dessous du seuil de l'impôt sur la fortune, qui est de 1,3 million d’euros. Depuis, "ça n'a pas changé", hormis un compte courant à la Société générale passé de 2 790 euros "à 5 500 euros", indique-t-on à l'Élysée.(Il devrait avoir plus, il a tout gratuit)

déclaration fiscale pas trés normale de Hollande

Hollande est pauvre, mais par omission. Son patrimoine de 1,17 M€ est composée :

  • Une maison à Mougins (Alpes-Maritimes) de 130 m² pour 800.000 euros (Selon la Chambre des notaires, sa valeur serait de 1.380.000 euros)
  • Deux appartements à Cannes de 80 m² pour 230.000 euros (valeur Chambre des notaires: 392.000 euros) et de 54 m² pour 140.000 euros (valeur Chambre des notaires: 264.000 euros)
  • Divers meubles d'une valeur de 15.000 euros (Même pas le minimum retenu par les assurances pour un deux pièces)
  • Un contrat d'assurance-vie à la Société générale de 3500 euros
  • Trois comptes courants, dont un à La Banque postale crédité à 4960,73 euros

Mais apparemment, il n’a pas tout dit, le bruit cours qu’il possède également des biens immobiliers à Londres au 6 Thomas More Stree d’une valeur estimée à 2.622.060€. Il a oublié aussi sa SCI « La sapinière » au Capital de 914.694€, de location de biens immobiliers et de terrains dont le siège social est 28 avenue Duquesne 75007 Paris. Où lui et Ségoléne possèdent différents biens, SCI au CA environ de 218.000€ annuel. Nous arrivons donc à 4.658.060€, pas mal pour un président normal.

C’est sans compter les biens de Valérie Trierweiler (elle serait l’héritière de la Banque Massonneau vendue au Crédit de l’Ouest) qu’il aurait dû rajouter (obligation de faire une déclaration commune pour l’ISF), puisqu’ils sont concubins notoires depuis 6 ans). Oubli, erreur ou omission, peu importe, les services fiscaux pourtant si prompts à redresser les fraudeurs semblent particulièrement figés.

La déclaration de Hollande entachée par un oubli

Il est étonnant que ni le Conseil constitutionnel ni la Commission pour la transparence financière de la vie politique (voir encadré) ne semblent avoir relevé ce grave manquement à la Constitution de nature à invalider la candidature et l'élection de François Hollande ! Le texte de loi est pourtant précis :

« Dans les deux mois qui suivent son entrée en fonction, le député [NDLR : en l’occurrence "le Président"] est tenu de déposer auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique une déclaration certifiée sur l'honneur exacte et sincère de sa situation patrimoniale concernant notamment la totalité de ses biens propres ainsi que,(…) »

Publiée au Journal Officiel JORF n°0110 du 11 mai 2012 page 9000 , la déclaration de situation patrimoniale de François Hollande n'a pas été certifiée "sur l'honneur, exacte et sincère" ! Et pour cause ! me direz-vous ...

Encore une fois le Conseil constitutionnel n’a pas fait son boulot. En tout cas, toutes ces affaires montrent qu’il y a un fort lobby de gauche qui musèle toutes les affaires. Sarkozy et la droite n’en profitent pas.

Hollande, dites-nous la vérité

Il n’y a jamais eu autant d’affaires de financements occultes du PS que pendant les 13 ans de gouvernance du parti par François Hollande. Il n’a jamais pu montrer une quelconque autorité et cela a été la débandade dans nombre de fédérations départementales (voir Hollande tire les ficelles de la justice). Martine Aubry a bien essayé de faire le ménage, quand elle a pris la suite, mais de guerre lasse elle a dû abandonner. Elle disait : « Couille molle, enfoiré, niveau zéro de la politique » ( dans les couloirs du PS.Propos rapportés par l’Express) . « A mon arrivée en 2008, le Parti était un champ de ruines. Je vais devoir déboucher les chiottes moi-même … On lui a confié le PS, il nous a rendu la SFIO…. Nous n’étions pas crédibles pour les Français…C’est un homme de coups, il n’est jamais sur le fond. Sous Jospin, il n’était pas au gouvernement et ne se sentait pas au niveau»

Quand je vois Hollande s’ apitoyer à la télévision en Afrique du sud cette semaine devant la photo d’un enfant noir tué pendant les émeutes de Soweto à l’époque de l’Apartheid, je ne peux m’empêcher de penser à cette petite fille de 4 ans et demi, dont le père a déposé plainte contre le trio Lang/Moscovici/Hollande (voir Hollande tire les ficelles de la justice) pour complicité de viols en réunion et non assistance à personne en danger. Cette gamine a servi d’objet sexuel et depuis elle en est morte de MST sans aucun soin. Il est normal que son père réclame justice. Monsieur Hollande, j’en ai assez de vos mensonges.

Encadré :

Encore une commission qui sert à rien

Cette Commission (Commission pour la transparence financière de la vie politique) a la mission de contrôler les déclarations de patrimoine de plus de 6 000 personnalités (ministres, députés, sénateurs, députés européens, principaux élus locaux et dirigeants d’organismes publics) afin de vérifier qu'elles ne s'en mettent pas plein les poches entre le début et la fin de leur mandat. Créée en 1988, la commission est donc capable de suivre l'évolution du patrimoine d'un élu au cours de sa carrière politique. Ils doivent déposer dans les deux mois de leurs prises de fonctions leurs déclarations de patrimoine, mais il y a de nombreux oublis.

Entre le 1er décembre 2009 et le 19 décembre 2011, 25 % des élus régionaux, 9% des élus départementaux et 13% des sénateurs, soit un total de 199 élus avaient oublié. Depuis décembre 2011, chaque oubli est désormais signalé au parquet. Ceux qui ont oublié risquent donc une sanction d’un an d’inéligibilité et une amende de 15 000 euros, mais on demande à voir. Bonne nouvelle aussi, la Commission peut, depuis la réforme du 14 avril 2011, demander les déclarations d’impôt sur le revenu ou sur la fortune.

En 23 ans d’activité, la Commission a transmis 12 dossiers au parquet, qui ont tous donné lieu à un classement sans suite. Bravo, on comprend pourquoi Cahuzac a caché pendant plus de 20 ans son compte à l’étranger.

Une dernière brève: depuis fin 2011, la commission vient d'annoncer cette semaine avoir déposé 1 dossier au parquet.

La déclaration de Hollande n'est pas certifiée sur l'honneur

La déclaration de Hollande n'est pas certifiée sur l'honneur

Voir les commentaires

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley

7 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley

Aux USA, les élites sont ceux qui ont créé de grandes entreprises, autrefois, les Ford, Rockfeller et Vanderbilt et aujourd’hui les Bill Gates, Mark Zuckerberg, Larry Page, Steve Jobs, etc... Chez nous les grands patrons sont pour la plupart nommés par l’état et certains sont très critiqués comme Carlos Goshn (pour son gros salaire) ou Philippe Varin (pour sa retraite chapeau). Non en France, nos élites sont nos politiques et surtout ceux qui ont fait l’ENA. Ces gens sont supérieurs à nous, tiens cela me rappelle une anecdote : A la fin des années 90, au cours d’un diner, je me suis retrouvé à la même table qu’un homme politique. Celui-ci avait une quarantaine d’années et n’avait jamais travaillé de sa vie. C’était un politicard professionnel. Son job c’était 1er adjoint au maire dans un arrondissement de Paris. Je ne sais si c’est l’alcool aidant, mais celui-ci mis en confiance, finit par nous avouer vers la fin du repas que nous, « le peuple », nous étions trop c... pour réfléchir et prendre des décisions et qu’heureusement eux étaient là pour penser et décider à notre place. Cet homme politique était de droite, mais à gauche, ce sont les mêmes. Quand je vois Culbuto et sa clique, se foutre complètement des sondages et prendre des mesures que personne ne lui a demandé, je pense vraiment qu’ils nous prennent pour des cons.

La semaine prochaine la fleur de nos élites, c’est à dire Culbuto, tout droit sorti de l’Ena, va déjeuner avec les grands patrons de la Silicon valley. Parmi les participants, le gratin, il y aura Eric Schmidt, CEO de Google, Sheryl Sandberg, Chief Operating Officer de Facebook, Jack Dorsey, cofondateur de Twitter et CEO de Square, Tony Fadell, fondateur et CEO de Nest, Marc Benioff, Chief Executive Officer de salesforce.com, ou Mitchell Baker, CEO de Mozilla Corp, ainsi que quelques entrepreneurs français installés là-bas. C’est la première fois qu’un chef d’état français s’y rend. Quand ils vont écouter notre énarque leur donner des leçons d’économie, ça va certainement les faire rire. Vaudrait mieux qu’il parle de son scooter. Une chose, c’est sur, va les impressionner.... c’est son coup de fourchette !

Je suis tombé cette semaine sur une étude qui est publiée tous les ans depuis 1995 par la fondation américaine Heritage et qui détermine pour chaque état des indices de liberté économique. En 1995, la France était 16ème sur 177 pays. Aujourd’hui elle est 70 ème avec un indice de 63,5% (elle est même devancée par le Rwanda 64,7% et le Ghana 64,2% et se retrouve dans la même catégorie que Madagascar 61,7%). Cette fondation fait son classement sur les critères de liberté d'entreprise, des échanges, le poids des taxes et impôts, les dépenses du gouvernement, la stabilité monétaire, les investissements, la dérégulation financière, la protection de la propriété privée, la lutte contre la corruption et la libéralisation du travail.

En France, le gouvernement continue à dominer les principaux secteurs de l'économie comme actionnaire important, et n’autorise pas vraiment la concurrence (SNCF, EDF, GDF Suez, France télecom, Air France, RATP, SAFRAN, AIRBUS, Total, PMU, Renault, AREVA, etc...). Les dépenses du gouvernement représentent pour plus de la moitié du PIB.

Qui fait la course en tête ?

Les bons élèves sont Hong kong, Singapour, l’Australie, La Suisse, la Nouvelle Zélande et le Canada avec des pourcentages de 80 à 90%. Dans le tableau suivant de 70 à 80% on trouve les USA (75,5%), la Grande Bretagne (74,9%), mais aussi le Chili (78,7%), le Japon (72,4%) la Georgie (72,6%) et la Colombie (70,7%). Dans cette catégorie de bons élèves on retrouve la plupart des états de l’Union Européenne, à part la France, l’Italie et le Portugal.

Certains mettent en doute le classement de la France

Le rang de la France ne serait pas conforme à la réalité. D’après certains économistes, elle se situerait plutôt vers la 100 ème place. En effet cet organisme américain prendrait trop en compte les décisions des états (comme les annonces de Mr Hollande, par exemple, qui souvent n’aboutissent pas).Le socialisme et son économie dirigiste est le nivellement par le bas. Il ne génère que de la pauvreté. Tout cela grâce à notre élite politico-administrative formatée à l’ENA.

Libre-échange 82,8% : L’Europe permet à la France de relever sa note sur le Libre-échange (Ce bon chiffre est dû au marché unique européen instauré en 1992 et aux sanctions imposées par la commission de la concurrence) Aujourd’hui, l’action du gouvernement socialiste qui prône d’acheter le « made in France. » va plutôt dans le sens contraire.

Droits de propriété : 80%. Ce score élevé est étonnant quand on connait les revendications du droit au logement qui donnent lieu à des occupations illégales d’appartements vides , de plus encouragées par la ministre du logement.

Business : 79,9%. Ce score est fantaisiste. En France, c’est connu maintenant du monde entier, c’est le pays ou l’on peut prendre en otage des patrons. La France considèrent les syndicalistes comme des héros et leurs crimes sont absous.

Politique monétaire : 76,1%. Heureusement que nous ne sommes plus sous le régime de la Banque de France. C’est encore l’Union Européenne avec la BCE, n’en déplaise à beaucoup de Français, qui est garante des libertés économiques.

Les Investissements et les finances des entreprises à 70%. C’est oublier la chute des investissements étrangers de moins 77% en 2013 (contre une hausse de 292% en Allemagne) et celle des entreprises françaises qui sont passés de 75 milliards en 2011 à 22 milliards en 2013. De plus, le pacte de responsabilité proposé par Hollande aux chefs d’entreprise est contraire à la liberté d’entreprendre.

Corruption : 69,9%. Ce score médiocre est justifié quand on connaît les coulisses des marchés publics et la politique des « grands contrats » à l’étranger qui est une exception française. Quand le coût du barril de pétrole revient à 4 cents et qu’il est revendu 100 dollars, le pétrolier ne peut pas garder la différence. Il faut bien qu’il la verse à quelqu’un, comme dit Mr Le Floch-Prigent, ex-PDG d’ELF ( qui a été laché par Mitterand) dans son dernier livre.

Marché du travail : 51,8%. C’est l’absence de la liberté de licenciement qui est la principale cause de la mauvaise note, sans compter l’usine à gaz de notre code du travail que personne nous envie.

Fiscalité : 48,4%. Rien d’étonnant à ce mauvais score avec le matraquage fiscal de Hollande et ce n’est pas fini. La France mérite bien son titre d’enfer fiscal. La France est en queue de peloton pour ce qui est du matraquage fiscal (où elle se retrouve en compagnie des pays scandinaves)

Taille de l’État et dépenses publiques : Là c’est le pompom 5,6%. Avec ce score, la France est complètement larguée et se retrouve au niveau de Cuba et de la Corée du Nord. Ce chiffre donne une idée du désastre français dans ce domaine.

En conclusion, le classement décerné à la France est trop beau pour correspondre à la réalité. Notre rang réel se situe vraisemblablement à la centième place en compagnie du Bénin.

Nos élites ne s’intéressent pas à ce classement

On constate une corrélation entre le degré de liberté et la richesse d’un pays.Les économies considérées « libres » qui ont un degré de liberté supérieur à 80% tandis que dans celles dites « réprimées » ce degré est inférieur à 60%. Il y a 91 économies réprimées, allant de l’Ouganda juste en dessous de la barre avec un index de 59,9% jusqu’à la Corée du Nord avec un index de liberté de 1,5%. La France n’est pas loin de cette catégorie avec 63,5% (64,1 en 2012). Elle se situe 33è sur 43 pays européens et son score global est légèrement supérieur à la moyenne mondiale, mais inférieur à la moyenne européenne. Avouez que pour un pays qui se vante d’être la 5ème puissance mondiale, y a de quoi se poser des questions.

Pourquoi aussi peu d’échos ? quand on est le dernier de la classe avec des notes médiocres on ne s’en vante pas.

Que font nos élites pour améliorer?

Depuis 30 ans, nous avons eu : l’augmentation des impôts, l’augmentation des taxes, l’augmentation du chômage, l’augmentation de la dette, l’augmentation des délocalisations, l’augmentation de l'immigration et l’augmentation de la pauvreté.

85 % des étudiants issus des écoles de journalistes sont classés a gauche , certains se soignent mais la majorité restent porteur du gênes marxiste à vie. Il n'y avait qu'à voir la conférence de presse de Hollande en pleine affaire Gayet/Trierweiler. Aucun journaliste pour poser la question dérangeante et légitime, tous des béni oui oui. Même constat pour ceux qui sortent de l'école de la magistrature de bordeaux. Partout ou sévissent les énarques c'est un désastre industriel (Voir encadré : Quelques exemples de la gestion d’énarques). Il faudrait un gouvernement et un parlement composés de citoyens et personnalités de la société civile ( pour rééquilibrer entre les avocats , enseignants et hauts fonctionnaires qui composent majoritairement les assemblées en décalage total avec le monde de l'entreprise et du travail). Les fonctionnaires désirant rentrer en politique devraient démissionner de la fonction publique et ne plus pouvoir y revenir, comme cela se fait dans toutes les démocraties.

On ne veut plus de technocrates diplômés qui ne connaissent rien à l'économie et qui s' engagent, comme à la loterie, les uns à droite, les autres à gauche , dans le seul but de faire carrière. Les élites qui dirigent l'Etat, (polytechniciens, Centraliens HEC, ENA Sciences Po,etc etc) sont des forts en math, mais des nuls en économie.

Un jour la cocotte va sauter, le plus vite sera le mieux. En tant que citoyen, autant dire une merde aux yeux des politicards, il ne nous reste qu’un levier pour faire sauter le bouchon, consommer le moins possible, car ils ne comptent que sur la consommation pour tenir l'économie. Plus vite nous serons au fond du gouffre, plus vite nous pourrons les remplacer.

Les Francais sont patients, mais jusqu'à une certaine limite. La France n'avait jamais été autant divisée, surtout depuis l'arrivée du crétin à l'Elysée.

Des réformes urgentes sont à faire

La réforme des retraites Sarkozy rapportera 25 milliards par an à partir de 2017, Hollande l’a pourtant combattu. Sa mini réforme sur les retraites ne rapportera que 7 milliards par an en...2030! Les raffineries de pétrole étaient bloquées et les stations-services étaient à sec. Le PS soutenait ces blocages. La TVA sociale de Sarkozy que Sapin qualifiait de criminelle, ils l'ont supprimée dès leur arrivée. Ils en reprennent pourtant son principe mais en le rendant quasi inopérationnel avec leur usine à gaz CICE qu'ils décident aujourd’hui de remplacer par leur pacte de responsabilité... après avoir augmenté impôts et charges de plus de 40 milliards en 2 ans !

Moscovici et sa clique se vantent de redresser la France alors que leur délire fiscal a abouti en 2013 à ce que l'Etat récolte 15 milliards d'Euros de recettes en moins. « Trop d'impôts tue l'impôt », c'est la seule chose qu'ils sont parvenus à prouver.

L’Europe a revu depuis longtemps son millefeuille.

La Finlande prend les français pour des gens bizarres. Il ont décidé de diviser par 3 le nombre de communes. Il y en avait 547 en 1950, 416 depuis 2007, il devrait en subsister un peu moins de 150 en 2017. D’autres pays ont réduit depuis longtemps le nombre des communes (de 14 338 à 8414 en Allemagne, de 2359 à 596 en Belgique, de 1387 à 277 au Danemark, Royaume uni de 1118 à 238 et de 2281 à 290 en suède, entre autres). La France avec ses 36 683 communes représente à elle seule 41% des 89 000 communes de l’Union Européenne.

Ces dernières années, de nombreux pays se sont engagés dans un mouvement de fusion de communes, qui s’est intensifié avec la crise. Ainsi, la Grèce, a divisé par trois le nombre de communes en 2011 (de 1034 à 325) ; le Luxembourg devrait les diminuer de 40 % d’ici à 2017. Qu’attend-on en France pour faire un gros ménage ? par exemple fusionner la commune avec le canton. Cela abaisserait leur nombre à 4.055 au lieu de 36.683. Supprimer l’échelon région et départements comme l’a fait la Finlande, cela permettrait de supprimer en même temps un certain nombre d’élus et de fonctionnaires (7,5 millions fonctionnaires ou assimilés représentant 26 % de la population et 601.132 élus,chiffres 2011, c’est à dire un élu pour 109 habitants) Nous sommes les champions du monde en la matière.

En France, on ne sait plus où donner de la tête avec le « millefeuille administratif », il y a d’abord l ‘Union Européenne, l’état Français, les régions(26), les départements (101), 371 « pays en milieu rural », 4055 cantons, 36683 communes, 35000 groupements de communes, 16000 syndicats intercommunaux et depuis peu les socialistes viennent d‘adopter la Métropole (concerne pour l’instant Paris Lyon et Marseille).

Si la France veut s’en sortir

Les charges sociales sur le salaire net d’un salarié moyen sont environ de 80% en France quand elles sont de 20 à 30% en Angleterre, en Suisse, au Luxembourg ou ailleurs. L’impôt sur les sociétés atteint en France près de 38% quand il va être de 20% en Angleterre, et 10% au Portugal. L’Irlande a attiré les investisseurs grâce à un taux d’impôt sur les sociétés de 12,5 % et des charges sociales réduites (l’américain Yahoo quitte la France pour l’Irlande, à qui le tour ?). Avec un taux de 12,5% l’état irlandais perçoit autant d’impôts sociétés que la France, c’est dire que si nous le voulions, en devenant plus compétitifs, nous ne serions pas perdant.

Il faut aussi dégraisser au niveau des élus, supprimer le Sénat, et bien d’autres choses dont j’ai déjà parlé précédemment. Mais ce n’est pas le locataire actuel de l’Elysée qui le fera. Il faut faire un autre casting.

Le scooter, Julie, les ballades, pas le temps de tout faire

Il faut changer radicalement les choses, sinon le résultat restera le même : les taxes augmenteront, les impôts aussi, le choc fiscal sera celui d’un uppercut correctement administré, et l’économie française continuera donc de s’effondrer. Et si je dis ça, ce n’est pas parce que je suis pessimiste, enfin peut-être un peu, mais c’est parce que la France est déjà dans le peloton de tête des pays les plus mal lotis en terme d’impôts, en tête pour les prélèvements de tous genres, tant sur les entreprises que sur les particuliers. C’est parce que la France perd chaque année des places dans le classement de la liberté économique et que chaque place perdue c’est du chômage en plus, de la perte de pouvoir d’achat.

Hollande a trimé pour accéder à l'Elysée, ce n’est pas maintenant qu’il va démissionner. Son truc : faire des discours adaptés à l'auditoire, une grande fermeté dans le principe, et un gros flou dans les modalités d'application. C'est l'avantage de n'avoir aucune vision pour le pays : on l'adapte au gré des circonstances. Le lundi il est ennemi de la finance, le mardi il est copain des patrons et aujourd’hui. Il dit aux tunisiens que l’Islam est compatible avec la démocratie (comme en Egypte). Enfin maintenant il peut faire du scooter quand il veut.

Avez-vous remarqué, depuis sa rencontre avec le Pape il a une nouvelle méthode.

Je m’explique : Il fait maintenant le coup du « signe », ou du « signal », voire du "geste" envers ceux qu’il veut amadouer.

Hollande va voir le pape, c'est un signe pour les catholiques. Ce qui signifie que Hollande croit que les catholiques vont en être contents . Et puis c'est tout. Il faudra se contenter du signe.

Maintenant, il l’applique pour les entreprises. Il leur a fait un signe, un geste. Et puis c'est tout. Les entrepreneurs devront se contenter de cela.

Tiendra-t-il encore trois ans avec ses gadgets , sa boîte à outils et ses comités Théodule ? J’avoue que je ne le comprend pas. On ne peut comprendre que ce qui a du sens. J'arrive à comprendre mon chien, mon chat, je pourrais peut- être arriver à comprendre une huitre ou une moule, mais avec Culbuto, j'ai atteint mes limites.

Le gros se comprend t-il lui même. J'en doute. Raconter des conneries à longueur de temps, ça fait passer le temps n'est-ce-pas ? Peut-être va t-il avoir une révélation soudaine comme Jeanne d'arc !

Encadré :

Comment peut-on voter pour les élites communistes et du FDG

Le bilan du PC et de l'ultra-gauche est plutôt lourd, mais cela n'empêche pas 10% des français de croire encore dans cette utopie. En effet, rappelons-nous quelques decennies en arrière.

Il ne faut pas oublier les "faits d'armes" du PC si nombreux que la place manque pour les citer tous comme la désertion de thorez (le "fils du peuple" !), le sabotage des avions aux usines Morane, la livraison de Jean Moulin à la gestapo, le soutien de l' U.F.F aux viet minh, les porteurs de valise du F.L.N pour se limiter aux plus immondes.

Et si le camarade Fiterman avait été nommé plus tôt qu’en 1981, le pacte de Varsovie aurait déferlé sur l'Europe ("fenêtre stratégique" de 1974 à 1977) et ses forces auraient pu compter sur le large soutien des cellules cocos. Hélas pour eux le camarade Fiterman a été nommé ministre trop tard. Dès sa nomination au ministère des transports (Mitterrand, mai 81), il a transmis aux russes le plan de mobilisation français et notamment les itinéraires de nos unités mécanisées en direction de l'Allemagne de l'ouest (trouée de Fulda). L'état-major français dut alors reconsidérer l'ensemble de son dispositif bien entendu sans le transmettre au traître de service. Les russes furent informés également sur la résistance des ponts routiers et S.N.C.F. Voilà, et c’était hier, presque.

On peut se demander comment des Français peuvent encore voter pour le PC ou ses ersatzs NPA, front de gauche et les Verts? Cette idéologie a tué 110 millions d'innocents, a détruit l'économie de dizaines de pays, a déclenché la Seconde guerre mondiale par le sabotage des défenses françaises et son soutien au pacte germano-soviétique. Depuis 1981, il a largement contribué à plomber l'économie française, par son activisme syndical et son infiltration dans tous les corps d'état.

Taubira, Mélanchon, Joly... n’aiment pas la France.

Encadré :

Quelques exemples de la gestion d’énarques

Pour quelles raisons, l’état (donc le contribuable) paye t-il les études des élèves qui deviendront ses futurs fonctionnaires ou militaires. Un élève de l’Ena coûte 11 fois plus cher qu’un étudiant d’une université soit 84.000 euros contre 7000 euros . Pour le privé, ce sont les parents qui doivent assumer. Autre largesse dont bénéficient les étudiants de ces grandes écoles (ENA, Polytechniques, Ecole Normale Sup, etc...), ils perçoivent un salaire pendant leurs études.

Pourtant parmi les énarques qui ne deviennent pas tous PDG de grandes entreprises, certains entrent en politique, on constate une proportion anormalement forte d’échecs retentissants, en voici quelques-uns :

• Michel Bon a fait perdre 68 Milliards d’euros à France Télécom

• François Roussely chez EDF 25,8 Milliards d’euros

• Jean-Marie Messier et Hannezo à la tête de Vivendi 72 Milliards d’euros

• Jean-Yves Haberer au Crédit Lyonnais 19,8 Milliards d’euros

• Jean-François Cirelli chez GDF 12 Milliards d’euros

• Bernard Attali à Air-France 1,2 Milliards d’euros

• Jacques Friedman à l’UAP 1 Milliard d’euros

• Gérard Mestrallet à Suez 900 millions

• François Heilbro au Gan 800 millions

• Paul Hermelin chez Cap-gémini 500 millions

• Guy de Panafieu chez Bull 253 millions

• Alain Minc chez Cerus 600 millions

• Pierre Blayau pour Moulinex (banqueroute frauduleuse) 100 millions

• Michel Albert aux AGF (910 millions)

• Jean-Michel Bloch-Lainé à la banque Worms 2,29 Milliards d’euros

• Georges Bonin au CCF 1,6 Milliards d’euros

• Patrick Careil à la banque Hervet 180 millions

• Patrice Chevallier à la CFC 1,6 Milliards d’euros

• Jean Dromer à la BIAO 60 millions • Jacques Friedmann à l’UAP 303 millions

• Michel Gallot à la SDBO 610 millions

• Jean-Maxime Lévêque à l’IBI 1,2 Milliards d’euros

• Jack Lang créateur de la CNAC 960 millions

etc....

Le total fait 212 milliards et des brouettes et il en manque. Et cette école a fait des émules,

on retrouve l’Ena en Côte d’ivoire, au Mali, au Sénégal, en Algérie, au Maroc et en Tunisie, bonne chance les amis!

Culbuto va déjeuner avec les élites de la Silicon Valley
Voir les commentaires

ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE !

20 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées, #Les Banksters

ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE !

Nos élites ont un problème avec la démocratie. Ne voilà t-il pas que le peuple suisse consulté par référendum sur un sujet qui lui tient à cœur, l’immigration, vient de dire non à l’ouverture de ses frontières. Vous rendez-vous compte du pouvoir démesuré donné ainsi au peuple ? Les Français vont vouloir faire de même... Ca fait peur non ? Certaines sociétés secrètes veulent imposer le « nouvel ordre mondial » avec une Armée Mondiale (l’OTAN), en supprimant les religions, une police mondiale. Elles pronent le métissage, le multiculturalisme (génocide lent des Européens). C’est aussi la destruction de notre culture, de nos racines, notre histoire, et la création d’un gouvernement mondial. Dans les pays développés, c'est plus difficile car nous sommes beaucoup trop libres, d'où le mélange des races qu’il faut absolument mener à son terme. Centraliser les populations dans les villes, vous faire manger des OGM, vous faire brosser les dents avec du dentifrice au fluor de sodium et de boire de l’eau contenant du fluor, le tout dans une dictature sans Dieu. Science Fiction, me direz-vous ? Et bien pas tout à fait, vous constaterez que depuis des décennies certaines familles font tout pour remanier le monde selon leurs désidératas.

Les francs-maçons sont en grande majorité ignorants de la chose. Ils pensent, comme me l'a écrit un de leurs membres cette semaine: " qu'ils ne font que réfléchir à l’avenir de leur pays et à son organisation ! Nous nous devons de rédiger la constitution de la 6e République ! Être catholique, Franc-Maçon, honnête et volontaire n’est pas incompatible ! Les groupes de pression… c’est dans la tête de certains ! Si j’avais accepté de subir la moindre pression, cela ferait longtemps que j’aurais arrêté ! » Pourtant la franc-maçonnerie a bel et bien été cannibalisée par des groupes comme le Siècle, la French American Foundation, Bilderberg, Council on Foreign Relations, la Commission trilatérale et bien d’autres. Et qui retrouve t-on derrière toutes ces entités ? Derrière tout cela, il y a huit familles, dont quatre résident aux Etats-Unis. Ce sont les familles Goldman Sachs, Rockefeller, Lehmans et Kuh Loebs de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourg, les Lazard de Paris et les Israel Moses Seif de Rome.

La franc-maçonnerie a été infiltrée depuis longtemps par des gens malveillants, dangereux et démoniaques. Elle est manipulée par un groupe occulte supérieur sans que les maçons n’en sachent quoi que ce soit, ils sont même convaincus qu’il n’y a pas de chef dans la franc-maçonnerie et que tous les complots sont des mythes.

Le Cartel des Banques organise les crises économiques

« Mon ennemi, c’est la finance » disait Culbuto. Pour une fois, notre menteur avait raison. Quand on voit qu’il fait dans sa culotte à l’idée de mettre fin aux avantages des intermittents du spectacle ou de toucher au monopole des taxis parisiens, on se rend bien compte de son incapacité à mener des réformes ou à s’attaquer à la finance.

Savez-vous que les banques centrales d’état sont toutes privées et contrôlées par un cartel bancaire dominé par Rothschild, l’initiateur du projet. C’est lui le premier à avoir privatisé la banque centrale d’Angleterre et avoir importé le concept avec l’aide de Rockefeller aux USA. La Fed Reserv US créée en 1913 n’est ni fédérale, ni de réserve, ni même américaine ! En France notre banque centrale, la « Banque de France » est privée depuis 1973 grâce à la loi Giscard-Pompidou ( Pompidou, un ex-directeur général de la banque Rothschild). C’est à ce moment là que commence la dette de la France (auparavant la Banque de France prétait à l’état sans intérêts) pour augmenter exponentiellement. Merci Pompidou d’avoir pensé à votre ex-patron, plutot qu’à votre pays. Quand Tonton Mitterand est arrivé au pouvoir, Il a multiplié la dette par 5. Quand cela rapporte des intérets, on prête plus facilement et quelle aubaine avec un état qui emprunte à tout va.

Le système basé sur des crédits avec intérêts finit par devenir inremboursables. On comprend pourquoi on demande aux états de ne rembourser que les intérêts. Ce système, sous contrôle des Rothschild, a été adopté par la BCE européenne, tout comme par les banques centrales des pays arabes et musulmans (sauf l’Iran). 7 des 10 plus grandes banques islamiques sont iraniennes, on comprend mieux pourquoi ce pays concentre sur lui la haine de la part de l’occident et des médias financés par… Rothschild.! El Baradei en Egypte est l’homme de Rothschild et il assurera que le pays conserve sa banque centrale et donc un pouvoir pro-occidental.

Aujourd’hui, les grands maitres du système bancaire (Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup, Wells Fargo, Deutsche Bank, la BNP, Barclays, etc...) possèdent les quatre grandes compagnies pétrolières (Exxon Mobil, Royal Dutch/Shell, BP Amoco et Chevron Texaco). Tout est détenu par les 8 familles.

La Bank for International Settlements (BIS) est la banque la plus puissante du monde, une banque centrale globale pour les huit familles qui contrôlent les banques centrales de presque toutes les nations occidentales et des pays en voie de développement. La BIS est une propriété de la réserve fédérale US, de la banque d’Angleterre, de la banque d’Italie, banque du Canada, banque de Suisse, banque de Hollande, banque fédérale allemande et de la banque de France.

Enfin rappelons que ces banques n’ont pas souffert des crises de 1929 et 2008, elles en sont même sorties ragaillardies.

Les huit familles contrôlent également le Forum Economique Mondial (Davos), la Conférence Monétaire Internationale et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

David Rockfeller, le pire de tous

Mais parmi tous ceux-là, le plus dangereux est certainement David Rockefeller, fondateur de la Commission Trilatérale et président de la banque Chase Manhattan Bank. Il défendît le Shah d’Iran, le régime d’apartheid d’Afrique du Sud et la junte militaire de Pinochet au Chili. Mais il est surtout est un pourvoyeur de fonds important pour le mouvement eugéniste (dépopulation mondiale), qui accoucha d’Hitler en son temps.

On sait que le siège des Nations Unies à New York a été construit grâce à la fortune des Rockefeller. Au cours de la seconde guerre mondiale, ce sont encore les Rockefeller, avec leur "Standard Oil Company", qui ont plus soutenu Hitler que les Alliés. Cela a été reconnu devant les tribunaux, un juge fédéral avait décidé que Rockefeller avait commis une "trahison" envers les Etats-Unis.

John D. Rockefeller s’est joint à Prescott Bush (le grand-père de George W. Bush), ainsi qu’à la famille royale d’Angleterre, pour financer les initiatives "d’amélioration de la race" qui ont donné naissance aux programmes "eugéniques" d’Adolf Hitler. Aujourd’hui, la famille Rockefeller, sa Fondation, les Nations Unies et l’OMS sont responsables de programmes visant à réduire la population mondiale à un niveau jugé plus "acceptable".

David Rockefeller disait : « Tout ce dont nous avons besoin, c’est de LA CRISE MAJEURE et le peuple acceptera les hommes du Nouvel Ordre Mondial ». De là à penser que la crise de la dette a été préparée de longue date il n'y a qu'un pas. La Commission Trilatérale serait-elle décidée à ruiner les ménages sur l'autel de la mondialisation ?

Ce qui vient de se passer en Grèce, en Italie et à Chypre est peut être une avancée décisive.

Le cartel pharmaceutique

L’empire Rockfeller, ce n’est pas seulement, le pétrole et la banque, c’est aussi son groupe pétrochimique et pharmaceutique qui lui a permis d’influencer les politiques publiques des gouvernements. En 1911, la Cour suprême des Etats-Unis avait déclaré John Rockefeller et son trust coupables de corruption, de pratiques illégales et de racket et avait condamné cette entreprise à disparaître. Mais Rockefeller, confiant dans ses appuis politiques, n’en tient pas compte, ne dissout pas son entreprise et n’est jamais inquiété. Cela montre que les élites sont souvent au-dessus des lois que le peuple doit, lui, appliquer à la lettre. Pour se faire une bonne image, il créa une fondation philanthropique à son nom. La fondation Rockefeller subventionne des écoles médicales et des hôpitaux et parvient ainsi à développer et à écouler ses médicaments issus de l’industrie pétrochimique et qu’elle a brevetés.

Avec ces financements, les Rockefeller ont réussi à influencer les normes santé dans le monde ainsi que le codex alimentaire. Les cartels pour limiter la concurrence sont illégaux, mais Rockfeller n’en a que faire. En 1925, Il créé un cartel avec les entreprises allemandes Bayer, Basf, Hoechst et IG Farben. Le grand trust allemand, l’IG Farbenindustrie, bénéficiait d’un monopole absolu sur tous les produits chimiques fabriqués en Allemagne. L’I.G allemande fit alliance avec la Standard Oil américaine de Rockefeller pour contrôler les brevets importants. L’I.G américaine était née. Après Pearl Harbor et le début de l’entrée en guerre des Etats-Unis, l’I.G Farben américaine décida de camoufler, avec l’aide de la Standard Oil, son origine allemande et ses sympathies pour ce pays. Elle changea sa raison sociale pour devenir la General Aniline and Film Corporation »

La société Degesch, filiale de IG Farben, en créant Le Zyklon B, un gaz mortel, a aidé le régime nazi dans sa politique d’extermination des juifs et a même géré directement le camp d’Auschwitz.

Aujourd’hui, Roche appartient à un cartel pétrochimique et pharmaceutique issu de l’I.G. Farben. Sanofi-Aventis et la Société Merck ont reçu la part du lion, lors de la distribution des dépouilles de l’économie nazie, à la fin de la deuxième guerre mondiale ». BASF, ainsi que Bayer et Hoesch, sont-elles aussi des anciennes "filiales" d’IG Farben et figurent toujours parmi les géants de l’industrie chimique.

David Rockefeller (un des descendants de John Rockefeller) et le prince Bernard des Pays Bas ont créé le groupe Bilderberg, en 1954. Ce dernier a été un ancien officier SS et un espion allemand pour le compte du département d’espionnage NW7 opérant au sein de l’entreprise IG Farben qui participait au fonctionnement d’Auschwitz.

L’empire Rockfeller, producteur de pétrole utilise une grande partie de cette matière première, pour réaliser les produits issus de l’industrie chimique, tels que les produits pharmaceutiques, mais aussi les engrais, les pesticides…

Avec les brevets, plus personne n’aura bientôt le droit de se faire une infusion avec les plantes de son jardin sans payer des royalties à l’industrie chimique. En revanche aucun état ne se mouille pour les empêcher de nous empoisonner et de breveter (molécules végétales, OGM, séquençage, etc …). La planète est sous dépendance. Il n’y a pas que Monsanto, toutes les multinationales sont «mouillées», et lorsqu’elles sont trop compromises elles s’échangent les molécules et les marques comme Cygenta (ex-Ciba, Geigy, Sandoz, Novartis, etc…). Union Carbide devient Dow Chemical (Bhopal). Comment s’y retrouver ?

Quand il y a problème, le médicament est rarement mis en cause, voire jamais, les malades sont morts parce qu’ils étaient fragiles ou encore parce qu’ils présentaient une autre pathologie, bref c’était de leur faute.

Il y a eu 18 000 morts en 2013 par accidents médicamenteux, mais on en parle jamais. En revanche, on nous fait tout un pataquès avec les 3250 tués sur les routes. Sans commentaires !

Idem pour le trou de la Sécurité Sociale, ce n’est pas le public qui est fautif, ce n’est pas lui qui pousse à la dépense comme on le lui rabâche, ni les retraités qui plomberaient les comptes, ce sont les laboratoires pharmaceutiques, et leurs moyens de pression gigantesques avec la complicité des médecins, des pharmaciens et des «hauts fonctionnaires».

En France, le plus sûr moyen pour que ces laboratoires s’enrichissent au plus vite c’est le pillage de la Sécurité Sociale, car moi qui vit au Brésil, je vois bien que le même médicament est beaucoup moins cher (ici pas de Sécu).

Le Codex Alimentaire est arrivé…

Le Codex alimentaire est entré en vigueur le 31 décembre 2009 alors que les populations des 175 pays concernés n’en ont jamais entendu parler ! Le but des règles du Codex qui s’appliquent au niveau mondial est de bloquer la production de tout ce qui ne tombe pas directement dans l’escarcelle de l’industrie pharmaceutique. Le Codex est un moyen de contrôle des sources de nourriture de la ferme à la fourchette. Mais le Codex ne s’arrête pas à l’alimentation, mais définit aussi les normes pour les vitamines et compléments alimentaires, les nomenclatures de soins, les aliments biologiques, les aliments OGM, l’étiquetage sur les emballages alimentaires, la publicité pour les aliments, les additifs alimentaires et les résidus de pesticides et de drogues vétérinaires dans les aliments.

Comme vous pouvez vous en douter, les lobbies des consommateurs n’ont pas pesé lourd face aux industriels qui ont privilégié leurs propres intérêts économiques, et surtout ceux des industries pharmaceutiques, chimiques et génétiques qu’elles contrôlent par l’intermédiaire de la finance internationale.

60 % de la population mondiale dépendent, pour leur santé, de médications à base de plantes, ceux-ci ne seront pas en mesure de payer les médicaments qui remplaceront ces plantes, éliminées par le Codex au nom des nouvelles normes. La nourriture réellement « bio » et les compléments alimentaires sont aussi menacés. Alors que la Convention de Stockholm s’est efforcée de réduire la présence de pesticides autorisés dans les aliments, le Codex autorise sept des neufs pesticides les plus toxiques au monde, avec 206 autres ! Le Codex exige que tout le bétail soit traité aux antibiotiques et à l’hormone de croissance commercialisée par Monsanto, que la nourriture soit irradiée, sauf quand elle est crue et consommée localement. Il interdit les produits de santé naturels, les vitamines, sauf si leur dosage est faible (donc inefficace)

En clair, tout ce qui ne sera pas permis par le Codex sera illégal.

Jamais auparavant dans l’histoire un petit groupe d’intérêt, l’industrie pharmaceutique, n’avait essayé de manière aussi éhontée de compromettre la santé de millions de gens de façon à maintenir ses milliards de dollars de vente de médicaments. Selon un document de la FAO et de l’OMS, quand le Codex sera en vigueur partout, les nouvelles normes sur les vitamines entraineront trois milliards de décès !

Ces règles ont été approuvées par le Parlement de l’Union Européenne en 2012 et la France a avalisé le Codex et cautionne la version officielle.

Ce vote a été une véritable déconsidération de la démocratie.

Le « Good Club » ils nous veulent que du bien

ils nous veulent que du bien Une réunion secrète s’est tenue en 2009 avec quelques-uns des plus argentés des Etats-unis. Étaient présents Warren Buffett, Bill Gates, David Rockefeller, Ted Turner, Michael Bloomberg, George Soros, Oprah Winfrey et quelques autres milliardaires. Ils ont decidé de s’appeler le « Good club » et de réunir les fonds de leurs fondations respectives pour favoriser la dépopulation mondiale. Rappelons que Ted Turner, propriétaire de CNN avait déclaré sur un magazine US qu'une réduction de 95% de la population mondiale pour la ramener entre 225 et 300 millions serait «idéal. » Dans une autre interview à l'Université Temple de Philadelphie, Turner a peaufiné son chiffre à 2 milliards, soit une réduction de plus de 70% de la population actuelle.

Le thème central et le but de la réunion secrète du Good Club concernait le souci prioritaire présenté par Bill Gates, c’est-à-dire comment faire progresser plus efficacement leur programme mondial de contrôle de la natalité et de dépopulation.

Gates, Buffett et Ted Turner, avec David Rockfeller sont les grands bailleurs de fonds des programmes de dépopulation mondiaux, avec leurs fondations exemptes d'impôts. Les programmes en Afrique et ailleurs sont déguisés en actions philanthropiques et fournissent des services de santé aux pauvres d'Afrique. Ils impliquent en réalité la stérilisation forcée de la population par l’intermédiaire de vaccinations et d'autres médicaments qui rendent stériles les femmes en âge de procréer. La fondation Gates et celle de Buffett sont aussi favorables à l'introduction de semences d'OGM en Afrique, sous le manteau de la « Deuxième révolution verte » d’Afrique dirigée par Kofi Annan. L'introduction des OGM brevetés en Afrique s’est heurtée pour l’instant à de nombreuses réticences.

Des experts de la santé font remarquer que, si l'intention de Gates était d'améliorer réellement la santé et le bien-être des Noirs africains, ces centaines de millions de dollars, au lieu d’être investis par la fondation dans des vaccins non testés et dangereux pourraient servir à fournir un minimum d'eau potable et d’installations d'assainissement. Il n’est pas sain de vacciner un enfant qui va ensuite boire l’eau de la rivière polluée par des excréments. Mais l'assainissement de l'eau et des systèmes d’évacuation des eaux usées en Afrique révolutionneraient l'état sanitaire du continent.

Bill Gates, pas si sympathique que ça !

Fondateur de Microsoft, Bill Gates donne l’image d’un philanthrope bienveillant qui, grâce à ses milliards par l’intermédiaire de sa fondation (exemptée d’impôts), combat la maladie, résout la disette alimentaire en Afrique et allège la pauvreté. Il a aussi une face cachée, la dépopulation, connue aussi sous le nom d’eugénisme.

Son programme « Innovating to Zero! » (innover vers zéro !) est de réduire à zéro d'ici à 2050 les émissions mondiales de gaz carbonique d'origine humaine. Et pour y arriver, il annonce à son auditoire trié sur le volet : «Voyons d'abord la population. Le monde compte aujourd'hui 7 milliards de gens. Il se dirige vers environ 9 milliards. Or, si nous faisons un excellent travail sur de nouveaux vaccins, soins de santé, services de santé génitrice, nous abaissons cela de 10 ou 15%. »

L'un des hommes les plus puissants du monde déclare tout bonnement que des vaccins peuvent servir à réduire la population mondiale. Quand Bill Gates parle de vaccins, il sait de quoi il parle, en janvier 2010, au forum de Davos, il a annoncé que sa fondation pourrait donner 10 milliards de dollars au cours des dix prochaines années pour mettre au point et fournir de nouveaux vaccins. C’est l’objectif de sa fondation, en particulier en Afrique et dans les autres pays sous-développés en partenariat avec la Banque mondiale, l'OMS et l'industrie du vaccin. Cela ressemble à une œuvre philanthropique noble, mais le problème, c’est que l'industrie du vaccin se sert de ce programme pour se débarrasser de vaccins dangereux (non testés ou avérés nocifs) qu’elle ne peut pas écouler en Occident.

La France a ainsi écoulé 91 millions sur 94 de doses vaccinales contre le H1N1 achetées par l’état à de grands laboratoires pharmaceutiques en les donnant à l’OMS. La Grande Bretagne, l’Allemagne et la Norvège ont fait de même, soit 180 millions de doses au total qui ont été fournies aux états africains.

Les fabricants de vaccins ne parlent pas des énormes dommages de santé dus à la vaccination infantile qui ont été imputés aux adjuvants toxiques et aux agents de conservation utilisés dans la plupart des vaccins. De nombreux vaccins, surtout ceux qui sont rendus meilleur marché en multiples doses pour la vente au Tiers Monde, contiennent quelque chose appelé thimérosal (thiomersol aux États-Unis), un composé (ethylmercurithiosalicylate de sodium) contenant environ 50% de mercure, utilisé comme conservateur.

Mais l'intérêt de Gates à l’égard de la dépopulation des Noirs et des autres minorités n'est malheureusement pas nouvelle. La fondation Rockefeller a financé la recherche eugénique en Allemagne pendant le Troisième Reich à travers l’Institut Kaiser-Wilhelm de Berlin et Munich. C'est John D. Rockefeller III, défenseur toute sa vie de l'eugénisme, qui a utilisé l'argent de sa fondation pour lancer dans les années 50 le mouvement de réduction des populations grâce à son Population Council à New York.

L'idée d'utiliser des vaccins pour diminuer secrètement la natalité dans le Tiers Monde n'est pas non plus nouvelle. David Rockefeller, le bon ami de Bill Gates, et sa fondation Rockefeller, ont été impliqués dès 1972 dans un important projet en collaboration avec l'OMS, entre autres, pour mettre au point un « nouveau vaccin. »

Une nouvelle forme d'eugénisme par les OGM

La fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que David Rockefeller de la fondation Rockefeller, les créateurs de la biotechnologie des OGM, financent aussi un projet appelé The Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA), dirigé par l'ancien chef de l'ONU Kofi Annan.

Monsanto, DuPont, Dow, Syngenta et d'autres géants de l'agro-alimentaire, sont au cœur de l'AGRA et l'utilisent comme un moyen pour diffuser leurs OGM dans toute l'Afrique sous l'étiquette trompeuse de « biotechnologie. Personne n’a démontré à ce jour que les cultures d'OGM sont sans danger pour la consommation humaine ou animale. De nombreuses semences OGM de Monsanto contiennent des herbicides chimiques comme le Roundup (de Monsanto). Cet herbicide contient des composés hautement toxiques de glyphosate à des concentrations toxiques de loin supérieures au seuil dangereux pour les humains ou les animaux. Cela a été démontré, des tests montrent que d'infimes quantités de composés de glyphosate porterait gravement atteinte aux cellules humaines ombilicales, placentaires et embryonnaires chez la femme enceinte buvant l'eau d’une source proche d’un champ d’OGM. Mais, n’est-ce pas le but recherché ?

Le maïs étant l'aliment de base du Mexique et de nombreux autres pays latino-américains, la compagnie de biotechnologie de Californie Epicyte a pu créer des semences OGM de mais qui produisent des anticorps contre les spermatozoïdes.

De cette façon, ils ont produit en réalité un contraceptif caché, incorporé au maïs destiné à la consommation humaine. Le patron d’Epycite a affirmé qu'il s'agissait d'une solution possible à la « surpopulation » mondiale.

De là à appliquer cette technique à d’autres semences, riz, mil, sorgho, pomme de terre, etc... et le tour est joué

Les spermicides cachés dans le maïs ou dans d’autres plantes modifiées génétiquement fournis aux populations affamées du Tiers Monde, grâce à la générosité des fondations Gates, Rockefeller et de l'AGRA de Kofi Annan. Voilà encore une idée de ces esprits détraqués par le fric...

Le nouvel ordre mondial

Près de trois cents personnalités, dont on n’entend jamais parlé, détiennent le pouvoir économique et financier. Elles collaborent au projet de Nouvel Ordre Mondial, expression employée pour la première fois par George Bush Sr, lors d’une conférence publique au moment de la première guerre du Golfe.

« Nous irons ensemble vers le Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne ne pourra l’empêcher. » disait Nicolas Sarkozy, le 16 janvier 2009, à l’occasion de la présentation des voeux aux corps diplomatiques étrangers.

Encadré :

Pensez-vous qu’elle défende les intérets français ?

Christine Lagarde, l’actuelle directrice du FMI, est pressentie pour prendre la place de Barroso à la tête de la Commission Européenne. Comment ne pas être inquiet, quand on connait son passé. Quels intérêts va t-elle défendre ? En juin 2005, Christine Lagarde est nommée ministre délégué au commerce extérieur, puis devient ministre de l’économie en 2007. Au début des années 1980 elle rejoint le cabinet d’affaires américain Baker et Mackenzie (2ème cabinet d’affaires mondial présent dans 66 pays.) et en devient la présidente du comité de direction en 1999. Elle est également, d’avril 2005 jusqu’à 2009 (…), présidente du comité stratégique mondial de ce cabinet. Christine Lagarde a été désignée en 2004 par le magazine Forbes comme l’une des femmes les plus influentes du monde. En avril 2005, Madame Lagarde entre au conseil de surveillance de la banque néerlandaise ING group. Elle est aussi membre active du Center for Startegic & International Studies (CSIS) en tant que vice-présidente de US-UE-Poland Action Commission (président Zbigniew Brzezinski, crateur avec Rockefeller du groupe Bilderberg) où elle représentait les intérêts américains ! !. Elle a prêté également assistance à des programmes d’entraînement, en coopération avec Lockeed Martin (un des premiers industriels de l’armement des USA). Elle a « défendu les intérêts de la firme Boeing ». Ne pensez-vous pas que les intérêts français et européens peuvent donc être mis en péril par sa nomination à Bruxelles.

Voir les commentaires

France ma connerie

15 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées, #Les Banksters

France ma connerie

Je me suis souvent posé la question. Qui dirige la France et le monde ? Est-ce les politiques ? Quel est le rôle réel de la franc-maçonnerie ? Quel est le rôle de la finance ? Cette semaine Hollande est reçu avec le tapis rouge aux States. On voit bien qu’Obama use et abuse de flatterie, ce n’est pas Hollande qui est venu dicter sa politique, mais bien pour recevoir ses ordres. Les américains, après avoir humilié trois fois de suite la France avec l'affaire Syrienne, Genève 1 et 2, et l'affaire Iranienne, espèrent faire passer la pilule à Hollande en déroulant un beau tapis rouge et en mettant de plus belles guirlandes que d'habitude. C'est juste de la poudre aux yeux mais Culbuto est aveuglé par son narcissisme et sa niaiserie. Avant, c’était plus cool car personne ne le connaissait aux Etats-unis, depuis ses sorties nocturnes en scooter et sa séparation avec Rotweiller (il l’aurait gardé si elle s’était appelée Rockfeller), tout le monde connait le président français. Espérons qu’il ne va pas nous couvrir de honte avec son sourire béat et sa braguette ouverte.

Culbuto aux ordres des américains

Obama est un fin stratège , il a su trouver le maillon faible en Europe en la personne de notre si populaire (16%) président par défaut Hollande. Quelques petits fours et un bon diner et il fait croire à Culbuto qu'il est un homme incontournable. Notre petit président, que ce soit par la taille ou par son charisme , croit maintenant qu'il fait partie des grands de ce monde. Obama va le manipuler comme il veut afin que les USA accroissent leur influence économique en Europe. Il a commencé à mettre la pression sur Pépère dès la conférence de presse commune en reprochant le récent voyage d'une délégation de 116 dirigeants d'entreprises françaises à Téhéran. Obama a souligné qu'ils s'y étaient rendus «à leurs risques et périls», «car si ces entrepreneurs français violent les sanctions imposées à l'Iran, nous leur tomberons dessus à bras raccourcis». Hollande n’a pu bredouiller qu‘une réponse de faux-jeton, comme il en a l’habitude : « Le président de la République n'est pas le président de l'organisation patronale française ». Pourtant, il y avait de nombreuses entreprises dont l’état est actionnaire dans cette délégation.

On vient d’apprendre aussi que la BNP Paribas vient de bloquer une provision de 798 millions d’euros, afin de couvrir les amendes et pénalités que va, selon tout probabilité, lui infliger l’Office of foreign assets control (Ofac), le gendarme américain, pour non respect de l’embargo avec l’Iran. Mais ce n’est pas un problème, Culbuto couvrira les pertes de la banque avec notre argent.

Obama vient de trouver l’allié parfait, Hollande fait le travail que les américains ne veulent plus faire, c'est-à-dire guerroyer contre les djihadistes. Pas sûr que hollande ait bien mesuré la charge. Le Drian semble, lui, en avoir une meilleure estimation puisqu'il a déclaré récemment que ce ne serait pas demain la veille le retour de nos soldats.

Sur les écoutes de la NSA, Hollande s’est aplati, alors que 4 pays ont signé un accord avec les USA (Australie, Canada, Grande Bretagne et Nouvelle-Zélande), Obama n’accorde aucun statut particulier à la France. Mais Hollande en a-t-il fait la demande ? certainement pas.

Enfin soyons satisfaits, puisque Fabius a dit que Hollande a fait un «zéro faute» aux États-Unis.

Culbuto ne s'est même pas rendu compte qu'il était invité à un dîner de cons...

Qui gouverne la France ?

Des énarques, certes, mais peu savent que nos politiques UMP comme au PS sont membres de deux clubs sulfureux, le Siècle et la French American Foundation, deux clubs parmi les plus discrets mais les plus influents de France. Le Siècle est une filiale du club de Bilderberg, La French American Foundation est de son côté une filiale du Council on Foreign Relations auxquels s’ajoute la Commission trilatérale (Le but de ces organisations est de détruire les libertés et de conduire les Etat-unis et ses alliés dans un seul gouvernement mondial). Ce programme est connu sous le nom de « Nouvel Ordre Mondial ». Ces groupes d’élitistes ont un seul but commun, créer un seul gouvernement socialiste mondial et un monopole des banques internationales.

On y retrouve des industriels, des banquiers, des politiques et les grands médias. Derrière toutes ces organisations secrètes liées également à la franc-maçonnerie, il y a les richissimes financiers que sont Rockfeller et Rotschild entres autres qui sont en fait les vrais patrons. Pour que ces organisations restent secrètes, leurs membres ont acheté les grands leaders de la presse américaine et européenne (Times, Newsweek, Fortune, Business Week, et plein d’autres publications).

Le CFR contrôle aujourd’hui l’administration américaine en infiltrant toute la branche exécutive du gouvernement : le département d’État, le département de la justice, la CIA, et les militaires les plus hauts gradés ainsi également que la grande presse.

En France, Hollande et 4 membres de son gouvernement font partie de la French American Foundation (François Hollande, Pierre Moscovici, Marisol Touraine, Arnaud Montebourg et Najat Vallaud-Belkacem) et un quinzaine de ministres seraient membres du Grand Orient de France. Joli coup !

Le Siècle

Le Siècle se réunit une fois par mois, lors d’un diner le dernier mercredi du mois, au Crillon place de la Concorde, dans les luxueux salons de l'Automobile Club. Ce jour-là est facile à repérer, le ministre de l’intérieur envoie des forces de police pour leur protection.

Lors du dîner du mercredi 25 avril 2012 entre les deux tours de la présidentielle, c'est là qu'il aurait été décidé que la présidence devait passer de Sarkozy à Hollande. Cela expliquerait la petite phrase de Sarko sur son retour dans le civil et le peu de vitalité manifesté par l'état-major de l'UMP pour le soutenir.

Plusieurs des membres du Siècle sont, comme Valls et Jospin, également membres du club de Bilderberg et ont poussé Hollande à la présidence, car considéré plus docile aux suggestions que Sarkozy, trop "électron libre" et trop proche d'Angela Merkel. Le Bilderberg ne veut pas d'une co-gestion franco-allemande de l'Europe, mais d'une co-gestion américano-européenne de monde occidental.

Voici quelques têtes parmi les invités du Siècle : Thierry Breton, Alain Lamassoure, Pascal Lamy, Alain Minc, Dominique Strauss-Kahn, Jean-Claude Trichet, Jacques Attali, Claude Bébéar, Antoine Bernheim, Daniel Bouton, Jean-Yves Haberer, Michel Pébereau, Jean Peyrelevade, Édouard de Rothschild, Serge Dassault, Louis Gallois, Guillaume Pepy, Philippe Jaffré, Louis Schweitzer,

On y compte aussi évidemment bon nombre de journalistes et éditeurs de presse...

Arlette Chabot, Jean-Marie Colombani, Michèle Cotta, Alain Duhamel, Michel Field, Franz-Olivier Giesbert Claude Imbert, Laurent Mouchard-Joffrin, Serge July, Maurice Lévy, Serge Moati,Denis Olivennes, Bernard Pivot, Patrick Poivre d'Arvor, David Pujadas, Anne Sinclair

Sans oublier les personnalités politiques... Martine Aubry PS, Michel Barnier UMP, Jacques Barrot Centriste-UMP, François Bayrou Modem, Éric Besson PS – UMP, Jeannette Bougrab UMP, Hervé de Charette Centriste, Jean-Pierre Chevènement PS, Jean-François Copé UMP, Laurent Fabius PS, Luc Ferry UMP, Aurélie Filipetti PS, François Fillon UMP, Élisabeth Guigou PS, Martin Hirsch PS, François Hollande PS, Nicolas Sarkozy UMP, Jean-Paul Huchon PS, Anne-Marie Idrac PS, Lionel Jospin PS, Alain Juppé UMP, Bernard Kouchner PS, Jack Lang PS, Corinne Lepage centriste, Charles Millon droite, Pierre Moscovici PS, Jean-Pierre Raffarin UMP, Manuel Valls PS, Jacques Toubon UMP, Michel Vauzelle PS, Hubert Védrine PS, Rama Yade UMP, Marisol Touraine PS, Fadela Amara OS, Rachida Dati UMP

Et enfin, la liste ne serait pas complète sans les syndicalistes...

Jean-Christophe Le Duigou (ex CGT), Nicole Notat (ex CFDT), Laurence Parisot (ex MEDEF) et Ernest-Antoine Seillière (ex MEDEF)

Qui sont nos franc-maçons ?

Beaucoup minimisent la franc-maçonnerie chez nous. On veut nous faire croire qu’ils n’ont pas autant de pouvoir qu’on le dit. Pourtant quand on découvre les listes de personnes placées à tous les échelons de l'Etat et des entreprises publiques ! Je ne suis pas du tout branché franc-maçon, mais quand une société secrète comptant entre 100 et 200 000 membres occupe de 25 à 50% des postes politiques, sans parler de l’infiltration dans la justice et dans les corps d’état, peut-on se croire encore en démocratie?

Ils sont partout gauche, droite, FN, médias, banques, finance, CSA, CRIF, etc. la liste est très longue. Mais actuellement la loge maçonnique qui a le vent en poupe est le Grand Orient de France (GODF). Cette loge de 50 000 membres , la plus importante est le repaire des socialistes. Les grands maîtres récents (l'actuel et le précédent) sont des socialistes déclarés, ce qui est en totale contradiction avec l'éthique de la franc-maçonnerie universelle.

On ne peut pas parler de sectes, mais de cercles d'initiés uniquement préoccupés par le pouvoir, la pensée et l'argent. Ils poussent le pouvoir en place vers des mesures sociétales, comme l’euthanasie, la bioéthique.

Mais ils ont des objectifs qui vont bien au-delà de la France quand on lit certains propos : Valls : « Je suis lié de manière éternelle à Israël », Eric Raoult : « Israël, c’est plus important que les retraites », DSK :« Chaque matin quand je me lève je me demande qu'est-ce-que je peux faire aujourd'hui pour Israël», au diner du CRIF, Sarkozy :"Israël, c’est un miracle. " ......

Pourquoi nient-ils leurs appartenances à ces organisations s’ils n’ont rien à cacher ? Ils se jurent aussi entre eux un serment d'assistance et de fidélité réciproques en toutes circonstances. Ce serment les lie plus que leur serment à la Nation. Comment faire confiance à des hommes politiques, de droite comme de gauche, qui se sont déjà mis d'accord sur un projet avant même qu'il ne soit voté au Parlement. Ce n’est pas ça la démocratie !

Pour ceux qui douteraient encore de l'influence réelle des Franc-maçons, qu'ils regardent les sigles lors de la réunion des "Amis" de la Syrie à Istanbul et de la dernière réunion de l'opposition syrienne à Doha le mois dernier: des yeux, des triangles, trois points, bref tous les signes de ces confréries. Les révolutions populaires et démocratiques sont bien encadrées et c’est loin de nous rassurer.

François Hollande (GODF), (FAF), Manuel Valls (GODF), Christiane Taubira (GLFF), Pierre Moscovici (FAF), Najat Vallaud-Belkacem (FAF), Arnaud Montebourg (GODF) (FAF), Michel Sapin (GODF), Vincent Peillon (GODF), Jean-Yves Le Drian (GODF), Stéphane Le Foll (GODF), Anne-Marie Escoffier (GLFF), Fleur Pellerin (FAF), Frédéric Cuvillier (GODF), Alain Vidalies (GODF), Aquilino Morelle (GODF) (FAF), Victorin Lurel (GODF),

Que prônent les francs-maçons ?

Une phrase m’avait intrigué, elle venait de la franc-maçonnerie qui disait sa satisfaction du retour de la gauche au pouvoir. Depuis 10 ans, leur influence était quasi nulle et avec Hollande, tout aller changer.

Quand on consulte les listes des maçons parmi les hommes politiques, on y trouve pourtant des gens de droite, mais c’est avec la gauche, c’est indéniable qu’ils ont le plus d’influence. La loge GODF est l’ennemie jurée de l'Église catholique et elle prone la bioéthique ou la fin de vie.

Quand on constate les projets de changement de société qui sont imposés arbitrairement aux français, doit-on comprendre que Mr Hollande a été mis en place par la Franc-maçonnerie. Avec cette élection, les Français n'ont pas élu un personnage mais un réseau auquel ils n 'entendent rien et ont donc été trompés.

Parmi les gourous de Hollande, il y a notamment Jacques Attali. Quand on lit sa prose, voilà ce que l’on peut y découvrir :

•« Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu'il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique. » (Jacques Attali , Libération, le 5 mai 2000)

•« La politique, même la plus généreuse, n'est pas affaire de bons sentiments. » (Jacques Attali , Extrait de Fraternités - une nouvelle utopie)

•« Il n'y a sans doute rien à espérer de l'avenir. » (Jacques Attali , Extrait de Fraternités - une nouvelle utopie)

•« Il n'est de désir que dans la jalousie. » (Jacques Attali , Extrait les 3 mondes - pour 1 théorie de l'après-crise)

•« Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. » (Jacques Attali , Verbatim III)

•« Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit (...) L'euthanasie sera l'un des instruments essentiels de nos sociétés futures, dans tous les cas de figure » (Jacques Attali , Extraits de L’homme nomade )

• « On arrivera même, un jour à vendre des "tickets de mort", qui donneront le droit de choisir entre les différents types de fin possibles : euthanasie au choix, mort-surprise pendant le sommeil, mort somptueuse ou tragique, suicide sur commission, etc [..] sa mort comme la mort d'un autre. » (Jacques Attali, Dictionnaire du XXIe siècle 1999 p103)

• Attali réfléchit et se pose désormais la question : "faut-il supprimer la démocratie ?" (source - mars 2013) (sous-entendu, réserver le pouvoir absolu à ses amis adeptes de sa pensée unique)

• « Je pense qu'il faut viser le gouvernement mondial (...) On va vers ça. Est-ce qu'on y va à la place de la guerre ou après la guerre : en tout cas, c'est ça qu'il faut viser. » (Attali, émission "ArretSurImages")

Ce type est un danger, il fait partie des « illuminati » enfin, c’est lui qui le dit. Les illuminati sont la classe supérieure et dirigeante à l’intérieur de la franc-maçonnerie. En général, on ne connait pas leurs noms (Les deux principaux sont David Rockefeller et la famille Rotschild), les autres, les Hollande, Valls, Taubira, Moscovici, Vallaud-Belkacem, Montebourg, Sapin, Peillon, Cahuzac, le Drian, tout ceux-là, c’est du pipi de chat. Ce sont ceux qui se montrent, ceux qui recrutent les nouveaux. Ce sont les illuminati qui tirent les ficelles.

Des idées qui font froid dans le dos

En cherchant qui sont les francs-maçons, je suis tombé sur un courrier de ce que l’on appelle un illuminati dans le jargon franc-maçon. Albert Pike, un adepte de la Franc-maçonnerie écrivait le 15 aout 1871 à son ami révolutionnaire et franc-maçon Giuseppe Mazzini une lettre qui de prime abord ressemble à un faux, à une supercherie, mais qui n'en est pas moins réelle.

Que dit-il: Il y prédit trois guerres mondiales, mais quand on sait à quelle date il a écrit ce courrier, est-ce de la prémonition ou bien qui sont ces gens qui agissent sur l’histoire?

1ère guerre mondiale

« Permettre aux illuminati de renverser le pouvoir tsariste en Russie et transformer ce pays par la main-mise du communiste athée. Affaiblir les religions et renverser les gouvernements »

Il prévoit ce qui va se passer en octobre 1917, soit 46 ans plus tard en Russie avec l’arrivée des communistes et le renversement des empires allemands et austro-hongrois par des républiques

2ème guerre mondiale

« Détruire le nazisme et accroitre la puissance du sionisme politique pour créer l’état souverain d’Israël en Palestine. Accroitre la puissance du communisme international contenu et mis en réserve pour le dernier cataclysme social ».

Qui utilisaient les mots « nazisme » et Israël à l'époque. Il faut se rappeller qui nous sommes en 1871. Il prévoyait également la multiplication des régimes communistes d’après-guerre.

3ème guerre mondiale

« Détruire l’Islam et le sionisme politique en les confrontant. Entrainer les nations du monde dans le conflit pour les amener à un état de destruction physique, mentale, spirituelle et économique totale. Provoquer le dernier cataclysme social ».

Ne sommes-nous pas dans la 3ème guerre mondiale prédite par Albert Pike : confrontation israélo-palestienne, crise économique et sociale...

Hollande musèle le comité d’éthique

Depuis quelques semaines, Hollande et son gouvernement tentent de rassurer les français sur les sujets sociétaux que sont l’euthanasie, la PMA (Procréation médicalement assistée), le GPA (Gestion de Procréation par Autrui) et le Don du sang par les homosexuels. Il ne donne pas son sentiment, mais il pense rassurer le peuple en affirmant que rien ne sera décidé sans l’avis du conseil d’éthique. C’est oublier qu‘en septembre 2013, dans un silence médiatique total, Hollande a renouvelé la moitié des membres de ce conseil (la moitié de Hollande c’est 22 sur 39).

Auparavant, y siégeaient des personnalités représentant les confessions religieuses, il les a évincé et a désigné à leurs places des proches du PS. Même la presse de gauche s’est étonnée de voir que les futurs membres de cet organisme qui se veut indépendant sont tous des proches du pouvoir. On retrouve par exemple dans les nouveaux Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste qui tient une chronique à l’Humanité ; Jean Marie Delerue, énarque, a fait partie des cabinets de Jacques Delors et Michel Delebarre ; Michelle Meunier, sénatrice PS de la Loire-Atlantique, proche de Jean-Marc Ayrault. Rapporteure sur les projets de loi « mariage homosexuel » et « égalité femmes-hommes », elle codirige un groupe de travail sur les questions d’identité de genre et milite pour une simplification de la procédure du changement de sexe à l’état civil. Jean-Pierre Mignard, avocat, Ami de longue date de François Hollande et Ségolène Royal, parrain de deux de leurs enfants. L’association « La Manif Pour Tous » s’est indigné en constatant que l’un des nouveaux membres du comité affichait déjà son amitié au lobby Gay sur Twitter.

Avec un tel casting, le gouvernement va légaliser à coup sûr la PMA pour les couples de lesbiennes et sa suite, le recours aux mères porteuses pour les couples gay (on ne peut pas autoriser des couples lesbiens à faire des enfants sans donner le même droit aux couples d’hommes). Sans parler des autres sujets comme l’euthanasie, le clonage et l’avortement en libre-service (déjà voté par les socialistes).

Mais qui guide Hollande sur ces sujets sociétaux ? Et bien ce sont les associations du genre Terra nova et les loges maçonniques, enfin revenus dans les allées du pouvoir, après 10 années de disette.

Mais qu’est devenu José Bové ?

L’Union Européenne va autoriser le maïs transgénique. Après un tour de table, il s’avère qu’il subsiste seulement 12 états sur 28 qui s’y opposent. Comme c’est bizarre, les verts et José Bové sont étrangement muets dans cette affaire. Auraient-ils été achetés, soudoyés ? on peut se poser la question. La Commission Européenne, puisque l’Agence de Sécurité européenne n’a pas fait d’objections, a annoncé qu’elle approuverait la commercialisation du maïs transgénique pesticide TC1507 du semencier américain Pioneer.

Une victoire des agrobusiness nord et sud américains.

La France, l'Autriche, la Hongrie, la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et le Luxembourg feront, bien sûr, valoir la clause de sauvegarde pour interdire la culture de ce maïs sur leurs sols mais quand vous acheterez de la viande de boeuf française, comment aurez-vous la certitude que les rations alimentaires de ces bovins ne sont pas à base de soja transgénique.

David Rockfeller et Bill Gates, pour le fric

La puissante Fondation Bill Gates, qui s’occupe officiellement de projets philanthropiques, vient d’acquérir 500 000 actions de la société Monsanto (dont l’actionnaire principal est David Rockfeller). Grâce à Bill Gates, le géant des semences agricoles génétiquement modifiées s’ouvrent des nouveaux marchés grâce à son nouvel actionnaire.

Bill Gates et Monsanto, c’est l’union de deux des monopoles les plus cyniques et agressifs : 90 % de la part de marché de l’informatique pour la premier, 90 % du marché mondial des semences transgéniques et la majorité des semences commerciales du monde pour le second.

La Fondation Bill Gates utilise son influence sur les politiques mondiales de développement agricole, et incite paysans et agriculteurs à utiliser les semences et produits agrochimiques génétiquement modifiés de Monsanto. S’il restait un doute, celui-ci vient de tomber, la Fondation Gates vient de jeter clairement le masque de la “philanthropie”.

Gates avait déjà engagé en 2006 une collaboration avec la Fondation Rockfeller, “fondation caritative” privée dotée elle aussi d’un statut fiscal privilégié et fervent promoteur des OGM à destination des populations pauvres.

Ces deux grands humanistes se sont donc alliés pour mettre en oeuvre l’Alliance pour la révolution verte en Afrique.

Monsanto, les fondations Gates, Rockfeller et Syngenta (multinationale basée en Suisse, spécialisée dans les OGM et les semences agroindustrielles) ont investi 30 millions de dollars dans la construction d’une banque des semences, dans l’archipel norvégien de Svalbard dans l’océan arctique. Ils ont prévu d’y stocker jusqu’à trois millions de variétés de semences provenant du monde entier afin de « garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur ». En cas de catastrophe climatique, il suffira de les vendre très cher aux agriculteurs. Et puis s’il y a pénurie, il sera facile de produire des semences transgéniques. Monopole, pouvoir, argent.

Contrôle de la planète, de la population par le pétrole, l’industrie pharmaceutique, l’alimentation et les semences. Le tour est joué. Kissinger dans les années 70 déclarait « Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez le pays, si vous contrôlez l’alimentation, vous contrôlez la population ».

Et bien Rockfeller détient tout cela en plus des plus grosses banques mondiales.

La “Révolution verte”, verte comme la couleur du dollar, remonte à février 1945 au Mexique, lorsque la conférence panaméricaine de Chapultepec a défini les nouvelles bases de l’ordre mondial et mis en place l’hégémonie économique des USA. La Fondation Rockfeller a installé au Mexique un centre de recherche agronomique et développe des variétés “améliorées” de céréales avec Pioneer, 1ère entreprise mondiale de semences de maïs F1.

Cette révolution verte a été vendue à l’opinion publique comme la solution pour résoudre les problèmes de la faim dans le monde. Elle n’a été rien d’autre qu’une opération marketing permettant de développer une activité mondiale d’agrobusiness qui permet à Rockfeller de détenir une position de monopole comme l’avait fait dans l’industrie pétrolière US son grand-père.

Une seule voix discordante se fit entendre en 1961, deux ans avant son assassinat, John Kennedy commence à remettre en question la dictature des cartels de l’agrochimie.......

Voir les commentaires

Faut-il interdire les spectacles de Hollande ?

18 Janvier 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Faut-il interdire les spectacles de Hollande ?

Ils étaient 500 à 600 journalistes et ils ont trouvé Pépère trés bon, ce jour-là pour son spectacle, enfin plutôt... sa conférence de presse. On sentait bien que tout avait été préparé à l’avance, notamment les questions qui avaient été autorisées par l’Elysée. Nous avons eu droit à 2 heures 30 d'enfumage, une belle démonstration à la soviétique, un discours à la Castro, Chavez et comme bien d'autres dirigeants au Kremlin. Il faut dire qu’il était sûr de ne pas être sifflé, ni hué ni interrompu car les spectateurs étaient tous des journalistes subventionnés. Il y avait bien quelques journalistes étrangers, mais ils n'étaient venus que pour la gaudriole. Pour une fois, la conférence s‘annonçait croustillante, d’ailleurs les téléspectateurs étaient présents en masse devant leurs petits écrans (4,28 millions de téléspectateurs contre 1,87 millions pour la précédente conférence de presse, c’est ça « l’effet Closer »). Une fois de plus il a été décevant, non enfin il y a quand même eu un moment fort dans son spectacle, c’est quand au bout de 2h30, Pépère a enfin annoncé la fin de son ennuyeux monologue. Beaucoup attendaient autre chose, mais Pépère avait décidè que le grand sujet devait être le pacte de responsabilité. Celui-ci porte bien son nom : Hollande veut juste arnaquer les patrons en leur faisant porter la responsabilité de son échec. Qui peut faire confiance à quelqu'un qui a passé sa vie à cocufier les autres dans sa vie publique comme dans sa vie privée ? Je ne suis pas con vaincu par le menteur de l’Elysée.

Que du bla-bla!

Pépère a évité de parler de ce qui fache et notamment de ses courbes qui sans doute vont s’inverser un jour. Il a donc expliqué sa dernière trouvaille, le pacte de responsabilité, c’est à dire la suppression des charges « allocations familiales» que versent les entreprises en contrepartie d’embauches de chômeurs. Le discours est très prometteur sur le papier, mais il ne dit pas comment il va concrètement compenser cette baisse de recettes de 30 milliards d’euros par an. Il promet que l'on va arrêter de taxer les ménages. Alors, qui va-t-il taxer ? Mais là où il nous prend pour des billes, c’est que cette baisse des charges de l'ordre de 30 milliards d'euro viendrait en remplacement de la CICE de 20 milliards. Finalement, il ne nous annonce qu’une baisse de charges supplémentaires de 10 milliards, y a pas de quoi grimper aux arbres. La ficelle est grosse pourtant, mais la presse et même la droite sont tombées dans le piège de l’illusioniste de l’Elysée.

Est-ce suffisant pour relancer l’activité ?

Supprimer les cotisations familiales de 5,25% sur les salaires brut, ça représente à peu près 2,5% de coût du travail après l’Impôt Société. Ce n’est pas ce que l’on peut appeller une révolution !

Sous couvert de pacte de responsabilité Hollande passe le CICE à la trappe? (un pacte de 20 milliards dont le financement de seulement 10 milliards vient de commencer avec les hausses de TVA au 1er janvier 2014). Pourtant rappelez-vous toute la mise en scène du CICE voici à peine un an: un mécanisme formidable, le retour de la croissance etc.... Que n'a-t-on pas dit! Le CICE fait un bide, la plupart des PME y ont renoncé tant le dispositif est complexe et incertain et finalement l'argent public va surtout à des entreprises qui ne sont pas impliquées dans la concurrence internationale (ex : La poste ou les administrations). Avec le déficit annuel de l’état qui est de 80 milliards auquel il ajoute ces 30 milliards du pacte de responsabilité, ce n’est donc pas 30 mais 110 milliards d’économies qu’il doit trouver et on ne le voie pas affronter les syndicats pour la suppression de fonctionnaires. Vous voulez mon avis, c’est encore les ménages qui vont trinquer.

Qui va décider si une entreprise aura droit à l’exemption des charges d’allocations familiales ? J'enlève les prestations Familiales et en contrepartie vous devez embaucher et bien c'est accepter que l’État gouverne les entreprises. Car derrière ce pacte de responsabilité ce sont les syndicats et l’État (un politburo ! en quelque sorte) qui vont dicter la marche à suivre. Syndicats qui disposent de plus de 17000 fonctionnaires en leur sein (rapport Perruchot ).

C'est une Nationalisation qui ne dit pas son nom. Et au niveau économique tout cela sent l'amateurisme.

Où trouver les 30 milliards ?

Comment ce gouvernement peut-il trouver le financement pour compenser, sans relèvement de la CSG ou de la TVA? Si les finances de la France étaient saines, ce serait plus simple, mais c’est loin d’être le cas. il existe un déficit public représentant 4,1 % du PIB, c'est-à-dire un peu plus de 80 milliards d'euros. Cette mesure du "pacte de responsabilité" fait passer le montant des économies à réaliser de 80 milliards à 110 milliards. Hollande ne sait déjà pas où trouver 80 milliards d'économies, ajouter 30 milliards et ne pas augmenter par l’impôt, la TVA ou la CSG, c’est prendre les français pour des idiots. Hollande nous explique qu’il compte exclusivement sur les réductions des dépenses, alors que fin 2012 et fin 2013, ses budgets ont a chaque fois dérapé.

Jusqu’à maintenant le gouvernement n’a pas montré une grande capacité à faire des économies et les initiatives prises depuis mai 2012 vont plutôt dans le sens inverse : augmentation des effectifs de l'Éducation nationale, interventions militaires à l'étranger, AME, rétablissement du jour de carence pour les fonctionnaires, etc.... Hollande n’a même pas indiqué quelques mesures concrètes. A t’il vraiment réfléchi à ses projets ? Tout cela semble baclé et ressemble à de la poudre aux yeux.

Hollande veut gagner du temps

Qui va payer le manque à gagner des prestations familiales. Quand on voit le coup de bambou des impôts prévus en 2014 sur les ménages avec enfants (jusqu'à 30% d'augmentation), on peut se poser des questions. Les journalistes ont beau ramer à mort pour nous expliquer que Hollande a été habile ou convaincant, les français n'y croient plus. 30 milliards non financés dont 20 sur le CICE. Lesquels n'étaient qu'une restitution partielle et coûteuse des nouvelles charges ajoutées (30 milliards d’euros) par ce gouvernement en arrivant au pouvoir ! Hollande lui même reconnait qu'il s'est trompé et qu'il faut changer. Il présente de nouveaux plans, mais garde son équipe de bras cassés. Comment compte-t’il restaurer les marges des entreprises si l'on pré-subordonne les exonérations prévues à des embauches en nombre? En fait, il est en train de refiler la patate chaude de l'emploi aux entreprises. L’inversion de la courbe du chômage ne viendra pas malheureusement d'une négociation, d'un marchandage, encore moins d'un chantage.

Il y a eu les "chocs" que personne n'a jamais vu, voici maintenant les "pactes", constitués de promesses déjà faites (CICE) ou qui ne verront jamais le jour. Et pour mettre en place toute cela à l’horizon 2017, Pépère crée de nouvelles commissions, groupes de travail ad hoc, qui permettent de temporiser pour mieux passer les prochaines élections et de placer tout un tas de copains. Il a donc inventé le pacte de responsabilité, un nouveau moyen de vous faire patienter jusqu’en 2017.

Conférence de presse bidon

Choc de simplification, boite à outils, pacte de compétitivité, redressement productif, pacte de responsabilité, comment les journalistes peuvent-ils être aussi niais pour se laisser prendre au discours de ce président fantoche. Questions préparées, journalistes lèche-bottes, spectacle totalement encadré par l’Elysée, aussi libre que peut l’être un discours à la Kim Jong-un. Quand il dit : « je ne veux pas que les impôts des ménages augmentent », mais en 2014, 15 millions de salariés vont subir une hausse de leur impôt sur le revenu (le net imposable augmenté de la part patronale des mutuelles). Pas un journaliste avec des c.....ne réagit.

Le pouvoir politique fait décidément avaler n'importe quoi à la presse française. la révérence française devant le monarque républicain, ça n'existe pas dans les pays anglo-saxons.

C’est pas moi, c’est la commission qui décide

Cela fait 20 mois que Culbuto est président de la république, mais il n’a toujours pas compris que sous la Vème République c'est lui seul qui décide. Il se défausse en permanence, vers les syndicats ou vers des commissions.

Comme disait Clémenceau : « Quand on veut enterrer un problème, on créé une commission »

600.000 fonctionnaires vont partir à la retraite d’ici la fin du quinquennat. Hollande n’a qu’à profiter de ces départs pour réaliser des compressions de postes. Il pourrait réaliser 40 milliards d’euros d’économies par an d’ici 2017, mais en aura t’il le courage, au risque de se mettre à dos une bonne partie de son électorat. Sa solution, c’est encore la création de 4 nouvelles commissions pour repousser les décisions.

Hollande est atteint de «commissionite aiguë» Il perpétue aujourd'hui cette tradition, ce qui lui permet de ne rien décider. Il existe aujourd'hui plus de 650 commissions. On y trouve le Comité de l'environnement polaire, le Comité national du calcul intensif ou encore le Comité national pour l'initiative française pour les récifs coralliens… . Quelle différence y a t’il entre le Conseil supérieur de l'éducation, le Haut Conseil de l'éducation et le Conseil territorial de l'Éducation nationale? Et encore en 2009, le gouvernement Fillon a voulu faire le ménage en supprimant 225 commissions.

- Un Conseil stratégique de la dépense publique

Là on est certain que ça va marcher, car c’est Pépère qui va diriger ce conseil. Il a prouvé en Corrèze qu’il est un expert en dépenses publiques. Tous les mois ce conseil va se réunir pour «évaluer les dépenses publiques». L’objectif est de trouver des économies pour atteindre 50 milliards à fin 2017. Le chef de l'État compte inaugurer une «nouvelle méthode»: Faire des coupes budgétaires structurelles, mais surtout intelligentes »

- Un Observatoire des contreparties (et non pas des contrepétries)

Appelé aussi Politburo, cette observatoire, auquel le Parlement sera associé, va contrôler les engagements des entreprises contre la baisse des charges du pacte de responsabilité. Cette commission aura pour rôle de définir, par branches professionnelles, les compensations exigées aux entreprises. «Elles porteront sur des objectifs chiffrés d'embauches, d'insertion des jeunes, de travail des seniors, de qualité de l'emploi, de formation, d'ouvertures de négociations sur les rémunérations et la modernisation du dialogue social». Une police politique du travail en quelque sorte. Pas sur que les entreprises jouent le jeu !

- Un Conseil de l'attractivité

Hollande nous annonce la création du « Conseil de l’attractivité » chargé en collaboration avec des chefs d’entreprise de définir des solutions afin que de nombreuses sociétés et talents viennent s'installer en France. Manque de chance, Hollande aurait dû savoir que cette instance existe depuis 10 ans et se réunit chaque année sous la tutelle de Matignon.

- Un Conseil de simplification

On le pensait oublié le choc de simplification, mais non, lui aussi à son conseil. Il sera chargé du suivi des quelques 200 mesures du «choc de simplification» annoncées par le chef de l'État, il y a un an mais dont on n’a rien vu pour le moment. Composé de chefs d'entreprise, d'experts et de représentants de l'État, une dizaine de groupes de travail se pencheront sur les difficultés rencontrées par les entreprises, notamment dans leurs rapports avec l'administration et devront proposer de nouvelles idées.

Enfin tout ça sent les usines à gaz, pour placer des copains sans doute, et noyer le poisson.

Hollande veut réduire le millefeuille administratif

Comme c’est bizarre, est-il tombé sur la tête, tout d’un coup, il découvre aussi qu’un des problèmes de la France est le découpage administratif. Pourtant cette idée n’est pas nouvelle, puisque en 2009, à la demande de Sarkozy, Edouard Balladur avait déjà remis un rapport sur le sujet (mis à la poubelle, à la suite des interventions des barons locaux, dont le principal fut Jean-Marc AYRAULT).

Avant lui De Villepin avait proposé 8 régions et Attali 12, mais ces rapports sont restés lettres mortes. Hollande s’inspire du rapport Balladur, mais au lieu de l’appliquer, il nomme une fois de plus une nouvelle commission dont les conclusions ne seront certainement pas suivies. Pour supprimer un certain nombre de régions et n’en garder que 15 au lieu de 22 aujourd’hui, il faudra que Hollande s’oppose à ses amis socialistes puisque 21 des 22 régions sont dirigées par le PS. Déjà beaucoup de voix à gauche s’opposent à ce projet, y compris Ayrault qui ne veut pas que son département la Loire atlantique soit rattaché à la région Bretagne.

Pris en flagrant délit de mensonge

Sur la Syrie Il a déformé la réalité en affirmant que c’était grâce à ses menaces de bombardements que les armes chimiques sont en cours de destruction là-bas. Quant à l’Europe de la défense, il souhaite qu’elle se réalise rapidement alors que la réalité démontre le contraire, la Grande bretagne n’en veut pas et les récents conflits au Mali et en Centrafrique ont démontré que Pépère n’est pas du tout suivi, ni écouté ni respecté. Son désir de créer une coopération militaire européenne est un pur fantasme et il en parle uniquement dans un pur effet d'annonce qui va à contre-sens des récents événements dans ce domaine.

Exit la partie croustillante

Les journalistes étaient venus nombreux pour écouter ses explications sur ses sorties nocturnes en scooter pour rendre visite à sa nouvelle maitresse. Avant nous avions Sarkozy qui faisait beaucoup de vélo dans le massif des Maures, aujourd’hui, Pépère grimpe le col de l’utérus à scooter, c’est moins fatiguant. Beaucoup voulait savoir aussi ce qu’allait devenir Valérie, qui, on vient de l’apprendre a été hospitalisée pour crise de nerf en apprenant la chose. Mais on n’en saura rien, Pépère s’en est sorti de nouveau avec une pirouette. Les journalistes étrangers vont rentrer bredouilles. Sans doute que lui-même ne sait pas quelle décision il va prendre, soit répudier Valérie et garder Julie, soit devenir bigame. Il semblerait plutôt qu’il opterait pour la création d’une commission (dont le nom serait : Trierweiler moins pour Gayet Plus) qui serait chargée de lui soumettre des propositions.

Enfin une chose est sûre en plus des frais pour entretenir la 1ère Dame de France, le contribuable a été prié de mettre la main à la poche depuis que Mme Gayet bénéficie d'une protection policière devant son domicile du 16ème arrdt de Paris. Et puis les journalistes auraient voulu plus de détails, comme par exemple : qui paie les 4200 euros de loyer mensuel de l'appartement du 10, Rue du Cirque, loué par l'actrice Gayet pour recevoir le président ?

Une fois de plus il fait fausse route

Il est sans doute fatigué Pépère après ses sorties nocturnes en scooter. S’occupe t’il bien des affaires de la France ? Culbuto a voulu répondre à ces inquiétudes en montrant sa détermination et son monologue de 2 heures et demie n’a été fait que pour montrer qu’il était toujours le capitaine à la barre (du pédalo). Mais pour beaucoup, il a cherché surtout un effet d'annonce, en avançant pour l'avenir des chiffres qui n'ont pas grand-chose de sérieux. Il ne sait même pas lui-même par quoi remplacer les cotisations familiales, pour les remplacer par quoi ? sans aucun avantage pour le pays. Il y a tant d’autres moyens de réformer avant celui-ci. Il risque d'entrainer la France dans une très grave erreur économique et politique, parce que rien ne semble réfléchi.

Son problème est que les élections municipales, auxquelles tiennent les socialistes s'annoncent mal compte tenu de son impopularité et Il lui faut donc se lancer dans des annonces qui laissent croire qu’il a pris la mesure du problème et qu’il propose enfin les bonnes décisions. C’est tout le but de sa conférence de presse et les médias ont parfaitement accompagné l'opération en étant bien disposés à son égard.

L'avenir nous montrera qu'il ne fera rien car ce serait perdre son électorat.

Nous sommes tous les cocus d'Hollande.

Voir les commentaires

Un bit-quoi ? un Bitcoin

25 Janvier 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Un bit-quoi ? un Bitcoin

La France, va t-elle rester sur le quai ? Cette affaire de Bitcoin me rappelle lorsque la France, au milieu des années 90, s’accrochait pour essayer d’imposer son « Minitel » (payant) dans le Monde et faisait barrage à l’apparition d’Internet (gratuit) en France. A cette époque, j’étais éditeur sur minitel et lorsqu’un jour je présentais mon projet au directeur de Belgacom pour ouvrir en Belgique (pays qui avait choisi Internet), il me dit : « Ah vous faites du minitel rose ? non, lui répondis-je, mon service est tout ce qu’il y a de plus sérieux. « Ah oui, m’a t-il répondu alors, vous faites du « TF1 » (quelle référence !). A l’époque, l’opérateur public poussait le public vers le minitel car pour se connecter à internet au milieu des années 90, à part habiter le quartier du sentier à Paris équipé en fibres optiques, il était très difficile de se connecter. Tout passait par le réseau du téléphone très lent jusqu’à l’arrivée au début des années 2000 de l’ADSL. Depuis quatre ans, une monnaie virtuelle a fait son apparition sur Internet, le Bitcoin et bien qu’elle ait un succès planétaire, on sent chez nous de très fortes réticences des politiques et des banquiers. La France pourrait-elle exister aujourd’hui dans le monde coupée d’Internet. Pourquoi tourne t-elle le dos à Bitcoin ?

Les français sont des gens réfractaires à toute avancée. Il faut dire que ce n’est pas entièrement de leur faute, puisque dès la maternelle l’école inculque à nos enfants des réflexes rétrogrades et nationalistes. Chez nous les monopoles d’état ont la vie dure. On apprend, par exemple, qu’acheter une voiture ou un scooter étranger n’est pas bien, qu’il faut acheter son électricité à EDF, le téléphone et Internet, c’est mieux par France télécom. Pour le train, le métro, la sécurité sociale, les lotos, le tiercé, ... par exemple, on devrait avoir le choix, mais là c’est l’état français qui bloque toutes ouvertures de ces marchés (ce qui nous vaut de lourdes amendes à payer tous les ans à Bruxelles). On nous apprend aussi qu’il est normal que le contribuable aide une banque qui a perdu beaucoup d’argent. Aujourd’hui lorsque l’on aborde le sujet du Bitcoin en France, cette monnaie numérique apparue sur internet en 2009, c’est une véritable ruée des opposants. Il faut dire que le système Bitcoin dérange nos politiciens et leurs chères banques ainsi que tous les franchouillards avec leurs oeillères qui suivent le mouvement sans vraiment savoir de quoi il en retourne. Il faut rappeler que les français sont très attachés à leurs établissements financiers. N’ont-ils pas soutenu le Crédit Lyonnais, Société Générale et Dexia quand ils en avaient besoin. Tous les gens qui ont perdu leur emploi (en Espagne ou en Grèce) ou leurs économies (comme les chypriotes?) pendant que les banques étaient remises à flot, apprécient mais pas de la même manière. Bitcoin est une réponse à la forfaiture des banques et des Etats, et certainement pas une monnaie de singe comme le dollar. Sa volatilité actuelle est due à sa jeunesse. Nul doute que, dans quelques années, vous effectuerez vous-même des transactions en bitcoin.

Le Bitcoin, c’est quoi ?

Cette monnaie, pas si virtuelle que ça, intéresse de plus en plus les grands de ce monde. Le président de la réserve fédérale américaine a décrit le bitcoin comme étant « prometteur à long terme ». Elle a été créée en 2009 par un développeur non-identifié, connu sous son pseudo de Satoshi Nakamoto. Cette devise n’est adossée à aucun État, banque ou entreprise mais fonctionne sur la logique du peer-to-peer. Sa valeur est déterminée de façon entièrement flottante par l’usage qui en est fait et par le marché des changes. Les achats et ventes de cette monnaie se font par les membres du réseau abonnés à Bitcoin. Ainsi, toutes les 10 minutes, le système choisit un ordinateur de manière aléatoire (cela peut être le vôtre si vous avez adhéré) qui est chargé de vendre les bitcoins. Les bitcoins sont diffusés petit à petit et atteindront un plafond de vingt-et-un millions d’unités en 2033. On compte aujourd'hui plus de 100 000 utilisateurs à travers le monde. Bitcoin est à la fois une devise monétaire et un système de paiement dans cette même devise. En 2011, avec 10 000 bitcoins, vous pouviez acheter deux pizzas, aujourd’hui, avec cette quantité, vous avez à votre disposition une petite fortune de près de 10 millions de dollars.

Pourquoi le Bitcoin fait peur aux banques ?

Le Bitcoin est une monnaie numérique, mais en même temps un système de paiement. Bitcoin ne requiert pas l'utilisation d'une infrastructure centralisée pour tenir les comptes et assurer les transactions, ce rôle étant attribué toutes les dix minutes à un nouvel ordinateur du réseau choisi aléatoirement. Le traitement des transactions et la création des Bitcoins sont prises en charge collectivement par le réseau. Son fonctionnement est public, personne ne le possède ni ne le contrôle et son réseau est ouvert à tous. Bitcoin est la première des crypto-monnaies, une monnaie "virtuelle" et dématérialisée mais qui peut être échangée contre des monnaies "réelles" comme le dollar ou l'euro. Les banques et les états ont commençé à être inquiets quand ils ont vu la valeur du bitcoin augmenter de près de 1000 % dans l’année 2013.

Que disent les réfractaires

Bitcoin a une réputation sulfureuse, sa volatilité tout d’abord. Le Bitcoin est en effet une monnaie extrêmement volatile, et spéculer sur cette monnaie est une entreprise risquée. Cette volatilité est surtout due aux attaques des banques centrales chinoise, française et indienne (Moins 35% lors de ces annonces). La banque centrale de Finlande a tranché à son tour concernant le Bitcoin : selon elle, la monnaie numérique ne correspond pas à une monnaie, mais à une marchandise. De son côté, le Canada ne lui connait également aucun cours légal. Pourtant ce pays est celui où l’on trouve le plus de distributeur de Bitcoin et d’ores et déjà une centaine d'entreprises canadiennes l’acceptent actuellement comme moyen de paiement. Mais on comprend la réticence du Canada quand on sait que la banque centrale canadienne travaille depuis plusieurs années, elle aussi, à la création d’une monnaie numérique concurrente, le Mintchip, basée sur le dollar canadien. Le MintChip, concurrencé par le Bitcoin est une technologie de paiement développée par la Monnaie royale canadienne qui permettra d'effectuer des micro-transactions sans intermédiaire avec un téléphone mobile, sur le Web ou avec une carte en plastique.

Le deuxième reproche fait au Bitcoin est que les transactions peuvent facilement être rendues anonymes. De là à dire qu’elle sert pour un tas de blanchiments d'argent et de transactions douteuses ou illégales (Tout le monde sait que cela n’existe pas dans le système bancaire actuel). Ce qu’oublient les détracteurs, c’est que lorsque vous achetez un bitcoin, vous pouvez remonter de transaction en transaction jusqu’à l’origine. Ce n’est pas le cas dans le système bancaire normal, dans lequel rien ne prouve qu’à l’origine le virement reçu sur votre compte, n’a pas fait l‘objet d’une transaction louche auparavant.

Le troisième reproche est son stockage : Les Bitcoins sont stockés soit sur votre ordinateur personnel, soit au travers d'un portefeuille électronique en ligne. Si vous stockez vos Bitcoins sur votre propre ordinateur, il est de votre devoir de le sécuriser comme vous le faites pour votre portefeuille ou vos bijoux chez vous. Le Bitcoin vous incite à être responsable, vous ne pourrez pas vous retourner contre un organisme en cas de perte. Si vous préférez l’assistanat, mettez tout votre argent à la banque. Si vous utilisez les services d'un portefeuille en ligne, il faut bien vous renseigner sur l'entreprise : leur infrastructure est-elle suffisamment sécurisée ? Quelles garanties offrent-ils ? Sont-ils réactifs ? Peut-on leur faire confiance ?

Les avantages

Le système révolutionnaire du Bitcoin a plusieurs avantages, principalement dus à l'absence d'infrastructure centralisée. Les transactions en Bitcoins peuvent se faire partout sur la planète, sans frais et sans délais. Si vous prenez vos précautions, les transactions sont aussi complètement anonymes. Le système Bitcoin étant complètement à part du système bancaire et monétaire "classique", votre compte ou vos transactions ne peuvent pas être bloqués. Concrètement, grâce au Bitcoin, vous pouvez envoyer de l'argent au bout du monde, anonymement, dans la seconde, sans frais, et tout cela depuis chez vous. Le bitcoin est facilement monnayable dans n’importe quelle monnaie. Tous les pays ne sont pas opposés au Bitcoin, loin de là. Prés de chez nous, outre-Rhin, les autorités allemandes ont choisi de considérer le bitcoin comme une unité de compte légale, privée, mais parfaitement utilisable.

La France est très réticente

Va-t-on prendre le train du bitcoin déjà en marche ? La Banque de France voit le bitcoin d'un mauvais œil. Dans une note publiée le 5 décembre dernier, elle met en garde contre "les dangers liés au développement des monnaies virtuelles". Le bitcoin échappant totalement à sa supervision, Il n'est pas étonnant que l'institution s'inquiète de ces nouvelles valeurs d'échanges qui commencent à être acceptées par des commerçants. La banque considère le Bitcoin comme une monnaie, ce qui pour elle, implique que les plates-formes servant ces opérations devraient obtenir un agrément de prestataire. Mais le principal reproche que fait l’institution est que les concepteurs ont organisé la pénurie de cette monnaie virtuelle et lui ont ainsi conféré son caractère hautement spéculatif. La Banque de France oublie qu’imposer de nouvelles règles devrait relever de Bruxelles et de la BCE, s’ils souhaitent le faire. La France aura du mal à imposer ses vues dans le concert mondial.

Le 15 janvier dernier, la commission des Finances du Sénat a abordé le sujet. Le Bitcoin est jugé par une majorité de sénateurs comme une fausse monnaie pour laquelle il n'existe pas de système de garantie. Le Sénat souhaite que l’Europe régule les monnaies électroniques. Les USA, le Japon, l’Allemagne (le bitcoin dispose d’un statut légal chez nos voisins allemands) et de nombreux états d’Europe du nord ont montré qu’ils sont favorables. Si la France ne montre pas une position innovante dans ces domaines du paiement et du commerce électronique, elle risque se retrouver à la traine. L’entrepreneur bitcoin se déclare prêt à monter une association européenne pour promouvoir le bitcoin tout comme la Fondation Bitcoin le fait aux Etats-Unis.

A l'évidence, nos braves sénateurs sont profondément attardés au plan technologique et leurs tentatives maladroites pour essayer de prendre le contrôle d'une cyber-réalité dont le concept même leur échappe totalement est à la fois pathétique et symptomatique des causes du rapide déclin économique de la France. Avant de contrôler quoi que ce soit, il faudrait qu’ils en comprennent le sujet.

Au lieu de se concentrer sur les soit-disant menaces (Le système bancaire ne blanchit-il pas encore l’argent sale de nos jours) des monnaies numériques tels que Bitcoin, les sénateurs devraient se pencher sur leurs potentiels. Le Bitcoin apporte des solutions pratiques, un nouveau mode de paiement et de transferts de capitaux, dépourvu des frictions et des coûts imposés par le système bancaire traditionnel. Les devises numériques permettent de transférer de l'argent pour un coût très modique. La combinaison de smartphones omniprésents connectés à Internet et de la monnaie numérique représente une opportunité extraordinaire pour élargir l'accès aux services financiers à l'échelle mondiale.

Tant qu’ils y sont, les sénateurs n’ont qu’à obliger que tout envoi de mail, de SMS ou de tweet passe par la Poste et que toute connection Internet en France soit contrôlée et passe par un seul opérateur, qui pourrait être, par exemple ...France Télécom.

Les sénateurs, rappelez-vous, avaient les mêmes inquiétudes à propos d’internet. Les devises numériques décentralisées pourraient se révéler être aussi une véritable technologie révolutionnaire, comme l’a été le courriel, c’est ce que pensent les sénateurs.... américains.

Vous faites ce que vous voulez

Le bitcoin est un protocole, comme le sont le HTTP (le protocole internet que vous utilisez tous les jours) ou le SMTP (un des protocoles derrière les e-mails). Ainsi, le bitcoin est un langage, un moyen de communication entre ordinateurs, mais pour transférer des fonds sans intermédiaire. Grâce à ce moyen de communication, on peut échanger de l'argent entre deux points du globe sans coût. C'est déjà pas mal. Déjà le bitcoin est une expérience réussie ! Quoiqu’il arrive au projet dans les prochains mois, dans les prochaines années, cette monnaie non gérée par un Etat sert à faire des échanges dans le monde, sans aucune intervention. C'est aussi le retour des monnaies hors systèmes bancaires, comme au temps des métaux précieux et cela peut-être également une concurrence entre les monnaies.

Attention, il n'y aura aucun gouvernement, ni aucune banque centrale pour vous sauver si tout le système s'écroule. Mais, bon vous y croyez vous à la garantie bancaire de 100 000 euros ?

Certains états ont décrit le Bitcoin comme une marchandise et non comme une monnaie, peut-on interdire aux gens d’acheter une marchandise, non bien sûr. Et la France, me direz-vous, peut-elle faire bande à part et interdire cette monnaie ? Bien sûr que non puisqu’elle est convertible en euros et en dollars.

Enfin, personne ne vous oblige à utiliser le Bitcoin, cette monnaie limitée à 21 milliards d’unités, n’est pas destinée à remplacer les monnaies nationales.

Pour ma part, j’utilise pour l’instant le site Virtapay.com qui offre gracieusement à ceux qui s’inscrivent tous les jours 20 $ qui seront transformés en Bitcoins.

Encadré :

Le Blocktrain ou chaine de blocs

L'existence d'un blockchain, vue comme un livre de compte, existe dans les systèmes bancaires centralisés. Quand on fait un transfert de 100 euros depuis son compte A vers celui de B, le relevé de compte de la banque de A montre -100 et celui de B, +100.

Dans le cas de transfert de Bitcoin, l'information contenue dans la blockchain Bitcoin contient beaucoup plus d'informations. En effet, quand A fait un transfert de 1 Bitcoin depuis une de ses adresses vers une des adresses de B, A doit prouver d'où vient ce Bitcoin. Et ainsi, il transmet une information du type, "je transfère 1 Bitcoin vers l'adresse de A et ce Bitcoin est celui que j'ai obtenu quand C me l'a envoyé il y a deux jours". Et comme tous les utilisateurs possèdent la même copie de la blockchain, tout le monde peut vérifier que C a effectivement envoyé 1 Bitcoin à A et que ce Bitcoin n'a pas déjà été envoyé par A. Plus loin, on peut aussi vérifier comment C a lui-même obtenu ce Bitcoin et ainsi remonter la chaîne de ses propriétaires successifs. Autrement dit, on peut reconstruire toute l'histoire de chaque Bitcoin depuis sa création.

Imaginons que je veuille emprunter des Bitcoins

J'ai besoin d'un prêt, disons de 10 Bitcoins. Je suis prêt à payer un taux d'intérêt de 10% dans deux ans et à donner 1 Bitcoin en garantie (et ce Bitcoin, comme nous allons le voir, peut représenter bien autre chose que seulement un Bitcoin). Alors, je vais faire la chose suivante : je créé une adresse et y transfère un Bitcoin (appelons ce Bitcoin b). Ensuite, je mets en vente b contre 10 Bitcoins et annonce publiquement que l'adresse sur laquelle b sera présent dans deux ans recevra 10 Bitcoins en remboursement de ma part. Tout le monde peut acheter b contre 10 Bitcoins. Si c'est le cas, j'aurai mon prêt contre mon collatéral. L'acheteur, lui, aura b en garantie mais également la promesse de se faire rembourser les 10 Bitcoins prêtés.

Mais ce premier possesseur peut également vendre b! Comme on l'a expliqué plus haut, on pourra tracer toute l'histoire de b et dans deux ans, rembourser son dernier propriétaire. Ainsi, b n'est plus vraiment un Bitcoin, c'est plutôt une reconnaissance de dette, qui peut s'acheter et se vendre. Bien sûr, si on considère que mes chances de rembourser les 10 Bitcoins sont grandes, la valeur d'échange de b sera certainement plus proche de 11 Bitcoins que de sa valeur faciale (1 Bitcoin). Ainsi, le Bitcoin que j'ai transformé en reconnaissance de dette n'est plus seulement un Bitcoin (il le redeviendra après mon remboursement) et n'en a pas la valeur non plus. J'ai juste, en émettant un dette sur le réseau Bitcoin, profité de tous les avantages de la blockchain (sécurité, décentralisation, rapidité, facilité d'utilisation...) Mon exemple peut-être généralisé. Je pourrais me servir de Bitcoin pour émettre des actions, des obligations, des titres de propriété, des coupons de fidélité, des services d'abonnement, etc...

Encadré :

Soyez branchés Bitcoin

• Adresse bitcoin : elle représente le compte sur lequel toutes les transactions d’un utilisateur du réseau bitcoin sont centralisées et mémorisées.

• Bitcoin : monnaie électronique décentralisée. Elle se décline en centiBitcoin, milliBitcoin, microBitcoin, etc.

• Bloc de transactions : élément dans lequel est incorporée chaque nouvelle transaction en attente de recevoir la signature cryptographique pour sa validation. Un nouveau bloc s’ajoute à la chaîne de bloc par tranche de 10 minutes via le minage.

• BTC : code ISO (norme internationale) non officiel pour le bitcoin.

• Chaîne de blocs : journal chronologique et public de toutes les transactions en bitcoins. Elle est utilisée pour vérifier le solde des adresses bitcoin et éviter la double-dépense.

• Clef publique : elle permet à l’expéditeur de coder un message que seul le destinataire pourra décoder grâce à sa clé privée.

• Confirmation : une transaction vérifiée offre un niveau de sécurité suffisant et reçoit alors sa confirmation. Ainsi elle ne peut plus être renversée.

• Cryptographie asymétrique : système de codage fonctionnant avec une clé publique qui code un message et une clé privée donc secrète qui le décode. Ainsi, l’expéditeur envoie un message codé que seul le destinataire peut décoder. Ce système assure un haut niveau de sécurité aux transactions en bitcoins.

• Double dépense : la chaîne de bloc et le minage permettent d’empêcher un double paiement ou double dépense dû aux latences de communication, par un tirage au sort donnant la priorité d’un paiement sur un autre.

• Minage : c’est la clé de voûte de la sécurité du système bitcoin. Des milliers de calculs contrôlent toutes les transactions par bloc. Pour chaque bloc terminé, celui qui le termine appelé mineur est rémunéré en bitcoins. Plus les mineurs sont nombreux, plus la sécurité est optimale.

• Mode nominal : communication en direct et en continu de toutes les transactions à toutes les adresses du réseau bitcoin.

• Preuve de travail : traitement cryptographique validant une transaction. La durée de ce traitement est en moyenne de 10 minutes.

• Pool : pour augmenter leur capacité de résolution des blocs, plusieurs utilisateurs, par l’intermédiaire d’un serveur, mettent en commun la puissance de calcul de leurs ordinateurs respectifs et constituent un pool

• Satoshi : pseudo du créateur du système bitcoin (Satoshi Nakamoto) et plus petite unité de cette monnaie virtuelle. 1 Satoshi = 0,00000001 BTC ou inversement 1 BTC = 100 000 000 Satoshi.

• Taux de Hash : c’est l’unité de mesure de la puissance de calcul utilisée par le réseau bitcoin.

• Transaction : envoi d’une certaine somme de bitcoins d’une adresse vers une autre. Chaque transaction n’est prise en compte par le système qu’au bout de 10 minutes.

• Wallet.dat : fichier de stockage où sont conservées et sauvegardées de façon confidentielle, par chaque utilisateur du réseau, toutes les clés publiques qui ont servi à valider les précédentes transactions sur son compte. C’est en fait le porte-monnaie de l’utilisateur.

Voir les commentaires

Elle est pépère, la nouvelle vie de Culbuto.

2 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Elle est pépère, la nouvelle vie de Culbuto.

Voilà 30 ans que l'on fait rêver les français avec les pseudo-avancées payées à crédit. Retraite à 60 ans, 35h, décentralisation, une fonction publique et para-publique plombées par des avantages acquis et des abus innommables comme les régimes spéciaux, un patronat inadapté, des syndicats représentants d'un autre siècle et bloquant toute réforme, voilà les plaies du socialisme mis en place en 1981 et acceptées par la droite. Et aujourd’hui, Hollande voudrait nous faire croire qu’il a compris l’état catastrophique dans lequel se trouve la France et qu’il va lancer de grandes réformes. Il vient de demander à son chef de chantier Ayrault de faire le travail, mais avec la goooche, faire des réformes, c’est le boulot des syndicats, on ne prend surtout pas de décisions...sans eux.

Inversion de la courbe du chômage, déficit de 3 % en 2013, pas de nouvelles augmentations d'impôts après 2013, pas de nouvelle taxe dans le budget de la « Sécu » , ne pas augmenter le prix du gaz plus que de l'inflation, indexer le smic sur la croissance, ne pas accorder d'interview depuis l'Elysée, préférer le train à l'avion, ne pas recevoir les parlementaires de la majorité à l'Elysée, « Réaction immédiate et fulgurante » à l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, relancer l'union politique européenne avec Angela Merkel avant les élections allemandes : voilà quelques promesses non tenues que Hollande voudrait nous faire oublier. Et bien, il a trouvé la solution pour nous rendre amnésiques. Il lance des idées, son chef de chantier Ayrault refile le bébé aux syndicats, aux groupes de travail, assises, etc... qui sont chargés de faire des propositions et dans quelques mois on enterre le tout. Et puis, les médias subventionnés sont aussi de la fête, leur rôle étant de mettre en avant le coté glamour de Pépère ou d’autres sujets comme la théorie du genre, loi sur l'égalité des sexes ou l’euthanasie. Et qui c’est qui trouve ces bonnes idées, c’est Pépère.

Je vous rend votre argent, mais je veux des contreparties

Tout le monde sait que le pacte de responsabilité est voué à l’échec. Depuis l’arrivée de la gauche en 2012, les entreprises, déjà bien mal en point ont été taxées de 30 milliards supplémentaires et Hollande avec ses deux usines à gaz que sont le CICE et le dernier pacte créé semble vouloir leur rendre cette somme, mais à certaines conditions. Ayrault vient de demander aux entreprises de s’engager en mars 2014 sur des chiffres concrets d’embauches, mais c’est un marché de dupes. En effet, qu’a promis Hollande, supprimer pour 30 milliards de cotisations familiales versées par les entreprises, mais seulement à la fin du quinquennat. En revanche les patrons doivent s ‘engager dès maintenant. Pépère ne prend aucun risque, ce sera à son successeur de se passer de ces rentrées sonnantes et trébuchantes. Vu sa popularité, il faudrait que les français soit devenus amnésiques pour reconduire le menteur à l’Elysée. Il faut maintenant aller vite, le gouvernement veut prendre le plus vite possible ses responsabilités", a rappelé Ayrault. Qu'est devenu le "pacte de croissance" dont le président de la République et le gouvernement nous ont rebattu les oreilles pendant des mois ? Personne n'en parle plus ! On lance une bulle pour amuser le bon peuple et quand elle est crevée, pas de problème, on lance une autre bulle, aussi grosse ! Un bien beau mode de gouvernement !

Avant de demander des contreparties, il faudrait que les entreprises se refassent une santé ! En deux ans , ce gouvernement les a mises à plat ! Alors des embauches, oui, mais d’abord baisser les dépenses de l’état, les impôts et taxes et ensuite, il pourra y avoir des créations de vrais emplois.

Toujours les mêmes mots magiques des socialistes : pacte, moratoire, dynamique structurelle, machins participatifs, etc... Bref, des mensonges pour gagner du temps entre deux élections !

L'usine à gaz socialiste est en marche ou comment transformer une bonne idée de droite en un bidule inefficace de gauche.

Tiens c’est nouveau : Les assises

Ayrault vient de lancer cette semaine coup sur coup les assises de la fiscalité des entreprises et celles sur la fiscalité des ménages. Deux chantiers qui doivent amener à des propositions d'ici le mois d’avril. De quoi s’agit-il : Le gouvernement met en place des groupes de travail qui vont s’asseoir autour d’une table pour réfléchir à la fiscalité des entreprises et des ménages. Comment leur faire croire que l’on va baisser les prélèvements ? telle est la question.

Le Premier ministre a installé le comité de pilotage des "assises de la fiscalité des entreprises" promises fin septembre par le chef de l'Etat pour apaiser la colère des patrons qui se jugent pénalisés par le niveau des prélèvements en France.

Les spécialistes du dossier sont très prudents sur les résultats à attendre de ces assises, qui vont mobiliser experts, chefs d'entreprises et parlementaires dans quatre groupes de travail pendant plusieurs mois. A un moment où il n’y a pas de marge pour faire des baisses d'impôts, le seul résultat qu'on peut attendre c'est un constat par lequel le gouvernement arrête de dire n'importe quoi. Ce serait enfin un progrès.

Cacophonie sur le gaz de schiste

Un trésor est sous nos pieds, mais les 2% d'écolos ont décidé qu'il ne fallait pas y toucher. Arnaud Montebourg vient encore de mettre les pieds dans le plat en relançant la polémique autour du gaz de schiste. Il soutient que des techniques d'exploitation "propres" peuvent être explorées. Cécile Duflot, ministre du logement (de quoi elle se mêle) s’y oppose.

Quelle est la quantité de gaz de schiste exploitable recelée par la France ? Selon les estimations, le pays pourrait-il accéder à l'indépendance énergétique. L’agence de l’énergie américain (EIA) a estimé l’année dernière que la France possédait des réserves potentielles de 3 900 milliards de m3 (contre 5 100 milliards estimées en 2011). Cette exploitation pourrait nous apporter des centaines de milliers d'emplois et environ +1% de PIB. C'est loin d'être négligeable, la courbe du chômage commencerait à s'inverser et les entreprises grosses consommatrices deviendraient plus performantes. Si nos ancêtres avaient eu le même comportement avec le charbon, l'acier ou le gaz et pétrole (Lacq et Alsace) nous ne serions jamais devenus une puissance industrielle à l'époque.

Comment peut-on négliger les ressources naturelles à ce point....... quand on a, comme la France, plusieurs dizaines de milliards de déficit commercial ? Nos importations d'énergie représentent plus de 60 % de notre déficit commercial, et ce malgré notre production d'électricité nucléaire. En bloquant tout, les socialistes et leurs amis Verts font prendre à la France des décennies de retard.

Un récent sondage montre que plus de 2 français sur 3 seraient favorables à l’extraction du gaz de schiste.

Les verts ont 30 ans, et s’ils n'existaient pas ...

... Il ne faudrait surtout pas les inventer ! Quant on pense que Hollandouille en a nommé comme ministres et un groupe à l'assemblée nationale et au sénat ... alors qu'ils ne représentent même pas 3% des français ... Ce parti dirigé par des non spécialistes n’a dans l’idée que de détruire la société française ... tout en se remplissant les poches au passage.

Qu’ont apporté les verts depuis 30 ans ? Difficiles à répondre, à part des contraintes et des emmerdements...

Europe Escroquerie Les Verts n'est pas un parti écologique mais un parti d’extrème gauche. Qui dans ce parti a une formation en écologie ? Une équivalence ? Des références ? Des travaux reconnus par la communauté scientifique ? Des publications ? Des résultats quantifiés ?

En Turquie, Pépère continue ses blaguounettes

Si chez le pape, il était un peu coincé et penaud, chez les turcs, Pépère a pu reprendre ses blaguounettes et ses mensonges. Son chef de chantier, resté à Paris, Pépère, tout guilleré depuis qu’il est redevenu célibataire, pouvait vivre sa vie de pacha, sans remuer le petit doigt, ni ouvrir sa bourse..... Ainsi il a raconté que lors du voyage en Afrique du sud, Sarkozy n’avait pas arrété de parler argent. En Turquie, cette semaine, il pétait la forme, il a fait beaucoup de blagues sur ses ministres qui font semblant de s’aimer (Montebourg/Martin). Il a même promis au 1er ministre turc un référendum pour questionner les français sur leur entrée dans l’Union Européenne (le dernier sondage montre que 85% sont contre). Que ne ferait-il pas pour signer des contrats commerciaux (en réalité des lettres d’intention) devant la presse. Il ferait mieux de leur dire non, comme l’avait fait Sarkozy, ce serait plus franc.

Chez nos voisins anglais, l’humour s’est fait à son insu

Le sommet franco-britannique était l’occasion de signer des accords sur une défense commune et sur une renégociation des traités européens, ce que souhaite ardemment la Grande Bretagne. Si des accords ont bien été signés sur la défense, sur les traités européens, ça a été choux blanc. Mais ce que l’on aura retenu de ce sommet, c’est encore l’Humour fait au détriment de Hollande. S’en est-il aperçu ? en tout cas, en Grande Bretagne, il passe pour un comique.

Le président français est le meilleur allié des conservateurs. François Hollande est devenu, bien malgré lui, une arme de politique intérieure au Royaume-Uni. Les conservateurs l'utilisent comme repoussoir : Si vous votez pour Ed Milliband, le chef de file des travaillistes, vous aurez le même résultat économique que les socialistes en France.

Cameron a pourtant félicité notre président pour les mesures économiques du pacte de responsabilité qu’il a décidé le 31 décembre. « Vous êtes sur la bonne voie »a dit Cameron à Hollande lors de la conférence de presse. Vous connaissez l'humour british ? et bien, ça en est !

On retiendra également une photo qui a fait la une du Guardian, montrant Hollande, sortant du pub où il avait déjeuné avec Cameron. La photo le montre tout boudiné dans son costume, courant sous la pluie, pour aller faire quoi, on se demande ?

Enfin, au cours de la conférence de presse commune avec le 1er ministre anglais, un journaliste anglais (Les journalistes britanniques ont eu l’occasion de se rattraper de la piteuse conférence de presse à l’Elysée) a pu enfin poser la question que tout le monde attendait, à Hollande: « Pensez-vous que votre vie privée a fait de la France la risée du monde entier? » Notre président a eu droit à une question subsidiaire : « avez-vous encore une liaison avec Julie Gayet et auriez-vous aimé qu'elle soit là? ».

François Hollande a refusé de répondre.

Fuite des investissements étrangers

Une autre mauvaise nouvelle est venue ternir la semaine de notre président célibataire. Les investissements directs étrangers ont crû de 11 % sur l'ensemble de la planète en 2013, mais ont chuté de 77% en France. De quoi s'inquiéter ? Cette chute n’est pas faite pour améliorer l'activité et l'emploi. Cette enquête montre que les pays qui attirent les investisseurs ont des systèmes fiscaux attractifs, comme l'Irlande, le Luxembourg, la Belgique ou les Pays-Bas. Une autre vérité de la Palisse est aussi que les dirigeants d'entreprises séquestrés par les salariés et les usines bloquées, sont loin de susciter l’enthousiasme de la part des investisseurs étrangers, n’est-ce pas messieurs de la CGT ?

Les étrangers ne sont pas particulièrement attachés à la France, ils investissent s’ils y trouvent un intérêt. Or depuis mai 2012, le gouvernement PS par ses maladresses et ses alternoiements font fuir les investisseurs étrangers. Cela , c’est au moins une promesse tenue par Hollande, il l’a dit, son ennemi, c’est la finance.

Hollande a tout fait pour les faire fuir : absence de ligne politique, valse des taxes et impôts, valse des prélèvements sociaux, syndicats dont le seul but politique est de tout bloquer.

Sans être économiste, comment peut-on créer des emplois, quand en 2011, le montant des investissements en France s'élevait autour de 70-75 milliards d'euros et qu'en 2013 ce montant est tombé à 21-22 milliards € Sans chercher à expliciter le pourquoi de cette chute, car cela serait "socialistement incorrect"

Les potins de Culbuto

Hollande a officialisé sa rupture avec Valérie Trierweiler tout en précisant qu'il s'exprimait à titre personnel et non en tant que chef de l'État. Il est vrai que ça, c'est un sacré sujet essentiel dans la vie des Français ! Ça c'est de l'info............. Tout le monde sait qu'il a agi comme un malotru et un dégonflé! Mais est-ce une raison de nous servir chaque jour la même soupe ? La crise est-elle finie ? N'y a t-il plus de chômage ? La consommation et la reprise sont-elles de retour ? L'automobile repart-elle de plus belle ? Le BTP repart-il à la hausse ? Les impôts ont-ils baissé ? Tous les milliardaires enfuis sont-ils revenus en France ? Depuis plus de 20 mois je me pose la même question, Monsieur Hollande est bon en quoi !!!! Que font nos 38 Ministres à part blablater à longueur de journées ...

Non, la vie de Hollande est cruciale pour les français. Comme par exemple son escapade en août dernier chez ses futurs ... beaux-parents pendant sa visite officielle à Auch. S’est-il rendu au chateau des parents de Julie Gayet en scooter ou en hélicotère ? Est-ce à ses frais ou aux frais de l’état ? Un député UMP vient de poser la question au gouvernement. Tout le monde sait que Pépère se déplace à ses propres frais et sans gardes du corps. Matignon, qui n’est pas à un mensonge près, vient de répondre, que ce déplacement privé, n’avait rien couté à l’état. J’imagine la conversation, chez les parents de Julie. La mère : « Francois vous reprendrez bien un peu de caviar..? » Le père : « Votre hélicoptere, c’est quoi comme modèle, il ne consomme pas trop...?» François n’aime pas les riches... de droite.

L’ex-première dame va écrire un livre, c’est décidé. Et ce n’est par parce que c’est une demande pressante des médias Voici, Gala, et Closer, non, il faut que le peuple sache la vérité. Enfin ça, c’est pour vendre car elle a constaté que Cécilia ex-Sarkozy a réussi à vendre son livre à plus de 100 000 exemplaires alors qu’elle avait rien à dire. Je parie que le livre va sortir rapidement avant que tout le monde l’oublie et qu’il n’y aura aucune annonce croustillante. Mais elle n’aura pas de mal à trouver un « nègre » pour l’écriture. Chiche Valérie, versez vos droits d’auteur aux enfants qui ont faim.

Pépère ne sait plus que faire

L'Union Européenne va t-elle mettre la France sous tutelle... 27% des jeunes diplômés envisagent de quitter le pays contre 11% en 2011, les investissements étrangers en France ont plongé de 77% l'an dernier, flop des contrats de génération (l'objectif était d'en signer 75.000 en 2013, seulement 20.000 demandes d'aides ont été comptabilisées). Hollande, après avoir raillé le modèle allemand, reçoit Peter Hartz, le père des réformes du marché du travail allemand sous Gerhard Schröder, cela veut-il dire que les énarques sont des bons à rien?

La France s'enfonce dans le marasme économique et la récession. L'Allemagne continue à aller très bien, l'Angleterre également et les pays qui étaient en grande difficulté sont en train de s'en sortir : Les USA, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande et même la Grèce, tous vont beaucoup mieux.

La France est le seul pays qui continue à s'enfoncer. La dramatique incompétence de nos socialistes nous rapproche jour après jour des pays du tiers monde...

Les neurones de ce monsieur se trouvent dans son slip, donc, pas grand chose à en attendre. ll ne peut pas penser à tout , c'est évident et normal qu’il soit fatigué le matin. Personne ne lui demande d’étaler sa vie privée. Ce qui nous intéresse, c’est qu’il s’occupe du boulot pour lequel il a été élu.

Qui pouvait croire que ce personnage, président par défaut, pouvait faire quelque chose pour la France et les Français ?

Encadré :

Hollande est un décideur

Certains disent qu'il ne décide rien, c'est faux

• Il a décidé seul l’envoi de troupes au Mali et en Centrafrique : FAIT

• La suppression de l’exonération des heures supplémentaires et l’appauvrissement des salariés : FAIT

• Remettre le jour de carence pour les fonctionnaires : FAIT

• Supprimer la part de 30 euros payée par les patients pour l"aide médicalisée aux étrangers : FAIT

• Interdire aux gens de travailler le dimanche : FAIT

• Interdire aux gens d’aller voir des prostituées : FAIT

• Interdire aux gens de rouler à plus de 80 km/h : FAIT

• Surveiller les connexions et les communications des gens pour détecter les « potentiels ennemis d’états » en dehors de toute action judiciaire : EN COURS

• Interdire à la police d’effectuer des surveillances techniques lors de leurs enquêtes en utilisant des GPS : FAIT

• Empêcher toute action judiciaire à l’encontre de la maitresse du président : FAIT

• Mettre de l’argent public à disposition de la maîtresse : FAIT

• Augmenter la CSG, et mettre en place la TVA sociale : EN COURS

• Déclarer irrecevables 700 000 signatures et ne pas faire de référendum : FAIT

Voir les commentaires

Tout est bon dans le cochon...

27 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Tout est bon dans le cochon...

Cette semaine, grâce à Hollande en visite au Salon de l’agriculture, nous avons droit à des infos de première importance de la part des médias. Tout d’abord, nous avons appris qu’il a failli ne pas se rendre Porte de Versailles pour l’inauguration du Salon. En effet, il a passé la nuit à veiller avec ses principaux conseillers car il se posait une question: devait-il y aller ou pas ? that is the questionl ! Les paysans vont-ils le huer, ou lui lancer quelques victuailles. Finalement, il se décida à affronter les agriculteurs (sans son casque) et il a bien fait car le gros a pu manger et boire « à l’oeil » et il ne s’est pas géné. Autre info : Goasguen a-t-il vraiment appartenu à des mouvements d'extrême-droite ? Vous voulez mon avis, on s’en fout !. Cette semaine Michel Sapin, le ministre du travail, s’y est mis aussi : « Je souhaite moins de chômeurs à la fin de l'année, je compte poursuivre la lutte grâce à la boîte à outils et au pacte de responsabilité pour relancer la machine ». C’est vrai que vu de l’hexagone tout va bien en France, les sportifs ont ramené 15 médailles de Sotchi, le fils Zidane prénommé Enzo est appelé en équipe de France, que des bonnes nouvelles. Bruxelles peut raconter ce qu’il veut, ce n’est pas ça qui va nous gacher notre joie. Culbuto et Moscovessie sont confiants, donc y a pas de mouron à se faire, le capitaine et son second tiennent bon la barre. Et bien moi, j’ai décidé, cette semaine, de vous distiller des infos différentes.

Chapeau Hollande, le bateau coule, mais tout va bien

Il faut bien reconnaître à Hollande, qu’il a réussi à terrasser son « véritable adversaire, le monde de la Finance », et même avec un certain succès par la chute de 77% des investissements étrangers en 2013. Il a déclaré que la France « n’a pas peur des capitaux », c’est vrai, ce sont les capitaux qui ont peur de s’investir en France. Pour faire bonne mesure, Bruxelles vient de prévenir que la France ne pourra pas revenir sous la barre des 3% de déficit en 2015 comme promis. On sera même loin des 2,8 % prévus par Pépère et Mosco à L’UE quand ils avaient obtenu l’an dernier un report d’échéance. Le déficit annoncé par Bruxelles devrait être de 4% en 2014 et 3,9% en 2015. Même tendance pour l’endettement qui se rapprochera des 100%. La France est le seul dans ce cas dans la zone Euro, les prévisions des autres états sont nettement meilleures.

Moscovici, notre menteur numéro 2 a tout de suite réagi en assurant que la France ne négociera pas de délais supplémentaires parce qu’elle maintiendra son cap grâce au pacte de responsabilité qui est, parait-il très apprécié des européens. Bruxelles a été patient, mais nos partenaires européens n’ont plus confiance dans l’équipe de gugusses qui dirigent la France. L’Europe pourrait mettre la France sous tutelle, ce qui signifierait que les taux d’intérêt ne seront plus garantis. Tout cela tiendrait en équilibre si le pacte de compétitivité et de responsabilité s’appliquait, mais personne n’est dupe. Hollande peut s’agiter comme il veut, mais avec ou sans le pacte, ce ne sera pas suffisant.

Bruxelles en a assez de jouer au poker menteur.

Le chômage va s’inverser fin 2014 !

Il y a, à fin 2013, un total de 5.528.900 de chômeurs en France métropolitaine (5.854.200 avec les DOM/TOM). Cela correspond à une hausse de 343.000 sur un an, soit +6,6%, mais Sapin continue à nous dire que tout va bien, la hausse du chômage ralentit. L’Élysée n’avait pas manqué de se réjouir de cette baisse de l’augmentation en estimant qu’« un premier résultat est acquis» et que « les chiffres publiés confirment que la bataille pour l’emploi peut être gagnée ».

Il est pourtant facile de faire les calculs. L’insee nous informe qu’il y a 28,3 millions d’actifs en France et 5.528.900 de personnes au chômage dans les 4 catégories (Vous remarquerez que l’on oublie systématiquement les DOM/TOM afin que les chiffres soient moins catastrophiques). Sur ce total des actifs, il faut retirer les fonctionnaires ou assimilés (7 millions) qui ne risquent pas de pertes d’emplois et qui ne cotisent pas, les entrepreneurs individuels (2,3 millions) qui n’y ont pas droit non plus et qui ne cotisent pas et ensuite les gérants de sociétés qui n’ont pas le droit aux indemnités chômage, mais qui payent toutefois les cotisations. Cela nous donne 5.528.900 millions de chômeurs pour 19 millions d’actifs soit un taux de 29% (qui passe à 31% si l’on inclut les DOM/TOM).

Le gros mensonge de Hollande et de Fabius sur la Syrie

Une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT) affirme que le massacre chimique d'août 2013 a été perpétré depuis une zone rebelle, contredisant les affirmations de la France et des Etats-unis.

Le 4 février dernier, Laurent Fabius était invité par l'Essec à s'exprimer sur le dossier syrien. Un jeune homme se présentant comme journaliste indépendant pour l'Agence Info libre interroge le ministre sur le rapport MIT selon lequel, affirme le journaliste, « Bachar el-Assad ne serait pas à l'origine de l'attaque chimique de la Ghouta » Cette attaque chimique, survenue le 21 août dernier dans la banlieue de Damas, qui a fait des centaines de morts, avait été le prétexte pour Hollande et Obama, de lancer des raids aériens contre le régime syrien. « Pouvez-vous aujourd'hui devant cette assemblée reconnaître que vous vous êtes trompés sur cette situation et présenter vos excuses ? » demande alors le jeune homme. Stupeur et murmures puis, en guise de réponse gros mensonge et langue de bois «Certainement pas », répond Laurent Fabius, « Il y a eu une enquête des Nations unies qui ont diligenté beaucoup d'experts et qui ont établi de la façon la plus ferme qu'il y avait eu un massacre chimique (...) qui trouvait son origine dans les gens du régime »

Les accusations de ce jeune journaliste ne sont pas sans fondement. Si le rapport final de l'ONU, remis en décembre dernier, confirme l'existence de preuves flagrantes et convaincantes de l'utilisation d'armes chimiques dans la région de la Ghouta, il n'accuse nullement le régime syrien, encore moins les rebelles, les inspecteurs onusiens n'étant pas mandatés pour le faire. Pourtant Bachar el-Assad est en revanche incriminé par les services de renseignements américains et français, par des rapports publiés respectivement le 30 août et le 3 septembre 2013, pour justifier publiquement des frappes occidentales à venir.

Les conclusions des services de renseignements américain et français sont aujourd'hui remises en cause par le rapport du MIT qui affirme que les attaques chimiques ont tout simplement été lancées depuis une zone tenue par les rebelles syriens. La conclusion la plus importante est que les roquettes tirées avaient toutes les caractéristiques de missiles de type Grad, de courte portée de 2km (or les positions syriennes étaient à plus de 10km), sur lesquels étaient fixés les barils de gaz. Une conclusion que François Géré, directeur de l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas), juge "crédible", d'autant plus qu'elle est évoquée par le rapport final de l'ONU sur l'attaque de la Ghouta.

Il n’y a pas non plus de preuves flagrantes que ce soient les rebelles qui ont lancé cette attaque. En tout cas notre « Chef de guerre » voulait engager la France dans une nouvelle aventure. S’il n’avait pas été laché par Cameron, puis par Obama et si Poutine n’avait pas réagi, notre « Naboléon » aurait lancé la France dans sa 3ème guerre. Moi, je vous dis : cet homme est inconscient et dangereux.

Bien sûr côté presse française pas un mot… Ne parlons même pas des journaux télévisés.

Aujourd’hui, la Syrie est infestée par les islamiques d’Al Quaida. D'ailleurs l'Angleterre entre autres a arrêté ses fournitures d'armes aux insurgés du fait que l'on ne sait pas vraiment dans quelles mains elles tombent. Il n’y a que la France, enfin plutôt Culbuto qui continue à soutenir les rebelles aujourd’hui.

Poils aux dents

Une étude russe, validée par des chercheurs américains, tendrait à prouver que les OGM stériliseront l'humanité au bout de 3 Générations. On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves dégâts occasionnés par les OGM, une étude récente va dans ce sens.

Menée conjointement par l'Association Nationale pour la Sécurité Génétique et l'Institut de l'Ecologie et de l'Evolution, cette étude russe a duré deux ans, avec pour cobayes des hamsters de race Campbell, une race qui possède un taux de reproduction élevé. Les hamsters ont été nourris pendant deux ans de manière classique, à l'exception de certains d'entre eux qui ont été plus ou moins nourris avec du soja OGM (importé régulièrement en Europe) résistant à un herbicide.

Quatre groupes de cinq couples ont été constitués: le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja, le second nourri au soja conventionnel, le troisième a été alimenté avec un complément de soja OGM et enfin le quatrième groupe a été nourri pratiquement qu’avec du soja transgénique.

A la fin de la première phase, les quatre groupes ont eu en tout 140 petits. En deuxième phase, les petits, devenus adultes, ont été accouplés. Les nouvelles paires de la deuxième génération ont, elles aussi, eu des petits, créant de fait la troisième et dernière génération de cobayes. A la 3ème génération, il y a eu 52 naissances dans le groupe qui n'ont pas consommé du tout de soja, 78 dans celui qui a consommé du soja conventionnel, 40 petits, dont 25% sont morts dans le groupe qui a reçu un complément de soja OGM et dans le groupe qui a mangé le plus de soja génétiquement modifié, une seule femelle a réussi à donner naissance à 16 petits, dont 20% sont morts .

Ces derniers hamsters nourris au soja OGM, n'ont plus été capables de se reproduire... Mais une autre surprise de taille a été observée: certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils ... dans la bouche, un phénomène d'une extrême rareté.

En France, la culture du soja n’est pas encore autorisée, mais l’importation du soja transgénique l’est depuis longtemps pour la nourriture des animaux.

Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir et aujourd’hui les français mangent des aliments avec OGM et produits chimiques sans le savoir. Il n’est qu’à consulter le site de greenpeace France pour s’apercevoir que les produits que vous achetez sont loins d’être sains. Même si la France interdit encore les plantes OGM dans les champs, ils sont omniprésents dans les assiettes. On peut en effet les trouver directement en aliments, mais aussi indirectement dans de nombreux produits issus de l’élevage des animaux. N’oublions pas non plus que l’agriculture industrielle utilise en masse des pesticides et des engrais chimiques de synthèse toxiques qui polluent l’eau et le sol. La France est particulièrement « accro » puisque c’est le premier pays consommateur d’herbicides, de fongicides et d'insecticides en Europe et le 3ème au monde !

Greenpeace vient de mettre en ligne sur son site internet la liste des aliments quotidiens (Cliquez ici) dans lequel les OGM se retrouvent sous la forme d’ingrédients et/ou d’additifs.

http://guide-ogm.greenpeace.fr/guideogm.pdf

La conclusion est : ne vous fiez pas aux labels AOC ou labels rouges, ne mangez que bio.

Car l'ennui, au fond, c'est que nous tous, les consommateurs, sommes au bout de cette chaîne alimentaire: alors finalement dans l'histoire, qui sont réellement les cobayes?

Les anciennes colonies payent un impôt à la France

Lorsque la France, en 1958, proposa à ses colonies africaines de leur accorder l’indépendance en 1960, la Guinée de Sékou Touré choisit de sortir de suite de l'empire colonial français. Cela ne plut pas à nos politiques et le gouvernement demanda à ses fonctionnaires en place en Guinée de détruire tout ce qui représentait les avantages de la colonisation française. Trois mille Français quittèrent le pays, en prenant tous leurs biens et détruisant tout ce qui ne pouvait pas être déplacé: les écoles, les crèches, les bâtiments de l'administration publique furent détruits, les voitures, les livres, les médicaments, les instruments de l’institut de recherche, les tracteurs ont été écrasés et sabotés; les animaux dans les fermes furent tués, et les nourritures entreposées furent brûlées ou empoisonnées.

Le but était d'envoyer un message clair à toutes les autres colonies. La peur s’empara des Élites Africaines, et après ces événements aucun pays ne suivit l'exemple de Sékou Touré. Un seul tenta de trouver un compromis avec la France, Sylvanus Olympio, le 1er président du Togo. Il trouva une solution susceptible de calmer les Français : il refusa de signer le pacte colonisation proposé par De Gaulle, mais accepta en contrepartie de payer une dette annuelle à la France pour les soi-disant avantages obtenus lors de la colonisation française.

Toutefois, le montant estimé par la France était si lourd que le remboursement annuel était proche de 40 % du budget du pays en 1963. Olympio décida alors de sortir du système monétaire imposé par la France le franc FCFA et créa une monnaie togolaise. Le 13 Janvier 1963, trois jours après qu’il ait commencé à imprimer les nouveaux billets, une escouade de soldats s’empara du pouvoir et tua le 1er président élu de l'Afrique indépendante : Olympio fut exécuté par un ex Légionnaire français, le sergent de l'armée Etienne Gnassingbé qui, au passage, reçu à ce moment une prime de 612 dollars de l'ambassade française locale pour sa mission. Le nouveau pouvoir togolais accepta le pacte, mais la France conserva le principe de taxer les anciennes colonies.

Plus tard d’autres chefs d’état ont eu des vélléités d’indépendance comme Modiba Keita (1er président du Mali) renversé par Moussa Traoré (ex-légionnaire français), David Dacko (1er président de la République centrafricaine). fut renversé par Jean-Bedel Bokassa, (ex légionnaire français), Maurice Yaméogo (1er président de la Haute-Volta, aujourd'hui Burkina Faso, tué par Aboubacar Sangoulé Lamizana, (ex légionnaire français), Hubert Maga, (1er président du Bénin) renversé par Mathieu Kérékou, (ex-légionnaire français),... la France usera à nombreuses reprises de mercenaires anciennement affiliés à la légion étrangère pour réaliser des opérations coup de poings contre les présidents nouvellement élus.

Et aujourd’hui, cette situation perdure, 14 pays africains sont obligés par la France , à travers le pacte colonial , de mettre 65% de leurs réserves à la Banque de France sous le contrôle du ministère des finances français. En 2014, le Togo et 13 autres pays africains doivent encore payer la dette coloniale en France . Et gare à ceux qui refusent de payer. Ce système est dénoncé par l'Union européenne, mais la France n'est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie permanente d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique. Lorsqu’un état souhaite utiliser ses fonds, il ne peut en utiliser que 20% de son dépôt (car le reste est joué en bourse par l’état français à son profit !), au-delà, la Banque de France lui fait un prêt avec intérêts après accord du ministre des finances... français. C’est par ce biais que l’état français s’enrichit sur le dos des africains.

En contrepartie, ces états africains ont droit à la protection de la France. Cela expliquerait sans doute la rapidité de Culbuto à intervenir en Afrique. Cette protection n’est pas si amicale que l’on veut bien nous le dire.

L’accord qui lie la France n’est pas seulement monétaire, le contrat liant la France à ses anciennes colonies, c’est aussi la coopération, la monnaie, le franc CFA, le système éducatif français, les ententes militaires et les préférences commerciales. (Voir encadré).

Jusqu'à quand vont-ils payer ? Le seul homme politique français à avoir parlé du sujet a été Jacques Chirac qui disait que ce serait justice de rendre cet argent aux africains (Voir vidéo).

A titre de comparaison historique, la France a fait payer à Haïti l'équivalent moderne de 21 milliards de dollars de 1804 à 1947 ( près d'un siècle et demi ) pour les pertes causées aux marchands d'esclaves français suite à l' abolition de l'esclavage et à la libération des esclaves haïtiens. Les Pays africains paient la taxe coloniale depuis 50 ans.

Est-ce cela la Françafrique que Hollande voulait arrêter ?

Voilà une belle page de l'Histoire de France !

Encadré :

France Afrique : Un contrat à sens unique

Voici les 11 principales composantes du pacte de colonisation toujours en vigueur aujourd’hui qui concerne le Bénin, Burkina Faso, Guinée- Bissau, Côte-d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo-Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon.

1 . La dette coloniale en contrepartie des avantages apportés par la colonisation.

2 . Chaque état africain doit placer au moins 65 % de ses réserves de change dans un «compte d'opérations » à la banque de France, ainsi que 20 % supplémentaires pour couvrir les passifs financiers.

La Banque de France n’accorde qu’un montant de 20 % de leurs réserves. Les facilités de découvert sont sous réserve du consentement du Trésor français. Le dernier mot reste à la Banque de France qui investit, POUR SON COMPTE, les réserves des pays africains à la Bourse de Paris.

Les pays eux-mêmes ne savent pas quel est le montant de leurs réserves. Les gains de l'investissement de ces fonds par la Banque de France sont censés être ajoutés à la réserve de chaque état, mais il n’y a pas de comptabilité transmise aux pays, ni les détails de ces modifications. L’estimation de la somme que gère la France serait de 500 milliards de dollars.

Les pays africains n'ont pas accès à leur argent. Ils accèdent à seulement 20 % par an. S'ils ont besoin de plus, ils doivent emprunter, à des taux commerciaux, sur les 65% de leur argent détenu par la France.

3 . Droit de priorité de la France sur toutes ressources brutes ou naturelles découvertes dans le pays,

4 . Priorité aux intérêts et aux entreprises françaises dans les marchés publics et constructions publiques, même dans le cas où les pays africains peuvent obtenir de meilleures conditions financières d’autres pays.

5 . Droit exclusif de la France de fournir des équipements militaires et de former les officiers militaires des pays.

6 . Droit pour la France de pré-déployer des troupes et intervenir militairement dans le pays pour défendre ses intérêts. Après la réussite du coup d’état par la France, celle-ci a demandé au gouvernement Ouattara en Côte d’ivoire de verser une indemnité à la communauté française pour les pertes pendant la guerre civile.

7 . Obligation de faire du français la langue officielle du pays et la langue pour l'éducation

8 . Obligation d'utiliser le franc CFA géré par la France. (Lors de l'introduction de l’Euro, les autres pays européens ont découvert cette monnaie sous exploitation française et ont demandé à la France de se débarrasser du système).

9 . Obligation aux états africains d'envoyer le rapport annuel du solde et de réserve (Sans le rapport, pas d'argent).

10 . Renonciation à entrer en alliance militaire avec tout autre pays, sauf autorisation par la France

11 . Obligation de s'allier avec la France en situation de guerre ou de crise mondiale

Voir les commentaires

Déficit: La fermeture est claire, Hollande doit sortir sa braguette magique.

7 Mars 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Déficit: La fermeture est claire, Hollande doit sortir sa braguette magique.

Quelle aubaine toutes ces affaires qui tombent en ce moment : l’affaire Copé, les écoutes de Buisson, et puis l’Ukraine aussi. Quand il s ‘agit de pays étrangers, on entend Hollande haut et fort. Tout cela alimente les conversations et qui sait çà peut endormir les français jusqu’aux municipales, voire avec un peu de chance jusqu’aux européennes. Grâce à ce remue-ménage médiatique, Hollande espère faire oublier sa gestion désastreuse. Personne ne se pose de questions : Pourquoi les affaires Copé et Buisson sortent-elles maintenant ? Comment les enregistrements saisis par la justice chez Buisson se sont-ils retrouvés entre les mains de la presse ? Avec 17% pour Culbuto et 16% pour Ayrault, la côte de popularité est dans les chaussettes. Ils ne leur restent plus qu’à aller faire un stage de récupération de points chez Merkel. Même quand les nouvelles sont mauvaises, le PS nie et dédramatise quand il ne demande pas un boycot de l’information, comme on vient de le constater pour la mise en place par la Commission européenne de la "surveillance renforcée" de la France. Heureusement que Julie est là pour le reposer de ses mensonges.

Poutine ne va pas tarder à faire chauffer les tuyères de ses MIG....

La France est à la limite du supportable, l’Union Européenne est en crise, mais Les Etats-unis et la Russie font le spectacle en Ukraine. Pendant ce temps, l’Europe baisse son froc pour sauver les entreprises d’un pays, dont je vous rappelle, nous payons toujours pour les travaux de Tchernobyl (Russie et USA en sont exemptés). L’américain John Kerry fanfaronne à Kiev avec son chèque d’1 milliard de dollars (725 millions d’euros), mais quand Bruxelles annonce une aide de 11 milliards d’euros, c’est à se demander si cela va être suffisant, les ukrainiens en voudraient 35 milliards. Avons-nous les moyens d’aider le peuple ukrainien et devons nous lacher la monnaie quand on sait que l’aide va aller dans la poche de quelques oligarques. Jusqu’à ce qu’il soit destitué, rappelons que le commerce ukrainien, notamment du charbon, du manganèse, du gaz, du pétrole et des céréales, passait par les sociétés, installées en Suisse, du fils de l’ex-président Viktor Ianoukovitch, un petit étudiant en pharmacie, devenu aujourd’hui en deux ans multi-milliardaire. De plus, comme l’Ukraine c’est la Grèce puissance 10, on les aura aidé pour rien, car ce pays ne peut rentrer dans les clous de l’Union Européenne. De toute façon, ce pays est un piège, constitué de petits bouts pris à la Pologne, à la Tchécoslovaquie, et de la Crimée tatares offerte par l’URSS en 1954. Il est peuplé d’ukrainiens, de Tatares et de russes ces derniers ayant imposé leur langue dans la partie sud-est du pays. On va donc assister à un trucage de l’histoire, la Crimée va redevenir russe.

Le nombre de chômeurs explose ... MAIS le taux de chômage baisse

Bonne nouvelle à 15 jours des municipales, voilà t-il pas qu’on nous aurait trompé, il n’y aurait pas 3 303 200 chômeurs de catégorie A à fin décembre 2013 (Chiffres Pôle Emploi), mais seulement 2 788 000 selon l’Insee. Malgré 324 500 demandeurs d'emploi de plus en 1 an, soit une moyenne de plus 27 041 par mois, le taux serait le même qu’il y a un an. Décidemment, il y a des gens qui calculent pas comme nous. Où sont passés les autres? Ont-ils été aussi rayés des statistiques? Les radiations administratives ont augmenté de 32,8% sur un an ! du jamais vu. Et malgré cela et les différents contrats aidés, Hollande a échoué dans son inversion de la courbe du chômage. Quand on trafique à ce point les chiffres, il y a de quoi s’inquiéter sur les résultats des prochaines élections.

Vous avez pu remarquer que Pépère ne s’aventure plus à parler du chômage, il a passé le relais à Sapin qui vient d’annoncer à la suite de l’annonce de l’Insee que les chiffres montraient "une amélioration nette", résultant "d'une politique volontariste" en matière d'emploi. Il faut compléter cette info en lisant l'intégralité du communiqué de l'Insee (qui se conforme aux règles du BIT et le signale discrètement dans ses communiqués) voici le texte intégral, c’est du charabia de fonctionnaire, mais je vous le livre quand même :

"Rénovation de l’enquête Emploi : Dans cette publication, les indicateurs ont été rétropolés sur la période antérieure à 2013 pour être cohérents sur toute la période avec le questionnaire rénové. Par rapport aux anciennes séries, l’intégration du nouveau questionnaire a un impact de 0,5 point à la baisse sur la mesure du taux de chômage. "

Enfin, cette enquête permet d’occuper le terrain de la communication, mais il va falloir trouver d’autres scoops et il y a encore 15 jours à tenir ! Tripatouillage et enfumage sont les deux mamelles de la politique en France.

Il y a, en France, près de 6 millions de personnes qui cherchent du travail, tout le reste est du baratin !

Bienvenue au club...

C’est ce qu’ont dit l'Irlande, l'Espagne et la Hongrie à la France qui vient de rentrer dans les états placés « sous surveillance renforcée ». L’Espagne et l’Irlande ont déjà pris des mesures d'austérité, alors que la France promet depuis deux ans des mesures de réductions de déficit que le gouvernement n’a pas encore entrepris. La Commission Européenne reproche à la France son manque de compétitivité, un coût du travail trop élevé et une dette qui ne cesse d'enfler. La France continue à perdre des parts de marché à l'exportation, contrairement à l'Espagne et à l'Italie. La dette publique s'affole : 93,9 % du PIB en 2013, 96,1 % en 2014 et 97,3 % en 2015. Bruxelles considère que François Hollande n'a rien fait de consistant depuis deux ans pour redresser l'économie française. La grande mesure, le crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE), se révèle être un fiasco complet qui ne profite pas à des entreprises engagées dans la compétition internationale. Les dépenses publiques continuent de progresser. Elles ont représenté, selon la Commission, 57,2 % du PIB en 2013 (partout 56,6 % en 2012 et 55,9 % en 2011) et elles ont même dépassé le niveau du Danemark (56,9 %), pourtant champion en la matière.

La mise sous surveillance renforcée de la France par la Commission européenne est parfaitement fondée. Elle rejoint les alertes lancées par le FMI, la BCE, les Sages allemands ou la Cour des Comptes. Et contrairement aux propos de Hollande et de son équipe de menteurs, la France est en train de rater la reprise du monde développé et de l’Europe. La France est très vulnérable à un choc financier qui relancerait une crise dans la zone euro.

Le gouvernement et les médias sont étonnement muets sur cette annonce, autrement plus importante pour la France que les fausses affaires Copé et Buisson et l’Ukraine. le blackout est total. C’est révélateur de la mainmise de l'état-PS sur les médias. Sous Sarkozy cette annonce aura fait la une des journaux, la gauche aurait demandé sa démission et là sous Hollande ça passe comme une lettre à la poste. C’est ça l'efficacité socialiste !

Pays champion du nombre et du niveau de taxes, la France socialiste toujours incapable de se réformer prépare activement les conditions de sa prochaine mise sous tutelle économique... ! Peu importe de mettre la France et les français sur la paille, ce que cherche Culbuto avant tout, c’est sa réélection en 2017. L'important c'est de ne rien bouger tout en faisant semblant de s'agiter !

Pourtant le ministre du budget avait dit que la gauche savait mieux gérer que la droite ?... Eh bien il semble que non, il est vrai que les chiffres sont alarmants. La fameuse dette héritée de Sarko, qui n'en finit pas d'enfler sous la gauche, pour bientôt dépasser les 2000 MDS, quand elle était de 1739 MDS sous la droite !... 260 milliards et cela en moins de 22 mois !... Les donneurs de leçons font pire que les autres !... Mais on a l'habitude !...

Récapitulons : Le gouvernement PS doit trouver 30 milliards par an pour financer le pacte de responsabilité, plus 50 milliards supplémentaires d’ici à 2017 pour respecter nos engagements européens d’un déficit public limité à 3 %, le tout sans créer de nouveaux impôts, juste par économie, Hollande s’y est engagé. Il a promis aussi que les économies ne se feront pas « sur le dos des fonctionnaires ».

Deux solutions sont possibles : soit nous avons élu un Président magicien, soit c’est un menteur. Quel est votre avis ? On comprend aussi pourquoi il repousse ces recherches d’économie à plus tard. Vous verrez que courant 2016, il va trouver les 50 milliards sur le dos des collectivités locales qui récupérerons le manque à gagner par une forte augmentation des taxes locales en 2017. Lui sera celui qui a économisé et les maires de droite, ceux qui auront taxé ces pauvres contribuables. Voilà peut-être sa trouvaille pour être réélu en 2017, enfin il y croit.

Culbuto a tout faux...

Nous payons les erreurs de nos politiques depuis 30 ans et notamment celles de la gauche : le passage aux 35 heures, l’emballement des dépenses, de la dette publique et le choc fiscal depuis mai 2012 pour atteindre les 3 % du PIB. Aujourd’hui, tout est bloqué : pas de croissance, investissements à l’arrêt, pas de créations d’emplois, seuls prospèrent les impôts, les chômeurs et les dettes.

Hollande, qui se fait passer pour un grand économiste, a perdu les quatre paris qu’il a faits :

• la reprise de la croissance par le cycle et non par les réformes

• l’inversion de la courbe du chômage en multipliant des emplois aidés par l’Etat

• la baisse des déficits par le choc fiscal avec l’augmentation des dépenses sociales et le retour à la retraite à 60 ans pour plus de la moitié des Français.

• la prise du leadership de l’Europe par la France

Un gouvernement en panne d’imagination

Le déclassement par l'UE devait être connu depuis plusieurs jours par l’Elysée : il fallait donc une bonne grosse affaire touchant la droite pour cacher la forêt en feu ! On parle de l'Ukraine, on ouvre plein de dossiers embarrassants pour l'opposition dans le seul but de cacher le manque d'imagination du gouvernement à de vraies solutions.

Aujourd'hui, pourtant, tous les Français devraient dire un grand merci à cette Commission tant décriée qui, en venant de placer notre pays "sous surveillance renforcée", cherche à nous sauver du naufrage vers lequel la politique de François Hollande nous conduit irrémédiablement.

Mais le plus inquiétant n’est pas là. Hollande va être sous les feux de la rampe en juin à Bruxelles. Curieusement, rien ne filtre désormais des arbitrages en cours pour réaliser les économies. Il faut craindre le pire avec les socialos, au niveau fiscal pour après les élections municipales. Les pistes qui ont fuité sont assez effrayantes : individualisation de l'impôt sur le revenu, progressivité de la CSG et autres pistes du même genre sont faites pour tomber sur les classes moyennes en un ouragan fiscal. A côté, les ponctions 2012 et 2013 feront figure de petites mises en bouche. Hollande a choisi l’augmention des impôts plutôt que la baisse des dépenses publiques, ce n’est que maintenant qu’il va changer. Ce type n’a aucun courage politique ou du moins, la France passe après sa « personne ». Bref, il nous emmène droit dans le mur, et à toute vitesse. La Commission Européenne sait que les marchés ne vont pas tarder à nous prendre pour cible. Il est temps d’amener les voiles et de fermer les écoutilles, ça va tanguer...

Il fallait bien la non-affaire Buisson avec des détails distillés chaque jour pour cacher la gravité de cette nouvelle. Un contre feu dans la plus pure tradition des socialos.

Derrière le terme de "surveillance renforcée" se cache une vérité économique toute simple que le gouvernement Ayrault cherche à masquer en parlant d'une reprise qu'il est le seul à voir. La vérité, c'est que la France est très gravement malade et que son état de santé empire chaque jour, contrairement au discours officiel qui voudrait nous faire croire que les choses sont en train de s'arranger grâce aux courageuses réformes engagées par François Hollande.

Comment faire des réformes de l’État qui sont inévitables alors que le Président, le Premier Ministre et 95% des ministres sont des fonctionnaires.

Heureusement, on peut ressortir quelques affaires

Pour cacher sa médiocrité, Hollande peut utiliser son cabinet noir de l’Elysée qui lui ressort avec l’aide des médias des affaires mettant en cause la droite.

L'affaire Copé ressemble plus à un règlement de compte. En effet que veut insinuer le point ? J.F Copé aurait confié un important budget de communication dont le responsable est un de ses proches. Le minimum qu'aurait dû faire le journaliste aurait été de comparer avec des évènements similaires (par exemple avec la société qui s’est occupée de la campagne du PS puisque, apparemment, il l’a contacté). Comme il ne l'a pas fait, il a insinué dans son article que Sarkozy, le parti UMP et pourquoi pas la chose publique auraient été spoliés.

Il est pourtant facile de démonter aisément l'accusation du Point: L’UMP n’est pas une entreprise publique soumise au Code des marchés. En règle générale, vous comme moi faisons appel à des entreprises que nous connaissons et en qui l'on a confiance pour leur confier un travail. Cela n'est pas interdit que je sache. Quant à la surfacturation, le point l'évalue à 20%, ce qui n'est pas un pourcentage qui me fait bondir. France 2 dans son journal télévisé du soir avait transformé les 20% en tarif qui avait doublé. Les journalistes accusateurs se sont contentés de rapporter des ragots de communicants concurrents qui confirmaient la «surfacturation» dont certains émaneraient du PS…

Cette affaire n'en est pas une, mais une partie de la presse a embrayé allègrement l'info.

On n’est pas obligé d’aimer Jean-François Copé, mais le métier de journaliste obéit à certaines règles dont la première est de vérifier ses informations.

L’affaire des enregistrements des conversations de Sarkozy par son conseiller Buisson est sorti le 12 février, mais n’a pas sucisté beaucoup de réactions de la part de la presse, avide d’infos concernant l’ex-président. C’est lorsque le « Canard enchainé » et « Atlantico » ont pu se procurer des enregistrements dont ils ont abreuvé tous les médias, que la presse de gauche a titré « Sarkozy dans la tourmente ». On peut se demander d’abord dans quelle tourmente se retrouve Sarkozy, en effet, à l’écoute des enregistrements, on ne voit pas ce qui est génant pour lui. C’est plutôt pour Patrick Buisson que cela est génant, surtout pour sa carrière, mais elle est sur la fin, vu son âge.

La question que l’on doit plutôt se poser est : comment cette presse a pu obtenir les bandes ? Est-ce suite aux perquisitions de la justice chez Buisson que des fuites auraient eu lieues ?

Cette affaire ne regarde que Sarkozy et Buisson et l’on comprend la décision de l’ex-président de déposer une plainte contre son ex-conseiller.

Il y a quand même une phrase que j’ai retenu de la bouche de Sarkozy : «On n'a pas entendu ces connards de chiens qui aboyaient (dans les jardins élyséens)?» Il parlaient des journalistes.

En tout cas ces fausses affaires font les choux gras de la presse, c’est aussi parce que cela fait partie de la stratégie présidentielle de masquer les vrais problèmes de la France.

Qui conseille Hollande ?

Pourquoi les chauves qui nous gouvernent n'écoutent-ils pas des spécialistes de l ‘entreprise ou de l’économie? Qui d'autre écoutent-ils ? Cécile Duflot et sa licence de géographie ? Benoît Hamon et sa licence d'histoire ? ou bien Yamina Benguigui, notre ministre de la francophonie, passionnante à écouter quand elle parle?

Non, il n’y a pas que du négatif dans ce qu’a fait Hollande. Ne nous plaignons pas trop : la crise va arriver mais on a eu le mariage gay, la liquidation de la famille traditionnelle, la taxe à 75%, la fiscalité confiscatoire de l’épargne (au fait savez-vous que l’épargne de chaque français est garantie à 100 000 euros par l’état, mais savez-vous aussi quel est le montant maximum de l’enveloppe de cette garantie de l’état pour l’ensemble des épargnants: 2 milliards d’euros ! ! faites le calcul)

Avec la gauche, même le nez dans la m....ils trouveront encore que ça sent bon......

Voir les commentaires

Au secours Segogole est de retour !

11 Avril 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Au secours Segogole est de retour !

Les deux premières années de hollandisme sont un échec et un fiasco qui se matérialise par un record du nombre de chômeurs et une hausse hallucinante des taxes, charges et impôts en tous genres qui ont tué une industrie déjà moribonde. Le gouvernement Hollandouille 1 et son 1er ministre Jean Marc Ayrault ont été reconnus responsables de la défaite aux municipales et sa gracieuse majesté Culbuto 1er a donc confirmé qu’un nouveau 1er ministre Manolo Valls allait conduire un nouveau gouvernement de combat chargé de maintenir le cap fixé par sa seigneurie depuis son élection en mai 2012. Voilà le changement désormais en route, pendant 2 ans, Culbuto a testé les différents ministres et a retenu pour son gouvernement Hollandouillette 2 ceux qui ont échoué. Ils seront épaulés par deux loosers qui, eux aussi, ont fait leurs preuves et qui ont bien mérité d’être récompensés, Le pote Harlem et la folle du Poitou, l’ex de Culbuto (Vice-présidente de la république). Les ministres les plus mauvais ont été reconduits par sa majesté en remerciements de leurs bons et loyaux services. Fabius, Sapin, Montebourdes, Hamon (Marcel), Taubira et Chégolène Royal (à l’écolochie) deviennent premiers violons d’un orchestre dirigé par Manolo Valls qui va commencer sa symphonie des couacs.

Après 22 mois passés Place Beauveau en tant que ministre de l’intérieur, Manuel Valls vient d’être nommé 1er ministre par Hollande. Et au vu de ses piètres résultats dans ce ministère (Violences physiques + 2,9%, violences sexuelles +10,4%, atteintes aux biens + 3,5%, cambriolages + 9,3%, règlements de comptes +10%, fausse monnaie + 14,5%, Attentats à l'explosif +33,7%, Vols à main armée +8,4%, Trafic de stupéfiants +10,2%, Régularisation de sans papiers + 51%,...), Il est clair que Hollande l’a choisi pour d’autres raisons. Culbuto espère remonter dans les sondages et surtout refiler la patate chaude des pactes de responsabilités et de solidarité. Hollande a donc choisi lui-même tous les ministres en mettant aux postes clés ses amis, Valls à qui il a fixé le cap est bien esseulé et aura beaucoup de mal avec l ‘équipe de branquignols qui l’entoure.

Taubira fait du vélo, Sapin et Montebourg font du tandem

Voilà un trio de gagnants, Taubira (pourquoi donner une place de 3ème d’un gouvernement à une personne qui n’est même plus une élue) est arrivée en vélo, Sapin, ancien ministre du chômage sous le gouvernement Ayrault et Monte bourdes (comme l’appellent les allemands) sont arrivés en tandem à l ‘Elysée pour le 1er conseil des ministres du nouveau gouvernement. Mais c’était pour les caméras et la presse tout cela, dès le lendemain Sapin et Montebourg ont pris chacun un avion en ordre dispersé pour se rendre à Berlin. Les économies c'est pour plus tard? Et qui paye la facture des transports ? les couillons.

Certainement que Mont Bourde préférait se montrer seul pour se faire remarquer, c'est là sa seule compétence, pour le reste, il est aussi nul que le ravi. Quant à Sapin, ce n’est plus 50 milliards qu’il va falloir trouver, mais bien 80, avec la dernière trouvaille de Culbuto, le pacte de solidarité. Et vu l'état dans lequel il a mis la France, ce n'est pas gagné. Heureusement, il leur reste leurs langues de bois....

Dommage, car Sapin était à 2 doigts

Michel Sapin était "à deux doigts" de la baisse du chômage, pensez donc seulement 177.800 chômeurs de plus (catégorie "A") en 2013 contre 283.000 en 2012. Et comme il disait, ce n’est pas un pari perdu puisque : « Hollande n'a jamais parlé de pari mais d'objectif » et d’en rajouter « Ce n'était pas un engagement, c'était un "objectif mobilisateur». Ils sont forts les socialos, ils retombent toujours sur leurs pattes.

En tout cas, le ministre du chômage a gagné son pari puisqu’il reste en poste. Quel humoriste ce Sapin... La queue du renard sortirait de sa bouche qu'il dirait que ce n'est pas lui qui l'a mangé ! Dans le monde particulier du hollandisme, la nullité est un gage de succès personnel.

Le foll remplace Najat (la voix de son maitre)

Voilà un ministre qui a le don de nous faire rire. Sa première intervention est à marquer dans les annales : « Il n'y avait pas d'endormis dans le gouvernement précédent. On a fait beaucoup de réformes, on a balayé large mais maintenant il faut aller à l'essentiel en faisant des choses pour l'économie, le pouvoir d'achat. On va appliquer la feuille de route du président qui repose sur le pacte de responsabilité et le pacte de solidarité ».

Monte bourdes, la désindustrialisation, c’est maintenant, les économies, ce sera plus tard !

Il a fallu 22 mois à Arnaud Montebourg pour précipiter l’industrie française déclinante dans le mur. On lui reconnait pourtant quelques actions spectaculaires comme sa photo en marinière ou lorsqu’il portait des croissants aux grévistes de Florange. Lorsqu’il voulut nationaliser Florange, il s’en était pris à Ayrault : « Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont tout le monde se fout ! ». Dernièrement, il est monté au créneau par son favoritisme forcené pour Bouygues dans l’affaire du rachat de SFR ? Une aide au projet de Bouygues qui se fait avec le soutien des Qataris (encore eux), on a connu plus « made in France »… ! Il a réussi un redressement, c’est celui de sa propre tête qui aurait dû tomber, Hollande vient de lui donner les rênes du ministère de l’Economie.

Le guignol de l’équipe, Montebourg, évince Fleur Pellerin du Numérique, la seule ministre du gouvernement Ayrault qui avait réussi la mission qui lui était confiée et sans bavardages et coup de com. Mais c'est à Montebourg qui a tout raté sur l'industrie que l'on confie le ministère global. C'est la plus belle prime à l'incompétence que j'ai jamais vu !

"Touche pas à mon poste" ou alors propose-moi un truc juteux !

S’il y a une nomination qui fait l’unanimité contre elle, c’est bien celle de Harlem Désir en tant que secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, et ce autant à droite qu’à gauche. Mauvais à la tête du PS, Hollande vient de lui confier une coquille vide « les affaires européennes ». Ce ministère qui n’en est pas un, ne sert en fait à rien, c'est un métier de représentation essentiellement hexagonal, où il faut expliquer à l'Assemblée ce qui se passe en Europe et expliquer aux eurodéputés ce qu'est la position de la France. Mais ce n'est pas lui qui négocie ou qui tranche. De nombreux états européens n’ont pas créé de tels ministères (L’Italie vient de le supprimer récemment).

C‘est donc un poste bidon, juste de quoi recevoir une belle somme chaque mois sans rien faire où presque, ce sont encore les économies de l'état; il coûterait peut-être moins cher comme chômeur, mais bien sûr en augmenterait le nombre. Mais comme le dit Valls, Harlem Désir est un spécialiste de l’Europe, il a sans doute été nommé Secrétaire d’État aux Affaires Européennes en raison de son exceptionnelle assiduité au Parlement Européen : Le site VoteWatch Europe, qui mesure l'activité des députés du Parlement européen et note leur assiduité, le classe 752ème pour la présence aux votes du parlement en plénière, sur 766 députés. À noter qu'un parlementaire qui participe à moins de 50% des votes, ne touche plus ses indemnités et il a participé à 50,15%, ce qui montre sa "grande passion" pour les affaires européennes et la défense des intérêts de la France dans l'Union Européenne !

Condamné par la justice (18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour recel d'abus de biens sociaux.), ayant bénéficié d'une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor public, relative à des amendes de stationnement (décision de justice du 9 mai 1992) alors qu'il était président de SOS Racisme", Hollande et sa république exemplaire vient de nous montrer une nouvelle fois son véritable mépris pour les français.

"On connaissait la super promotion canapé avec Pinel, on a la super promotion nullité avec Désir", s'amuse un responsable socialiste déçu du hollandisme.

La nomination aux affaires européennes de Harlem Désir est un mauvais signe pour la lutte contre l'immigration, on peut faire confiance à Mr SOS racisme. Mais il n'y a pas que la prime à la médiocrité de Désir qui est choquante, les Sapin, Montebourg, Valls, Taubira, Moscovici, Fioraso, etc.... ont tous été remarquables d'incompétences et par leur absence totale de résultats. Moscovici attend sa nomination à la Commission Européenne... il échoue en tant que ministre, il échoue sur une liste PS à Valentigney ( 11.000 h.) et il attend une nomination ! ! !

C’est un gouvernement d’occasion fabriqué à la hâte par Culbuto avec des rebus et que sa majesté nous présente en char de combat. Un scandale de plus ! Et pour la 1ère fois, c'est le président qui désigne le nouveau 1er secrétaire du PS, par un autre repris de justice !

La médiocrité au pouvoir! La République des in cons pétant!

A moins que la nomination de Harlem Désir, ce soit pour le faire taire sur ce qu'il sait des rouages du PS, et qu'il ne faut surtout pas que l'on sache !

Avez-vous été bien endormi par le discours de Manolo Valls ?

Valls l’a bien dit, il ne fait qu’appliquer la politique de Hollande. Il prend déjà ses distances. Peut-être, mais en tout cas, il vante devant l’Assemblée nationale les trouvailles de Culbuto. Ainsi, que risque t-il d’arriver aux salariés payés au smic à partir du 1er janvier 2015, et bien ils n'auront plus d'augmentation individuelle au mérite puisque leur patron ne prendra pas le risque de les faire passer au dessus du plafond pour ainsi être obligé de payer à nouveau des charges patronales.

Sur le reste qu’a t-il annoncé, rien .... on file tout pour les successeurs en 2017 ou en 2020 c'est chouette comme job... On a détricoté tout ce que Sarkozy avait fait et Valls remet la loi de Sarkozy... On marche sur la tête... On ne touche pas aux 35 h et aux avantages des fonctionnaires, mais on pénalise les classes moyennes : suppression du quotient familial, consultations médicales à votre charge, suppression de l'APL pour les enfants en stage dans une autre ville que celles de leurs parents... Etc. Et on nous dit qu’il n’y a pas d'impôts nouveaux.

Sur la baisse des dépenses publiques, rien... que du flou. Comprenez bien que son but était d’obtenir un vote positif de la part des réticents du PS, des verts et de l’extrème gauche. Il ne fallait pas trop en dire.

Celui qui se fait fort de "dire la vérité aux Français" n'a pas tout dit devant la représentation nationale.

Rien sur les réformes structurelles promises, pas une n'a été énoncée, sauf celle des collectivités territoriales, mais pour dire que les chantiers sont renvoyés après la fin du quinquennat : 2018 pour la nouvelle carte des intercommunalités promise et 2021 pour la proposition de suppression des conseils des départements (les anciens conseils généraux). Si le nombre de régions devrait bien être divisé par deux en 2017, inutile de prévoir des économies de ce côté-là avant longtemps. Et puis c’est bien beau d ‘annoncer si longtemps à l’avance car il faut réunir un congrès à Versailles et obtenir l’accord des 3/5, et là c’est loin d’être acquis.

L'Union Européenne réclame des réformes de structure depuis 2009 et les mesures prises par Sarkozy (réduction des fonctionnaires, mille-feuilles, création d’un nouvel élu siégeant à la fois au conseil régional et au conseil général en remplacement des 2 anciens,... ) ont été arrêtées par Hollande sans être remplacées. La réforme de 2010 permettait aussi à des départements de fusionner avec la région en organisant un référendum. Ce fut le cas en Alsace. Le résultat de la consultation populaire s'est soldé par un échec : le Bas-Rhin et le Haut-Rhin ont conservé leur indépendance !

Discours de pure communication avec certaines annonces qui prendront effet en 2021 alors que la fin du quinquennat socialiste rouge vert, se fera en 2017.

Il a amusé la galerie ! La seule chose à retenir dans le discours de politique générale de Manuel Valls est qu'il ne se passera RIEN d'ici 2017 et que le pays continuera à s'enfoncer.

Et la Palme d'or est attribuée à .... Ségolène Royal

A quand les enfants "Royaux-Hollandais" au gouvernement ?

Au conseil général de Poitou-Charentes, les employés et même le maire de La Rochelle (vice-président de la région de Poitou-Charentes) sont soulagés de constater bientôt que l’enfer qu’ils vivent depuis le parachutage de Ségolène, va enfin s’arrêter. Ils remercient Hollande d’accélérer le départ de leur présidente, c'est dire qu'elle est mal aimée. N'oublions pas que cette chère Ségo a été assignée au tribunal des prud'hommes car elle ne payait pas ses employés de maison, ni ses assistantes parlementaires, sous prétexte que c'était pour la bonne cause (la sienne assurément). C'était du bénévolat. Même les fonctionnaires ne veulent pas travailler avec cette calamité..!

On croyait en être définitivement débarassée depuis qu'elle avait été virée par le peuple, battue par un simple dissident du parti. Et voilà que Culbuto la nomme ministre de l’écologie et que tous les médias se l’arrachent. Il conviendrait d’attribuer la légion d’Honneur à son secrétaire d’état à la transportitude..., Frédéric Cuvillier, pour bravitude anticipée et lui réserver une place au Panthéon pour l'éternité... Contraint par Culbuto d’accepter le poste après qu’il ait critiqué les propos de la ministre, Cuvillier ne voulait pas être sous la houlette de Ségolène. Cuvillier va à la sainte gamelle ! Etre débarqué en temps que Ministre pour devenir Secrétaire d'Etat c'est dire les convictions qui l'habitent pour défendre sa paroisse !

Royal-Cuvillier, une usine à couacs, filiale de la maison mère Elysée. C'est magnifique, encore un qui va fermer son clapet face à madame ex ! On va passer de bons moments ....mais pas lui !!!

Pourquoi est-elle mal aimée ?

Voilà pourtant quelqu'un qui est bardée de diplômes (sciences économiques de l'IEP de Paris, ENA), qui a écrit une dizaine d'ouvrages, qui a été tour à tour magistrate, conseillère à l'Élysée, députée, avocate, ministre, présidente de Région, qui occupe des postes dans des organisations internationales prestigieuses (présidente de l'Association des Régions francophones, vice-présidente de l'Internationale socialiste), qui est invitée à s'exprimer dans des colloques ou à tenir des conférences à travers le monde entier par des dirigeants et organisations étrangères (Brésil, Grèce, Argentine, Québec, Italie, Allemagne...), qui est la première femme à être parvenue au second tour d'une élection présidentielle en France. Et pourtant, c'est une cruche !

Malgré son CV en béton, Ségolène Royal est nulle, incompétente, nunuche, c'est une potiche, une cruche, une Bécassine en puissance. Sur les plateaux de télévision et à la radio, dans les réceptions, dès que l’on entend son nom, on rit sous cape. Sa gestion en Poitou Charentes en fait la région la plus coûteuse par contribuable et est marquée également par l’absence d’investissements.

Elle s’est faite une réputation par ses bons mots:

• En 2007, sur la muraille de Chine, elle prononce une des phrases qui va faire sa réputation : "Comme le disent les Chinois : qui n’est pas venu sur la Grande muraille n’est pas un brave, et qui vient sur la Grande muraille conquiert la bravitude".

• En 2012, après son échec aux législatives, elle ne comprend pas pourquoi, son ex ne la prend pas au gouvernement. Elle déclare avoir "un charisme, de l'aura, du poids"

• Septembre 2012, sur sa défaite aux législatives : "Si j’avais voulu le parti, personne n’aurait pu me le refuser ", confie-t-elle, sûre d'elle, au Figaro quelques semaines après sa cuisante défaite face à Olivier Falorni.

• Toujours en septembre 2012 : "J’ai poussé une nouvelle génération. Les Valls, Peillon, ils ont émergé au congrès de Reims. Après, il y a eu Najat (Belkacem, ndlr), Aurélie (Filippetti, ndlr), Delphine (Batho, ndlr), Guillaume (Garot, ndlr)… C’est un paradoxe : ils arrivent aux responsabilités, ils sont tous ministres, et moi je suis dans le crash", se plaint-elle.

• Elle n’hésite pas à parler sur son ex, en Septembre 2011, la bataille fait rage lors des primaires PS : "Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction, juge alors Ségolène Royal dans le Figaro. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ?"

• En janvier 2007, Ségolène Royal s'emporte : « Il faut redonner de la précarité, c'est un vrai combat », « Je veux être la Présidente du travail pour tous et du métier pour chacun » et « Il faut rétablir un ordre juste par le retour à la confiance, par le retour de repères clairs, par le bon fonctionnement des services publics, par des règles d'honnêteté valables pour tous »

• Le 19 février 2007, en direct sur TF1. La candidate fait un vibrant plaidoyer pour la sécurité sociale professionnelle et déclare : « Si l’entreprise a des difficultés parce qu’elle perd un marché, parce qu’il y a une compétition féroce, à ce moment là, les salariés pourront se retirer de l’entreprise mais garder leur salaire avec une sécurité sociale professionnelle… »

• Le 20 février 2007, devant la Fédération Nationale des Chasseurs à la Maison de la chimie à Paris - La candidate s’engage à ne pas faire « La énième réforme de la chasse, si elle est élue, et présente la chasse comme un loisir rural et "un droit démocratique et populaire ».

Dommage qu’elle n’ait pas été élue, notre vie aurait changé avec la madone au pouvoir :

- Tu vas à la chasse Marcel ? Non, je vais pratiquer mon loisir rural.

- Et toi, Paulo, il paraît que t’es viré de ton boulot ? Mais non, je me suis retiré de l’entreprise.

Et vous ne direz plus jamais "Qui va à la chasse perd sa place" mais "Qui va en loisir rural se retire de son travail".

Sego n'aime pas Sarko

Elle a très mal pris la défaite contre Sarkozy en 2007. Elle en était même arrivé à accuser un des fils Sarkozy d’avoir volé le scooter de son fils et accusait la police de ne pas enquêter sur l’affaire alors qu’elle avait désormais à sa disposition des moyens modernes tels que les analyses ADN. Le 8 juillet 2008 : invitée du journal télévisé de France 2, Ségolène Royal déclare qu'elle voit un rapport entre la mise à sac de son appartement et ses attaques contre le clan Sarkozy : « J'observe que la semaine dernière, au moment ou j'ai dit qu'il fallait mettre fin à la mainmise du clan Sarkozy sur la France, mon domicile a été mis à sac ».

Elle va même se prendre pour la vice présidente de la France, en avril 2009 : à Dakar, Ségolène Royal déclare en référence au discours de Nicolas Sarkozy à Dakar en 2007 : « Quelqu'un est venu ici vous dire que l'Homme africain n'est pas entré dans l'histoire. Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n'auraient jamais dû être prononcées et je vous le dis en confidence qui n'engagent ni la France, ni les Français ».

Elle récidive le 19 avril 2009: elle envoie au premier ministre espagnol Jose Luis Zapatero un mot d'excuses après des « propos injurieux » que Nicolas Sarkozy aurait tenu à son égard.

Mme Royal n'existe que par la complaisance des médias...Elle ne représente personne sinon le Poitou... Elle n‘a pas à parler au nom de la France. Pourquoi n'a-t-elle pas demandé pardon aux tibétains pour avoir admiré la justice chinoise??? Aucun média ne relève toutes ses incohérences....Elle est une honte pour le PS et pour la France.... C'est le comportement d'une irresponsable. Qu'il fasse beau, qu'il neige ou qu'il vente,

Madame Royal lâche une énorme caisse tous les matins au réveil. Mais avant, elle se regarde dans le miroir, et lui demande : qui est la plus belle, la plus compétente au PS....

Mais avouez aussi qu'elle est la seule à nous garantir la rigolade quotidienne...

Encadré :

Serments et sermons de la madone

• « L'engagement que je peux prendre ici : si un jour je suis en situation, la France deviendra le pays de l'excellence environnementale. J'en fais le serment devant vous" (Rennes - 29.06.06)

• « C'est insupportable la façon dont sont traités les jeunes. Je vous le dis, j'en fais le serment à Rennes, si un jour je suis en situation, il faudra nouer un nouveau contrat avec les jeunes de ce pays pour leur dire qu'on a besoin d'eux. » (Rennes - 29.06.06)

• Répondant à un militant socialiste de la section de Dakar qui lui demandait d’aller jusqu'au bout, la pas-encore-candidate a répondu : « Je vais suivre le conseil qui vient de m'être donné. Ce sera le serment de Dakar ». (Dakar - 25.09.06)

• « J'en fais même le serment, si nous sommes élus, l'État sera au coude à coude avec la région Nord - Pas-de-Calais et toutes ses collectivités pour les aider à accomplir toutes les mutations. » (Lille -11.11.06)

• « Je veux que la République partout réalise ce droit d'accès au premier emploi, et j'en fais le serment devant vous ». (Pacte de Bondy - 25.11.2006)

• « Il y a urgence. J'en ai la ferme volonté, je l'ai là chevillée au corps parce que je sais au fond de moi en tant que mère que je veux pour tous les enfants qui naissent et grandissent en France ce que j'ai voulu pour mes propres enfants. Et nous avons l'obligation, l'ardente obligation de réussir. J'en fais aujourd'hui devant vous le serment. » (Villepinte - 11.02.2007)

• « Je compte sur chacun et sur chacune de vous pour porter haut et fort la parole que je viens de vous donner… C’est vous qui allez porter cette énergie, cette énergie que la France attend, cette énergie dont je me sens remplie… Repartez vers les citoyens, reparlez-leur, faites revenir vers vous ceux qui ne croient plus dans la politique…. Donnez-leur la parole sur le pacte présidentiel que je viens de vous livrer pour qu’il s’incarne à travers chacun et chacune d’entre vous, à travers chaque français et chaque française qui voudra nous rejoindre… Que la France plus juste soit aussi une France plus forte, celle du progrès pour tous et du respect pour chacun, celle de l’ordre juste. »

• « Je suis la candidate de la morale de l'action »

• « Il faut rétablir un ordre juste par le retour de la confiance »

• « J’ai inspiré Obama et ses équipes m’ont copié »

• Quand, à l’occasion de la journée de la femme, la candidate a lancé en plein meeting à Dijon « Liberté, Égalité, Sororité », les anti-ségo se sont frottés les mains. " Ça y est, elle a rechuté" se réjouissaient les uns. "C’est reparti, ça va être un feu d’artifice" espéraient les autres.

Hélas ! Trois fois hélas ! En consultant le dictionnaire, les uns et les autres constatèrent que la sororité n’était pas une nouvelle ségolénade mais que le mot existait bien. Venant du latin soror – fraternité – et de l’anglais sorority, il signifie "solidarité entre femmes".

Voir les commentaires

Mouammar Culbuto danse le casatchok en Israël

17 Avril 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Mouammar Culbuto danse le casatchok en Israël

Hollande aura montré jusqu’où peut aller l’autoritarisme d’un président de la Vème république. Après septembre 2001, les Etats-Unis ont envoyé les jihadistes en Syrie et en Libye pour y être interrogés (car aux USA, on ne torture pas !), aujourd’hui, Obama utilise la France et son président Culbuto, toujours aux ordres, pour exécuter ses basses manoeuvres (écoutes NSA, Traité transatlantique,...). La France n’est plus une démocratie. Hollande élu par 32% des électeurs et dont la popularité oscille entre 13 et 18% est un président foutu. Le 10 février dernier, députés et sénateurs devaient débattre de l’instauration d’un principe de responsabilité juridique des multinationales, mais un arbitrage de l’Élysée a bloqué. En clair Hollande, comme tout dictateur qu’il est, a modifié une loi proposée par son propre gouvernement pour faire plaisir au lobby industriel. Plus grave encore, un témoignage-clé concernant un financement israélo-américain de la campagne de François Hollande a été effacé d’Internet. Ce financement (qui fait visiblement moins de bruit médiatique que celui hypothétique de Mouammar Kadhafi envers Nicolas Sarkozy), vient d’une organisation juive américaine appelé ELNET, mais chut... les médias, qu’ils soient de gauche ou de droite ne doivent pas en parler, ils connaissent pourtant bien ce lobby américano-juif qui leur offre des voyages de formation.

Le 10 février dernier, les groupes socialiste et écologiste à l’Assemblée nationale soutiennent une proposition de loi de Pascal Canfin, ministre (EELV) de la coopération, qui responsabiliserait les multinationales dont le siège est en France. Cette loi obligerait ces entreprises à prendre en charge les conséquences des agissements de leurs filiales dans des pays à bas coûts, voire de leurs sous-traitants. Par exemple, en cas d’accident industriel ou de manquements à la sécurité des salariés dans une filiale étrangère. Les salariés pourraient saisir la justice française et se retourner contre la maison mère pour demander des compensations. Les marques textiles françaises ayant passé commande à des entreprises du Bangladesh pourraient, par exemple, être tenues pour co-responsables de l’effondrement d’un bâtiment, comme cela s’est produit au Rana Plaza, l’accident qui a fait 1135 morts le 24 avril dernier. Pascal Canfin en annonçant : « Le débat s’ouvre, on ne va pas le conclure maintenant. » a dû manger son chapeau à la demande de Hollande qui ne veut pas entendre parler de cette loi.(Ce qui explique peut-être son refus de participer à un nouveau gouvernement)

Mais comme nous le verrons plus loin, Hollande a des comptes à rendre et depuis longtemps, il a accepté d’être le « toutou » d’Obama. Comme il l’a répété quelques jours après à Washington à son « maitre Barack », le traité transatlantique doit être signé au plus vite et la loi Canfin est contraire à l’éthique des patrons de Culbuto, puisque en contradiction avec le traité transatlantique.

Traité trasantlantique : Culbuto a déjà décidé à notre place

Le traité de l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement) déjà négocié en cachette par les pays de l’OCDE entre 1995 et 1997, tout comme l’ACTA (protection des copyrights) ont été tous les deux rejetés par la France et par le parlement européen. Aujourd’hui, l’Europe et les Etats-Unis ont décidé de discuter sans les pays émergents un « remake » de ces deux traités (Voir : Comment Obama va couillonner Hollande et l’Europe)

Hollande a décidé qu’il se passerait de l’avis des français et il est aidé pour cela par les médias plutôt discrets sur un sujet aussi important. En cas de fortes oppositions et manifestations, il aura toujours la solution de faire la sourde oreille comme pour le coup du « mariage pour tous ». Sapin, l’ami de Culbuto, a prévenu qu’il n’y aura pas de référendum sur la ratification du Traité de Libre-Echange Transatlantique. Il a rajouté : « Les élections européennes seront donc le seul moyen, pour les citoyens, de donner leur avis sur ce traité ». Autrement dit, si lors des élections européennes, le sujet n’est pas mis sur la table, on risque d’assister à une bataille entre PS, UMP et FN et les français n’y verront que du feu !

L’ami des artistes alias Culbuto (alias Granulé ou Gras Nul Laid, comme l’appellent aujourd’hui les corréziens) agite l’étendart du seul secteur audiovisuel qui sert de cache-sexe à sa lâcheté à tous les autres intérêts européens dans la négociation. Il oublie les services numériques européens qui se font balayer par les géants américains tels que Google, Amazon ou Netflix, les rois de l’ optimisation fiscale, qui ont fait de l’Europe une «colonie numérique». Normal, depuis son déjeuner en Californie dans la Silicon valley, il est pôte avec les grands dirigeants américains du net.

En deux mots, c’est quoi ce traité :

•la suppression de droits de douane. Les tarifs douaniers entre l’UE et les Etats-Unis sont déjà très bas, de l’ordre de 2% à 3% ;

•l’harmonisation des normes réglementaires (le fromage au lait cru est interdit aux Etats-Unis, tandis que le poulet nettoyé au chlore est banni en Europe).

•La mise en place d’une procédure de règlement des litiges nettement en faveur des entreprises, afin d’encourager leurs investissements.

Que cache ce traité ?

Négocié en catimini par la Commission Européenne, ce traité, s’il est voté par le Parlement Européen, va ouvrir grand les portes aux produits américains et notamment à tous ceux interdits dans l’Union Européenne (Monsanto et ses amis se frottent déjà les mains, ils vont pouvoir proposer enfin aux européens leur catalogue de produits OGM, jusque là interdits). Ces mêmes industriels américains, dont Monsanto, souhaitent pousser plus loin avec la suppression de l’étiquetage OGM et des normes de traçabilité de leurs produits. La ractopamine qui est un médicament utilisé pour gonfler les muscles chez les porcs et les bovins, interdite dans 160 pays dont l’Europe, la Russie et la Chine est autorisée aux USA. Les producteurs de viande américains n’accepteront pas que l’interdiction européenne de ce médicament subsiste.

En revanche, de l’autre côté de l’Atlantique, les industriels européens se heurteront toujours aux barrières qui bloquent leurs exportations vers les Etats-Unis, comme la loi américaine sur la « sécurité alimentaire ». Depuis 2011, celle-ci autorise en effet les services de contrôle à retirer du marché les produits d’importation qu’ils estiment contaminés.

Le traité transatlantique va permettre à tout investisseur de saisir un tribunal privé basé à Washington le CIRDI (Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, filiale de la Banque Mondiale appartenant à Rothschild, tiens encore lui !) (Voir encadré) et d’assigner les états. On sait que ce tribunal est connu pour être presque toujours favorable aux investisseurs. Un exemple, hier l’Assemblée Nationale a voté l’interdiction de planter du mais OGM en France. Et bien, cela ne sert à rien car Monsanto pourra assigner la France qui devra payer une forte amende prise dans la poche des couillons de contribuables.

De nombreux exemples existent :

• Lorsque l’Argentine a gelé les tarifs des services (énergie, eau …) et dévalué sa monnaie suite à la crise financière de 2001-2002, elle fut assignée de 49 plaintes de sociétés comme CMS energy (US), Suez et Vivendi (France). A la fin de 2008, les condamnations contre le pays totalisaient 1.15 Milliars de $, mais le pays refuse de payer ces amendes.

• La société américaine Lone Pine Ressources Inc. demande 250 millions de dollars américains de compensation au Québec pour avoir décrété un moratoire sur l’extraction du gaz de schiste.

• Fin 2012, l’assureur néerlandais Achmea a reçu 22 millions d’euros de compensation du gouvernement slovaque qui avait remis en cause, en 2006, la privatisation de la santé.

• Les traités de libre-échange similaires (ex : ALENA, USA-Canada, USA-Australie…) ont coûté des milliards d’indemnités, à l’Équateur et au Canada pour des législations écologiques et à l’Australie pour une législation anti-tabac.

• En 2013, l’Equateur s’est vu condamné à verser la somme record de 2 milliards d’euros à une compagnie pétrolière américaine.

• Dernièrement, des investisseurs ont engagé des poursuites contre l’augmentation du salaire minimum en Egypte ou contre la limitation des émissions toxiques au Pérou qui génait le droit de polluer pour le groupe américain Renco. Ou bien comme le géant de la cigarette Philip Morris, incommodé par les législations antitabac de l’Uruguay et de l’Australie, a assigné ces deux pays devant le tribunal spécial.

• Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly a assigné le Canada, qui a mis en place un système de brevets qui rend certains médicaments plus abordables.

• Le fournisseur d’électricité suédois Vattenfall réclame 3,7 milliards d’euros à l’Allemagne pour sa décision de sortir du nucléaire.

Les problèmes ne se limiteront pas à l’alimentaire ou l’industrie

Le commerce numérique (Digital Trade Coalition, DTC), qui regroupe des industriels du Net et des hautes technologies, presse les négociateurs du traité de lever les barrières empêchant les flux de données personnelles des internautes.

L’organisation Airlines for America (A4A), autrement dit les transporteurs aériens américains veulent supprimer la taxe carbone imposée par Bruxelles.

Mais c’est dans le secteur de la finance que la croisade pro traité est la plus virulente. Ils veulent mettre en place un système qui prévoit de lever tous les garde-fous en matière de placements à risques et d’empêcher les gouvernements de contrôler le volume, la nature ou l’origine des produits financiers mis sur le marché. En somme, ils seront les maitres du monde.

Le traité modifierait aussi les droits d'auteur qui seraient garantis pour une durée surprenante de 120 ans, cela interdirait notamment les médicaments génériques moins chers.

Pourquoi Bruxelles accepte de négocier des clauses qui sont manifestement dictées par des lobbies ! Ce n’est pas compliqué dans une négociation, il suffit de refuser par exemple, le tribunal arbitral CIRDI ou même tout simplement de décréter que les entreprises doivent respecter les lois des pays visés (comme c’est le cas pour la loi américaine sur la sécurité alimentaire).

Voilà où veut nous mener Culbuto

Hollande l’a dit devant Obama à Washington, il faut vite ratifier le traité transatlantique (et ne pas laisser au peuple le temps de réfléchir). Ses amis les artistes sont montés au créneau (alors que ce sont les seuls pour lesquels les américains ont accepté une exception). Hollande, en bon toutou veut abandonner sa souveraineté aux pouvoirs économiques et supprime même la justice pour la remplacer par un tribunal privé.

Est-il à ce point idiot pour ne pas voir ce qui se trame .....à moins qu’il n’ait quelques intérêts dans l’affaire!

Un état ne pourra plus légiférer, le mandat de négociation du traité prévoit qu’il faudra consulter les Etats-unis avant d’adopter une législation européenne.

Ce système « investisseur contre Etat », qui semblait avoir été rayé de la carte après l’abandon de l’AMI en 1998, a été restauré en catimini au fil des années.

Il est temps de réveiller les français. Nous devons choisir des députés européens en fonction de leur position sur ce traité. Chaque parti, chaque candidat, doit clairement annoncer la couleur.

Hollande a été financé par un lobby israélo-américain

Au départ, rien n’avait été prévu pour Hollande, puisqu’il était clair pour Elnet, le Bilderberg et le Siècle que ce serait Dominique Strauss Khan le futur président de la république. Il a fallu donc parer au plus pressé quand l’affaire DSK s’est déclenchée. Au Bilderberg, on a rayé DSK de la liste pour mettre à sa place Hollande et Elnet a lui aussi décidé de favoriser le candidat qui paraissait le plus malléable.

Le 4 décembre dernier, The Jewish Journal, le site d'un hebdomadaire de la communauté juive californienne, a publié un article détonnant passé inaperçu à propos de l'activisme pro-israélien en France. Intitulé "Pouvoir juif and French concerns over the nuclear deal", l’article signé Rob Eshman explique que la position intransigeante de Paris envers Téhéran sur la question nucléaire s'expliquerait, entre autres, par le lobbying pratiqué par ELNET (European Leadership Network), une organisation sioniste fondée en 2007 et dont une antenne est installée en France depuis 2010. Son président fondateur, Larry Hochberg, est un gros entrepreneur américain qui s'est investi dans la cause pro-israélienne en rejoignant l'AIPAC (un groupe de pression auprès des parlementaires) et dirigeant aussi l'association des "amis des forces de défense d'Israël" (FIDF).

Interrogé par The Jewish Journal, Larry Hochberg s’est vanté ainsi, d'avoir influencé avec succès des dirigeants européens et notamment français. Il y explique que la position française sur l'Iran, alignée sur celle de Tel Aviv, est due à la proximité d’ELNET-France avec l'Élysée. Le président de cet association explique les modes de financement des antennes européennes d'ELNET. Une partie est destinée aux programmes "éducatifs" (500 000 dollars), le reste estimé entre 1 et 2 millions de dollars annuel revient aux politiques.

Un financement étranger illégal

En 2011, un tiers de l’argent des donateurs pro-israéliens est allé à Hollande pour l’aider à battre Martine Aubry lors des primaires socialistes. En effet Martine Aubry n’est pas jugée fiable auprès des faiseurs d'opinion pro-israéliens. En mars 1993, elle avait refusé d'approuver l'embargo contre l’Iraq, alors que Mme Guigou n'a pas hésité, et cette dernière est aujourd'hui présidente de la Commission des Affaires Etrangères à l'Assemblée…. A Lille-Lesquin quand l'usine Thomson-Brandt devait être reprise, Mme Aubry s'est prononcé pour l'offre turque, et non pas pour une offre israélienne.

À l'inverse, Hollande, depuis plusieurs années, bénéficie d'une image favorable aux yeux du mouvement sioniste. Lors des primaires, le PS avait fixé une enveloppe de 50 000€ de dotation à chaque candidat, Hollande est le seul à ne pas l’avoir dépassé. Pensez donc, celui qui allait devenir le président de la république quelques mois plus tard n’a pas eu besoin d’un coup de pouce de la rue de Solférino, puisqu’il aurait reçu cette aide d’Elnet. Hollande a fait une campagne des primaires très dépensière qui a été estimée à 730 000 euros (trés nettement supérieure à celle de ses concurrents). Le « Parisien » qui a publié une enquête fin 2012 sur le financement des primaires socialistes, s’est cassé le nez et n’a pu qu’avouer leur opacité. Et est-ce un hasard si c’est Sarkozy qui s’est vu refusé ses comptes de campagne?

Les preuves de ce financement ont disparu.

Hollande a t-il des choses à cacher ? Lorsque le site d’infos PANAMZA a repris, le 28 février dernier, l’information du financement israélo-américain de la campagne des primaires socialistes de 2011, relevé sur le site Jewish Journal, la page existait. Hélas, depuis cet article, la page a miraculeusement disparu. Sans doute l’article a t-il été déplacé ? Et bien non toutes références à celui-ci ont été supprimées : les mots associés "Aubry", "Hollande", "ELNET" ne renvoient à aucun papier disponible sur le site du Jewish Journal. Et si vous cherchez dans la liste des articles de l’auteur (Rob Eshman, par ailleurs directeur de publication de ce média), on constate la disparition de son article, tout comme en cherchant par le titre "Pouvoir juif and French concerns over the nuclear deal". Il a fallu qu’un site français en parle pour que la censure intervienne, étrange, non....

C'est ballot car le tripatouillage était superflu, avec le site Wayback Archive et le lien URL originel, il est facile de retrouver la page Internet dans son intégralité. Le scoop de Panamza a, en revanche, été totalement passé sous silence par l'ensemble des grands médias de la presse écrite, web et audiovisuelle. Aucun journaliste n'a rédigé un papier sur le sujet, ne serait-ce pour en contester la validité, beaucoup connaissent ELNET, pourtant.

http://web.archive.org/web/20140301075749/http://www.jewishjournal.com/rob_eshman/article/pouvoir_juif_and_french_concerns_over_the_nuclear_deal

Qui est Elnet ?

Comment se fait-il que les grands médias de la presse écrite et audiovisuelle ne nous aient jamais parlé de l'existence et des activités d'ELNET en France depuis 2010 ? La raison est très simple, de nombreux journalistes ont participé à des voyages en Israël financés par ELNET. Ainsi, en décembre 2012 et novembre 2013, Alain Frachon (Le Monde), Christine Ockrent (France Culture), Jean-Dominique Merchet (Marianne) et bien d'autres titulaires de la carte de presse (Le Figaro, Libération, Le Nouvel Observateur, Le Point, L'Express, RFI, BFM TV) ont été conviés à venir en Israël afin qu ‘on leur explique les enjeux israéliens (Iran, Hezbollah, Syrie,...). Il en a été de même pour des chercheurs universitaires: Gilles Kepel, Thèrese Delpech, Justin Vaïsse et Bruno Tertrais qui ont collaboré aux journées du "dialogue stratégique France-Israël" co-organisées par le ministère de la Défense (français) et ELNET.

Le directeur exécutif d'ELNET-France, Arié Bensemhoun, a accompagné Hollande lors de sa visite officielle en Israël, en novembre dernier. C’est au cours de cette visite officielle qu’Hollande a entonné son chant d'amour pour Israël et pour ses dirigeants. De son coté,Valls est la personnalité socialiste préférée des juifs et des sionistes, il est l’un des seuls représentants du Parti Socialiste qui s’est battu contre la création unilatérale d’un Etat Palestinien en 2011 à l’ONU. Il a déclaré à plusieurs reprises son "engagement absolu pour Israël" et a été convié au congrès organisé par ELNET en 2012. Dernièrement, Valls était accompagné au dîner toulousain du Crif par Arié Bensemhoun (directeur exécutif d'ELNET-France) et Pierre Dassas (Président d'ELNET-France).

Hollande et Valls aiment-ils vraiment la France, on peut se poser la question !

Autre coincidence, les dirigeants d’ELNET France sont également très liés à un certain Jean-Christophe Cambadélis qui vient d’être nommé à la tête du Parti socialiste. Celui-ci avait été l'intermédiaire principal d'ELNET pour organiser le voyage, en février 2012, d'une délégation d'élus socialistes en Israël. Un an plus tard, en juin 2013, c’est au tour des élus Europe Écologie-Les Verts, notamment le sénateur Jean-Vincent Placé et le député François de Rugy (tous deux désireux d'intégrer le nouveau gouvernement Valls, mais le parti en a décidé autrement).

Elysée, Matignon, le PS, les Verts sans oublier l'UMP en bénéficiant du silence complice des médias, continuent à couvrir en toute discrétion ELNET, lobby israélo-américain, qui agit sans la moindre légitimité et étend son emprise sur les lieux de pouvoir en France.

Il faut un grand coup de balai

La France n'est pas le jouet d'Israël et des Etats-unis! Ne faudrait-il pas quitter l'OTAN et l'Union Européenne afin de reprendre les rênes du pouvoir de notre pays ? Cela nous permettrait d'envoyer paître les dirigeants d'Israël qui nous mentent depuis des années, qui volent les terres des palestiniens ou qui stérilisent, sous couvert de vaccinations, des juives éthiopiennes (qui ont le défaut d’être noires). De plus, il faudrait un sérieux coup de balai sur les associations sionistes françaises qui dirigent nos hommes politiques depuis l’époque de tonton Mitterrand !

Il faut aussi couper le lien avec Washington qui croit que l’Europe est prête à tout renier pour relancer sa croissance économique moribonde. Ce pays, qui avec sa réserve fédérale privée (encore une propriété des Rotschild) fabrique sans discernement une quantité de dollars disponible pour favoriser les exportations des Etats-Unis.

Espérons que cette révêlation sur ce soutien étranger favorisant Hollande aux primaires socialistes aura un large écho, des rebondissements et qu'une enquête précise pourrait être ouverte. Il existe plusieurs lois qui définissent ce type de corruptions. Si cela s’avère exact, Il est extrêment grâve que Hollande puisse diriger la France alors que ces faits relèvent de la haute trahison. Y aura t-il des juges pour ouvrir une instruction judiciaire?

Hollande et Valls ne sont que des simples marionnettes, comme beaucoup de pseudos politiciens, opportunistes qui sont prêts à accepter n’importe quoi du moment qu’ils peuvent lécher les bottes des financiers. Membre du Siècle et du groupe Bilderberg, Valls, l’homme de main de la finance internationale, avec ses déclarations martiales à l’emporte-pièce ne sert qu’à nous endormir. Vous verrez que l’économie de 50 milliards de la dépense publique d’ici à la fin du quinquennat, se fera sans surprise, quasi-exclusivement sur le dos des travailleurs et des retraités, suivant ainsi la politique suivie par ses prédécesseurs dictée par la finance mondialisée.

Un certain Rothschild disait : « qu’il soit de gauche ou de droite,à partir du moment ou nous battons monnaie,c’est nous qui gouvernons ce pays !! »

Encadré :

Il y a des pays qui n’acceptent pas le dictat des multinationales

Le CIRDI (le tribunal privé de la Banque Mondiale) ne fait pas l’unanimité, notamment parmi les états d’Amérique du sud. Le Brésil, Cuba et le Mexique ne sont pas signataires de la convention CIRDI, la République Dominicaine ne l’a pas ratifié non plus et dernièrement la Bolivie, l'Equateur et le Venezuela ont claqué la porte de l’institution américaine.

Le Venezuela a augmenté les taxes sur les investisseurs étrangers, les faisant passer de 1% à 30%, et a déclaré que toutes installations d’entreprises devait se faire avec la participation majoritaire de l’Etat (comme cela se passe en Chine). Chevron, Exxon Mobil, British Petroleum, Conoco, Phillips, entre autres ont accepté ces changements, elles sont restées, continuent à gagner beaucoup d’argent et ont renoncées aux plaintes contre l’état vénézuelien.

L’année dernière à Guayaquil (Equateur), en présence de représentants officiels invités d’Argentine, du Guatemala, du Honduras, du Salvador et du Mexique, une « première Conférence permanente des Etats latino-américains affectés par les intérêts transnationaux » a réuni la Bolivie, Cuba, l’Equateur, le Nicaragua, la République Dominicaine, Saint-Vincent et les Grenadines et le Venezuela.

Dans la Déclaration finale et le document fondateur, ces états ont indiqué qu’ils n’acceptaient pas la mondialisation telle quelle. Ils ont déclaré que « les pays en développement disposent de ressources précieuses qui doivent être utilisées de manière soutenable pour le développement de leurs populations ». Ils n’acceptent pas les cas flagrants de violation du droit international et de la souveraineté des Etats par des firmes transnationales de plus en plus fréquents. Et enfin, ils ont imposé aux multinationales qui souhaitent rester des négociations bilatérales.

Voilà un exemple dont l’Europe pourrait s’inspirer.

Encadré :

Culbuto roulé dans la farine par Obama

Lors de la conférence de presse commune d’Obama et de Hollande faite à Washington le 10 février dernier, le président américain n’avait pas manqué de tacler le président français sur la visite en Iran en décembre 2013 d’une centaine d’industriels français dont Peugeot et Renault. Obéissant aux ordres d’Obama et des lobbys américains, Hollande a interdit aux deux constructeurs français de commercer avec l’Iran. N’oublions pas que Peugeot et Renault possèdent des lignes de montages dans ce pays depuis des décennies. Ce blocage a entraîné de graves problèmes pour PSA et pour certains de ses sous-traitants en France.On a appris dernièrement comment la firme General Motors en traitant avec l’Iran, a roulé les constructeurs français et Hollande dans la farine.Et le bouquet, Washington vient le 4 avril dernier d’autoriser Boing à reprendre ses ventes avec l’Iran. Grotoumou est une vraie carpette.

Voir les commentaires

Plus ça change, plus c’est pire....

5 Avril 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Plus ça change, plus c’est pire....

En Chine, Xi Jinping est président de la République, secrétaire du parti communiste et chef des armées, En France, Hollande cumule aussi ces trois postes car on a du mal à croire qu’Harlem Désir et Le Drian ont quelques autorités. Les chinois (enfin, les bons...) disent que depuis que Xi est président, le peuple est beaucoup plus heureux qu’avant, chez nous c’est pareil, Culbuto a réenchanté la France. Ce qui est hallucinant en Chine, pour nous occidentaux, c'est la facilité avec laquelle certains peuvent croire à toutes les désinformations faites par la presse. Depuis quelques années, mais avec une certaine accélération depuis deux ans avec les nombreuses affaires et les mensonges à répétition du président, la France s’enfonce dans un totalitarisme qui ne veut pas dire son nom. La dernière preuve en date est l’allocution télévisée de Culbuto, le lendemain de la débacle aux élections municipales, celui-ci nous a annoncé avec un certain aplomb: « Je vous ai entendu, je garde mon cap et je vous emmerde...». Avec un Manuel Valls aux manettes et une équipe de ministres nettement imposée par Culbuto lui-même, on voit bien que les couacs et l’immobilisme vont perdurer.

Avec la récente affaire des écoutes de Sarkozy et de son avocat, la gauche s’est dit offensée par la comparaison qu’ a fait Sarkozy avec une certaine police politique en Allemagne de l’est, il est clair que Hollande, l’air de rien, n’a rien d’un démocrate. On a bien vu pour le mariage tour tous, qu’il n’a tenu aucun compte du pouvoir de la rue. Des présidents avant lui ont abandonné des lois pour moins que cela. Même chose pour la PMA, pour laquelle il a remplacé 70% des membres du comité d’éthique pour avoir celui-ci à sa botte. Avec les écoutes de Sarkozy, c’est le droit au respect de la vie privée qui est bafoué. Il n’y a plus de droit au secret des conversations entre un avocat et son client. La nouvelle méthode de gouvernement de Hollande, c’est d’utiliser la justice pour espionner les conversations des opposants du parti au pouvoir. En vingt mois, Sarkozy a subi quatre perquisitions, a été interrogé pendant 23 heures, des centaines d'articles rédigés à charge ont été publiés et cela sans aucune mise en examen dans toutes les affaires qui ont toutes pour origine une plainte lancée par un ami de Hollande. Mais ce système n’est pas mis en place contre Sarkozy, mais contre nous tous.

En France, internet sous contrôle comme dans n'importe quelle dictature

Avec ce qui se passe au niveau de la surveillance des internautes et les nouvelles mesures en préparation, nous ne sommes plus trés loin de pays comme la Chine. Aurélie Filippetti travaille sur un projet de loi qui donnera des pouvoirs au CSA en matière de contenu Internet et notamment la régulation des contenus illicites. Aujourd’hui, la quasi totalité de la presse est à la botte de Hollande, veut-il par cette nouvelle loi réguler les blogs, c’est tout à fait possible. Ce texte va être proposé au vote en 2015.

La perspective tant redoutée de voir le CSA intervenir dans la régulation d’Internet serait directement au cœur de ce projet de loi. Le gouvernement donnerait aussi autorité au CSA sur tous les services de vidéo et de musique, tous supports confondus (PC, consoles, etc.) et donnerait un réel pouvoir d'enquête à l’institution dont les 9 membres sont nommés aujourd’hui intégralement par le PS (3, par le président de l’Assemblée Nationale, 3 par le président du Sénat et 3 par le président de la république)

Le CSA fera aussi respecter sur le web les grands principes moraux dont il est déjà le garant à la radio et à la télévision et pour cela, la loi lui fournira « une carotte et un bâton. » Les sites Internet devront signer une charte et pratiquer l’autorégulation. Quant au bâton, le CSA pourrait paramétrer les filtres de contrôle parental et serait doté de pouvoirs d’enquête et d’arbitrage des conflits.

Hausse de 120% des requêtes de surveillance

Alors que la surveillance des internautes se fait chez Google, Facebook, Yahoo, etc... via des mandats de justice, on découvre que la DGSE a carrément installé à demeure des centaines de ses agents chez Orange, Bouygues Télécom, SFR ou Free. la DGSE est au cœur d'un programme de surveillance d'Internet lui permettant de surveiller le flux du trafic Internet entre la France et l'étranger en dehors de tout cadre légal. Google a annoncé que le nombre de requêtes est en hausse de 120%. C’est la preuve que nous sommes aux mains d’un « social démocrate totalitaire » enfumé par de vagues fantasmes de démocratie sur fond de consumérisme libre tant que le pognon est là tous les gens qui tiennent les manettes nous mènent en enfer et si nous ne faisons rien, nous méritons ce qui arrive.

La France est maintenant le 2ème pays à faire le plus de ces demandes de surveillances (via son gouvernement socialiste, lumière du monde et défenseur de la liberté des peuples), derrière les USA (disons que l’on est un peu moins nombreux quand même), mais devant tous les autres. Pendant ce temps, au Brésil, la présidente Dilma Roussef (dont le téléphone a été mis sur écoute par la NSA) vient de faire voter une loi protégeant les internautes.

Un dictateur sans autorité et sans caractère

L’espionnage tous azimuts et illégal des autorités américaines, et l’ingérence continuelle de Washington dans la politique intérieure française, commandaient à François Hollande de ne pas se rendre en visite officielle aux États-Unis d’Amérique. S’il avait eu le sens de la dignité de la France et de sa fonction, il aurait en effet adopté l’attitude de la Présidente du Brésil, Mme Dilma Rousseff qui avait annulé, en septembre 2013, sa visite aux États-Unis prévue le 23 octobre 2013 pour protester contre l’espionnage opéré par Washington contre le gouvernement de Brasilia.

Ayant maintenu son déplacement, Hollande a montré son allégence à Obama qui en a profité pour le rabaisser encore davantage. Barack Obama a profité de cette visite d’État sans objet pour humilier son invité à plusieurs reprises :

- en comparant publiquement le Royaume-Uni et la France à ses deux propres filles, entre lesquelles il refuserait de dire qui est la préférée, le président des États-Unis a confirmé, avec paternalisme, qu'il s’estime être le « père » de l’Europe ;

- en menaçant les entreprises françaises commerçant avec l’Iran, il a montré son mépris des règles de l’OMC et s’est ingéré dans les affaires franco-iraniennes ;

- en exigeant qu'il manifeste son soutien au « grand marché transatlantique », Hollande a consenti publiquement à la destruction des intérêts vitaux de la France ;

- en multipliant les allusions à sa vie privée, il s'est ouvertement payé de la tête d’un allié.

À aucun moment, Hollande n’a réagi en homme d’État. Il n’a répondu à ces perfidies d’Obama qu’avec ses sourires niais, ses petites blaques ou par ses silences, comme sur l’Iran. Il a confirmé, aux yeux du monde entier, qu'il n’a pas l’étoffe d'un président de la République française mais les réflexes d’un subordonné. Cette servitude volontaire du locataire de l’Élysée est désormais insupportable à la grande majorité des Français.

La DGSE espionne… pour la NSA

Qu'il s'agisse de surveillance policière, politique ou commerciale, l'Internaute est scruté, épié, analysé. PRISM, le programme américain de surveillance électronique via Internet, tout comme les conversations téléphoniques américaines et internationales, est un programme de la NSA (National Security Agency) qui prévoit la surveillance de personnes vivant en dehors des Etat-Unis. Edward Snowden, ancien consultant de la NSA, a révélé au grand jour que la NSA intercepte les connections Internet et les conversations téléphoniques américaines et internationales. Toutefois, les américains sont beaucoup mieux protégé que nous car la NSA n'a pas le droit d'intercepter des informations sur des concitoyens depuis le territoire américain. Elle utilise donc des services étrangers dociles et obéissants comme la DGSE en France et collecte ainsi l'information à partir de 18 points d'accès installés partout dans le monde excepté aux Etats-Unis. Comme je le disais plus haut, la DGSE a installé plusieurs centaines de fonctionnaires dans toutes les sociétés de téléphonie et d’internet françaises. Il a même été envisagé, mais ce n’est pas fait encore pour des questions de coût, d’installer des logiciels espions sur les routeurs internet de chaque français (Free box...).

Mais la DGSE n'espionne pas que pour la NSA , elle intercepte tout ou partie des télécommunications qui transitent par satellite ainsi que les ondes hertziennes, RFiD, GPS, GSM et Wi-Fi ainsi que par les câbles de fibres optiques sous-marins. Nos communications avec l'étranger ou les Dom-Tom peuvent être interceptées, recopiées et diffusées par la DGSE, sans qu'aucune commission de contrôle ait son mot à dire et ceci en en dehors de tout cadre légal.

Le problème, c'est que la DGSE est moins contrôlée que la NSA, et qu'on a plus d'informations sur la NSA que sur les données espionnées par Les services français… Voilà encore une preuve supplémentaire que la Socialie flicque son peuple et que Normal 1er est un dictateur.

On savait déjà par le livre de Roland Dumas, ami et ministre de Mitterrand, que la DGSE est en fait une filiale du Mossad israélien et on comprend pourquoi les ministres de l’intérieur sous toujours des grands amis d’Israèl. Avec Manuel Valls et son fanatisme croissant de son « lien éternel » et de son « engagement absolu » pour le sionisme, on n’est pas à l’abri, comme l’enseigne l’histoire de la Vème République, des barbouzeries et autres manœuvres plus ou moins illicites. Nos dirigeants sont un danger pour les libertés publiques.

Jamais un président n’a autant fliqué que Hollande

On en a peu parlé, le monde de l’Internet français est en ébullition depuis le vote autour de la loi de programmation militaire. En effet l’article 13 remanié par le gouvernement redéfinit un cadre juridique permettant à l'Etat d'accéder directement aux données des opérateurs de communications électroniques, des fournisseurs d'accès à Internet et des hébergeurs de sites Web, sans avoir, dans certains cas, besoin de passer par un juge. Il faut chercher parmi les dictatures de ce monde pour retrouver traces de telles pratiques.

Pour lutter contre le terrorisme, le crime organisé, pour sauvegarder le potentiel économique et scientifique de la France, les agents des ministères de la défense et de l'intérieur, mais aussi ceux du budget, vont pouvoir savoir en temps réel qui parle à qui, qui dit quoi, et qui se trouve où. Sans passer par une demande d'autorisation préalable à la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité.

Le Syntec numérique, l'association des sociétés de services informatiques, l'ASIC (regroupant les sociétés du Web), l'Internet Advertising Bureau France, Les opérateurs de télécoms et même le Conseil national du numérique (CNN), dont la mission est d'assister le gouvernement dans ses décisions, ont tous trouvé que cette modification n’était pas opportune.

Kim jung culbuto, un dictateur sans autorité

Pensez-vous que les droits de l'homme et la liberté existent vraiment en France ? interdiction de fumer dans sa voiture, interdiction de conduire vite sur autoroute, interdiction de se garer sans payer, interdiction de téléphoner en voiture avec bluetooth, et bientôt l'interdiction de regarder son GPS , son compteur de vitesse, interdiction de regarder derrière avec son rétroviseur, interdiction d'écouter la radio , et bientôt interdiction d’emmener des passagers pour ne pas être perturbé dans la conduite .... etc... et ce ne sont que les restrictions en voiture. Imaginez le reste ....

Le mariage pour tous, Le cabinet noir de l'Elysée chargé de ressortir des affaires de l'opposition, le blocage par l'Elysée du rapport de l'OCDE sur l’état de la France en mai 2012, le renouvellement des membres du comité d'éthique pour mieux faire passer la PMA et la GPA,... voilà quelques décisions prises par Hollande au mépris de la démocratie.

En tout cas, tout cela permet de constater que la Gauche, quand elle gouverne, ne s’embarrasse pas des libertés publiques qu’elle prétend défendre !

Tiens voilà la folle du Poitou !

Il va falloir qu’il assume pépère. Alors qu’il s’était débarrassé de Valérie, voilà qu’il se met dans l’embarras en reprenant son ex dans un gouvernement Valls où chacun des membres se détestent cordialement. Nous avons droit à un grand ministère de l’écologie avec Ségolène Royal, vous savez l’ex de Hollande qui a pris une claque aux élections présidentielles de 2007, puis une autre retentissante à La Rochelle aux législatives, de nouveau aux primaires du PS ou elle arrive 3éme et en pleure comme une madeleine.

Le seul poste qui lui est resté est la gestion de « Charentes-Poitou » et on ne parle pas de ses succès comme chez Heuliez qui termine en liquidation judiciaire ou pour la MIA électrique où cette folle hystérique a injecté en pure perte et avec constance l'argent des contribuables. Fallait la mettre aux handicapés.

Le parti socialiste n’est pas un parti familial..., mais bon, on la retrouve notre Ségo bouffie de satisfaction de se retrouver face aux caméras? Faut la comprendre, elle était en manque de médiatisation depuis le temps. Il fallait s’y attendre, à peine installée et déjà sur le devant de la scène ...ça fait deux ans qu’elle se retient et se contient la mémère. Il faut dire que la madone en tient une couche, Pépère doit être sérieusement aux abois, pour la reprendre!

Mais à l'écologie, comme à l'énergie, on n’a pas fini de rire. Ministre de l'écologie sous Mitterrand, elle a multiplié les bourdes, à Toulouse elle a fermé une décharge sans se préoccuper du devenir des ordures, résultats, on a promené en péniche des tonnages d'ordures dans le Tarn et garonne en attendant la réalisation d'une usine d'incinération et multiplié le prix de l'enlèvement par 5. Mme Royal est beaucoup plus concernée par l'environnement que par l'écologie... Enfin disons, surtout son propre environnement et en particulier par le nombre de caméras de TV qui s'y trouve. Elle vante ses succès écologiques de sa région alors que Charentes Poitou est classé 18ème sur 23 dans ce secteur.

Va t-elle réussir au plan national, là où elle a échoué dans "son laboratoire en Région...", quel laboratoire? le Poitou - Charentes, où elle a gaspillé 20 millions, sans empêcher la faillite d'Heuliez et 5 millions dans la Mia Electric. La boite de 200 salariés dont 100 ingénieurs (1 seul aurait suffi pour une merde pareille) qui ont conçu cette auto plutôt genre brouette à balles de golf qui ne convient même pas aux services techniques des villes, même quand la batterie et le moteur fonctionnent encore ! « Mon fournisseur n'a pas pu fournir de batterie plus forte, ni le moteur, disait la PDG! »

Le nouveau gouvernement, une équipe de gagnants!

On a changé le bocal mais pas les cornichons ! Premier indice : dans le nouveau gouvernement, Manuel Valls n'a aucun homme à lui, entouré au mieux d'indifférents, au pire d'ennemis. Les poids-lourds passeront au-dessus de sa tête pour chercher leurs instructions directement à l'Élysée. Il a avalé quelques couleuvres pour avoir la place, il a dû accepter que Taubira reste à la Justice, alors qu'il avait contesté sa réforme pénale. On prend (presque) les mêmes et on recommence. Annoncé comme un exécutif de "combat", quel casting, avec Sapin aux finances, on espère qu’il ne va pas voir une baisse de la dette là où il y en a pas, comme il a fait avec le chômage. Royal à l'écologie, Hamon à l'éducation... Que du lourd. On ne reconnait plus le Valls que l'on connaissait, langue de bois et oubliées ses convictions par exemple sur les 35 heures.

Montebourg, Monsieur démondialisation, un gauchiste à l’économie. Taubira qui n'a pas fini de vider les prisons et n'est pas encore arrivée à y mettre Sarkozy : elle reste donc pour finir le job. on est le 2 avril, donc malheureusement, ce n'est pas une blague.

Le seul point positif, c'est qu'on est débarrassé de la Duflot...., Moscovici s'en va sans que personne ne le remarque, Hollande encage Manuel Valls comme il le fit avec Jean-Marc Ayrault… ; Ce gouvernement n'est guère différent du précédent !

75% des français n'ont pas trouvé Hollande crédible lundi, il leur a donné raison mercredi, mais il y a encore 25% qui gobent encore tous ses mensonges.

Un remaniement......poisson d'avril!

Incompétents hier, compétents aujourd'hui ? Quel tour de magie,

Encadré :

Quelques extraits de discours de l'illuminée du Poitou pour la route :

  • "La société de la connaissance assume la confiance collective au plus près des territoires."
  • "La démocratie participative assume la problématique collective d'un développement soutenable. "
  • "L'ordre juste idéalise la problématique formidable d'une France forte. "
  • " L'égalité des chances anticipe la démarche positive de nos talents personnels. "
  • "La république du respect justifie l'espérance citoyenne pour effrayer les capitalistes. "
Voir les commentaires

Comment Obama va couillonner Hollande et l’Europe

27 Mars 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Comment Obama va couillonner Hollande et l’Europe

Hollande s'est fait élire sur des mensonges ("le changement c'est maintenant") : réforme du système bancaire, baisse des dépenses publiques, lutte contre la corruption et l'immoralité publique, arrêt des guerres extérieures (retrait d'Afghanistan), lutte contre le chômage et les inégalités sociales. Et qu’avons-nous vu depuis presque deux ans?: les réformes bancaires, on en parle plus, la lutte contre la corruption s'est muée en affaire Cahuzac, la lutte contre les déficits publics, il n’a fait que les augmenter. Sur le plan économique et sur l’emploi, il nous montre tous les jours sa totale incapacité. Quant à la politique étrangère, c'est une calamité : cirage de pompes avec des dictatures moyenâgeuses comme l'Arabie Saoudite ou le Quatar; engagement dans de nouveaux conflits armés au Mali, en Centrafrique, intervention évitée de justesse contre la Syrie. Et le pompon de Hollande : engagement dans le coup d’État ukrainien par des milices néo-nazies, l'installation d'un gouvernement fantoche non élu et sa réception au sommet de l'UE auquel il participait! S'il aime autant l'extrême-droite, il va être servi ! Il est grillé, carbonisé, plus personne ne veut de lui. Finalement, le problème ce n’est pas si Ayrault doit partir ou rester, mais c’est Moije 1er lui-même qui doit démissionner. Mais il y a plus grave, Culbuto est devenu le bon toutou d’Obama. Voici ce que nous prépare la soumission absolue et humiliante à Washington de notre président.

Avec la visite du président chinois Xi Jinping, Hollande va nous montrer une fois de plus comment il se prosterne devant les grands dirigeants (Bruxelles, Washington, Moscou, Berlin). Il va encore baisser son froc avec les chinois. C'est la Chine qui devrait s’agenouiller devant les Français, car c'est elle qui a besoin de nous vendre ses merdes, et non l'inverse. Le déficit du commerce extérieur de 25 milliards d'euros pousse Culbuto à supplier les chinois d'acheter nos produits. Le président chinois ne demande pas mieux, on est en train de vendre à la Chine ce qui reste de notre industrie, de la technologie de pointe qu'elle va se dépêcher de copier pour fabriquer chez elle à bas coût et faire crouler les industries qu'elle n'aura même pas besoin d'acheter. Quel est l’intéret quand on sait que cela ne créé aucun emploi en France et que, s’il y a des dividendes à récupérer, ils sont payés en monnaie de singe, le Yuan. Airbus (société européenne et non française) a signé un contrat de 18 milliards d’euros pour des avions qui seront assemblés en Chine sur 20 années (même pas 1 milliard par an). Voici ce que dit un internaute travaillant pour Areva : « Seuls ceux qui ont déja "commercé" avec la Chine (j'en suis et pour plusieurs tranches de centrales nucléaires) savent que ces gens ne nous paieront JAMAIS RIEN. Pour eux, c'est un honneur qu'ils nous font de nous passer des commandes. Vous ne voudriez tout de même pas qu'en plus ils réglent les factures ? Je ne reviens pas sur les conditions de "vente" des deux centrales (daya bay et ling ao). Mais si j'avais un conseil à donner aux industriels français, ce serait de laisser ces "clients" là à la concurrence. Mais bon, au bout, c'est le contribuable qui casque, alors au diable les varices ! »

Nos politicards, qui ne connaissent rien à l’économie prennent pour argent comptant les statistiques bidonnées de croissance des cocos chinois et des banquiers anglais de Hong Kong. Il ne viendrait pas à l'esprit de nos énarques qu’il suffirait de ne plus acheter les merdes chinoises au lieu de leur donner pour rien nos technologies et de consacrer ces 25 milliards à la reconquête de notre marché domestique et faire ainsi travailler des milliers de travailleurs de notre pays! Mais il y a pire avec ce que nous prépare Culbuto en catimini, le piège de l’accord UE/USA.

Le piège de l’accord transatlantique

Ayant échoué avec les chinois, les Etats-unis sont maintenant engagés dans un accord de libre échange avec l’Europe. Les 28 états ont mandaté (Un mandat dont le texte officiel, frappé du sceau du secret, n’existe qu’en anglais.) Bruxelles pour aboutir à un accord avec les américains.

« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Cette phrase de David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, explique ce qui se passe depuis une trentaine d’années dans ce que l’on appelle la mondialisation, à savoir déléguer au secteur privé la maîtrise des choix, c’est l’objectif du patronat et des milieux financiers. Depuis juillet 2013, un accord de partenariat transatlantique (APT) négocié entre les Etats-Unis et l’Union européenne, prévoit que les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique devront se plier aux normes du libre-échange, sous peine de sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou d’une réparation de plusieurs millions d’euros au bénéfice des plaignants. En cas de désaccord, c'est le Cirdi, un tribunal d'arbitrage sis à Washington et dépendant de la Banque mondiale (appartenant à Rothschild, Rockfeller et consorts), qui sera juge. Lorsque le traité transatlantique sera ratifié, le Conseil constitutionnel et les tribunaux français n'auront plus leur mot à dire. Plusieurs pays se mordent déjà les doigts d'avoir signé pareil traité de libre-échange, qui, sous prétexte de protéger les investisseurs, permet aux firmes privées d'attaquer les pouvoirs publics, et au droit privé de primer sur le droit national.

En avez-vous entendu parlé ?

Le 14 juin 2013, les gouvernements de l’Union européenne, ont demandé à la Commission européenne de négocier avec les Etats-Unis la création d’un grand marché transatlantique, à savoir confier aux firmes privées la possibilité de décider des normes sociales, sanitaires, alimentaires, environnementales, culturelles et techniques. Si cet accord est adopté, cela s’appliquera non seulement aux Etats de l’UE, donc en France, aux Régions, Départements et communes. Et il en sera de même dans les 28 états de l ‘Union Européenne.

Ce traité dont Culbuto (entre deux petits fours) a récemment dit devant Obama qu'il souhaitait sa ratification : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. » Du moment qu’il a obtenu son exception culturelle pour ses amis artistes, peu importe que le reste soit passé au karcher : agriculture, environnement, énergie, aéronautique, automobile, services, contrats publics, normes, etc. Ça va saigner!

Les tractations piétinent (l’Allemagne et le Danemark freinent, heureusement) concernant surtout le règlement des différends qui a été repoussé après les élections européennes. Mieux vaut tenir la populace à l'écart : elle serait capable de comprendre que c'est dans ses poches que les multinationales vont se servir ...

Que va inventer Hollande pour éviter le sujet ?

Alors qu’il y a quelques mois le gouvernement socialiste n’était pas très chaud sur cet accord, Hollande est revenu de sa visite conquis et même pressé de signer. Il serait bon que les partis politiques soient questionnés sur ce problème. On pourrait presque comprendre le PS et l’UMP, pro-américains depuis toujours, mais comment accepter le silence du Front national et du Front de gauche qui n’abordent pas le sujet. Il faut réveiller les candidats à l’élection européenne, car sitôt élus, on va leur coller sous le nez cet accord à approuver sans qu’ils en connaissent les conséquences réelles. Mais c’est ce que cherche Culbuto, obéir à son nouvel ami Obama et il va bien nous trouver quelques fausses affaires (du genre des écoutes) pour que le bon peuple ne se pose aucune question.

Quels sont les risques ?

On se souvient que Sarkozy en interdisant la fracturation hydraulique pour extraire les gaz de schiste par la loi de juillet 2011, a rendu caducs les permis de forer en France pour Total et le pétrolier texan Schuepbach. Ce dernier avait attaqué en justice, mais le Conseil constitutionnel l'avait envoyé bouler. Avec le nouvel accord, non seulement il va retrouver son autorisation, mais il pourra aussi réclamer des indemnités à la France. Le contribuable devra sortir la monnaie. En Uruguay, le Président, un ancien cancérologue, avait mené une vigoureuse campagne anti-tabac. Philip Morris, s’estimant bafoué, réclame à l'état uruguayen une indemnité de 2 milliards de dollars. Le Cirdi rendra son jugement l'an prochain. Le Canada a reçu 30 demandes d’indemnisation et a perdu 30 fois face aux entreprises américaines.

Comme pour l'interdiction de la fracturation hydraulique, les états ne pourront plus légiférer librement. Les multinationales sont extrèment puissantes (Si Shell était un état, son PIB le placerait au 26ème rang) et elles n’hésiteront pas à utiliser des procédures pour contester des politiques d'intérêt public.

Nous serons avalés tout crus, avec la complaisance de nos gouvernements faibles et vendus. Quand on se rappelle la dernière visite rampante de Culbuto à Washington, ce n’est pas lui qui va nous défendre. Comment a-t-on pu en arriver là ?

Les américains vont se requinquer

Washington tente de satisfaire le gros appétit de ses industriels pour le marché européen mais ne lache rien sur les mesures protectionnistes induites par le célèbre « Buy American Act » (législation obligeant à acheter américain).

Les américains ont trouvé là le moyen de se réindustraliser à bon compte, l'EU étant le marché tout trouvé pour leur production. C’est un remake du « plan Marshall » que les Européens payèrent largement et qui permit aux Etats-Unis d'établir leur puissance. Alors que leur économie va mal, ils ont trouvé en Europe avec cet accord et en Asie (avec l’accord trans-pacifique, que la Chine a refusé) un marche-pied tout trouvé pour qu'ils se refassent... pour 20-30 ans!

Ne vous faites pas d’illusion, les Américains ne partageront pas, comme semblent le croire Hollande et les dirigeants européens. Ces derniers veulent nous faire passer la pilule en prétextant des créations d’emplois et une hausse du PIB. L'Histoire démontre qu'ils n'ont jamais partagé. Pourquoi changeraient-ils ?

Même sans l’accord, nous sommes déjà pris au piège

Les américains ont déjà nettement influencé la politique de la concurrence de Commission Européenne: Validation des OPA hostiles, aides d’Etat interdites… Ils ont même poussé à réintroduire l’AMI (Accord multilatéral sur l'investissement) qui avait pourtant été rejeté en 1999. Cet accord permet à des multinationales de réclamer un dédommagement pour un profit qu’elles n’auraient pas pu faire du fait de la politique d’un Etat. Comme par exemple la société suédoise Vattenfall qui vient de réclamer à l’Allemagne 3,7 milliards d’euros en compensation de la perte de profits liés à l’abandon de la construction de deux centrales nucléaires, du fait de l’abandon de la filière par le gouvernement.

A Chypre, un fonds de placement référencé en Grèce, Marfin Investment Group, impliqué dans une série de prêts douteux, réclame à Chypre 823 millions d’euros en compensation d’investissements perdus, suite à la nationalisation de la Laiki Bank, qui figurait dans l’accord de restructuration de la dette passé avec l’Union européenne.

En Espagne, 22 entreprises, pour la plupart des fonds d’investissements, poursuivent le gouvernement devant des tribunaux internationaux pour des suppressions de subventions aux énergies renouvelables. Seuls les investisseurs étrangers ont la possibilité d’ attaquer en justice. Si ces entreprises gagnent, ce seront les citoyens espagnols, déjà largement affectés par la crise, qui paieront pour enrichir ces fonds d’investissements.

Les pays européens ont été épargnés par ces réclamations d’investisseurs qui touchaient plutôt les pays en développement. Avec l’acceptation de Bruxelles de ratifier l’AMI, les entreprises et avocats spécialistes de l’investissement se sont tournés vers de possibles opportunités de profits en Europe.

et ce n’ est qu’ un début …!

Il y a certainement d’autres choses cachées

Une fuite récente sur le texte de l’accord transatlantique nous révèle que des nouvelles dispositions limiteraient le pouvoir des gouvernements en matière de service public, de transports, de santé ou d'éducation.

Mais on apprend aussi que le traité modifierait les droits d'auteur pour tous les contenus émanant des grosses sociétés qui seraient garantis pour une durée surprenante de 120 ans. Il permettrait également de transformer les fournisseurs d'accès internet en Big Brother avec un véritable pouvoir policier capable de contrôler l'activité des utilisateurs, de supprimer du contenu (Il va falloir écrire des blogs culinaires pour ne pas subir la censure!) et de priver les utilisateurs de l'accès à internet. Il autoriserait aussi Big Pharma à continuer à exercer son monopole sur les tarifs des brevets, ce qui permettrait de bloquer la vente de médicaments génériques moins chers. Les taxes sur les transactions financières seraient interdites.

Que ce soient les conflits aéronautiques Boeing-Airbus, les conflits sur les OGM ou ceux qui concernent les traitements de la viande de bœuf et de la volaille par exemple, ce sera à nous contribuables de payer.

La dictature des multinationales est quasi en place, il sera bientôt trop tard

A moins que vous ne préfériez manger du veau aux hormones américain, des OGM, regarder les séries TV insipides et que la disparition de toutes les règles sanitaires qui défendent notre agriculture, notre qualité et notre art de vivre, pour n’être plus qu’une zone de sous-traitance de l’industrie américaine, vous indiffère complètement.

Les négociations Europe-US sur le libre-échange vont-elles continuer à être menées en secret ? A vous de réagir avant qu’il ne soit trop tard.

Et cela tout est rendu possible parce les français ont élu l’homme de la situation., une carpette qui manque d’autorité. Obama a trouvé son meilleur allié. On comprend pourquoi le Bilderberg à choisi le 21 avril 2012 que ce serait Hollande le président.

Encadré :

Besançon demande l’arrêt de la négociation

Une municipalité qui a compris les dangers pour les communes du grand marché transatlantique voulu par le gouvernement français demande l’arrêt des négociations.

Le maire de Besançon vient de publier un arrêté municipal déclarant que si ce traité était signé, il serait très compliqué d’imposer du 100% de nourriture bio et locale dans les restaurants scolaires et de défendre une régie municipale pour la distribution d’eau et la production d’énergie car ces biens seraient privatisables. Toute municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce.

Les élus de la ville de Besançon demandent au Président de la République et au Président de la Commission Européenne :

• La diffusion publique immédiate de l’ensemble des textes relatifs aux négociations du TTIP qui représentent une attaque sans précédent contre la démocratie.

• L’ouverture d’un débat national sur l’ensemble des accords de libre-échange impliquant la pleine participation des collectivités territoriales, des organisations syndicales et associatives, des organisations socioprofessionnelles et des populations.

aura pas approuvé cet accord»

Y aura t-il d’autres collectivités pour dire à Hollande qu’il outrepasse ses droits ?

A l’avenir, les gamins auront le choix entre un hamburger coca ou un cheeseburger coca, c’est comme cela que l’école va les initier à la liberté du commerce dès leur plus jeune âge.

Voir les commentaires

Faut-il conserver la pédale de gauche ? ( lecture Conseillée même aux fanas de vélo.)

21 Mars 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Faut-il conserver la pédale de gauche ? ( lecture Conseillée même aux fanas de vélo.)

En 1900, la plupart des autos étaient électriques et ne polluaient pas, puis vint les magnats du pétrole qui poussèrent les constructeurs à fabriquer des voitures à moteurs à explosion. Plus aucune étude ne fut faite sur les moteurs électriques dont la technologie n’a que peu progressé depuis. De nombreux chercheurs s’activèrent pourtant sur les moteurs à eau ou à énergie libre (voir : ces inventions qui dérangent). Tous leurs brevets furent muselés par les politiques et par les industriels. Il ne faut pas parler de l’énergie gratuite, même sur un petit blog comme le mien, les réactions sont souvent violentes, il existe encore beaucoup d’ignares qui préfèrent dire « ça n’existe pas» plutôt que « je ne sais pas ». Nos dirigeants nous promettent un avenir avec des voitures avec piles à combustibles et réservoirs d'hydrogène, des bombes roulantes alors que depuis près d'un siècle le moteur à carburant gratuit existe. Au cours de l’été 1931, une automobile Pierce Arrow Eight fit des essais dans la campagne entourant la ville américaine de Buffalo. Son moteur avait été déposé pour être remplacé par un électrique de 80cv, ne laissant que l’embrayage, la boite à vitesses et une batterie 12 volts. Pour faire fonctionner le moteur électrique de cette voiture, le Dr. Tesla mettait sous le tableau de bord une caisse pas plus grande qu’un poste radio composée de 12 tubes à vide, des résistances et du cablage. Deux tiges de 0,6 cm de diamètre et 7,6 cm de long étaient connectées aux câbles reliés au moteur. Une fois connecté, le moteur électrique se mettait à fonctionner. Pendant plusieurs jours, Tesla et son chauffeur parcoururent la campagne parcourant plusieurs centaines de kilomètres en poussant des pointes à 145 km/h, sans aucun carburant et sans recharger la batterie. Le système de Tesla était capable de fournir indéfiniment de l’énergie gratuite à la voiture, mais bien plus que cela, il pouvait satisfaire aux besoins de toute une maison. le Dr. Tesla avait inventé un récepteur d’énergie qui serait bientôt utilisé pour propulser des trains, des navires et des avions, autant que des automobiles et pour fabriquer l’électricité de nos maisons. Et tout cela pratiquement gratuitement. Enfin, c’est ce qu’il croyait.

La fameuse voiture ne fut jamais exposée, la Westinghouse Corporation qui employait Tesla l’installa à ses frais à New york, à l’hôtel New Yorker, le plus moderne et le plus luxueux de la ville. Il vécut gratuitement pour le restant de ses jours dans « cette prison dorée ». Tesla fut employé pour des recherches dans le domaine de la radio et il ne fit plus aucune allusion concernant l’énergie libre. Westinghouse (Aux Etats-unis, le spécialiste des centrales nucléaires) a-t-il acheté le silence de Tesla? Ou ce dernier a-t-il été payé pour poursuivre des projets secrets ? Finalement, l’inventeur et son assistant remisèrent la voiture au garage et l’y laissèrent. La presse se saisit de l’affaire, des reportages embrouillés parurent sur plusieurs quotidiens faisant passer son inventeur pour un fou. Meurtri, Tesla se réfugia dans son laboratoire de New York avec sa caisse à tubes mystérieuse. Ainsi prit fin la brève incursion du Dr Tesla dans le domaine de l’automobile.

Pourtant nos constructeurs se creusent la tête

Lorsque j’étais en France, au début des années 2000, j’ai assisté, avec de nombreux confrères, à la présentation par Fabien Lecler de son moteur fonctionnant avec de l’hydrogène fabriqué chimiquement à partir d’eau, mais peu firent paraitre un article sur le sujet. La solution de fabriquer l’hydrogène à bord du véhicule est nettement moins dangeureuse que ce que nous promettent les constructeurs et les gouvernants, à savoir faire le plein d’hydrogène compressé et rouler au volant de bombes roulantes.

Depuis des décennies les constructeurs, avec leurs armées d’ingénieurs, cherchent mais ne suivent pas la bonne piste. Ainsi avant, nous avions les berlines, les coupés et les cabriolets, maintenant, nous avons en plus les vrais et les faux 4x4, les monospaces petits ou grands, les berlines coupé, les coupés berlines. Il ne manque plus que la monoplace 5 portes et la traction avant à moteur arrière qui n’ont pas encore été inventés. Il y avait les voitures avec chauffeur, maintenant, vous restez dehors et vous la pilotez avec votre smartphone, et même dans certains cas, plus la peine de la conduire, elle se pilote toute seule.

Peugeot travaille sur une voiture à air comprimé, mais pour faire fonctionner le compresseur, il faut un moteur essence. La palme revient à notre constructeur franchouillard Renault. Leur système c’est la mise en place dans la voiture d’un réformeur qui fabrique l’hydrogène à partir d’eau (jusque là tout va bien ! ). Intéressant non, et avec quoi fabrique t-il cet hydrogène, je vous le donne en mille, Emile ? eh bien avec de l’essence, et oui, il faut continuer à faire le plein à la station. En plus, c'est une usine à gaz car le reformage s'effectuant à haute température, vous serez obligé d’attendre plusieurs minutes avant de mettre en route le moteur. Quant aux voitures à hydrogène sur lesquels travaillent BMW, Fiat, Honda, Ford, Mazda et Mercedes, ces véhicules sont équipés de réservoirs d’hydrogène sous forme liquide à -253 °C (obligation de compresser l’hydrogène car 5 à 7 kilos sont nécessaires pour assurer une autonomie supérieure à 500 km, car non compréssé 1 kg d'hydrogène représente un volume de 12 m3.). Son injection dans le moteur nécessite de le réchauffer entre le réservoir et le moteur. (bon courage !). Les constructeurs ont de gros moyens et des centaines d’ingénieurs pour travailler sur l’énergie libre, mais ils ont des ordres d’en haut de ne pas s’y intéresser.

Qui était Tesla ?

Nikola Tesla est né en 1856 en Croatie, il émigra à New York en 1884. Comme je le rappelais dans un précédent sujet (Voir : Ces inventions qui dérangent) Nikola Tesla a déposé plus de 1000 brevets dont un générateur d’électricité sans carburant. Le procédé est un moteur qui tire son énergie par des aimants permanents dont les pôles sont mis en opposition dans un rotor (Voir vidéo). Ces moteurs tournent par eux-mêmes sans aucune énergie extérieure, couplés à un générateur, ils produisent de l’électricité. On peut utiliser ce système pour équiper une voiture, électrifier son domicile, etc... Rappelons qu’il est aussi l’inventeur du moteur asynchrone, qu’il a introduit l'utilisation du courant alternatif, mono et multiphasé, et inventé la célèbre bobine à induction qui porte son nom.

Mais son invention la plus extraordinaire fut quand, en 1890, Nikola Tesla découvrit que l’énergie électrique pouvait être diffusée (sans passer par des fils) autour de la terre dans une zone atmosphérique comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude. Cette énergie se diffuse par des ondes électromagnétiques de très basse fréquence, autour de 8 Hz, se propageant pratiquement sans perte vers n'importe quel point de la planète. L’idée maîtresse de Tesla était que la Terre, avec son atmosphère formait un immense condensateur dans lequel il suffisait de puiser de l’énergie électrique, à condition d’avoir le récepteur adéquat. Pour le prouver, Tesla alluma 200 lampes (10.000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils de connexion. On peut affirmer que Tesla a été le plus grand génie inventif du vingtième siècle, peut-être le plus grand depuis Léonard de Vinci.

Comment fonctionnait sa voiture ?

La voiture de Tesla fonctionnait tout simplement avec un moteur électrique couplé à un récepteur radio recevant l’énergie. Tesla utilisait une tour comme une gigantesque antenne qui rayonnait des ondes électromagnétiques à des centaines de kilomètres à la ronde (comme celle qu’il utilisa pour allumer ses 200 lampes à une distance de 40kms). Il connaissait fort bien la radio, preuve en est son sous-marin télécommandé. Il maitrisait déjà la théorie et la pratique des circuits oscillants, preuve en est sa machine à générer des arcs phénoménaux. Ainsi, Tesla introduisait sa clef de contact (récepteur radio composé de quelques tubes et quelques condensateurs) dans la voiture et celle-ci démarrait sans problème. Le récepteur transformait l’onde reçue en courant alternatif permettant au moteur de tourner. C’est ce même principe qui est utilisé depuis fort longtemps dans la RFID (radio identification utilisée aujourd’hui sur certaines carte de paiement sans contact, et le puçage des animaux tels chiens, chats, chevaux), mais à des puissances infiniment plus faibles.

Autres inventions géniales de Tesla

Auteur de près de 1000 brevets sur l'énergie électrique, sa production et sa conservation, fait quatorze fois docteur des universités du monde entier et maîtrisant 12 langues, cet homme a connu gloire, fortune, jalousie et incompréhension. À Paris, Il fait la connaissance de Clément Ader, passionné par la mécanique, les plus lourds que l'air, Ader rêve déjà comme Tesla de faire voler le premier "avion", rêve qu'il réalisera par la suite, tandis que Tesla, fou de physique, notamment de l'énergie électrique, rêve de domestiquer la gigantesque énergie de l'éther pour éclairer le monde, faire tourner les machines, permettre à l'homme de disposer d'une énergie gratuite.

A Paris, il est employé par la société Edison. Ce fut à Paris, que Tesla acheva de mettre au point le premier moteur à induction utilisant le courant alternatif. Personne en Europe ne souhaitant financer son invention, Tesla accepta en 1884 d’être muté aux Etats-Unis. C’est lui qui découvrit la radio (mais c’est son patron Edison qui bénéfiçiat de la paternité de l’invention), le courant alternatif, la lampe à pastille de carbone, les bases de la robotique, la commande à distance. Il a expérimenté un navire télécommandé, décrit l'avion à décollage et atterrissage vertical, la fusée, élaboré le concept du microscope électronique, détecté la force de résonnance des vibrations harmoniques, le principe du radar, la radio-diffusion mondiale, imaginé et réalisé les premiers essais de la transmission d'énergie électrique sans fil, l'onde stationnaire...

Thomas Edison se débattait alors dans d'énormes difficultés dans la mise au point du réseau électrique qu'il avait créé pour alimenter la ville de New-York. Ce réseau basé sur le courant continu ne fonctionne pas bien. Nikola Tesla lui suggère le courant alternatif mais entêté, Edison n'en veut pas. Edison lui promet 50.000 dollars s'il parvient à trouver la solution. Lorsque sa tâche est accomplie son patron lui apprend que ce n'était qu'une plaisanterie, il démissionna. En 1886, mon système à arc était au point et il fut adopté pour l'éclairage des usines et de la ville de New-York. George Westinghouse (le dirigeant de la Westinghouse Electric Company à Pittsburgh) lui achète les brevets industriels du système de sa dynamo à courant alternatif destiné à l'équipement de ses transformateurs et de ses moteurs. Le système alternatif de Tesla fut adopté dans une énorme centrale hydroélectrique sur les chutes du Niagara en 1895.

Il fut aussi le premier à construire une machine équipée d'électro-aimants à poles inversés qui puisait son énergie dans une source infinie et inépuisable : l'énergie du point zéro, plus communément appelée énergie libre. Le but de Marconi était la communication sans fil, tandis que celui de Tesla était d'électrifier gratuitement la terre entière de la même manière.

Il entreprit l'édification d'une gigantesque tour, le "Projet Wardenclyffe" à Long-Island pour diffuser l’énergie, mais celle-ci ne fut jamais achevé faute de moyens et la tour fut détruite en 1917.

Les théories non orthodoxes de Tesla sur la transmission d’énergie sans fil arrivaient trop tôt. Son obstination à vouloir diffuser de l'électricité à distance, sans déperdition, ainsi que des images et du son, irrita ses commanditaires. Ses travaux de pionnier dans le domaine de la transmission d'énergie à distance, sans fil, ne seront reconnus officiellement aux États-Unis que bien plus tard et reprises au début du XXIe siécle avec le projet HAARP (programme scientifique et militaire américain, l'arme ultime des États-Unis pour contrôler le climat) .

Mais le malheur de Tesla a été que son financier s ‘appelait JP Morgan. (Voir : ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE !)

La finance enterra ses inventions

Le système de distribution d’énergie de Tesla permettait à n'importe qui dans le monde de pouvoir y puiser, à condition de s'équiper du récepteur électrique approprié. Cette découverte extraordinaire d'une énergie quasi gratuite pour tous lui fût fatale. Les puissantes sociétés qui contrôlaient la distribution de l'énergie électrique et s'enrichissaient avec le pétrole considérèrent les travaux de Tesla comme une menace insupportable pour leurs intérêts. Cette découverte provoqua la suppression des financements que JP Morgan (autrement dit la banque Rotschild, autrement dit celui qui fit la fortune de Rockfeller sur le pétrole) accordait à Nikola Tesla pour ses recherches.

En 1895, Tesla était une superstar de la science ; en 1917 il n’était virtuellement plus rien et dû se contenter de petites expériences dans un isolement quasi total.

Quelques mois après la mort de Nikola Tesla, en 1943, la Cour suprême américaine frappa de nullité le brevet de la radio de Marconi, reconnaissant un peu tard l'antériorité des travaux de Tesla, Oliver Lodge et John Stone. Nikola Tesla n'avait pas d'héritiers directs et ne laissa pas de dispositions testamentaires. Le FBI saisit l'ensemble de ses papiers et les fit transporter à Washington où ils furent mis sous scellés et classifiés Top Secret.

Depuis Tesla, d’autres ont essayé

• Avant guerre, la société autrichienne Kertl construisit des turbines à vortex électromagnétique de l’ingénieur Victor SCHAUDERGER produisant de l’énergie gratuite.

• En 1941 les ingénieurs : Von Neumann, Edward Cameron, Alhed Bielek, construisirent un complexe souterrain caché près de San Francisco. Ils avaient construit une machine à fabriquer de l’énergie gratuite qui produisait une puissance de 3,15 Mégawatts. En 1942, le gouvernement US interdit cette expérience pour cause de non-conformité à la législation et l’installation fut détruite. Les autorités américaines déclarèrent officiellement que la seule source d’énergie du futur serait nucléaire.

• En 1950, l’ingénieur John R. Searl, de la compagnie Midland Electricity Board, met au point un générateur selon le principe du vortex électromagnétique qui produisait une quantité d’énergie produite dépassant considérablement l’énergie consommée.

• En 1980, le docteur bien connu Wilhelm Reich, émigré aux USA, fut arrêté pour avoir développé sans licence une machine à énergie libre. Il a pu cependant continuer ses essais en prison et sous la protection bienveillante de la CIA. Michael Faraday, Bruce De Palma et Adam Trombly arrivèrent tous aux mêmes résultats très favorables avec des systèmes du même type.

• En 1985 le docteur Hastings, physicien en chef de la compagnie Sperry Univac Corporation, fit une communication scientifique. Il avait testé l’appareil mis au point par l’ingénieur Joseph Newman, son rendement est phénoménal, sa production va jusqu’à 1400% de l’énergie consommée. En 1987 ce générateur fut installé à la place du moteur à essence d’un véhicule de course. Le pilote enregistra une surpuissance très avantageuse.

• En Juin 1992, l’ingénieur Jurgen Sievers député et directeur de la compagnie allemande Becocraft est arrêté aussi. Sa société est dissoute pour avoir commercialisé sans licence une autre machine dite « à énergie gratuite ».

• Joseph Newman. Il fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d'ingénieurs bardés d'instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’annoncé (c'est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune source d'énergie cachée. Mais, étant donné qu'il n'existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau l'a informé qu'il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Devant l'insistance de l'inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d'étude composée de physiciens compétents s'est réunie en présence de Mr Newman, mandatée par les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c'est le contraire qui s'est passé. Les scientifiques étaient très intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique. Les conclusions n'étant pas celles espérées par les instigateurs de la réunion, le mandat a été retiré à la commission et un rapport fut rédigé concluant cette invention comme sans intérêt. Newman émigra au Japon pour continuer ses travaux.

• Bruce de Palma (le frère du réalisateur Brian de Palma), un physicien, a conçu une machine à énergie libre. Il s'est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu'il s'en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Il a dû lui aussi aller travailler avec les Japonais. De Palma s'était aperçu qu’un objet puisait de l’énergie dans l’espace en tournant. Après de nombreuses recherches, il finit par concevoir une machine appelée N-Machine, utilisant des aimants superpuissants pour obtenir de l’électricité. Des tests en 1980 ont montré que le générateur produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait. http://depalma.pair.com/

• Enfin, je vous conseille ce dernier : Tony Cuthbert a de nombreuses inventions à son actif : boîte de vitesse et système de frein sans embrayage, un moteur hybride mi-moteur, mi-turbine qui permet de propulser un paquebot avec un moteur de la taille d'une petite voiture, le séparateur magnétique : récupération de métaux par les aimants liquides, l'accélérateur de pluie et quelques mécanismes à énergie libre. Le professeur Laughtar déclare à son sujet: « un des problèmes de Tony est que certaines de ces inventions sont tellement révolutionnaires qu'elles menacent des technologies existantes. Là se trouve la difficulté lorsqu'il faut convaincre les industries dont il essaye de susciter l'intérêt ». Autres inventions : Les ferrofluides, utilisés avec un aimant, peuvent devenir un moyen de propulsion, animer un coeur artificiel ou régénérer un coeur. Il créa une piste magnétique verticale (permettant de faire grimper un engin à la verticale) et un moteur gravitationnel qui capte l'énergie utilisable du champ gravitationnel terrestre. www.cuthbert-physics.com

Tous ces ingénieurs ont vu leur carrière brisée pour ne pas avoir respecté le dictat des autorités. Nos dirigeants sont les garants de la suprématie des multinationales industrielles qui font et défont les gouvernements, tout en polluant la planète.

Voilà pourquoi les autorités privilégient les énergies dont le rendement financier est le plus élevé et interdisent les recherches sur l’énergie gratuite.

Les plans des moteurs à aimants permanents sans électricité sont disponibles sur Internet depuis longtemps. Voici le moteur inventé par le français Claude Delaval en 1976 et repliqué par d'autres comme le système nommé perendev. (Voir vidéo)

Pour les curieux, voici le démontage du moteur magnétique à énergie libre de Muammer Yildiz devant ses étudiants, à l’université technologique de Delft, au Pays-Bas. (Voir vidéo)

En aviez-vous entendu parler ?

J’entend déjà les reproches: si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question : qui vous en aurait parlé ? Cette source d’énergie existe et peut être partiellement utilisée, elle est illimitée et non polluante, et tout comme le vent et le soleil, son utilisation serait gratuite. En avez-vous déjà entendu parler? Non, puisqu’au contraire tout est fait pour enterrer la question. Comme les médias appartiennent à la finance, vous ne saurez jamais rien. Pour savoir, il suffit de chercher et vous comprenez pourquoi les Illuminati n’aiment que les populations s’instruisent par Internet. Si l’énergie libre était mondialement reconnue ce serait la ruine des grandes familles de la finance, de l’industrie du pétrole et du nucléaire. Et pourtant ce serait la solution parfaite à une grande partie de nos problèmes énergétiques.

Si nous écoutons la pensée officielle, on nous parle d’éolienne, de solaire, de géothermie, d’hydraulique et de biocarburants. A les écouter, il n’y a pas d’autres solutions comme énergies alternatives. Il sera difficile de remplacer le pétrole et le nucléaire avec elles.

Les Verts me font bien rire avec leurs panneaux solaires, leurs éoliennes et leurs taxes carbone... Si les verts savent et ne font rien , c est une honte…. Ils représentent parfaitement la manipulation et la désinformation...

Il y a peut-être un espoir, de nombreux ingénieurs se réfugient dans certains pays comme le Japon, l’Inde ou le Canada qui les accueillent à bras ouverts et qui manifestent de l’intérêt pour ces nouvelles technologies. Au Japon, Minato est le premier à avoir fabriqué en grande quantité des ventilateurs et des climatiseurs (140 000 ex) avec un moteur à énergie libre (aimants inversés). Les banques japonaises n’ont pas hésité à le financer, il faut dire que le système financier japonais n’appartient pas au groupe Rotschild, Rockfeller, JP Morgan,..., peut-être est-ce l’explication. Verrons-nous un jour le rêve de Nikola Tesla, dans 20 ans, 50 ans ou plus, de l’électricité dans le village africain le plus reculé, des voitures sans carburant. Et quand on sait qu’il pouvait non seulement véhiculer l’énergie, mais aussi l’image et le son par son système ... La télévision et ... Internet et bien d’autres choses auraient pu naitre beaucoup plus tôt.

Si l’on avait poursuivi l’oeuvre de Tesla, il n’y aurait jamais eu de centrales électriques hydraulique ou nucléaire, pas de relais de télévision, le téléphone serait cellulaire depuis 100 ans, pas de pétrole, ... et pas de pollution. Mais les salauds qui nous gouvernent n’étaient pas prêts car leur but est de nous faire payer l’énergie et aussi bientôt ils feront payer à nos enfants l'air qu'ils respireront.

Encadré:

La galerie des inventeurs inconnus

• Viktor Schauberger (30 juin 1885 - 25 septembre 1958) créa des machines à implosion, d’une puissance prodigieuse. Cette technologie n’émet pas de déchets, ne pollue pas. Il inventa maints générateurs qui fournissaient une puissance de sortie largement supérieure à celle qu’ils absorbaient (puissance d’entrée), des moyens de propulsion pour avions, sous-marins et voitures, différents appareils destinés aux habitations, produisant de l’énergie, du froid ou de la chaleur, et d’autres, remarquables, qui transformaient une eau polluée en eau de source de haute qualité. Hélas, les prototypes en état de marche furent détruits à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et on ne dispose pas de tous leurs plans détaillés.

• William Baumgartner du Nouveau Mexique a construit un générateur à implosion basé sur les travaux de Viktor Schauberger. Les premiers tests de sa turbine à eau montrèrent une surunité : plus d’énergie à la sortie qu’à l’entrée. Baumgartner pense que ce surplus d’énergie provient de l’énergie libre.

• Leroy-Hatem, en mai 1945, après 20 années de recherche, le chercheur et inventeur français Leroy-Hatem a découvert la dualité des énergies magnétiques.

• Walter Russell était un artiste, musicien, philosophe et auteur adulé. L’Académie des Sciences américaine le récompensa d’un doctorat honoris causa. Il avait découvert en 1927 des méthodes permettant de produire de l’hydrogène à bon marché. En 1990, Ron Kovac, chercheur en chimie, Toby Grotz, ingénieur en électricité, et Tim Binder, médecin naturopathe ont reproduit les découvertes de Walter Russell. Russell a aussi construit un appareil qu’il a nommé Générateur Optique à Dynamo-Russell, qui captait l’énergie libre. Toby Grotz a entrepris des recherches pour retrouver les plans originaux de cet appareil, et le 10 septembre 1961, cet appareil était opérationnel.

• Ken Shoulders a découvert dans les années 1980, « les amas de charge » ou charge clusters, ou Electrum Validum (qui signifie charge intense). En 1991, Shoulders a réussi à faire breveter sa découverte aux Etats-Unis en l’intitulant « Conversion de l’Energie en utilisant une Charge de Haute Densité ». C’est la première fois qu’un brevet dit que l’énergie de l’espace (énergie libre) peut être utilisée comme source d’énergie électrique utilisable.

• Thomas Bearden, ingénieur en physique nucléaire, lieutenant-colonel à la retraite de l'armée américaine, a à son actif plusieurs publications dans le domaine de l'énergie du point zéro, des potentiels scalaires, de phénomènes exotiques de l'électrodynamique. Il possède aussi plusieurs brevets de machines "over-unity"...

• Floyd Sweet. Il inventa un assemblage d’aimants et de Bobines de fils que Thomas Bearden appela Tube Triode Amplificateur du Vide (Vacuum Triode Amplifier = VTA). Cet appareil produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait.

• Wingate Lambertson, ancien directeur de la Science et Technology Commission du Kentucky, après plus de vingt ans de recherches, est aujourd’hui sûr que l’énergie de l’espace peut être transformée en une source de courant fonctionnelle, grâce à un procédé qu’il a appelé le Monde en Neutrinos (World Into Neutrinos = WIN). • John Hutchinson. Ce scientifique autodidacte, pendant l’hiver qui précéda sa tournée au Japon de 1995, a construit un appareil fonctionnant à l’énergie de l’espace. Son convertisseur était basé sur le principe de résonnance de Tesla. Hutchinson capta la même énergie pulsante et rythmée de Tesla en utilisant des cristaux de titanate de baryum. Plus tard, il créa le procédé appelé « Dirt Cheap » (utilisant comme composants de vulgaires pierres).

• Bertil Werjefelt. Après s’être rendu compte que les générateurs classiques utilisant des aimants sont confrontés à un problème appelé résistance magnétique, ce conseiller en sécurité dans l’aviation, a amélioré le générateur classique en ajoutant un système tournant qui annule la résistance magnétique en la neutralisant avec les champs de force d’aimants additionnels. Il en résulte que le générateur donne plus de courant avec la même consommation d‘énergie. En 1995, lors d’une conférence, il expliqua que l’enseignement scientifique classique du magnétisme était incomplet depuis le début, et que, la communauté scientifique avait déclaré de manière précipitée qu’il était impossible d’utiliser le magnétisme comme source d’énergie.

• Erwin Laszlo. Scientifique et philosophe de réputation internationale, possède plusieurs doctorats en science de l'éther et des champs de l'énergie du vide.

• Moray B. King. Ingénieur, un des pères fondateurs de la théorie de "l'énergie du point zéro". Il a écrit plusieurs livres traitant de l'énergie de l'éther.

• Harold Puthoff. Auteur de plusieurs ouvrages dont les fondements de l'électronique quantique, également directeur de l'institut des études avancées de Austin (Texas)

• Peter Linderman. Reconnu comme un des experts mondiaux dans l'explication du phénomène de l'énergie radiante (une forme d'énergie du vide) telle que décrite par Nikola Tesla et employée par Edwin Gray dans son moteur électrique.

• Thomas Francis Vallone. Titulaire de nombreuses maîtrises et doctorats en physique appliquée. A été président du reconnu "Integrity Research Institute" de Washington DC. Chercheur passionné ; il a à son actif un nombre impressionnant d'articles et de livres touchant les nouvelles technologies.

• Harold Aspden. Ancien directeur (retraité) de brevets pour IBM, a lui-même à son actif plusieurs brevets sur des machines pouvant être "over-unity". Sur son site, il y a plusieurs publications expliquant la physique derrière certains de ces phénomènes. www.aspden.org

• Shiuji Inomata. Au japon, Shiuji Inomata, employé depuis trente cinq ans par le gouvernement du Japon, et travaillant aux Laboratoires Electrotechniques à Tsukuba (« La Cité de l’Espace » du Japon) a été autorisé par son gouvernement à créer une machine à énergie libre. Dernièrement, il fit une conférence pour les dirigeants du monde politique et industriel, plus de six cents professionnels sont venus assister à son dernier séminaire. La Toshiba Corporation a débloqué deux millions de dollars pour le développement d’aimants supraconducteurs destinés à son nouveau générateur unipolaire.

• Paramahamsa Tewari. En Inde, Paramahamsa Tewari, ingénieur directeur de projet dans la plus grande centrale nucléaire en construction, est autorisé lui aussi à concevoir sa machine à énergie libre.

• R. Stirling. Le moteur inventé par ce pasteur écossais est très fiable, silencieux et d’un haut rendement. Entre autres utilisation, un sous-marin d’attaque suédois évolue grâce à ce mode de propulsion. Couplé à une parabole réfléchissante, le moteur Stirling permet de produire de l’électricité sans combustible.

• John Bedini. Le moteur fonctionnant à l'énergie libre (énergie gratuite) de John Bedini existe depuis plus de quinze ans. Il fonctionne selon les principes de l'électromagnétisme découverts par Nikola Tesla avant 1900 au cours de ses essais à Colorado Springs. http://www.syscoil.org/index.php?cmd=nav&cid=23

• Johann Grander. Il a développé un moteur magnétique ne nécessitant ni batterie, ni connexion au réseau électrique. Le magnétisme naturel des aimants est intensifié au point que de l’énergie commence à couler...

• Le NEOGEN. Le Neogen Dynamo Project est une "jolie" version du RV-MULLER GENERATOR inventé par Bill Muller et Hector D. Perez. Deux sociétés russes commercialisent des génératrices d'électricité qui violent les règles de la physique actuelle. Il ne s'agit pas ici de vagues prototypes aperçus sur un site web, mais bel et bien d'une technologie qu'il est possible d'acheter.

• Le LUTEC 1000. le 8 septembre 2005 Lou Brits and John Christie de Cairns (Australie) ont mis au point un générateur électromagnétique,. Ils annoncent une entrée d'énergie pour un petit générateur de 4,25 watts, en sortie 15,4 watts, soit 362 % : http://quanthomme.free.fr/nouvelles/Nouvelles23032001.htm

• La technologie EBM. (Energy By Motion – Energie Par le Mouvement) est peut être un espoir mais elle reste toujours au stade expérimental. Le professeur Szabo développe au sein de la société canadienne Electro Erg Ltd et de sa filiale hongroise Gamma Manager, la technologie EBM qui est appliquée dans la commercialisation de générateurs auto-alimentés d’une énergie électromagnétique illimitée et 100% propre. Son inscription à l’ordre du jour du parlement de l’Ontario et sa certification par une dizaine de scientifiques et universitaires plaident en faveur de l’avènement d’un véritable générateur à énergie libre.

• Le brevet international des russes Vladimir Roschin et Sergei Godin de l’Académie des Sciences de Moscou, rendu public le 26 mai 2006, apporte la démonstration scientifique qu’un système sur-unitaire est réalisable. Ce brevet présente un système magnétique composé d’aimants de terres rares capables de convertir diverses formes d’énergie, dès lors qu’un certain régime de fonctionnement critique est atteint, l’installation expérimentale devient énergétiquement entièrement autonome.

• La société STEORN. Elle offre une démonstration publique à la communauté scientifique, et au grand public, en révélant le nouveau moteur ORBO, à « rendement surunitaire ». Cette compagnie irlandaise entend prouver qu'elle peut fabriquer une batterie qui ne se videra jamais. http://www.steorn.com/

Voir les commentaires

Sur la tête de tonton Maurice, que je ne te ferais jamais une coup pareil, la vérité si je mens !

14 Mars 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Sur la tête de tonton Maurice, que je ne te ferais jamais une coup pareil, la vérité si je mens !

A partir de 2008, Khadafi était devenu fréquentable pour les grands dirigeants, il fut reçu en grande pompe par Obama, Sarkozy, Poutine et Berlusconi. Que s’est-il passé de si grave pour que les occidentaux utilisent quelques manifestants et lancent une révolution en Libye qui s’avère aujourd’hui un véritable fiasco. Aujourd’hui avec 250 000 barils par jour, la production pétrolière libyenne a atteint un niveau historiquement bas, et pour la première fois aussi, le pays a fait récemment savoir à ses partenaires occidentaux qu'il connaissait des problèmes de trésorerie. Du jamais vu en Libye. Depuis 6 mois le pouvoir central de Tripoli et les rebelles fédéralistes de l'est du pays se livrent à une guerre sur le pétrole. Cette semaine les rebelles, qui détiennent plusieurs terminaux de pétrole, ont vendu illégalement du pétrole qui a été embarqué à bord d'un cargo battant pavillon nord-coréen. Le 5 avril 1986, une bombe explosait dans une boite de nuit de Berlin ouest faisant 2 morts dont un soldat américain. De suite, on fit courir le bruit que c'était un coup des libyens. Le 15 avril 1986, le président Ronald Reagan répliqua par un bombardement sur Tripoli et Benghazi (101 morts dont la fille adoptive de Khadafi). C’est un des épisodes marquant de la guerre que mènèrent les américains contre le leader libyen depuis son arrivée au pouvoir en 1969. En mars 2011, un couple d’américains Joanne et Jimmy Moriarty, s’est retrouvé au mauvais endroit à Tripoli, lorsque l’Otan décida de bombarder les troupes de Khadafi. Aujourd’hui, leur pays, les USA, les a mis sur la paille parce qu’ils ont voulu dénoncer aux autorités américaines les exactions des jihadistes d’Al quaida. C’est à ni rien comprendre, Al quaida est l’ennemi des occidentaux au Pakistan, en Irak et au Mali, mais ce sont nos amis en Libye et en Syrie. Joanne et Jimmy Moriarty ont failli laisser leur vies dans ce pays qu’ils connaissaient bien pour y avoir travaillé de 2007 à 2011. Aujourd’hui, ces deux biologistes n’ont plus de domicile et cherchent du boulot.

Joanne et Jimmy Moriarty font des affaires en Libye dans la production pétrolière depuis janvier 2007. Ils fabriquent un enzyme unique qui régénère les puits de pétrole et nettoie les fosses de boue, débloque les canalisations et les réservoirs. De 2007 à 2011, leur entreprise a engrangé pour 5 milliards de dollars de contrats. Ils débutaient la construction d’une usine de production pour fabriquer leur enzyme, lorsque la révolution libyenne a éclaté en février 2011.

Les libyens pas si rebelles que ça...

Le peuple libyen n’était pas du tout extrémiste. Kadhafi avait condamné les déclarations de l’Ayatollah Khomeni et à cause de cela, une fatwa avait été prononcée contre lui par les extrémistes musulmans radicaux depuis plus de 20 ans. Toutes les livres de quelques religions que ce soient étaient autorisées en Libye. Les femmes pouvaient s’habiller à l’européenne et pouvaient s’instruire si elles le souhaitaient. Il y avait de nombreuses femmes médecins, avocates, ministres ou chefs d’entreprise. La Libye n’utilisait qu’environ la moitié de tous les revenus du pétrole qu’elle engrangeait et le pays était le seul état africain « providence ». Tous les soins médicaux étaient gratuits. Si vous ne pouviez pas vous faire soigner en Libye, les soins et les traitements à l’étranger étaient entièrement payés par l’état.

L’enseignement était gratuit et si vous souhaitiez intégrer une université à l’étranger, cela était payé en totalité par une allocation. Lorsqu’un couple libyen se mariait, il recevait une dotation de 46,000 Dollars US du gouvernement pour commencer sa vie et sa première maison, lui coûtait 10% du salaire pendant 20 ans avant de lui appartenir pour de bon. Le prix de l’essence était de 0,08 euro le litre et pour ceux qui n’avaient pas les moyens de se nourrir, une banque alimentaire leur fournissait la nourriture (riz, lait, fromage, farine, etc...) et de l’argent pour acheter de la viande. En 2011, le salaire moyen en Libye était le plus élevé d’Afrique, supérieur à celui de la Chine ou de l’Inde, à 15,800$ par an. Si vous aviez fait des études et ne parveniez pas à trouver un travail, vous receviez un revenu jusqu’à ce que vous ayez obtenu un emploi.

De plus, il n’y avait pas de taxes pour les particuliers, seules les entreprises payaient un impôt mais il était minime. Il n’y avait aucune raison pour qu’une révolution éclate, même s’il y avait quelques islamistes radicaux mécontents (3 à 5% de la population) qui avaient essayé de faire appliquer la charia et l’islam radical.

Ce sont ces quelques islamistes et surtout beaucoup d’étrangers que l’OTAN et les Etats-Unis ont soutenu pour qu’ils fassent la révolution et s’emparent du pouvoir en Libye.

Mais qu’a donc fait Khadafi ?

Khadafi prend le pouvoir en renversant le roi Idriss 1er en 1969. Un an plus tard, en 1970, il expulse les américains et les britanniques de leurs bases militaires libyennes, nationalise les banques, les propriétés des colons étrangers et les compagnies pétrolières (dont 13 sur 20 étaient américaines).

Kadhafi a financé des groupes terroristes comme l'IRA contre l'Angleterre, l'ETA contre la France et l'Espagne, et l'OLP contre Israël. On a dit aussi qu’il aurait finançé aussi les indépendantistes corses. En 1981, la CIA commence à soutenir et à financer des opposants libyens en exil, en particulier en France et en Egypte, afin de renverser par un coup d'état Mouammar Kadhafi. En mars 1981, le secrétaire d'état Haig déclare que la Libye accueille des camps d'entraînement pour terroristes et en mai 1981, les Etats-Unis rompent leurs relations diplomatiques suivi d’un embargo commercial le 6 mars 1982. Le 27 décembre 1985, des attentats coordonnés sur Rome et Vienne font 19 morts (dont 5 américains) et 110 blessés, les Etats-Unis accusent le groupe d'Abu Nidal (dont on sait aujourd’hui qu'il était controlé par le Mossad) avec une assistance financière de la Libye. En janvier 1986, les Etats-Unis gèlent une partie des avoirs Libyens à l'étranger.

Le 24 et le 25 mars 1986, l'armée américaine organise le plus vaste exercice militaire jamais mené à la frontière des eaux territoriales libyennes. Pas moins de trois porte-avions, escortés de 30 navires de guerre y participent. La 6ème flotte attaque 4 navires de guerre libyens et coule deux d'entre eux. Des batteries SAM sont également bombardées, mais la Libye ne répond pas.L'attentat de la discothèque la Belle survient 10 jours plus tard le 5 avril.

Attentat de Berlin

Le 5 avril 1986, un attentat dans une boite de nuit fréquentée par des militaires américains fait 2 morts dont un soldat américain. Il est quasi certain aujourd’hui que le Mossad est responsable de l’attentat alors que ce sont les services israéliens qui ont concocté une fausse « preuve » de la responsabilité libyenne. Le chef de la police de Berlin Ouest, Manfred Ganschow, chargé de l’enquête, a innocenté les libyens, déclarant : « Il s’agit d’une affaire éminemment politique. Le président Ronald Reagan répliqua par un bombardement en Libye le 15 avril.

A 2 heures du matin (cette attaque fut fixée à la minute près afin d’être retransmise en direct dans les grands journaux télévisés américains de 19 heures), les bombardiers larguent en une demie-heure 60 tonnes de bombes sur des cibles militaires de Tripoli et de Benghazi, parmi lesquelles, des casernes, des aéroports et des réseaux de défense aérienne. Une centaine de Libyens périrent (dont la fille de Khadafi) dans les bombardements, 2000 autres sont blessés. L'opération a été considérée comme un échec, puisque le véritable objectif était de tuer Mouammar Khadafi. La France, l’Italie et l’Espagne refusèrent le survol de leurs territoires aux avions américains ayant décollé de Grande Bretagne. Kadhafi fut indemne, certainement sauvé par le gouvernement italien de Bettino Craxi, qui, trouvant le dossier trop léger et douteux, décida de l'avertir de l'imminence du bombardement. Beaucoup de pays condamnèrent l’opération.

Un texte de résolution condamnant le bombardement de la Libye fut déposé au conseil de sécurité de l'ONU, mais l'Australie, le Danemark, la France, l'Angleterre, et les Etats-Unis s’y opposèrent et cette démarche demeura sans suite.

Attentat de Lockerbie

Le 21 décembre 1988, une bombe explose dans un Boeing de la PAM-AN au-dessus de Lockerbie, en Ecosse faisant 270 morts. Megrahi, un lybien est accusé d’avoir posé la bombe, une radiocassette Toshiba bourrée de semtex, un explosif militaire, dans une valise qu'il avait enregistrée à Malte. Mais le seul lien tangible entre le Libyen et la bombe, est un fragment de vêtement enroulé autour d'un morceau du minuteur électronique de la bombe. Ce vêtement, une chemise de marque Slalom, avait permis aux enquêteurs de remonter jusqu'à une boutique maltaise. Son patron, Tony Gauci, avait reconnu en Abdelbasset al-Megrahi l'homme qui lui avait acheté cette chemise. Son témoignage a été démoli : Megrahi ne pouvait pas avoir été présent à Malte ce jour-là, et Tony Gauci, dont les déclarations avaient changé plusieurs fois, avait déjà vu sa photo dans un magazine avant de le reconnaître parmi plusieurs figurants.

Les partisans de l'innocence de la Libye affirment que le tribunal de 2001 a été instrumentalisé pour détourner les soupçons du vrai coupable, le FPLP (Front de Libération de La Palestine, groupuscule palestinien hébergé à Damas et travaillant pour la Syrie et l'Iran. Téhéran avait un mobile, l'ayatollah Khomeiny avait promis « une pluie de sang » en représailles de la destruction en vol d'un Airbus d'Iran Air et de ses 290 occupants, abattu par un navire de guerre américain cinq mois plus tôt. Une frégate américaine, le Vincennes, abat par erreur un Airbus iranien revenant de la Mecque. A partir de cet instant, tous les services occidentaux savent que l'Iran a mis 10 millions de $ sur la table pour un attentat contre un avion américain en représailles. C'est le groupe FPLP d'Ahmed Jibril qui va s'acquitter de la tâche, en faisant passer la valise contenant le poste de radio piégé par le circuit des livraisons contrôlées de drogue en provenance de la plaine de la Bekaa. Cette valise ne passait ni la douane, ni les contrôles...

Mais les enquêteurs ont brusquement changé leur fusil d'épaule. Pour les défenseurs de la Libye, l'ordre venait d'en haut. Saddam Hussein avait envahi le Koweït, et la coalition occidentale avait absolument besoin de la participation de la Syrie dans la coalition, ainsi que de la bienveillance de l'Iran. Et puis la Libye représentait le coupable idéal, n’avait- elle pas aussi des comptes à régler. Le bombardement américain de 1986 sur Tripoli avait tué la fille de Kadhafi. Ce procès, entaché d'erreurs, a laissé peu de place à un véritable travail judiciaire. L'enquête sur le drame de Lockerbie reste à mener.

La justice écossaise reconnaissait l'absence de réelles preuves de la culpabilité des libyens, notamment car les "témoins" utilisés à l'époque ont reconnu en grande partie avoir obéit à des agents de la CIA. En août 2005, un ancien haut responsable de la police écossaise désirant rester anonyme et ayant participé à l'enquête a affirmé que la CIA aurait «écrit le scénario» accusant la Libye. Il affirme que la pièce à conviction décisive, un fragment de circuit intégré du détonateur, a été «fabriqué» et «planté» par des agents de la CIA qui enquêtaient sur la tragédie.

Attentat contre un DC-10 d'UTA

Qui sont les vrais coupables de l’attentat du vol UTA 772 ? Le DC 10 français a explosé au-dessus du désert du Ténéré, causant 170 morts, le 19 septembre 1989. Immédiatement après l’attentat, la DGSE et la DST (Les services secrets français) pointent leurs soupçons vers un pays du Moyen-Orient, la Syrie ou l’Iran. Tout indique la signature du groupe terroriste, le FPLP-Commandement général du Syro-Palestinien Ahmed Jibril (le même que pour l’attentat de Lookerbie), mode opératoire identique, une valise tapissée d’explosif. Pourtant, la sécurité militaire congolaise qui mène l’enquête de son côté, puisque l’appareil a décollé de Brazzaville, produit un témoin qui accuse les services libyens et en particulier son représentant sur place, Abdallah Elazrag. Le magistrat instructeur français, le célèbre Jean-Louis Bruguière, s’en tiendra aussitôt à cette version et n’en démordra pas.

Pierre Péan dans son livre nous dit que le juge Bruguière a orienté l’enquête de manière intentionnellement erronée sur demande de l’État français pour accuser à tort la Libye et disculper l’Iran et la Syrie véritables auteurs de l’attentat via le Hezbollah. Mais la désignation du bouc émissaire libyen n’a pas soulagé seulement les États-Unis, mais elle a aidé les hommes politiques français à faire libérer nos otages au Liban contre promesses faites à l’Iran et au Hezbollah.

Les américains ont obtenu un dédommagement de 6 milliards de dollars de la Libye pour les 7 Américains disparus dans l'attentat , tandis que la France a obtenu 170 millions de dollars pour les 163 autres victimes.

Vint la révolution 2011...

Nous retrouvons Joanne et Jimmy Moriarty en mai 2011 à Tripoli. Connaissant bien le pays, ils participent à une commission d’enquête organisée par une ONG et interrogent les tribus pour apprendre la vérité sur la période Khadafi. Depuis les bombardements de l’OTAN commençés fin février, nos deux américains ont été témoins de crimes de guerre commis par l’aviation sur des personnes innocentes. Ils découvrent qu’il n’y avait pas de soutien populaire pour cette prétendue révolution et faute de rebelles suffisants dans la population , l’OTAN (les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’ONU, le Qatar et Israël) ont recruté des milliers de mercenaires d’Al-Qaïda en dehors de la Libye. Les Moriarty ont pu aussi récupérer la copie d’un accord entre les prétendus rebelles et le Mossad israélien. Celui-ci précise qu’Israël devait fournir des armes et une formation aux rebelles, jusqu’à ce qu’ils prennent le contrôle du pays et qu’en retour Israël obtiendrait l’implantation d’une base militaire dans la région libyenne de la Montagne Verte.

La guerre contre la Libye avait été planifiée depuis longtemps. Lors d’une conférence donnée à San Francisco le 3 octobre 2007, Wesley Clark, général 4 étoiles retraité des Forces armées des Etats-Unis, affirmait que dix jours après le 11 Septembre 2001, les invasions de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, de l'Iran et de plusieurs autres pays du Moyen-Orient avaient déjà été planifiées. Dennis Kucinich (sénateur démocrate américain) détient des documents montrant qu’il y avait des exercices militaires en Méditerranée prévus entre les français, britanniques et américains contre une nation d’Afrique du Nord riche en pétrole dotée d’un dictateur mythique. Ils devaient débuter le 21 février. La guerre a effectivement commencé le 17 février.

Quelle mouche a piqué les américains ?

La principale raison de la destruction de la Libye était le projet de Khadafi de créer une devise, appelé le Dinar, adossée à l’or pour tout le continent africain. Le leader libyen avait planifié la création d’une Banque Centrale africaine qui aurait conduit l’Afrique à se libérer du joug de la dette du papier monnaie des impérialistes qui contrôlent les pays pauvres et leurs ressources. Cette monnaie-or aurait détruit les banquiers de papier dont l’argent n’est soutenu par rien. Ces banquiers, la FED et l’Euro détenus par le groupe Rothschild auraient été détruits (Voir ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE !). Pour cette raison, Kadhafi devait non seulement être destitué du pouvoir, mais il devait aussi mourir.

La deuxième raison de la guerre est que la Libye, pays le plus puissant d’Afrique, refusait de laisser les Etats-Unis exercer un contrôle militaire sur le continent.

La troisième raison, était l’action en justice qu’avait engagé Kadhafi contre toutes les nations d’Europe occidentale, pour tous les traités rompus et toutes les atrocités commises en Afrique au cours des centaines d’années par les occidentaux et la perte de revenus causée par l’embargo contre la Libye pendant plus de 30 ans. La Libye n’était pas coupable de l’attentat de Lockerbie, comme l’a prouvé un transfuge de la CIA. La demande d’indemnités se montait à plus de 7 trilliards de dollars et la plainte reposait sur des bases juridiques tangibles. L’Europe de l’Ouest ne pouvait guère se permettre ce genre de dette, alors ils ont pris part joyeusement à la révolution

Ce dont ont été témoins les Moriarty

« Le 21 août 2011, l’OTAN a décidé de prendre Tripoli de force, il fallait absolument que la population se range du côté de leur coup d’état. Nous séjournions dans un grand hôtel près du port et nous avons vu les hélicoptères Apache de l’OTAN faucher des innocents dans les rues. Au cours de la première heure de la prise de contrôle de Tripoli par l’OTAN, 1300 personnes ont été tuées dans les rues et 5000 blessées. Les bombardements et les meurtres ont continué toute la nuit et pendant les trois nuits suivantes. Puis, des rebelles d’Al-Qaïda arrivés par cargos de Benghazi sont arrivés au port de Tripoli, et se sont emparés des routes autour de Tripoli. Tous ces rebelles étaient barbus et portaient des AK-47. Ils ont commencé à mettre en place des points de contrôle environ tous les 500 mètres et ont pillé tous les magasins et toutes les maisons qui se trouvaient sur leur chemin. Ils braquaient tous les véhicules de passage et volaient tout ce qu’ils voulaient. Ils ont envahi des hôtels et mis en place des centres de torture… »

« Après quelques heures passées à longer la côte, il faisait déjà nuit. Des coups de feu retentissaient de partout, des barbus d’Al-Qaïda parcouraient les rues. Nous ne le savions pas, mais les rebelles avaient tiré sur le navire que nous devions prendre pour prendre la fuite et il s’était retiré à 3 miles en Méditerranée. Notre dernier trajet pour nous rendre à la jetée nous a conduit dans la gueule du loup. Nous avons été soudainement entourés par un groupe de petites camionnettes chargées de membres d’Al-Qaïda. Leurs armes pointées sur nous, ils nous ont dit : "votre jeu est terminé". Ils nous ont emmenés sous la menace dans leur centre de torture situé à l’Hôtel Radisson. Ils ont pris toutes nos affaires et nos passeports. Ils nous ont interrogé et filmé à l’aide d’une équipe de cinéma britannique. Nous pouvions entendre les hommes en train d’être torturés, mais nous ne pouvions rien faire. »

« Lorsque le jour se leva, ils nous ont dit que nous allions être autorisés à partir. Juste avant cela, un gros Cheikh avec une longue barbe fit son apparition pour murmurer quelque chose en arabe à notre sujet. Le chauffeur de notre van avait été remplacé par un homme de l’hôtel que nous connaissions et nous lui avons dit que nous voulions rejoindre le bateau de sauvetage maintenant, il affirma que ce van devait rentrer à l’hôtel, nous avons discuté avec lui, mais il nous a pris à part pour nous expliquer : «vous n’avez pas compris que le Cheik a dit : "quand ils se rendront au navire de sauvetage, tuez-les, découpez-les et brûlez les corps puis faites croire qu’il s’agit de Kadhafi." Nous avons alors décidé de retourner à l’hôtel, nous avons dû payer des mercenaires pour qu’ils nous laissent partir. Ils étaient payés 2500$ pour chaque personne tuée et 1000$ pour brûler les corps. Ils prirent tout notre argent. Nous savions que nous étions sur leur liste et nous savions pourquoi, un avocat américain, un agent double travaillant pour le Hezbollah avait mis tous nos noms sur une liste et la leur avait fait parvenir. »

Retour aux Etats-unis

« Quand nous sommes rentrés au Texas, Jimmy fut appréhendé par le FBI à l’aéroport d’Houston. J’ai été autorisé à rester en transit à l’aéroport ( j’avais en ma possession 200 Go de preuves, interviews, vidéos, photos, témoignages, etc.) Jimmy fût interrogé pendant 3 heures et nous devions apprendre plus tard que nous étions devenus, à ce moment-là, une cible de notre gouvernement. Notre crime était d’avoir été témoins des crimes de guerre et des génocides qui ont été commis en Libye par l’OTAN. Comme tous les individus pris pour cible, toutes nos tentatives pour obtenir un emploi rémunéré ou redémarrer notre activité qui avait été détruite en Libye, furent anéanties. »

« Après que l’OTAN ait livré la Libye entre les mains d’Al-Qaïda, de nombreux Libyens furent emprisonnés, torturés et tués. Beaucoup d’entre eux durent partir pour survivre. Il y en a maintenant 2 millions en exil. Nous sommes très proche des tribus de la Libye, nous parlons avec les chefs de tribus en exil maintenant presque tous les jours. Ils nous ont désignés comme leurs porte-parole officiels. Nous avons tenté de faire connaître au Congrès américain qu’ils avaient été complètement trompés en Libye et que nous avions littéralement livré ce pays, un pays musulman pacifique, à Al-Qaïda. Mais personne n’était intéressé. »

« Les chefs tribaux ont commencé à nous transmettre des renseignements sur le mouvement interne d’Al-Qaïda en Libye, nous avons donné ces informations au Dr Jerome Corsi, qui était plus que disposé à rapporter la vérité. Nous avons ensuite été contactés par les services secrets US (4 divisions différentes). Nous avons reçu la visite de 3 divisions différentes du renseignement américain dans notre maison, venues recueillir les éléments de nos dirigeants tribaux. Mais nous avons découvert qu’ils n’avaient pas l’intention de faire quoi que ce soit avec ces données et qu’elles étaient utilisées pour avertir Al-Qaïda. A ce moment là, nous avons arrêté de leur transmettre des informations. »

« Un des agents de renseignements féminin, nous a recontacté et nous a déclaré que si jamais nous voulions rester en vie, nous devions nous taire à propos de la Libye et qu’ils (le gouvernement) avaient perpétré une attaque "soft" sur nous (en ruinant notre vie et nos finances) et que nous avions été chanceux, car ils auraient pu choisir d’opérer une attaque "terminale" sur nous. »

« Nous avons été littéralement détruits, mais nous avons décidé de ne pas nous taire. Nous réalisons que la seule façon de nous protéger est de diffuser notre histoire auprès du plus grand nombre de gens possible. Nous serons sans-abri le mois prochain, car nous n’avons plus de biens à vendre et ne pouvons plus payer nos dépenses. Nous souhaitons commencer à donner des présentations et partager notre histoire, nous espérons trouver des gens qui aimeraient embaucher deux personnes productives, intelligentes et talentueuses. Mais, nous n’allons pas cesser de raconter notre histoire. »

Et l’on retrouve toujours les mêmes aux manettes...

La BRI, la banque centrale des banques centrales (Banque des Règlements Internationaux possède 58 banques centrales mondiales, le FMI, la Banque Mondiale, le Forum de Davos,...), appartenant aux géants de la finance (Rothschild, Rockfeller, ...) l’a décidé, leur ennemi sont les banques iraniennes et tous ceux qui veulent sortir du système qu’ils ont mis en place (Voir : ON EST BIEN DANS LA MEEEEEEEEEEEEEERDE !)

Les bouleversements du Printemps arabe rentrent dans le cadre du projet du Grand Moyen-Orient de George W. Bush, proclamée après 2001 pour apporter la «démocratie» et le «libéralisme marchand» à travers la réforme économique des pays islamiques de l’Afghanistan au Maroc. La guerre civile syrienne est entièrement financée et dirigée par l’Occident.

Le plus ancien des porte-parole officiel du CNS (Conseil national syrien) basé à Paris est l’universitaire syrienne Bassma Kodmani, qui en 2012 a assisté à sa deuxième conférence Bilderberg. En 2005, Kodmani travaillait au Caire pour la Fondation Ford, une couverture traditionnelle de la CIA, et en septembre de cette année, a été nommée directrice générale de l’Arab Reform Initiative (ARI), un programme de recherche du Council on Foreign Relations (CFR de Rockfeller).

Le NED (ONG financée par le gouvernement US) est actif dans tous les pays qui ont connu des soulèvements populaires «spontanés» : la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie, le Koweït, la Libye, la Syrie, le Yémen et le Soudan. Le maitre d’œuvre et 1er dirigeant de la NED, Allen Weinstein, a déclaré au Washington Post en 1991 : «beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été accompli secrètement il y a 25 ans par la CIA.»

On ne comprend plus rien au film

Qui était le plus méchant Khadafi ou l'ayatollah Khomeny ? Nous sommes des moutons, le pouvoir politique et les médias nous font gober depuis des décennies ce qu'ils veulent. Qui sont les amis des occidentaux, Al-quaida que nous soutenons en Syrie, mais que nous combattons au Mali, en Irak et au Pakistan, où bien est-ce le Hezbollah, ami aujourd’hui de la Syrie et de l’Iran ?

Il ne faut pas oublier que les Etats-unis ont envoyé, après l’attentat de 11 septembre 2001, des supposés membres d’Al-quaida dans des prisons en Syrie et en Libye afin qu’ils puissent donner des informations. Celles-ci ont été obtenues sous la torture, aux USA, on ne n’emploie aucunement ce type de moyen.

Peut- être faudrait-il demander à de grands stratèges tels que Barack Hussein ou Culbuto de nous expliquer. Ce même Obama, qui annonçait dans un discours à l’occasion de la mort de Khadafi, avoir libéré la Libye de la tyrannie et battu Al-quaida. On s’y perd. Finalement la guerre c’est un cirque, les mêmes acteurs jouent des rôles différents selon le conflit et personne ne se pose de questions. On arrète des gamins de banlieue parce qu’ils vont se battre en Syrie pour Al-quaida, groupe rebelle que notre gouvernement soutient plus ou moins. Va comprendre ? Même les rebelles ne s’y retrouvent plus.

A LA FIN IL N’ Y A QU’UN GAGNANT, C’EST LES STATES

Encadré :

Chronologie

Comme vous le constatez, les occidentaux sont allés vite en besogne.

• 1951- Proclamation de l'indépendance de la Libye.

• 1er septembre 1969 - Un coup d'Etat renverse le roi Idriss Ier et porte le colonel Mouammar Kaddafi au pouvoir.

• 1970 - Nationalisation des banques, des propriétés des colons étrangers et des compagnies pétrolières.

• 1973 - Lancement de la révolution culturelle islamique et occupation de la bande d'Aozou au nord du Tchad (annexée en 1975).

• 2 mars 1977 - Instauration de l'Etat des masses, "la Jamahiriyya arabe populaire et socialiste".

• 6 mars 1982 -Embargo commercial des Etats-Unis.

• 22 avril 1984 - Rupture des relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne.

• 15 avril 1986 - Bombardements américains sur Tripoli et Benghazi (101 morts dont la fille adoptive de Kaddafi) en représailles à un attentat dans une discothèque berlinoise fréquentée par des militaires américains.

• 1987 - Défaites militaires au Tchad.

• 21 décembre 1988 - Attentat contre un Boeing de la PAM-AN au-dessus de Lockerbie, en Ecosse (270 morts).

• 17 février 1989 - Adhésion à l'Union du Maghreb arabe.

• 19 septembre 1989 - Attentat contre un DC-10 d'UTA au-dessus du désert du Ténéré (Niger ; 170 morts).

• 15 avril 1992 - Embargo aérien et militaire de l'ONU.

• 3 février 1994 - La Cour internationale de Justice de La Haye donne raison au Tchad à propos de la bande d'Aozou. La Libye évacue le territoire.

• 5 avril 1999 - Suspension de l'embargo après un accord autorisant les suspects libyens de l'attentat de Lockerbie à être jugés devant une cour écossaise.

• 31 janvier 2001 - Fin du procès des deux Libyens impliqués dans l'attentat de Lockerbie : Abdel Basset Ali al-Megrahi est condamné à la prison à vie et Al-Amine Khalifa Fhimah est acquitté.

• Mars 2002 - Début de la construction d'un gazoduc Libye-Europe.

• 20 janvier 2003 Election à la commission des droits de l'Homme de l'ONU.

• 31 août 2003 - Accord sur une indemnisation de 2,7 milliards de dollars versée aux familles des victimes de l'attentat de Lockerbie.

• 12 septembre 2003 - Levée des sanctions imposées par l'ONU en 1992 et suspendues en 1999.

• 19 décembre 2003 - Abandon de son programme de développement d'armes de destruction massive.

• 9 janvier 2004 - Accord avec le collectif des familles de victimes de l'attentat du DC-10 d'UTA sur leur indemnisation, portée à un million de dollars par victime.

• 25 mars 2004 - Visite de Tony Blair, Premier ministre britannique. • 23 avril 2004 - Levée des sanctions américaines.

• 27 avril 2004 - Visite de Mouammar Kaddafi à Bruxelles (Belgique).

• 6 mai 2004 - Condamnation à mort de cinq infirmières et d'un médecin palestinien, accusés d'avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants à l'hôpital de Benghazi.

• 10 août 2004 - Accord sur l'indemnisation des victimes de l'attentat commis en 1986 contre une discothèque à Berlin.

• 11 octobre 2004 - Levée des sanctions économiques européennes et de l'embargo sur les armes.

• 15 mai 2006 - Reprise des relations diplomatiques avec les Etats-Unis et suppression de la Libye de la liste des Etats soutenant le terrorisme.

• 19 décembre 2006 - Nouveau procès des infirmières bulgares et du médecin palestinien ; la peine capitale est confirmée.

• 24 juillet 2007 - Libération des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien.

• 16 octobre 2007 - Election de la Libye au Conseil de sécurité de l'ONU en tant que membre non permanent.

• 17 avril 2008 - Annulation de la dette par la Russie en échange de contrats commerciaux. • Août 2008 - Accord américano-libyen sur l'indemnisation des victimes américaines des attentats libyens et de celles des représailles américaines dans les années 1980. Excuses de Silvio Berlusconi à la Libye pour les exactions commises par l'Italie pendant l'occupation coloniale (1912-1945).

• 5 septembre 2008 - Visite de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

• 2 février 2009 - Election de Mouammar Kaddafi à la tête de l'Union africaine pour un an.

• 20 août 2009 - Libération d'Abdel Basset al-Megrahi, auteur de l'attentat de Lockerbie, atteint d'un cancer en phase terminal.

• 12 mai 2010 - Crash d'un Airbus A330-200 de la compagnie libyenne Afriqiyah Airways à Tripoli (103 morts).

• 15-16 février 2011 - Emeutes dans la ville de Benghazi.

• 17 février 2011 Début des manifestations pour réclamer le départ du colonel Mouammar Kaddafi. Elles sont violemment réprimées.

• 21 février 2011 - Bombardements de Tripoli par l'armée de l'air.

• 22 février 2011 - Le ministre de la Justice, Abdeljalil, et celui de l'Intérieur, Younès, rejoignent la rébellion.

• 25 février 2011 - Sanctions américaines contre le gouvernement libyen avec le gel des avoirs du clan Kaddafi et de la banque centrale.

• 26 février 2011 - L'ambassade de France à Tripoli ferme - L'ambassadeur de Libye à l'ONU se rallie à la révolte libyenne.

• 26 février 2011 - Résolution de l'ONU imposant un embargo sur les armes, une interdiction de voyager et un gel des avoirs du colonel Mouammar Kaddafi, ses huit enfants et six autres personnes, et demandant la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) pour "crimes contre l'humanité".

• 27 février 2011 - A Benghazi, les opposants forment un Conseil national de transition (CNT), dirigé par Abdeljalil, ex-ministre de la justice.

• 28 février 2011 - Sanctions européennes imposant un embargo sur les armes contre la Libye, un gel des comptes bancaires et des interdictions de visa contre le colonel Mouammar Kaddafi et 25 de ses proches.

• 2 mars 2011 - Début de la contre-offensive des forces pro-Kaddafi dans l'est du pays.

• 10 mars 2011 - La France reconnaît le CNT comme "seul représentant de la Libye".

• 17 mars 2011 - Résolution 1973 de l'ONU qui autorise le recours à la force pour protéger les populations civiles, crée une zone d'exclusion aérienne, et renforce l'embargo sur les armes et le gel des avoirs de toutes les autorités libyennes.

• 18 mars 2011 - Les autorités libyennes décrètent un cessez-le-feu qui ne sera pas respecté.

• 19 mars 2011 - Début des frappes aériennes de la coalition internationale contre les forces pro-Kaddafi.

• 27 mars 2011 - L'Otan prend le commandement des opérations militaires.

• 31 mars 2011 - L'OTAN prend le relais des Etats-Unis pour les frappes aériennes contre les forces pro-Kadhafi.

• 14 avril 2011 - Le groupe de contact sur la Libye se réunit à Paris.

• 30 avril 2011 - Le plus jeune fils du leader Kadhafi, Saïf Al-Arab, et 3 de ses petits-enfants sont tués dans un raid de l'OTAN à Tripoli.

• 5 mai 2011 - Le groupe de contact sur la Libye se réunit à Rome.

• 11 mai 2011 - La rébellion prend l'aéroport de Misrata.

• 22 mai 2011 - L'UE ouvre à Benghazi un bureau de liaison.

• 9 juin 2011 - Visite du président du Sénégal, Abdoulaye Wade, premier chef d'Etat à se rendre à Benghazi.

• 13 juin 2011 – Le ministre des AE allemand Westerwelle se rend à Benghazi.

• 27 juin 2011 - La CPI lance un mandat d'arrêt pour crimes contre l'humanité contre le dictateur libyen Kadhafi, son fils Seif al-Islam et le chef des renseignements Al-Senoussi.

• 29 juin 2011 - La France reconnaît avoir parachuté des armes aux rebelles dans les montagnes de Nefoussa.

• 15 juillet 2011 - Le groupe de contact international sur la Libye reconnaît le CNT comme "l'autorité gouvernementale légitime".(France)

• 28 juillet 2011 - Assassinat du chef militaire de la rébellion, Abdel Fatah Younès.

• 8 août 2011 - Abdeljalil, Pdt du CNT, limogé le Gvt par intérim.

• 9 août 2011 - Le régime accuse l'Otan d'avoir tué 85 civils dans des raids contre un village proche de Zliten.

• 18 août 2011 - Le régime propose de nouveau un cessez-le-feu tout en excluant un départ de son leader Kadhafi.

• 18 août 2011 - Les rebelles prennent Zliten (est de Tripoli) et Zawiyah et avancent vers Tripoli.

• 21 août 2011 - Les rebelles libyens entrent dans Tripoli.

• 21-22 août 2011 - Chute de Tripoli : les rebelles de la CNT investissent la Place Verte, qui est rebaptisée Place des Martyrs.

• 23 août 2011 - Les rebelles libyens, à Tripoli, prennent le contrôle du QG de Kadhafi.

• 29 août 2011 - L'épouse de Mouammar Kaddafi, Safia Farkash, sa fille, Aïcha, et deux de ses fils, Hannibal et Mohamed, accompagnés de leur enfants se réfugient en Algérie.

• 11 septembre 2011 - Saadi Kaddafi se réfugie au Niger.

• 12 septembre 2011 - Premier discours public du président de la CNT, Mustapha Abdeljalil, à Tripoli.

• 15 septembre 2011 - Visite du président français, Nicolas Sarkozy, et du Premier ministre britannique, David Cameroun, à Tripoli et à Benghazi.

• 15 septembre-20 octobre 2011 - Bataille de Syrte.

• 20 septembre 2011 - L'Union africaine reconnaît officiellement le Conseil national de transition (CNT).

• 20 octobre 2011 - Mort du colonel Mouammar Kaddafi et de l'un de ses fils, Moatassem, lors de la chute de Syrte, dernier bastion pro-Kaddafi.

• 23 octobre 2011 - Le CNT proclame la fin de la révolution libyenne, la libération totale du pays et l'instauration de la charia.

• 31 octobre 2011 - L'Otan met fin à son opération en Libye.

• Novembre 2011 - Des Touareg maliens, ex-mercenaires en Libye, reviennent au Mali.

• 19 novembre 2011 - Saïf al Islam Kadhafi, fils et héritier politique de Mouammar Kadhafi, est arrêté dans le sud de la Libye.

• 16 décembre 2011 - Levée des sanctions de l'ONU et des Etats-Unis imposées en février 2011.

• 17 décembre 2011 - Visite du secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta.

• 6 mars 2012 - La province de la Cyrénaïque proclame son autonomie.

• 7 juillet 2012 - Victoire de l'Alliance des forces nationales (AFN) de Mahmoud Djibril lors des élections législatives qui sont les premières élections libres de l'histoire du pays.

• 8 août 2012 - Le CNT remet le pouvoir au Congrès général national (CGN), nouvelle assemblée nationale élue le 7 juillet.

• 11 septembre 2012 - Attaque du consulat américain à Benghazi (4 morts dont l'ambassadeur Christopher Stevens).

• 24 octobre 2012 - Prise de contrôle de Bani Walid, bastion kaddafiste.

• 23 avril 2013 - Attentat contre l'ambassade de France à Tripoli.

• 5 octobre 2013 - Capture à Tripoli d'Abou Anas al-Libi, l'un des responsables présumés des attentats de Nairobi et de Dar es-Salaam d'août 1998, par un commando des forces spéciales américaines.

• 10 octobre 2013 - Le Premier ministre, Ali Zeidan, est enlevé puis libéré par l'ancien groupe rebelle de la "Chambre des opérations des révolutionnaires" à Tripoli.

Voir les commentaires

Ces infos que l’on nous cache depuis des décennies

4 Octobre 2013 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Infos cachées

Ces infos que l’on nous cache depuis des décennies

Vous prenez rendez-vous avec votre banquier et vous lui annoncez que vous dépensez tous les ans 20 000 euros de plus que vos revenus et que vous avez besoin qu’il vous mette en place chaque année un prêt couvrant ce supplément de dépenses.Vous lui dites que vous ne voulez pas sacrifier vos vacances aux sports d’hiver, ni vous débarrasser de votre voilier basée à St Tropez. Et que croyez-vous que votre banquier va vous répondre ? Il va vous demander si vous êtes sérieux. Pourtant, les états agissent de cette façon, et les banquiers leur prêtent sans sourciller et ne tiennent pas compte de leurs recettes annuelles, mais se fient à la richesse des entreprises installées sur leur territoire (le PIB). C’est comme si vous disiez à votre banquier : « si je ne peux pas payer, ce sont les voisins de mon quartier qui vous paieront ».

Il y a tout juste un an, Moscovici présentait la loi de finances 2013 qui prévoyait un déficit de 61,6 milliards d'euros en 2013 et pour 2014 de 47,6 milliards. Il aurait préféré que tout le monde oublie ses chiffres car avec son collègue du budget Bernard Cazeneuve il vient de revoir ses chiffres à la hausse, à fin 2013, le déficit devrait être de 71.9 milliards et de 82,2 milliards à fin 2014. Dette, déficit, % du PIB,.... l’état nous soule avec ces chiffres trafiqués qui sont en fait trés loin de la réalité. L’état nous ment sur la dette depuis des décennies. La dette publique de la France était de 1859 milliards d’euros à fin 2012, mais c’est un gros mensonge, les dettes sont 3 fois plus importantes, car personne ne vous parle du chiffre astronomique du hors bilan.

Chaque année, les parlementaires travaillent sur un budget d’environ 380 milliards d’euros de dépenses (pour environ 300 milliards de recettes) et laissent hors de contrôle le hors-bilan qui représente presque 10 fois le montant du budget. Le hors bilan était chiffré à fin 2012 à 3091 milliards d’euros. Si l’on tient compte de la seule dette de l’état, 1519 milliards (hors sécu et collectivités locales) et que l’on rajoute le hors bilan de 3091 milliards soit 4610 milliards et que l’on compare aux recettes annuelles de 298 milliards, on peut constater que l’endettement est de 1546%. Moi j’appelle cela du surrendettement.

Qu’est-ce que le hors bilan ?

En théorie, on met dans le hors-bilan des prévisions de charges qui ne sont pas des dépenses, par exemple des garanties qui la plupart du temps ne se réalisent pas. Le problème est qu’aujourd’hui, à cause de la crise, une grosse part de ces garanties présentent des risques financiers réels pour l’état. Quelles valeurs faut-il accorder aux garanties données sur les prêts aux banques Dexia ou à l’ancienne banque nationalisée du Crédit Lyonnais. Il ne faut pas être devin pour savoir qui au final va payer, l’état, donc le contribuable.

Mais l’état en profite pour y cacher des dépenses ou des emprunts que l’on devrait normalement trouver dans le budget de dépenses.

Les prêts accordés aux pays pauvres

La France prête à tour de bras aux pays pauvres et l’état n’ayant pas le moindre sou est obligé d’emprunter aux banques et de se porter garant au cas où ces pays ne peuvent pas payer leurs dettes (ce qui est trés fréquent). Et quand l’état annule la dette, au final c’est le contribuable qui doit mettre la main à la poche. Au total, les créances de la France sur les États étrangers s’élèvent à environ 55 milliards d’euros fin 2011, mais au 31 décembre 2011, environ 19 milliards d’euros de dettes avaient été annulés (voir : La grandeur de la France nous coûte cher).

Les garanties de la Coface

Il y a les garanties de la Coface (Compagnie Française d’Assurance pour le Commerce Extérieur), quand la France vend un TGV au Maroc ou 30 chalutiers au Mozambique, les industriels français, pour être sûr d’être payés, font garantir le paiement par l ‘établissement d’état. Si le Maroc ne peut pas payer le montant des travaux de 2,5 milliards d’euros ou si le Mozambique fait faux bond, ce sera l’état, donc le contribuable qui aura fait de beaux cadeaux à ces pays. (Voir La grandeur de la France nous coûte cher)

Les retraites du public et des régimes spéciaux

Mais là où nos gouvernants nous prennent pour des abrutis, c’est pour les retraites des fonctionnaires et des régimes spéciaux. En effet, l’état met les dettes qui concernent les paiements de retraités du public et des régimes spéciaux dans le hors bilan. Et là pourtant, ce n’est pas une garantie, mais une dépense réelle. Sur le montant du hors bilan de 3.091 milliards d'euros, les retraites s’élèvent à 1679 milliards d’euros (excusez du peu). Si l’on s’en réfère au PIB, les retraites de nos fonctionnaires et assimilés pèsent 82,6 % de la richesse de nos entreprises. La France est le seul état qui ne met pas les retraites de ses fonctionnaires dans le budget de l’état (Peut- être espère t-elle ne pas les payer ou bien les réduire,... comme pour les grecs, non je blague !).

Et ce que personne nous dit, c’est qu’entre 2007 et fin 2012, les engagements de retraite sont passés de 1 091 milliards d’euros à 1 679 milliards d’euros soit une hausse de près de 54 % en 5 ans!

Et ce n’est pas tout sur les retraites.

Qui paye les cotisations de retraite patronale du public ?

En 2008, pendant que l’attention était focalisée sur les mesures prises par le gouvernement Fillon pour rapprocher les taux de cotisation salariales des fonctionnaires de 7,85% vers les 10,55% des salariés du privé (Privé et fonctionnaires seront au même taux en 2020), on masquait au grand public une injustice encore plus flagrante : l’écart entre les taux de cotisation des employeurs.

Dans le privé, le taux de cotisation employeur est actuellement de 15,70% (base 10% + 5,70% pour la tranche A ARRCO) et pour la tranche B (de 13,30% pour les non-cadres et de 13.90% pour les cadres, éventuellement complétée par la tranche C de 20,30%).

En revanche, dans le public, on ne compte pas.

  • Le taux de cotisation employeur à la charge de l’État (c’est à dire de tout les contribuables) est de 74,28% (68,59 % en 2012) pour les personnels civils et à 126,07% (121,55 % en 2012) pour les militaires. L’État est trés généreux avec l’argent du contribuable.
  • Les fonctionnaires territoriaux et hospitaliers ont un taux employeur de seulement 27,3%, mais bon c’est encore nettement au dessus du privé. On ne va pas les plaindre.
  • Et les régimes spéciaux, ils ne sont pas en reste (SNCF 63%, RATP 57%,…).

Autrement dit pour dire simplement, quand un employeur privé débourse un peu plus de 15% pour la caisse de retraite de son salarié, l’État paye entre 3 et 8 fois plus et où trouve t-il l’argent, soit dans les poches des contribuables soit dans celles des générations futures en passant par des emprunts.

On voit bien que Hollande, malgré ses promesses, était obligé de faire un semblant de réforme. Il ne pouvait avouer la vérité. Et ils sont tous complices, gauche, droite, syndicats et médias. Si ça se sait un jour, les moutons du privé risquent de se réveiller.

Cotisations patronales des fonctionnaires

  • Année Civils Militaires
  • 2006 49,90% 100,00%
  • 2007 50,74% 101,05%
  • 2008 55,71% 103,50%
  • 2009 58,47% 108,39%
  • 2010 62,14% 108,63%
  • 2011 65,39% 114,14%
  • 2012 68,59% 121,55%
  • 2013 74,28% 126,07%

Le mécanisme européen de Stabilité (MES)

Ce n’est pas fini, le hors bilan comprend aussi les aides aux pays de la zones euro. Quand un état comme la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne ou l’Italie est en difficulté, le MES qui dispose de près de 80 milliards d'euros de capitaux propres ( dont 27,1% sont financés par l'Allemagne et 20,4% par la France) peut verser une aide aux gouvernements ou bien à des banques. Le MES a décidé aussi d’emprunter jusqu’à 700 milliards pour les mêmes raisons et la France garantit à hauteur 20,4% de l’emprunt. Si l’état ou la banque ne paye pas ou si on efface la dette, la somme passe de garantie à dépenses, c’est aussi simple que cela. D’ores et déjà en un an (décembre 2011 et fin décembre 2012), l’encours de la France est passé de 7,3 Md€ à 58,1 Md€. Dans le même temps, l’engagement est de 126,4 Md€ au titre de la part française au capital appelable du Mécanisme européen de stabilité (MES).

En Allemagne, le Bundestag a limité le montant à 190 milliards d‘euros (en France aucune limitation) et le traité a prévu également un droit de véto à l'Allemagne et à la France. Nous pouvons donc faire confiance à Angéla plutôt qu’à Pépère qui paye sans compter.

Les garanties données aux épargnants

Enfin rentrent également dans les garanties hors bilan, celles données aux épargnants, car savez-vous que l’état pioche dans votre argent. Mais ne vous inquiétez pas vous êtes sur de le retrouver, ... enfin au moins 100 000 euros puisque telle est la garantie de l’état.

Encore que des exemples comme la déconfiture du Crédit Lyonnais, peuvent se renouveller.

Pourquoi la dette est calculée par rapport aux PIB

Comparer la dette de l’état au PIB fait moins peur et, est plutôt rassurant. Enfin, moi, quand j’emprunte, je compare avec mes revenus et pas par rapport à ceux de mes voisins. Il serait bien que les médias alertent l’opinion quant à la vérité de la dette, c’est à dire 4950 milliards de dettes et d’engagements.

Quand on compare la dette avec les recettes annuelles de l’état (298 milliards d’euros), on arrive à un endettement de ..... 1661% ! Mais pour Pépère, tout va bien, il continue comme il a toujours fait en Corrèze.

Avec Hollande et Moscovici aux commandes, il n’y a pas de soucis à se faire, les menteurs de la république nous certifient que tout va bien et que l'endettement de la France va "atteindre un maximum" avant de "décroître", comme le chomage.

Voir les commentaires

Il faut sauver le soldat Dollar !

25 Avril 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Les Banksters

Il faut sauver le soldat Dollar !

Hollande a essayé d’en mettre plein la vue au président chinois XI Jinping en le recevant avec faste au chateau de Versailles, mais son manque de neutralité et sa soumission à la politique des Etats-unis, font que la France n’est pas considérée comme un bon interlocuteur. La seule chose qui intéresse les chinois, c’est faire du commerce et la France, c’est un petit client et un minuscule fournisseur. Non le véritable partenaire de la Chine, c’est l’Allemagne. La preuve, Xi Jinping a frappé un grand coup en matière de diplomatie économique, il a proposé à Angéla Merkel de recréer entre les deux pays une nouvelle « route de la soie », une ligne de chemin de fer entre Duisbourg, le plus grand port intérieur du monde, une plaque tournante du transport de l'Europe et centre de l'industrie de l'acier de la Ruhr en Allemagne et Shangai. Ce projet, s’il se réalise ne va pas être du goût des américains qui ont buté pour trouver un accord commercial avec la Chine. Les Etats-unis risquent aussi de perdre leur hégémonie monétaire, car la Russie, la Chine et les BRICS viennent d’annoncer qu’ils allaient abandonner le dollar comme monnaie d’échange dans leurs transactions commerciales. C’est la réponse du berger à la bergère, Poutine a trouvé un moyen de répondre à Obama et aux sanctions économiques prises par les occidentaux et l’Europe obéissante. Le commerce mondial , grâce au paiement en dollars, est l'un des piliers de la puissance économique de l'Amérique, car elle crée une demande importante pour la devise américaine, ce qui permet aux États-Unis d'accumuler d'énormes dettes à peu de frais. Est-ce la fin d’une devise devenue une monnaie de singe, depuis qu’elle n’est plus indexée sur l’or ?

Depuis le début de la crise en Crimée et en Ukraine, les médias traitent tous du sujet des sanctions contre la Russie. Ils donnent tous la même conclusion, la Russie va être asphixiée économiquement et va devoir lâcher prise. Et si c’était l’inverse, et si l’Ukraine n’ était qu’un prétexte pour Obama pour faire une guerre économique à la Russie en se faisant aider par l’Europe occidentale particulièrement docile en ce moment. Mon avis est que Washington semble enfermé dans une idéologie de sabotage économique, de confrontation et de guerre pour maintenir son hégémonie mondiale défaillante.En effet depuis qu’Obama est à la Maison blanche, de plus en plus de pays montrent des signes d’opposition à la domination américaine. Depuis qu’ils sont devenus « amis », le manque de fermeté de sa majesté Culbuto 1er déteindrait-il sur le président américain? Les écoutes par la NSA dont ont fait l’objet Dilma Roussef et Angela Merkel, la main-mise sur Internet et surtout les sanctions prises par la communauté occidentale contre la Russie à propos de l’Ukraine, font réagir les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) qui préparent une riposte qui risque faire trés mal à l’amérique et indirectement à l’Europe.

Le plan Soros a des ratés

Georges Soros est un milliardaire américain d’origine hongroise qui a fait sa fortune avec l’aide de Rothschild et qui est resté célèbre pour avoir fait sauter la Banque d’Angleterre en 1992. En 1993, il fonde l'Open Society Institute, devenue Open Society Foundations en 2010, dont l'objectif affiché est de mettre son nez dans les démocraties. Il s’est fait une spécialité, intervenir notamment dans les pays de l'ancienne Union soviétique. Il est considéré comme le financier qui a soutenu les mouvements qui ont chassé le président ukrainien en mars dernier. Sa fondation est aussi intervenue en France, en 2009, Soros a financé une étude sur le contrôle au faciès en France menée par des chercheurs du CNRS ! En 2011, il a financé une étude controversée sur des discriminations dont seraient victimes les musulmans de Marseille. En 2012, sa fondation a fait un don de 35 000 euros au Collectif contre l'islamophobie en France.

Ce milliardaire, oligarque et activiste vient de publier un plan pour pousser les Etats-unis à punir la Russie pour ses actions en Crimée et en Ukraine. Il demande à Washington d'ouvrir ses réserves stratégiques de pétrole afin de faire baisser le cours du pétrole brut et nuire à l’économie russe. La Russie, dit-il, a besoin de vendre son baril au prix minimum de 100 dollars pour équilibrer son budget. Ce qu’il oublie c’est que les réserves américaines qui sont de 696 millions de barils ne représentent que 8,42 jours de la production mondiale qui est de 84 millions par jour. La Russie est aujourd’hui le 1er producteur mondial avec environ 10,9 millions de barils de pétrole par jour, de sorte que même si les États-Unis libèrent toute leur réserve,ce ne sera pas très gênant, d’autant qu’avec les stocks de devises que possèdent les russes, une telle démarche s’avèrera totalement inutile.

Attention au retour de baton

La Russie vient de lâcher une bombe, en annonçant que tout son commerce ne se ferait plus en dollars, y compris ses ventes d’hydrocarbures qui seront à l’avenir monnayées en roubles ou dans la monnaie locale de ses partenaires commerciaux. C’est un marché annuel de 1000 milliards de dollars qui vont échapper aux Etats-unis. Ainsi lorsque la France achète du gaz russe, elle est obligé d’acheter des dollars pour payer la facture. Cette méthode est une véritable aubaine pour les Etats-unis qui fabriquent du billet vert à tout va.

Depuis la création de la Fed (Banque centrale américaine), en 1913, les États-Unis ont dévalué le dollar de plus de 95 % et elle a été de 85% depuis qu'ils ont désolidarisé le dollar de l'or en 1973. Comme le disait si bien de Gaulle en parlant des américains : « ils peuvent se permettre d´acheter tout ce qu´ils veulent avec du vent !! Il leur suffit de faire marcher la planche à billet ».

Mais un vent de révolte souffle, les américains risquent de perdre leur suprématie monétaire car la Russie n’est pas seule, avec elle la Chine, le Brésil, l’Inde et l’afrique du sud (BRICS) viennent d’annoncer qu’ils allaient également abandonner le dollar comme monnaie d’échange dans les transactions commerciales. C’est la réponse du berger à la bergère, Poutine a trouvé un moyen de répondre à Obama et aux sanctions économiques prises par les occidentaux et l’Europe obéissante. Le commerce mondial , par son ampleur, est l'un des piliers de la puissance économique de l'Amérique, car il crée une demande importante de devise américaine, ce qui permet aux États-Unis d'accumuler d'énormes dettes sans risque. Et derrière les BRICS, il y a les pays associés (Iran, Mexique, Nigeria, Venezuela, Azerbaïdjan, Argentine, Viêt Nam, Syrie, Turkménistan, Pérou, Ouzbékistan,...) qui envisagent aussi de suivre le mouvement. L’ensemble de ces pays représente aujourd’hui au moins 35 millions de barils jour sur une production mondiale de 84 millions/jour).

La Russie et ses alliés ont de gros atouts

La société Rosneft, le plus gros pétrolier russe a récemment signé une série de gros contrats d’exportations de pétrole vers la Chine ainsi qu’un "accord jumbo" avec l’Inde. Dans ces deux contrats, le dollar est absent.L’Iran est sur le point de vendre à Rosneft 1 demi million de barils de pétrole iranien par jour pour le vendre sur le marché mondial. Il n’est pas sur que les sanctions américaines et européennes, dictées par Obama, soient une bonne idée. Les représailles russe sont déjà génantes pour Washington, mais si d'autres pays producteurs et consommateurs de pétrole décident de suivre l'exemple de la Russie, cela va être trés lourd de conséquences pour l’économie américaine.

D’autre part, Sergueï Glaziev, conseiller de Poutine et Alexei Ulyukaev, le ministre russe de l'économie, viennent d’annoncer que Moscou pourrait liquider toutes ses réserves de change libellées en dollars.

Deux chefs d'états ont essayé de se passer du dollar, Sadam Hussein et Khadafi, on sait ce qu'ils sont devenus. En revanche, là c'est une autre paire de manche avec la Russie et la Chine notamment, qui détient la majorité de la dette américaine.

Chine et Brésil vont exclure le dollar de leurs échanges bilatéraux

Le gouvernement chinois travaille sur «l'internationalisation» du yuan. D’ores et déjà la monnaie chinoise représente 12% des transactions du commerce mondial et ce n’est pas fini. Jusqu'à présent, la Chine avait eu un succès limité, mais avec l’accord qu’il vient de signer avec le Brésil et la taille des échanges, la monnaie chinoise prend de plus en plus d’importance. Les importations de Chine vers le Brésil représentent 45 milliards par an tandis que les exportations du Brésil vers la Chine sont de 36 milliards pour la même période. Il est évident qu'il n'y a pas besoin d'utiliser une monnaie tierce, comme le dollar américain.

Les Chinois préparent un mouvement contre le billet vert?

Le mois dernier, la Chine a ouvert deux centres pour traiter les flux commerciaux en yuans, un à Londres et l'autre à Francfort. La banque centrale chinoise est en train de transformer toutes ses réserves d’or en barres de 1 kg ,ce qui d’après les spécialistes est le signe annonciateur avant d’émettre une nouvelle monnaie "convertible à l’or". La Chine a besoin de donner confiance à ses partenaires commerciaux pour qu’ils acceptent des transactions en yuans. Tous les nouveaux accords commerciaux qu’elle vient de signer avec la Russie, le Japon, le Chili, le Brésil, l’Inde et l’Iran sont traités en Yuans.

Selon le Département du Trésor américain, la Chine est le plus grand propriétaire étranger de bons du Trésor US et elle détient également près de $ 3,5 trillions d’ actifs libellés en dollars (soit 3,5 millions de millards de dollars). C’est le plus gros détenteur de la dette US et les sénateurs américains sont furieux de cette situation.

La Chine cherche à la création d’un «monde de-américanisé " , elle a de nombreux atouts pour cela.

Une nouvelle monnaie pour les BRICS

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) viennent d’annoncer le lancement d’une nouvelle monnaie basée sur l’étalon or. Elle sera composée d’un panier de leurs monnaies locales et sera utilisée pour le commerce international et pour transformer leurs réserves en dollars par cette nouvelle devise. Le remplacement des dettes nationales dans cette nouvelle monnaie devraient recevoir un bon accueil partout dans le monde en raison de sa convertibilité en or. Les BRICS et les états qui voudront les rejoindre ont prévu de créer également un nouveau système de règlement des paiements internationaux, remplaçant les échanges SWIFT et IBAN.

Cette monnaie va briser l’hégémonie de la devise américaine, sans valeur, et aussi la dictature de la BRI (Banque des règlements internationaux), la banque centrale de toutes les banques centrales. La BRI est une entreprise privée appartenant aux Rothschild, par ailleurs propriétaire de 52 banques centrales, dont celles de France, d’Angleterre et des Etats-unis. La BRI, formée en 1930 pour contrôler le système monétaire mondial, est connue pour tenir une demi-douzaine de réunions secrètes par an, en présence de l’élite du monde, afin de décider du sort des pays et des populations. Sa disparition ne serait pas une perte.

La route de la soie entre l’Allemagne et la Chine

Il semble que l’Allemagne soit moins inféodée que la France. Angela Merkel a convaincu les chinois de choisir Francfort plutôt que Paris ou Luxembourg. La Bundesbank vient de signer un accord pour créer un centre de compensation et de règlement pour les paiements de yuans à Francfort. L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la Chine en Europe avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 161 milliards d'euros. Il est évident que ce n'est qu'une question de temps, mais Pékin va pousser les échanges commerciaux entre l'Union européenne et la Chine, du dollar américain vers le yuan chinois. La France avec son super négociateur Hollande a encore raté le coche. Au lieu d’être à la remorque d’Obama, il ferait mieux de prendre l’exemple sur Angela Merkel et de défendre son pays.

L’accord entre la Deustche Bundesbank et la Banque populaire de Chine est la confirmation que les deux pays poussent à se débarrasser du dollar dans le commerce UE-Chine. Mercedes vient d’emprunter 500 millions de yuans sur le marché chinois, d'autres entreprises européennes vont suivre.Tout cela montre que la monnaie chinoise a un bel avenir en Europe, tandis que l'influence du dollar dans le vieux monde disparaît rapidement.

Xi Jinping vient de proposer à l’Allemagne de restaurer l’ancienne « Route de la soie ». Depuis 2011, une petite partie du fret passe par une ligne de chemin de fer de 11 000 kms partant de Shangai pour arriver à Duisbourg (Chongqing-Xinjiang-Duisburg), le plus grand port fluvial au monde en Allemagne. Cette ligne qui dessert l’intérieur de la Chine, traverse le Kazakhstan, la Russie et la Pologne avant d’arriver en Allemagne. Chinois et allemands voudraient dynamiser l’industrie et les échanges le long de cette voie ferrée. Peu utilisée encore, cette voie ferrée permet le transport de containers en 15 jours au lieu de 40 à 50 jours par voie maritime. Le président chinois Xi a rencontré le prince héritier Salman Bin Abdulaziz Al Saud à Pékin et a demandé à l'Arabie saoudite de participer à la construction de cette ceinture économique de la Route de la Soie (elle traverse en effet des pays de confession mulsulmane), de même qu’il a reçu l’accord du Kazakhstan. Pour promotionner cette « route », le président chinois a effectué, depuis sa prise de fonction en mars 2013, de nombreuses visites en Russie, au Turkménistan, au Kazakhstan, en Ouzbékistan et au Kirghizistan. Tous ces pays longent le projet de la Route de la Soie.

Il existe trois centres commerciaux potentiels: Londres, la Suisse et Francfort. Il est clair que les trois plus grands centres financiers européens misent sur l'ascension du yuan et qu’il est clair que le dollar pourrait perdre son statut actuel de la monnaie de réserve mondiale.

Et la France dans tout cela ?

La France a encore loupé le coche. Hollande était pourtant tout fier d’annoncer une pluie de contrats pour 18 milliards d’euros lors de la visite du président chinois à Paris. Pas autant de contrats pour les Allemands... Pas besoin, les BMW et autres Mercedes se vendent très bien en Chine! Les échanges commerciaux entre l’Allemagne et la chine ont atteint l'an passé 161,5 milliards de dollars, ce équivaut au total du commerce du Royaume-Uni, de la France et l'Italie réunis avec la Chine.

Hollande et sa clique sont plus fort que les allemands, surtout en Com. La France vend à la Chine environ quatre fois moins de produits que l'Allemagne et surtout accuse un déficit de 26 milliards d'euros. On estime à 500.000 le nombre d'emplois créés en Chine grâce aux investissements français, contre seulement 15.000 en France grâce aux investissements chinois. Culbuto vient de négocier pour 18 Milliards de contrats, mais combien d'emplois créés en France?

Le contrat PSA Donfeng est une mascarade, il prévoit que l'Etat et le constructeur chinois déboursent chacun 800 millions d'euros. Cette somme de 800 millions de l'état français va permettre de créer des lignes de fabrication en Chine, mais pas en France, donc des emplois chinois sponsorisés par les contribuables français

Quant aux 70 Airbus pour 10 milliards de dollars, ils seront intégralement fabriqués dans l'usine chinoise Aviation Industry Corporation of China (AVIC), même chose pour les 1000 hélicoptères d'Airbus Helicopters qui seront fabriqués chez Avicopter (division hélicoptères du groupe AVIC). En plus, cela ne concerne que trés peu la France puisqu'Airbus est un consortium européen.

Pour Fabius la visite du président Xi Jinping en France a été extrêmement réussie: « elle a été retransmise sur toutes les télévisions chinoises, ce fut un succès tout à fait incroyable. Cela jouera sur un effet d'entraînement colossal. Il y a des choses à faire, notamment en Inde, au Brésil et dans tous ces grands pays ».

Il n’y a pas de quoi pavoiser, Hollande s’est approprié les contrats Airbus (une entreprise européenne) qui n’apporte rien à notre pays. On déroule le tapis rouge aux chinois parce qu’on est content de créer des emplois en Chine. Un bon contrat pour la Chine, des miettes et du chômage pour la France.

Si les saoudiens s’y mettent, c’est la fin des haricots

Le prince Bandar bin Sultan, chef du renseignement saoudien, avait offert de payer à Washington toutes les dépenses engagées de l'intervention contre la Syrie. Les saoudiens ont montré leur colère à Obama. Ils avaient poussé les américains à intervenir en Syrie, le guerrier français Culbuto était pourtant gonflé à bloc, mais voilà que les américains à trop réfléchir ont ouvert la voie à une négociation lancée par Poutine. Les saoudiens en veulent beaucoup aux américains. Il ne faut pas oublier que le dollar américain doit son statut privilégié dans le système financier mondial grâce aux producteurs de pétrole du Golfe persique qui vendent leur pétrole contre le billet vert et ensuite recyclent le produit en achetant des obligations du Trésor américain, c’est ce que l’on appelle les «pétrodollars».

L’attitude des américains en Syrie va peut-être être le début de la fin de l'ère des «pétrodollars» à en croire les dernières déclarations de la Maison des Saoud. Les Saoudiens ont une certaine influence économique et pourraient paralyser les finances des États-Unis. La plupart des avoirs étrangers de la banque centrale saoudienne sont en dollars et beaucoup en obligations du Trésor américain . Les saoudiens ont l’intention de diversifier leurs réserves de devises et d’investir davantage dans des actifs chinois et européens. L’Arabie saoudite va donc se débarrasser d’une partie de ses dollars. Leur diversification va se faire lentement, mais si à terme les «pétrodollars» disparaissent du commerce mondial du pétrole, le dollar est susceptible de perdre son statut de principale monnaie du monde.

La fin de l’hégémonie du dollar ?

La zone €uro, à la botte des Etats Unis, n’est jamais parvenue à imposer sa monnaie de manière significative. Le poids récemment acquis par la Chine donne une crédibilité à sa politique monétaire, et la Russie a tout à fait intérêt à prendre le train qui démarre. Il n’est pas sur que le pari de Poutine et de Xi Jinping réussisse, mais en tout cas c’est une brèche importante dans la monnaie américaine. L’ Union Européenne a t-elle choisie le bon camp en défendant le dollar, je crains fort qu’elle ne soit la cocue dans l’histoire.

Pourquoi s’offusquer d’une telle décision ? Pour quelle raison le dollar serait l’unique monnaie pour le commerce mondial. Chaque pays a bien le droit de se faire régler ses exportations dans la devise de son choix.

Les américains sont persuadés que leur politique monétaire égoïste ne doit pas être modifié pour des raisons de stabilité économique mondiale. Pourtant la crise des Subprimes de 2008 est bien partie de chez eux. Les pays émergents ont des moyens de forcer les États-Unis de prendre en compte leurs intérêts, par exemple, le gouvernement américain ne doit pas oublier que les pays émergents détiennent d'énormes portefeuilles de bons du Trésor des États-Unis. Le yuan gagne en popularité et pourrait devenir une nouvelle monnaie de réserve mondiale. En 2010, il n'y avait pratiquement pas de transactions en yuan dans le commerce mondial, aujourd’hui c’est plus de 12% des transactions internationales.

Actuellement le Brésil est en tête de ligne pour briser l’hégémonie sur Internet (Conférence de Sao Paulo), les autres pays des BRICS sont en train de dé- américanisé le monde en un nouvel ordre mondial. Ce n’est pas celui dont les illuminati révaient.

Ainsi le pouvoir mondial va peut- être changer de mains: de la puissance des Illuminati basée sur la haute finance à celle des Triades Chinoises ,basée sur le crime organisé!

D’un marchand d’esclaves à un autre !

Et si demain le monde est dirigé par la Chine, la Russie et l’Iran ?

Et si tout simplement, cette guerre financière, qui ne répand aucune goutte de sang, nous amenait à nous libérer des griffes de la dépendance des États-Unis et de l’OTAN et débouchait sur un nouveau système « la renaissance des États souverains ».

Voir les commentaires

Faut-il supprimer la Banque de France ?

7 Février 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Les Banksters

Faut-il supprimer la Banque de France ?

Que devient la Banque de France avec ses 13 000 employés ? Elle se fait oublier, depuis que tout est géré par la BCE (Banque de la Communauté Européenne) et surtout depuis qu’un rapport publié en mars 2005 mettait en avant un sur-effectif surqualifié employé à des missions réduites et bénéficiant d’avantages statutaires odieux. On pensait que cette institution bicentenaire n’existait plus, et bien non, le Bitcoin l’a réveillé en décembre dernier. Il faut bien que ces messieurs se montrent de temps en temps pour justifier leurs salaires et conserver leur patrimoine de 288 immeubles pour la plupart somptueux. La Banque de France est farouchement opposée à l’utilisation de la monnaie virtuelle en France alors qu’aux USA et dans d’autres états, le Bitcoin est de plus en plus perçu comme une opportunité.

Les américains ont trés vite compris les nombreux avantages du Bitcoin (Voir : Le Bit-quoi ? Le Bitcoin). Cet outil technologique, au même titre que l’email a révolutionné l’envoi de courrier, va bouleverser les transferts d’argent dans le monde. A tel point que les américains disent aujourd’hui « In bitcoin we trust ». La monnaie numérique, contrairement aux billets de banque, est traçable d'un bout à l'autre de la chaîne des paiements : elle est infalsifiable et impossible à voler. Elle n'a pas besoin de banques centrales, ni d'intermédiaires financiers à payer grassement pour exister. Et c’est bien ce qui gêne notre antique « Banque de France » qui pourrait bien disparaitre si les crypto-monnaies remplaçaient nos vieilles monnaies nationales.

Quelle économie

La monnaie numérique passe les frontières sans frais. Rendez-vous compte aujourd’hui ce que coûtent les monnaies. Si les états adoptaient des monnaies telles que le bitcoin, ce sont des coûts qui disparaitraient tels que celui du fonctionnement du marché mondial des changes (4.000 milliards de dollars échangés quotidiennement) ; celui de la fraude fiscale (2.000 milliards de dollars par an pour l'Union européenne ; des frais des banques ( gestion et tenue de compte) ; du coût des malversations sur les cartes de crédit (450 millions d'euros pour la France seulement en 2012) et enfin, des frais de fabrication, de gestion et de destruction de ces monnaies métalliques ou de papier, sans oublier chèque, relevés de comptes, etc...

Si la monnaie numérique est acceptée aux Etats-Unis, que peut faire la France ?

Rien du tout, notre pays ne rayonne plus comme au temps de Louis XIV. Benjamin Lawsky est Super-intendent des services financiers de l'Etat de New York. Il est connu pour avoir notamment fait condamner une banque britannique pour trafic de blanchiment d'argent avec l'Iran. Ce n’est pas un type à prendre des décisions inconsidérées, pourtant Il a organisé une série de consultations sur le Bitcoin en s’appuyant autant sur les détracteurs comme le rapport de la Banque de France, mais aussi en auditionnant les partisans.

Il a rencontré des dizaines de professionnels (entrepreneurs, capital-investisseurs, professeurs à Stanford et Princeton, leaders sur cette nouvelle technologie), compulsé des milliers de pages de documentation technique sur le bitcoin et sa conclusion est tombée la semaine dernière : « Potential wonderful benefits » (avantages potentiellement merveilleux). En indiquant que les avantages des monnaies virtuelles dépassaient largement leurs inconvénients, il a rajouté qu’il faut que tout le monde se mette vite au travail (régulateurs, entrepreneurs et consommateurs) pour définir des règles. Et, a t-il rajouté : « à New York et aux Etats-Unis en particulier ».

La Banque de France n’en veut pas

Face à cette révolution technologique, la France va t-elle rester à l'écart du monde derrière sa ligne Maginot, ou chercher à comprendre et en tirer tous les avantages.

La Banque de France n’en prend pas le chemin. Elle a divulgué un rapport en décembre dernier sur lequel sur 6 pages, elle ne met en avant que les mots « dangers » (cité 19 fois), « risques » (cité 12 fois) et « absences de garanties » (cité 9 fois) de cette monnaie. Ont-ils réellement étudié ce qu’est le Bitcoin ? Certes non, à lire leur rapport, ils ont peur que les monnaies virtuelles mettent à mal, voire fasse disparaitre leur institution.

Mais au fait, à quoi sert la Banque de France depuis que le rôle de battre la monnaie a été transféré à Francfort. Quel est son rôle dans notre République? Qui se pose quelquefois cette question, pour la Banque de France, comme pour toute une série de "machins", Hautes Autorités et autres commissions et Comités Théodule?

La Banque de France me parait plutôt une belle endormie coûteuse. Elle et ses 13000 collaborateurs ronronnent tranquillement et font surtout de la présence à prix d'or dans leurs vastes locaux, aux frais de la collectivité.

Depuis 2005, la Cour des comptes réitère les mêmes demandes mais sans succès, modération des salaires qui augmentent plus vite que dans la fonction publique, non remplacement de deux partants à la retraite sur trois, supprimer le recours à des prestataires externes en forte augmentation chaque année. Réduction du nombre d’agences de la Banque de France, forte réduction du budget des actions sociales et culturelles pour le personnel.

L’avenir est certainement aux monnaies numériques

Les monnaies numériques telles que le Bitcoin vont révolutionner le monde tout comme internet et les emails dans les années 90. Personne ne pouvait alors imaginer ce que deviendrait Internet et il en est de même pour le bitcoin qui, en dehors d’être une monnaie, est surtout un protocole sur lequel vont se greffer progressivement beaucoup d’innovations dont nous n’avons même pas encore conscience.

Il faut que l’Union Européenne réagisse et ne se retrouve pas à la traîne dans cette course. Les premiers états qui auront intégré les monnaies numériques seront sans doute les principaux acteurs de demain.

La France montre encore une fois son manque d'esprit d'entreprise (Merci à nos élites !).

Encadré :

Manipulation des changes : le dernier scandale en date

Le régulateur des services financiers de New York viennent d’épingler une douzaine de banques sur des manipulations du marché des changes. Parmi elles la Société Générale, la Deutsche Bank, Goldman Sachs, Barclays et Crédit Suisse. Ces banques auraient manipuler les cours sur le marché des changes (Foreign Exchange ou Forex) ces dernières années depuis la crise financière de 2008. Ces manipulations se seraient concentrées principalement sur les devises mineures scandinaves ou latino-américaines, plus facilement manipulables et moins repérables que les principales parités (euro-dollar, yen-dollar…). Ces banques auraient profité d’informations fournies par les ordres d’achat/vente de clients pour s’enrichir eux-mêmes. Ils auraient donc agi de connivence au mépris des lois de libre-concurrence, de la législation anti-trust américaine et européenne.

Quand on vous dit qu’il faut avoir confiance dans les banques. Affaire à suivre.

Voir les commentaires

Il faut rendre aux Rothschild ce qui leur appartient : la dette… Et aux français : leur or !

1 Mai 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Banksters

Il faut rendre aux Rothschild ce qui leur appartient : la dette… Et aux français : leur or !

Encore un mensonge de Hollande, il devait s’attaquer à la finance en séparant les banques d’affaires et de dépôts notamment. Depuis, notre apprenti président a été pris en main et briefé par la finance et par Obama, qui l’a mis à sa botte. En tout cas il a bien retenu la leçon car depuis 2 ans, on ne peut pas dire qu’il ait baissé les dépenses publiques. Tiens un exemple, Manolo le catalan veut baisser les dépenses publiques en prenant l’argent dans les poches des plus pauvres avec son plan de réduction de 50 milliards d’euros en 3 ans. Et bien au même moment, l’INSEE nous apprend que sur la seule année 2012, les collectivités locales ont embauché 31 000 fonctionnaires de plus. Motus Sur 2013, aucun chiffre n’est divulgué, sans doute sont-ils pires. Selon la Cour des comptes un fonctionnaire coûte 3,5 millions d’euros (salaires+retraite), les collectivités locales viennent donc d’engager allègrement pour 108 milliards d’euros de dépenses (Voir : Il n’y a pas qu’Hollande qui doit maigrir) . Hollande n’a aucun intérêt à faire baisser les dépenses publiques pour deux raisons, d’abord c’est à coup sûr un électeur de plus pour le PS, mais surtout, si l’état français était dans les clous, il n’aurait pas besoin d’emprunter et les banques ont plutôt intérêt à ce que le budget soit déficitaire, c’est leur gagne-pain de prêter . Depuis janvier 1973, la loi appelée Rothschild a imposé à la Banque de France de ne plus prêter à l’état, depuis cette date l’état doit emprunter avec intérêts auprès des banques privées. Si cette loi de 73 n’avait pas été adoptée par nos politicards, la France n’aurait pas de dettes et ne paierait pas tous les ans 45 milliards d’intérêts qui aujourd’hui se cumulent à près de 2000 milliards payés aux banquiers privés.

C’est sous la présidence de Georges Pompidou, ex-Directeur de la banque Rothschild, en janvier 1973, que la loi «Pompidou-Giscard-Mesmer » encore appelée « loi Rothschild », fût votée. Auparavant l’état français pouvait emprunter à la Banque de France sans intérêts et même ne pas rembourser le capital, car la Banque de France fabriquait du franc lorsque l’état en avait besoin. A partir de cette date, les prêts à l’état ont été assortis d’intérêts pour plus de 45 milliards € par an en moyenne. Michel Rocard déclarait fin décembre 2012 sur Europe1 que, sans cette loi, notre dette serait à un niveau « bénin » (« 16 ou 17 % du PIB »). C’est cette loi qui est directement responsable du « service de la dette » et qui va nous mener dans le mur si nous ne réagissons pas .

Comment sommes-nous arrivés à cette situation ?

Avant 1936, la Banque de France appartenait à 200 familles de banquiers et d’industriels dont les plus connus étaient les Familles Lazard (Banque), Louis-Dreyfus (Négoce de grains), Rothschild (Banque), Schlumberger (Industrie), Schneider (Industrie), Stern (Banque), Vernes (Banque), Wendel (Industrie) et Worms (Banque, Armement naval).

A partir du Front Populaire en 1936, la loi remplace le Conseil de régence qui était auparavant désigné par les actionnaires privés, par des représentants de l’État. Sentant certainement le vent tourner, l’or de la Banque de France fut évacué à partir de 1932 jusqu’à 1940 en grande partie vers les coffres de la Réserve Fédérale (FED) aux US. Ces transferts se firent sans que l’état français soit mis au courant. Quant on sait qui possède la Fed (Les Rothschild en détiennent 53%, Les Frères Lazard (Eugene Mayer), Israel Sieff, La Compagnie Kuhn Loeb, La Compagnie Warburg, Les Frères Lehman, Goldman Sachs, La Famille Rockefeller et J. P. Morgan), on comprend mieux où est partie l’argent des français.

Avant 36, la banque était au dessus de l’Etat, elle était privée et si elle jugeait qu’il ne fallait pas financer tel ou tel projet, elle pouvait s’y opposer. Ce scandale va durer de sa création par Napoléon jusqu’au Front populaire. Ces 200 familles pesaient sur le système fiscal, les transports, le crédit, elles contrôlaient la presse, comme encore de nos jours. Le gouvernement de la France ne gouvernait rien, c’était la Banque de France (avec ses banquiers et ses industriels) qui gouvernait le gouvernement.

Les banquiers privés, les industriels, notamment ceux de la sidérurgie, vont s’opposer au Front Populaire en favorisant l’effort de guerre allemand. Ils vont soutenir financièrement l’Allemagne Nazi en leur vendant de l’acier pour les canons, de l’aluminium pour les avions etc….

C’est finalement le Général de gaulle qui nationalisa en 1945 la Banque de France. Il fallait reconstruire la France, la Banque de France prêtait à l’état sans frais. C’est l’après guerre, la période des 30 glorieuses, il n’y a pas de dette publique, la France se finance quand elle le veut pour reconstruire le pays et sans intérêts.Il n’y a pas de chômage parce que l’Etat pouvait émettre la monnaie nécessaire pour payer les travailleurs. Aujourd’hui, il y aurait du travail, mais ce sont les finances qui manquent, résultat 10 à 15% de chômage.

1973, la fin des 30 glorieuses

On nous a expliqué que 1973 a été marquée par le choc pétrolier, mais en fait, c’est surtout l’année où la finance fait main-basse sur nos dirigeants. Avant cette date, la France n’avait pas de dette, à partir de là tout va changer. Les statuts de la Banque de France sont modifiés par la Loi n°73-7 du 3 janvier 1973, signée par Pompidou, Messmer et Giscard d’Estaing. L’article 25 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts. Il ne faut pas chercher très loin pour quelle raison cette loi a été adoptée. De Gaulle est décédé depuis 3 ans et Pompidou qui l’a remplacé à la tête de l’état est l’ancien directeur de la banque Rotschild et il en était toujours le valet.

Le 22 juillet 1981, 45 députés, dont Pierre Messmer, l’ancien 1er ministre de Pompidou (sans doute a t-il des remords!), ont déposé un projet de Loi pour permettre à la République d’emprunter sans intérêts dans le cadre de ses investissements économiques. La gauche alors au pouvoir a refusé de voter.

Le début de la dette

L’accroissement sans fond de la dette publique trouve son origine précisément en 1973. Alors qu’il n’y avait pas de dette début 1974, à la fin 1979, elle était déjà de 239 milliards d’euros. A fin 2008, elle s’établit à 1327 milliards d’euros, ainsi entre 1979 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros. Sur cette dette de 1327 milliards d’euros, 1306 milliards d’euros sont des intérêts. Si nous avions continué à créer notre monnaie la dette publique serait quasiment inexistante, 21 milliards. Aujourd’hui, nous sommes à prés de 2000 milliards.

Depuis, cet article 25 de la loi de 1973 a été abrogé et remplacé dans le traité de Maastricht en 1992, (l’article 104 du Traité de Maastricht interdit aux États d’emprunter auprès de leurs banque centrales). Avec le traité de Lisbonne, cette loi (devenue l’article 123 du traité de Lisbonne) est passée carrément au niveau constitutionnel de l’Europe. Pour en sortir, c’est impossible sans l’accord unanime des 28 membres. Bien qu’elle ait changé de nom et de numéro, il s’agit toujours de la même loi d’origine française Rothschild !

Actuellement, la Grèce emprunte à des taux de 5% à 8% ! Si la Grèce sortait de l’Euro et de l’Europe, et recouvrait son droit de battre monnaie, elle s’emprunterait à elle-même à 0% et n’aurait plus de problème de remboursement de sa dette.

Quand on entend les allemands rechigner à prêter à la Grèce à 5% de l’argent qu’elle emprunte elle-même à 1,5%.

Aucun pays ne peut échapper à cela. Si la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie et bientôt la France sont aussi endettés, c’est parce que nos politiques ont voté des textes qu’on nous a dissimulé.

Depuis 40 ans, on doit se serrer la ceinture, non pas pour financer les services publics de demain, mais pour couvrir les intérêts de la dette (+ de 45 milliards par an) et les versements à l’UE (20 milliards par an), Aujourd’hui, 80 % de l’impôt sur le revenu (40 milliards d’euros par an) ne sert qu’à payer les banquiers privés. Cette somme est le deuxième budget de l’État après l’Éducation Nationale, c’est l’équivalent de 240 airbus A350, ou de 3 porte-avions "Charles de Gaulle.

Ce système a des implications désastreuses, il interdit toute possibilité de chantier public de grande ampleur, et ainsi de résorber le chômage et Hollande sait bien tout cela.

Les banques privées ont tous les droits

A Dublin, le gouvernement irlandais a vidé les fonds de retraites, sous la pression de la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) pour payer les dettes de ses banques. Autre exemple, en janvier 2012, Merkel et Sarkozy étaient accompagnés de Pébereau pour BNP Paribas et Ackermann pour Deutsche Bank, pour négocier le remboursement de la dette grecque avec le gouvernement d’Athènes. Ces deux banques étant les principaux détenteurs de la dette, l’Europe leur a confié la négociation de la destruction de la société grecque. Il ne faut pas s’étonner qu’en France l’article 60 du projet de loi de finances 2014 prévoit l'amnistie généralisée du secteur bancaire en interdisant aux collectivités locales de porter plainte contre les banques qui leur ont vendu des actifs pourris ?

La BNP Paribas a un bilan de 2000 milliards, supérieur au PIB français. Pas étonnant qu’elle puisse exercer un chantage sur l’état français. Au moindre signe de faiblesse, les banquiers font appel à l’état. La France n’a pas les moyens d’adsorber la faillite d’un tel monstre si cela devait arriver ; on demande donc aux contribuables d’assumer les pertes quand ces banksters jouent avec notre argent. L’état se pose en paravent sur tout ce qui peut nuire aux intérêts des banques. Car si elles meurent, nous mourrons tous avec elles.

Mais le bouleversement de cette loi de 73 est que ce sont les banques privées qui créent la monnaie. Elles ont le droit par simple inscription d’une créance en actif et un dépôt au nom du bénéficiaire au passif de créer de la monnaie. C’est ce qui a fait dire au prix Nobel d’économie, Maurice Allais, « que les banquiers font du faux-monnayage ». «La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents »

Et pour couronner le tout, ce bon Raymond Barre en 1976, sans aucune justification économique, a pondu une loi qui a permis aux banques d’augmenter leur taux d’intérêt au-delà du taux de l’inflation.

Ces banquiers font l’histoire

C’est étonnant de constater que l’histoire récente ou actuelle est trés liée aux décisions de ces oligarques de la finance. En 1917, Rothschild finança Lénine pour renverser la Monarchie Russe pour établir le communisme. La dépendance financière de la Russie envers les financiers Rothschild vient de s’éteindre depuis que Poutine a fini de solder la dette russe en 2006. Les Rothschild ont essayé de s’accaparer la banque de Russie, mais Poutine les a expulsé du pays. En réponse aux sanctions occidentales, Wladimir Poutine vient de décider de ne plus utiliser le dollar comme monnaie d’échange (Voir : Il faut sauver le soldat Dollar !) dans le commerce international et la Douma vient d’approuver la semaine dernière, la création d’une carte bancaire en remplacement des cartes américaines Visa et Mastercard qui représentent 90% des transactions.

Rothschild et son influence sur "Rhode scholars" (l’équivalent de notre ENA) n’est certainement pas étranger à la confrontation actuelle de l’OTAN avec la Russie.

En 2000, huit pays n’avaient pas de Banque Centrale appartenant aux Rothschild : Ils s’agissait de : l’Afghanistan, la Russie, l’Irak, le Soudan, la Libye, Cuba, la Corée du Nord et de l’Iran

Après les représailles suite à l’attentat du 11 septembre 2001, l’Irak et l’Afghanistan ont été ajoutés à la liste des Banques Centrales Rothschild. Ensuite, les américains, avec l’aide de leurs alliés, s’en sont pris à Khadafi, qui oh sacrilège avait le projet de créer une monnaie basée sur l’or. Khadafi n’était pas encore mort, que les «rebelles libyens» armés par l’occident avaient déjà eu le temps d’établir une nouvelle Banque Centrale à Benghazi et une nouvelle compagnie pétrolière nationale. (Voir : Comment Obama va couillonner Hollande et l’Europe)

L’Irak, l’Afghanistan et la Libye ayant été correctement réprimés, le Soudan rentré dans le bercail tout seul, il reste à la Russie, Cuba, la Corée du Nord et l’Iran à rentrer dans le rang.

Voilà qui explique les évènements de ces 10 dernières années, mais dans la file d’attente, il y a un coriace, l’ours soviétique, sur lequel les Etats-unis risquent de se casser les dents. Culbuto est bien venu à la rescousse en envoyant 4 Rafales en Pologne. Mais ce n’est pas cela qui va impressionner les russes, à moins que ce soit dans le but que les polonais passent une commande.

La méthode Rothschild

La première banque centrale reprise par la famille Rothschild fut la Banque d’Angleterre. Depuis, ils ont étendu leur contrôle bancaire dans la plupart des pays du monde. Leur méthode est que les politiciens corrompus acceptent des prêts massifs, que le pays ne peut plus jamais rembourser et surtout qu’ils s’endettent auprès des banques du groupe Rothschild .Quand un dirigeant refuse, il est mis sur la touche ou quelquefois assassiné comme Ben Ali, Mouammar Kadhafi ou Hosni Moubarak récemment. Dans le cas ou l’opération échoue, on pratique l’invasion comme en Syrie où une banque Rothschild est établie.

Les Rothschild contrôlent aussi la Réserve Fédérale, la Banque centrale européenne (BCE), le FMI, la Banque mondiale (BM) et la Banque des Règlements Internationaux (BRI). Ils possèdent la plus grande partie de l’or dans le monde ainsi que le London Gold Exchange, qui fixe le prix de l’or chaque jour.

Quand je serai grand, je serai banquier…

la Banque centrale Européenne n’a pas le droit de prêter de l’argent aux états, mais elle prête aux banques privées au taux de 1%. Ensuite, ces mêmes banques privées prêtent aux états à un taux supérieur et empochent la différence. La Grèce empruntent à 5% et si la banque n’a plus confiance, la BCE, lui rachète la dette grecque au même taux de 5%, c’est ça le commerce.

Sur un prêt de 1 milliard d’euros, la banque a gagné environ 40 millions sans rien faire d’autre que d’échanger deux bouts de papier, sans avoir investi quoique ce soit, ni pris le moindre risque.

Finalement, c’est fastoche d’être banquier !

Ou est l’or des français et qui contrôle notre or ?

En 1968, Giscard d’Estaing, alors ministre des finances du Général de Gaulle, était parvenu à dissuader le président qui voulait rapatrier le stock d'or appartenant à la France des États-Unis. Cette phrase m’a interloqué, comment expliquer que cet or placé en 1940 par Rothschild dans les coffres de la FED américaine, pour le protéger de la convoitise des allemands, ne soit toujours pas revenu en France plus de 20 ans après la fin de la guerre. Entre 1932 et 1940, 2700 tonnes d’or avaient été transportées sans que l’état français le sache, vers les Etats-unis (la plus grosse partie) et une autre partie en Afrique (Thies Sénégal).

Combien de tonnes d’or sont dans les coffres de la Banque de France ? A t-elle récupéré aujourd’hui l’or de la FED et d’Afrique ? L’or est-il sous le le contrôle de l’état ? Il y a de quoi s’inquiéter devant ce flou qui entoure l’or des français. Il ne faut pas, un peu comme le client d’une banque, ne pas se soucier de savoir où sont ses avoirs. Tant qu’on a la confiance, oui mais la confiance, j’aurais plutôt tendance à la perdre. Idem, pour les lingots et les bijoux placés dans votre coffre, le jour où la banque dépose le bilan, il vous sera impossible de le faire ouvrir.

Rien ne peut certifier à 100% qu’en cas d’un effondrement monétaire de la zone euro, "l’or des français" se trouvent toujours dans les coffres de la Banque de France, ni même sur le territoire. Qui dit que cet or (estimé à 2400T en 2011) n’a pas été versé en garantie de la dette aux banques privées?

L’exemple de l’Irlande

En 2008, les banquiers islandais ont joué avec l’argent de leurs clients aux subprimes et ont totalisé une perte de 85 milliards de dollars. Comparé à la France, cela représente une perte de 13 300 milliards d’euros. Alors que la Grèce agonise sous le dictat de la communauté financière internationale, les islandais sont descendus dans la rue. Résultat le 1er ministre de l’époque et les banquiers véreux se sont tous retrouvés au tribunal. Chez nous, les banquiers sont automatiquement absous de toute responsabilité et même on leur maintient, en cas de faillite, la tête hors de l’eau avec l’argent du contribuable.

300 responsables, dont les directeurs généraux des 3 principales banques d’Islande, attendent d être jugés ainsi que l’ex-premier ministre. Un contraste avec ce qui se passe aux Etats-Unis ou pas un seul responsable financier de haut niveau impliqué dans le scandale des millions de prêts hypothécaires frelatés n’a fait l’objet de poursuites pénales.

Le nouveau gouvernement islandais a demandé aux banques locales de passer en pertes, l’intégralité de la partie de leur créance dépassant 110% de la valeur des biens immobiliers financés. Histoire de leur apprendre que le mot subprime est intraduisible dans le jargon islandais. En Juin 2010, la Cour Suprême islandaise a décidé que les prêts indexés sur des devises étrangères étaient tout simplement illégaux. Les banquiers du pays se sont assis sur l’équivalent de 13% du PIB du pays.

L’Islande a connu une baisse de 6,7% du PIB en 2009, mais depuis 2010 le pays a retrouvé la croissance, 2,9% en 2010 et 2,4% en 2012 et en 2013. Nettement mieux que les prévisions les plus optimistes sur la zone Euro qui peinent à s’engager sur un chiffre supérieur à 0,2% en 2012.

On comprend pourquoi les islandais rechignent à rejoindre l’Union Européenne.

Gare aux moutons !

Les deux fois ou la Banque de France fut sous le contrôle du peuple, le chômage à reculé et les hommes se sont épanouis. Rappelez-vous, le Front Populaire a créé les congés payés, la semaine de 48 heures, un jour de congé par semaine,..., puis de 1945 à 1973, les fameuses trente glorieuses.

Contrairement à ce que l’on nous rabâche, la dette n’est pas une fatalité mais un choix politique fait dans notre dos. Nous payons depuis 40 ans des milliards au profit des financiers privés. La France, ne peut plus rembourser sa dette, ni financer sa politique sans emprunter aux banques et s’endetter à l’infini. Aujourd’hui, elle ne peut que verser des intérêts. La Russie s’est sortie de l’emprise des financiers en remboursant l’intégralité de sa dette, la France n’en a plus les moyens. Aujourd’hui, les politiques engagent des politiques d’austérité et des baisses de dépenses publiques, seul moyen de retarder la banqueroute de l’Etat.

Pour s’en sortir, il n’y a que deux solutions :

  • Soit que les états puissent se financer sans intérêt auprès de la BCE. Il faut revoir les critères de Maastricht. Cela suppose une décision à l’unanimité des états. Autant dire qu’au niveau européen, une telle clause est pratiquement impossible.
  • L’autre solution est de sortir des Traités de Maastricht et de Lisbonne, c’est-à-dire quitter l’euro et revenir au franc et abroger la loi de 1973 en redonnant à la Banque de France le pouvoir de création monétaire, et de faire des versements non remboursables au Trésor Public.
  • Y a bien une autre solution, c’est de suivre les conseils d’Eric Cantona.

Il reste un point important. Pendant la campagne présidentielle, Hollande, dans son combat avec le milieu de la finance avait décidé de casser la loi Delors de 1984 qui autorisa la fusion des banques de dépôt et des banques d’affaires. Cette loi permet donc aux banques d’affaires de jouer au « casino » en utilisant l’argent des déposants. En cas de crise comme dernièrement, c’est l’état qui est dans l’obligation de renflouer les banques mafieuses.

Les français travaillent plus de 7 mois de l’année pour alimenter le système fiscal qui graisse la patte aux usuriers. Rassurez-vous, les 5 derniers mois vous sont offerts !

"Pire qu’esclave est l’esclave qui s’ignore". Disait Aristote

J’ai toujours cru que mon destin était entre mes mains, mais j’ai découvert que je suis un esclave, que la sueur de mon front, que mes impôts vont directement dans les poches de Goldman Sachs, Rockefeller, Lehman, Lazard, Morgan, Rothschild, Franc-Maçon, Bilderberg Group, FMI, BCE, OCDE, OMC, CIA, NSA ……, qu’ après 40 ans de trahison et de mauvaise gestion, nos dirigeants veulent nous faire payer l’addition ! Gare aux moutons, car un jour, ils vont se révolter.

Il faut retrouver un homme politique de la carrure de de Gaulle. Pendant la période des 30 glorieuses, Rothschild et sa bande n’ont pas osé s’attaquer à ce monument.

Voir les commentaires

Nostradamou voit-il la France sortir de l’Euro ?

9 Mai 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Nostradamou voit-il la France sortir de l’Euro ?

Hollande est dans sa phase mystique,il a eu sa phase amoureuse, sa phase guerrière et maintenant sa phase l’ami financier. Que nous réserve-t-il encore? Va t’il un jour se mettre au travail au lieu de rêver? C’est l’homme des inversions et des retournements cycliques. Il attend que l’économie s’améliore à l’étranger pour ramasser quelques miettes. Ce n'est pas un président mais un miroir aux alouettes! Il est à la botte d’Obama et de Merkel, qui lui disent ce qu'il faut faire (sur l'Ukraine, sur les accords commerciaux USA-UE, sur les déficits etc etc...). Hollande n'a aucun souci car c'est un exécutant. La vie est tranquille à l'Elysée. Mais il s ‘ennuie, alors pour faire parler de lui, pris d’inspirations soudaines, il nous sort ses banalités divinatoires : "la reprise est là", "tout va s'arranger", "je sens un frémissement". Cette semaine le menteur professionnel a choisi la radio pour nous annoncer sa nouvelle vision : le RETOURNEMENT ÉCONOMIQUE ... Pour ceux qui n’aurait pas compris, il s’agit du retournement de nos poches pour payer son pacte de solidarité qui n’est toujours pas financé. Notre divin Nostradamou ne voit la prochaine raclée du PS, il se désintéresse des élections européennes, pourtant, c’est peut- être de là que va venir le retournement, mais pas celui qu’il espère. Que ce soit en France avec le FN, en Italie, avec le parti de Beppe Grillo ou le Vlams belge, de nombreux partis en Europe veulent sortir de l’Euro pour ne plus être sous la coupe de la finance internationale. Et cette fois-ci, ces partis souverainistes ont des chances d’arriver en tête lors de ces élections européennes.

Dommage, j’ai raté l’illusionniste

Y pas à dire, il est formidable notre président, une chômeuse interpelle Hollande à la télé, et dans l'heure qui suit, Pôle emploi lui propose du boulot. Voilà une bonne nouvelle pour elle, et les autres alors ?... et bien qu’ils passent à la téloche, si tu tapes la bonne personne, si tu acceptes de faire le show à la télé, t'as gagné, sinon, tu crèves. C'est ça la république exemplaire de Culbuto. En tout cas, s’il a plus de boulot en 2017 notre Hollandouille, lui qui aime tant les chômeurs, il pourra bosser à pôle emploi.

Dommage qu’au Brésil,on ne capte pas BFM TV (Bière Foot Média TV), la chaîne d'Etat, je n’ai pas pu voir l'illusionniste. Finalement après lecture des média je ne regrette pas, il aurait fallu que je me lève à 3 heures du matin et pourquoi, comme d’habitude... beaucoup de bruit pour rien. Ca a été 1 heure d’antenne de « moi je, moi je, moi je m'aime bien ! », pas un mot sur les élections européennes, ni sur le traité avec les américains, mais beaucoup de bla bla sur des questions fascinantes et essentielles comme sa ré-élection en 2017 ou le vote des étrangers. Mais la question essentielle de cette journée pour la communication de l’Elysée était de bien préparer le terrain (c’est cool la radio, pas de risque de se faire siffler……) et la visite dans une école de Villiers le bel suivie d’une rencontre avec une foule de quelques 20 habitants « sans sifflets ». Tous triés sur le volet, ces quelques figurants qui ont eu l’honneur d’approcher sa sainteté, ont parfaitement joué leurs rôles devant les caméras des télés officielles. On est plus très loin de ce qui se passe en Corée du nord.

Pourquoi faire une interview le matin alors que beaucoup de français sont au travail? Pourquoi ne pas le faire à 20 heures? Cela évite les questions des types qui triment au travail pour des queues de cerises. La côte de popularité de Culbuto est suffisamment basse, ce n’est pas une raison pour l’enfoncer. Cette interview a été fascinante , il est toujours dans le déni de réalité et finalement ne se parle plus qu’à lui-même !!!

Le « gros de la crise », c’est lui

Communiquer quand on a rien à dire et faire le service après vente de réformettes à 2 balles... Les socialistes essaient de créer des mythes... : Avant 2012, pas de crise mais mauvaise gestion...après 2012, crise épouvantable....Culbuto (alias le Gros de la crise) est là .....et l'équilibre revient.

Il doit s’entrainer car là il a été très fort, nous avons assisté à un festival d’esbroufes, de mensonges et de phrases creuses, sans doute inspirées par la folle du Poitou. Son crédo, c’est DUPER POUR DURER. Voici un petit florilège pour ceux qui étaient au boulot.

  • Hollande s'attribue ce que d'autres ont accompli, à savoir « J'ai eu à traiter la plus grave crise de l'Euro. Il a fallu redresser la situation, ça ne s'est pas fait en un jour. ». Pourtant la crise c’était en 2008, à un moment où il n'était pas président. Tout comme il l’avait fait lors de la campagne présidentielle où il n'hésitait pas à faire croire qu'il avait géré la France de 1997 à 2002, main dans la main avec Jospin. Plus grave, il laisse laisser entendre que la situation est durablement redressée. C'est son fameux "retournement" (Retournement alors même qu'aucun pacte n'est encore appliqué !).
  • « J’aurais pu aller plus vite, j'aurais alerté les Français davantage sur la situation. Mais je ne suis pas un président qui doit être dans le regret, je suis un président qui doit être dans le rebond, dans la réponse, dans la réaction. Je ne veux pas occulter ces deux années, elles ont été majeures, mais maintenant je veux des résultats » ????, a t’il dit.
  • Son amateurisme ? donne droit à une nouvelle anaphore : "Amateurisme quand il s'agit de sortir de la crise de l'euro ? Amateurisme quand il s'agit d'aller en Centrafrique pour éviter un génocide ? Amateurisme sur la crise syrienne où j'ai été le seul chef d'Etat à dire qu'il s'agissait d'un massacre ?"
  • Il se vante en disant avoir maîtrisé la finance. "Nous avons taxé les bonus bancaires, il y a une séparation des activités spéculatives et des activités de dépôt » (faux, c’est une de ses promesses non tenues).
  • Alstom : « L'offre de General Electric n'est pas suffisante donc pas acceptable » (c’est l’offre la plus importante d’un repreneur étranger en France). Depuis que Hollande est président, les investissements étrangers ont chuté de 77%, contre une hausse de 38% en Europe sur la même période .
  • La présidentielle de 2017 ? « Je suis dans un combat et ce n'est pas ma réélection qui me préoccupe, c'est l'avenir de la France ». « Son avenir ? "Moi je n’ai rien à perdre » C’est sûr, fonctionnaire, élu et socialiste, la France peut s'écrouler, il recevra toujours ses salaires, traitements, indemnités, primes, boni et retraites majorées, cumulées, indexées (retraite de Président de 6 500 euros par mois,8 000 euros en tant que membre de droit du conseil constitutionnel avec voitures et chauffeurs de cette institution,d'autres voitures et d'autres chauffeurs en tant qu'ancien Président,un appart bureau de 300 m2 à vie avec 5 ou 6 collaborateurs,10 gardes du corps à vie plus les à cotés,ses retraites de parlementaire etc etc...En effet,il n'a plus rien à perdre)

Sa politique est claire : faire payer 50 milliards pris dans les poches des français pour renflouer les 90 milliards par an de fraude fiscale des possédants. C’est ça le socialisme! Et pour le reste, abattre sa dernière carte : l’attentisme.

Il a surtout évité de dire qu’il n’a pas pris les bons problèmes en mains et que la France a perdu 2 ans. Au lieu de cela il a privilégié de traiter le mariage pour tous, la suppression de la défiscalisation des heures sup, la suppression de la TVA qu´il qualifiait de stupide, injuste et inefficace, pour la remettre 4 mois plus tard. 2 ans passés à patauger dans une taxe a 75% qui ne concerne que quelques centaines de personnes.Il a surtout oublié de parler des 2% de croissance qu’íl a trouvé en arrivant, disparus corps et biens, du 1. 1% d´augmentation du pouvoir d´achat qu´il a remplacé par la première baisse depuis 30 ans, des 40 Milliards d´investissements étrangers qui nous faisait le pays le plus attractif d´Europe en 2011 pour en faire le moins attractif en 2 ans (-77%). On pourrait mentionner les 2 records historiques de chômage et de faillites d´entreprises que nous continuons de battre chaque mois. Un tout autre tableau que celui qu´il nous a présenté.

Il n’a rien fait pendant 2 ans, mais maintenant on va voir ce qu'on va voir...

Bref, il m’a complètement convaincu que la France a besoin d'un "DIRIGEANT" et pas d'un communiquant intéressé.

Il continue de faire ce qu'il a toujours fait, il ment, il louvoie, il contourne, il élude, bref, il fait du Hollande.

On veut une autre Europe.

Ils ne sont plus que 51% en France à être favorable à l’Europe selon un dernier sondage contre 67% il y a quelques mois et c’est la même chose chez nos voisins européens (en Pologne on attend seulement 25% de votants). En Italie, le parti 5 étoiles de Beppe Grillo qui milite pour une sortie de l’Euro est en tête dans les sondages (27%). De plus en plus d’économistes de gauche comme de droite mettent en doute la façon dont l’Europe et notamment la BCE gère l’Euro. Comment expliquer la fascination française et européenne pour ce modèle de gestion de la monnaie unique sous l’emprise de la Bundesbank? Une Europe fédérale, c'est ce que veulent nous imposer Bruxelles sur le modèle allemand, avec une grosse partie du budget de chaque pays qui est absorbé par ce machin appelé Europe fédérale. Viviane Reding, commissaire européen à la justice (une commissaire à rien, puisqu’elle n’a jamais été élue) est venue expliquer à une commission de l’Assemblée Nationale, qu’il fallait que la France se soumette à Bruxelles. Elle rappelait que la politique intérieure de la France n’existait plus, il fallait maintenant penser politique de l’Union.

Comment peut-on accepter des remontrances de gens non élus. Aujourd’hui, c’est Junker qui s’y met, tiens un luxembourgeois aussi (De quel droit ce paradis fiscal nous donne des leçons). J’ai un peu pratiqué ces hauts fonctionnaires européens de Bruxelles dans les années 90, ils n’ont d’oreille que pour les lobbies de la finance et de l’industrie et passe leur temps à accepter des invitations et à gueuletonner dans les bons restaurants.

En Europe, c’est le système allemand de la lutte absolue contre l’inflation qui dicte tout et qui fait que nous sommes incapables de mener une autre politique monétaire. Aux Etats-Unis, au Japon et en Grande Bretagne, c’est le principe de réalité qui gouverne. Ils se sont dit qu’il fallait sauver le système bancaire. Ils ont tous dévalué leurs monnaie et ont eu des résultats. Il faut que la BCE soutiennent l’emploi et l’industrie, elle doit comme le font les plus grandes puissances monétaires mondiales : Etats-unis, Japon et Chine, qui ne se privent pas de faire marcher la planche à billets. L'Europe et la BCE font fausse route. La BCE de Mario Draghi (un ancien de Goldman Sachs) ne fait uniquement que le jeu des financiers en augmentant l'attractivité de l'Euro (la Bourse de Paris grâce aux mesures prises par la BCE bat tous les records de hausse depuis 2008) et en fragilisant l’industrie. L'Europe sera forcée forcée de changer cette politique lorsque les pays du nord en auront assez de payer.

Le retournement du Titanic France est donc pour bientôt, car les Français élisent des benêts, depuis quarante ans...

Chiche, sortons de l’Euro

Le PS tout comme l’UMP font semblant de vouloir une Europe nouvelle, mais une fois élus, ils ne feront rien. Lorsque l’on découvre les professions de foi des partis candidats à l’élection européenne, on en sort aussi bête après la lecture, que des banalités... seul le Front National nous éclaire vraiment sur sa politique avec son programme.

Nombreux sont ceux qui attaquent le programme du Front National, pourtant la thèse de la sortie de l’euro n’est pas l’apanage de l’extrême droite, de nombreux économistes classés à l'extrême-gauche comme Jacques Sapir, Emmanuel Todd ou Frédéric Lordon prônent, eux aussi le retour à une monnaie nationale. Bernard Monot, conseiller du FN en charge de la stratégie économique et tête de liste dans la région centre vient de détailler la façon dont son parti rétablirait le franc.

Depuis le départ du général de Gaulle, les présidents de la république, n’ont pas défendu les français mais ont été à la botte de la finance internationale (Voir : Il faut rendre aux Rothschild ce qui leur appartient : la dette… Et aux français : leur or !). Comme le confirme B. Monod, la classe politique qui nous dirige est incompétente en économie et ceux qui sont compétents, comme DSK, mettent leurs savoirs au service de l'oligarchie économique et financière. Pour lui, l'UMP et le PS sont les co-auteurs de cette crise car ce sont eux qui ont mis en place ce système, Ils poursuivent la même doctrine libérale de Georges Pompidou et la loi de 1973 qui oblige l'Etat à emprunter sur le marché privé.

C'est à partir de 1973 que la dette a commencé et l’UMP et le PS ont un bilan de 2000 milliards. Cela fait 40 ans qu’ils se trompent. Cette année encore Bruxelles prévoit un déficit de 85 milliards d'euros pour la France, le chômage au sens large, avec l'Outre-mer, touche 6 millions de Français et le déficit de la balance commerciale a atteint 60 milliards en 2013. Et bien devant cette accumulation d’erreurs, peut- être pourrions tester une autre solution, celle du Front national. Nous sommes bien actuellement en train de rester un président incapable, sans aucune vision de l’avenir et cela doit encore durer 3 ans.

Retour à une monnaie nationale

On ne peut pas dire que le projet du FN soit très original, puisque 95% des pays dans le monde appliquent la méthode, dont les USA, la Chine et la Grande Bretagne. Cette méthode est simple, c’est de revenir comme aux temps des 30 glorieuses, tout simplement de déprécier ou de dévaluer l’Euro (ou le franc nouveau)quand le besoin s’en fait sentir. Le FN propose, non pas un retour au franc, mais le passage à de nouvelles monnaies nationales. Au départ le franc nouveau sera à parité avec l’Euro, puis l’état pourra décider de le dévaluer. Cette sortie sera proposée par référendum dans le cas où l’Euro-zone ne veuille pas changer les statuts de la BCE. Si tous les états sortent de la monnaie unique, l’Euro demeurera commune, comme l’a été l’ECU entre 1999 et 2001.

Déprécier une monnaie génère de la croissance sans casse sociale comme cela n’est pas le cas aujourd’hui avec les gels de salaires ou de retraites. Dans ses prévisions, Bernard Monod fait la comparaison avec une fourchette haute d'une dépréciation de 25% qui feraient d'un seul coup 25% de compétitivité aux entreprises françaises (Comparativement à l’usine à gaz du CICE et du pacte de responsabilités qui n’améliorent au total que de 4%), sans compter la balance commerciale qui deviendrait alors excédentaire.

Avec sa parité fixe, l’euro subit une guerre des monnaies sans y participer. Si l'on regarde le cours de l'euro par rapport au dollar, ce n'est pas l'euro qui est fort mais plutôt le dollar qui est faible. La Fed avec sa politique laisse le dollar se déprécier. L'euro a quand même pris 54% par rapport au dollar depuis 2001. Et curieusement, notre balance commerciale n'est plus excédentaire depuis 2002.

Seule l'Allemagne s’en sort grâce à une politique de dévaluation interne en passant la TVA de 16 à 19% et en augmentant très peu les salaires.

La planche à billet de retour

Comme avant la loi de 1973, la France n’aura plus à emprunter auprès des banques privées. Bernard Monod prévoit que la Banque de France fera croitre de 5% sa masse monétaire annuelle sans qu’il y ait inflation. Il propose que soit créé 100 milliards de nouveaux francs chaque année dont 90 milliards pour le remboursement de la dette et des intérêts aux banques privées et 10 milliards pour la ré-industrialisation de la France. Sur le budget de l’état, les économies se feront principalement par la disparition de 45 milliards de remboursement des intérêts de la dette, 17 milliards d’économie sur le sauvetage de l'euro monnaie unique. Le programme du Front national compte aussi sur 5 à 7 milliards par an de recettes de droits de douanes, 10 milliards d'économies par an en luttant contre la fraude sociale et 16 milliards par an en luttant contre l'immigration.

La dette

A ceux qui prédisent un explosion de la dette, les économistes (y compris de gauche) affirment que ce ne sera pas le cas puisque 97% de la dette française est émise dans des contrats d'emprunt de droit français qui stipulent que la dette sera remboursée dans la monnaie ayant cours dans le pays.D’autre part, le risque financier est toujours supporté par les créanciers, jamais pas les débiteurs. Le programme économique du FN, a prévu qu ‘en cas d’une dépréciation de 25% du franc, cela engendrerait en 2014 environ 15 milliards d'euros d'augmentation de la dette publique.

Les banques pourraient perdre beaucoup d'argent avec la dépréciation du franc. Cela pourrait les mettre en difficulté, voir les amener à faire faillite… Et alors? Répond Bernard Monod, elles ont bien piqué aux contribuables 1000 milliards d'euros lorsqu'il a fallu les sauver au plus fort de la crise. Les 5 plus grandes banques françaises ont été renflouées par l’état à hauteur de 40 milliards d'euros effectivement décaissés et de 320 milliards en garantie. Ce n'est que justice. Et si elles font faillite, l’état rachètera après purge du passif à sa valeur vénale. On pourra ainsi séparer l'activité banque de dépôts de l'activité banque d'affaires et ainsi éviter la prise de contrôle par la BCE et sauver l'épargne des Français, ce qu’avait promis Hollande et qu’il a complètement oublié.

Nous allons protéger la France

Puisque l’Europe est une vraie passoire, le programme du FN prévoit de protéger nos frontières (contrôle des capitaux, des biens, des services et des personnes). Ce n’est pas une fermeture mais un contrôle des flux. Il n’est pas question que la France soit sous la tutelle de l'UE comme l'Espagne et l'Italie le sont déjà. Dans son programme le FN prévoit également :

  • De s’opposer au traité transatlantique USA/UE
  • De se dégager du lobby des marchés financiers et du lobby des multinationales.
  • Que l'emploi aille d'abord aux français.
  • Que tous les produits étrangers qui arrivent en France et qui concurrencent une entreprise nationale se verront appliquer des droits de douane.
  • Comme cela se fait dans de nombreux pays (Canada, Brésil,...)il faudra que les entreprises étrangères s'implantent en France pour pouvoir vendre sur le territoire?

Le choix est simple

Soit l’Europe change ses statuts et devient une démocratie, soit la France, comme d’autre pays vont utiliser l’article 50 du traité de Lisbonne qui permet à un état de sortir de l’Union Européenne. Cela a été le cas du Groenland qui est sorti de l’UE en 1985 après un référendum ainsi que l’ile de St Barthélémy appartenant à la France le 1er janvier 2012. Aujourd’hui certains partis en Finlande, en France, en Grèce, en Italie et en Grande bretagne souhaitent la sortie de leur pays de l’UE, voire de l’euro.

Il y a aussi la solution, de sortir uniquement de la zone euro et de battre sa monnaie, mais pour l’instant les politiques, mis à part le Front national, refuse de débattre sur le sujet et les français sont complètement indifférents, alors que la question est essentielle.

Faut-il sortir de l'euro? On s’aperçoit aussi qu’il n’existe pas une seule et unique réponse à la question. Certains veulent revenir au franc, d’autres veulent aboutir à un euro modulable entre les pays du nord et du sud, d’autres encore que l’euro, plutôt que d’être monnaie unique devienne une monnaie commune, etc. Les solutions sont multiples mais le grand public n'a pas d'opinion, puisque personne n'ose ouvrir le débat.

Je ne suis pas économiste, mais je constate que nos politiques ont changé les règles du jeu en 1973, sans nous demander notre avis. Aujourd’hui, droite comme gauche nous ont endetté à hauteur de 2000 milliards (soit 30 000 euros par français) et je ne vois pas pour quelles raisons un retour en arrière serait une catastrophe.

Élisons des députés qui refusent d’être les valets de la finance et des américains. Je n’ai jamais été proche du FN, mais je dis que c’est le moment de dire : « chiche, essayons ».

Voir les commentaires

24 députés européens FN sur 74, 0 sénateurs et seulement 2 sur 577 à l'Assemblée Nationale!

15 Mai 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

24 députés européens FN sur 74, 0 sénateurs et seulement 2 sur 577 à l'Assemblée Nationale!

Même si vous n’aimez pas la télé, ni les chaines d’état de la pensée unique, il ne faudra surtout pas rater la tête de Pujadas annonçant le raz de marée du Front national à 20 heures le soir du 25 mai prochain. C’est bien la première fois qu’un tsunami peut être annoncé à l’avance et pas seulement en France, car les partis souverainistes vont être les vainqueurs de ces élections dans la quasi-totalité de l’Europe. Les présentateurs, mis en place par les régimes UMPS, vont faire grise mine car il est prévisible que les eurosceptiques vont arriver souvent premier ou en seconde position dans de nombreux états européens. Il faudra aussi surveiller la bobine de nos politiques plutôt que d’écouter leurs discours éculés de soirs d ‘élections, car comme d’habitude les Fabius, Rama Yade, et autres Copé, vont encore nous prendre pour des imbéciles. Ils vont nous expliquer que les pro-européens sont majoritaires au Parlement, que la démocratie est sauvée, pour cela ils vont associer les socialos, la droite et centre droit, pour nous expliquer que l’on a eu chaud, que c’est un avertissement qu’ils ont bien compris, mais qu’il ne faudra pas recommencer. Comme d’habitude, on laissera à Marine le Pen peu de temps de paroles, bien qu’elle soit la grande vainqueur. Quant aux socialos, ils vont nous refaire le coup des municipales, qu’ils auraient dû mieux nous expliquer l’Europe.... La dictature est en marche.

L’étendue des dégâts risque d’être impressionnante, si on en croit les sondages :

  • En France, un sondage vient de donner le Front national en tête avec 25%, suivi de l’UMP avec 21%, le PS, 16%, les verts et l’UDI/Modem avec 8% chacun et le Front de gauche à 6%. Tous les autres partis sont à moins de 5%, donc non éligibles. Le FN pourrait donc avoir 24 députés, suivi de l’UMP, 19, le PS au nombre de 14, suivi des Verts et de l’UDI/Modem avec 7 députés chacun et enfin le Front de gauche en totaliserait 4.
  • au Royaume-Uni, l’UKIP de Nigel Farage, est crédité de 30 %. Cette élection devrait permettre à l’UKIP d'accroître la pression pour la tenue d'un référendum visant à faire sortir la Grande-Bretagne de l'Union européenne. Le grand perdant de ce scrutin devrait être le parti conservateur de David Cameron.
  • Au Danemark, le Parti populaire danois est en tête des enquêtes (25 %).
  • En Autriche, le parti frère du FN (FPÖ) joue lui aussi la victoire (21 %)
  • Aux Pays-Bas, l’allié de Marine Le Pen, Geert Wilders (18 %), occupe aussi la tête des sondages.
  • En Hongrie, le score des anti-européens (partisans du président Orbán + parti Jobbik) sera probablement largement majoritaire.
  • En Grèce la gauche Syriza et Aube dorée confondus sont à 40 % dans les sondages.
  • Les démocrates suédois, et leurs homologues finlandais, battront quant à eux certainement leur record.
  • Même en Allemagne, cœur de la citadelle euro, le tout jeune parti Alternative für Deutschland, dont les affiches et les coups médiatiques détonnent, fera une entrée fracassante. Les sentiments anti-Union européenne se sont intensifiés tandis que de plus en plus d'Allemands dénoncent la "sur-réglementation" imposée par Bruxelles. Et puis certaines questions européennes font débats, notamment l'immigration en provenance des pays les plus pauvres de l'Union européenne.
  • En Italie, le parti 5 étoiles de Beppe Grillo qui veut, tout comme le FN en France, sortir de l’Euro, est crédité de 27% dans les sondages.
  • En Pologne, pour ces élections, Droit et Justice (PiS), le principal parti d'opposition de tendance eurosceptique, s'est allié au Prawica Rzeczypospolitej de Marek Jurek. Ils sont donnés favoris par un sondage et obtiendrait 32% des sièges, soit 10 de plus qu'en 2009.

Si les mouvements anti-européens confirment les pronostics, cela pourrait bien secouer les crânes d’œufs du monde politique bruxellois.

Elections européennes: en France, tous perdants sauf le FN?

A quelques semaines des élections, les divisions à l’UMP, la chute de popularité de Hollande et de Valls qui tombe sous la barre des 50% un mois après sa nomination et la multiplicité des listes (25) font que tous les parties en présence sont en baisse, hormis le Front National. Le rêve de Marine Le Pen de faire du Front national "le premier parti de France" en se classant en tête d'un scrutin traditionnellement très favorable à sa formation politique va être certainement atteint. Toutefois, ce scrutin met en lumière la disproportion avec les élections nationales en France où le parti ne dispose que de 2 députés sur 577, aucun sénateur et seulement 11 maires de villes de plus de 10 000 habitants. Le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui avec les Communistes espéraient bien se hisser au niveau du Parti socialiste vont faire choux blanc. Il devraient réussir à dépasser la barre des 5% en faisant 6% et pouvoir conserver 4 députés européens.

A droite, comme à Gauche quand on regarde les têtes de liste, ça sent la naphtaline ou bien les placards dorés pour ceux que l'on veut doucettement mettre à la retraite. Nos députés européens sont complètement largués, Ils sont reconnus comme perpétuellement absents, sauf pour aller toucher leurs salaires. Pas étonnants que l’Europe se fait sans nous.

Qui veut s'allier au Front national ?

Il y a beaucoup de partis eurosceptiques en Europe, mais comment rapprocher le Front National et le parti conservateur britannique. Ils sont pourtant tous les deux anti-européens, mais pas sur le même sujet, le FN est contre le traité transatlantique alors que les anglais sont les meilleurs amis des américains.

Aujourd’hui les députés européens d’extrême-droite siègent sur les bancs des non-inscrits et n'appartiennent donc à aucun des sept groupes politiques du Parlement. Pour créer un groupe politique (il faut un minimum de 25 députés d'au moins un quart des Etats membres, soit 7 pays), c'est l'assurance, grâce à ce statut officiel, d'être plus présent dans les rouages des institutions et le jeu politique, donc, pour les anti- Union européenne, d'être davantage en mesure de « bloquer la machine ».

S'ils arrivent à former un groupe au Parlement européen, ces partis nationalistes pourront parler d'une seule voix ? Mais la partie n’est pas gagnée, tant il existe quelquefois des conflits insolubles comme entre les Belges francophones et néerlandophones, entre les Italiens et les Autrichiens, les Allemands et les Polonais… la Grande-Bretagne et le reste de l'Europe. Pour l’instant, le Front national est allié avec les partis de la liberté autrichiens et néerlandais, le Vlaams Belang (Belgique) et la Ligue du Nord (Italie). Le nombre de députés devraient être suffisant, mais il manque encore 2 pays.

Pourront-ils bloquer l'évolution de l'Union telle qu'elle est aujourd'hui ? Qu'ont-ils finalement en commun d'autre que le rejet de l'UE ? Seulement la souveraineté des nations et pas seulement par rapport à l'Union européenne, mais aussi par rapport au mondialisme.

Mais même avec un groupe politique, il est peu probable que l'extrême droite pèse d'un grand poids au Parlement européen. Et même s’ils occupaient un tiers du Parlement, les populistes devraient se cantonner à «un rôle de poil à gratter » des institutions.

Quid du traité transatlantique

Il est clair que même avec 1 député sur 3, les partis souverainistes ne pourront pas empêcher l’accord sur le traité transatlantique. Celui-ci devra être entériné par le parlement français ou peut- être, c’est notre dernier espoir, a t’il quelques chances d’être repoussé s’il y a une forte mobilisation de la rue et des défections à droite comme à gauche. En effet à gauche, seuls les Verts (18 députés), les Communistes et le Front de gauche (15 députés) s’y opposent, à droite le Front national (2 députés). A gauche, l’aile gauche du PS est contre, tandis qu’à l’UMP, Henri Guaino et Laurent Wauquier sont les seuls à se battre contre ce traité, mais ils devront attirer vers eux de nombreux collègues pour arriver à faire une majorité. La France, comme d’autres gouvernements, n'ont pas reçu mandat de leurs peuples pour négocier ce traité, pourtant, ils ont donné leur accord. La solution, forcer la main de Hollande pour qu’il organise un référendum.

Et puis que viennent faire ces deux personnages (Schulz et Junker) dans un débat en France, en plus ils sont d'accord sur presque tout. Juncker souhaite que le traité soit conclu tandis que Schulz veut suspendre les négociations pendant les élections. Ben oui, on en parle trop en ce moment, ça commence à être gênant. Les couillons d’électeurs auraient oublié ce traité, si les négociations avaient été suspendues le temps des élections.

Si les français n’ont pas compris ce qui va se passer, le meilleur exemple date de cette semaine. Le ministère de la justice américain veut faire condamner BNP-Paribas à une amende de 3,5 milliards de dollars du fait que certaines filiales non-américaines de la banque ont fait des affaires entre 2006 et 2009 avec l’Iran, Cuba et le Soudan, pays sous embargo américain. Pendant ce temps, les sociétés américaines, dirigées par les amis d’Obama,ne se privent de commercer avec ces 3 pays, l’état leur élimine la concurrence à coup d’amendes records. Et si BNP-Paribas ne paye pas, l’état lui retire sa licence de banquier permettant d’exercer sur le sol américain.

Voilà au grand jour ce qui attend toutes les entreprises et les états européens si le traité transatlantique concocté par les traitres de la "komission de bruxelles" est signé. Pourquoi ne condamnerions-nous pas la banque américaine Goldman Sachs qui a truqué les comptes de la Grèce afin de les faire rentrer dans l'Euro ? Une amende de plusieurs milliards, et l'interdiction des marchés européens n'est-elle pas envisageable? Bien sur que non, cette banque dirige la BCE.

Et que fait Culbuto pour défendre la BNP ? Rien, il se repose de son voyage au Caucase.

Le PS fait appel aux socialos européens pour ses meetings

Le PS n'a tiré aucun enseignement de sa déculottée aux Municipales, il doit se préparer à son explosion le 25 mai. Ils ont tellement peur de perdre qu'ils ont fait appel à leurs kamarades socialistes européens pour tenir les meetings à leur place. Que voulez-vous, même les sympathisants socialistes ne veulent plus entendre parler du "gros de l'Elysée". Certains pensent que ce qui aurait été idéal, c'est qu'il reste en vacances en Géorgie chez ses nouveaux amis du Caucase.

Les sondages sont si mauvais (le PS en 3ème position, derrière le FN et l'UMP) que certains craignent même que les écologistes leur passent devant.

C'est donc Papa Schulz, le président socialiste du parlement européen et candidat au poste de président de la Commission européenne qui est la grande vedette des meetings du parti socialiste en France. En Bretagne, il était accompagné de deux autres personnalités, le Premier ministre tchèque, Bohuslav Sobotka et la numéro 2 du Parti socialiste ouvrier espagnol, Elena Valenciano, qui n'a pas eu de chance, son intervention a été interrompue par des manifestants qui ont déployé une banderole : "l'austérité en Europe est aussi votre erreur". Sept autres meetings PS sont prévus d'ici le 25 mai dans les sept autres circonscriptions, dont Lille, Nantes et Lyon.

Le PS n'est plus socialiste depuis longtemps; il n'est plus de gauche et fait la même politique que l'UMP. Au Parlement Européen, le PPE (droite)et le PSE (gauche) se partagent la présidence tournante depuis de nombreuses années et bien qu’ils se critiquent, les deux groupes votent ensemble à 97% les mêmes textes (un score digne du Soviet suprême). Selon une étude réalisée en 2008, les deux grands groupes politiques PPE-DE et PSE n’ont été en désaccord que pour 18 votes par appel nominal sur 535 (3 %).

On se rappelle aussi l'attitude du PS sur le référendum français du traité de Lisbonne, contre lequel avait voté la majorité des électeurs de gauche, et malgré tout imposé par Sarkozy grâce au renfort des députés PS. C'est pourquoi le discours du PS pour "une autre Europe", brandi seulement pendant les campagnes électorales, ne peut pas tromper grand monde.

Qui va être le nouveau président de la Commission Européenne ?

Il y a le choix entre la peste et le choléra ? Qui va gagner entre le libéralisme économique PS allemand Papa Schulz et le libéralisme économique de droite luxembourgeois Jean Claude Junker (le patron du paradis fiscal qui donne des leçons à la France). Ils ont tous les deux un point commun : ils n’aiment pas la démocratie. Ils vont vite en besogne, Ils ont déjà proposé leurs candidatures et sont même sûrs d’ être élus, alors que c’est le nouveau parlement qui sera élu le 25 mai prochain qui doit désigner les candidats à la présidence.

Plus grave, ils réfutent tous les deux que leurs partis respectifs proposent un autre candidat qu’eux. Pourtant d’après les règles, c’est le parlement qui propose et ensuite le Conseil de l’Europe, c’est à dire les 28 chefs d’état qui doivent désigner président, le candidat du parti majoritaire du Parlement Européen. Pour la première fois, le Conseil Européen s'est engagé à choisir le candidat issu du parti majoritaire. Il n’y aura pas de parti majoritaire, mais si les partis souverainistes arrivent en tête, ça risque coincer sérieux pour désigner le prochain président. Comment vont-ils justifier leur choix entre Schulz et Juncker qu’ils ont déjà placé comme archi-favoris avant que les élections aient eu lieu.

« C'est très bien, vous avez voté mais nous n'en tenons pas compte », nous disent les chefs d'État. Ne vous faites pas d’illusion... le livre est déjà tout écrit. A part une bonne claque le jour du vote... Rien ne va changer pour nous.

L'Europe va devenir de plus en plus une dictature et nous n'avons plus rien à dire.

Ou va t’on ?

L'affaire snowden ,l’alignement militaire servile , le contrôle du niveau de l'euro par Wall street , l’atlantisme général au sommet de l 'UE , l’élargissement aux pays pauvres de l'est pour satisfaire le maitre US , l’Allemagne protectorat militaire US ...qui ose croire à une souveraineté et une indépendance de cette colonie américaine qu’est l’Union Européenne. Cette Europe à 28 est devenue un monstre ingouvernable. Aujourd’hui, les européistes nous affirment que l’Europe a apporté la paix, mais ce sont les mêmes qui viennent de mettre au pouvoir par la force un régime néo-nazi à Kiev pour satisfaire les visées d’extension vers l’est d’Obama.

Au nom de la "sécurité" de l'Union européenne, on pourra relancer l'économie du continent, soit en allant chercher notre autonomie énergétique (ce qui suppose d'investir massivement), soit en faisant une course aux armements avec la Russie. Tout est dit dans cette phrase. Les français qui n'ont pas compris le rôle de l'Europe dans la crise Ukrainienne, vont enfin comprendre. Cette Europe est capable du pire. Y compris de nous jeter dans une guerre avec la Russie, pour le bénéfice de quelques banquiers.

La trahison des élites européennes n'a pas de nom, une honte .

Le seul point positif dans cette affaire est que l’on assiste certainement à un réveil des peuples.

Voir les commentaires

Papa Schulz ou tonton Junker, lequel choisir ?

21 Mai 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Papa Schulz ou tonton Junker, lequel choisir ?

Hermann Van Rompuy, président du Conseil européen et président du sommet de la zone euro, déclarait dernièrement : « le peuple européen est contre l'extension de l'Europe, mais nous la poursuivrons contre son avis... ». Cela vous montre à quel point les technocrânes d’œufs de Bruxelles ne se gênent plus et qu’ils s’en tapent que vous votiez à gauche, à droite, au milieu ou pas du tout. Ils nous prennent pour des bœufs.... De toute façon, leurs amis, les partis de la gauche molle et de la droite gauchiarde vont être majoritaire au Parlement Européen. Comme cela a été prouvé à plusieurs reprises, ces deux camps se critiquent sur le perron, mais à l’intérieur, ils s’entendent comme larrons en foire et votent à 97% les mêmes textes. Donc que ce soit le socialiste allemand papa Schulz ou le luxembourgeois de droite tonton Junker qui est nommé président, la politique de Bruxelles sera la même et elle est déjà dictée à l’avance. Voici quelques décisions que ces messieurs de la Kommission Européenne vont prendre ou ont déjà prises en catimini et vous n’aurez qu’un seul droit, celui de vous taire et de subir. La plupart de ces projets sont inconnus du grand public, tout est fait en cachette. Voici ce qui vous attend.

Vers un élargissement de l’UE à 40 états

Rien n’arrête les technocrates de Bruxelles. Ils rêvent d’une grande Europe (comme certains rêvaient d’une grande Allemagne, ou d’une grande Serbie) et ils ont décidé, pour l’instant de s’agrandir vers l’est, vers les anciens pays de l'ex-URSS plus affaiblis en mettant de coté, pour l’instant, la Turquie en plein essor.... Il avait aussi été question, un temps, d’intégrer les pays du Maghreb, mais les révolutions arabes ont tué dans l’œuf le projet. Mais tout ne se passe pas comme ils l’avaient prévu, avec l’Ukraine, où l’Europe a chassé le président élu démocratiquement pour mettre en place un régime fascisant, il y a un os, c’est le voisin russe qui n’entend pas que l’on s’immisce dans sa sphère d’influence. La semaine dernière, Hollande est allé avec ses gros sabots en Azerbaïdjan, en Géorgie et en Arménie. Qui peut croire qu’il ne représentait que la France ? On voit bien à ses discours qu’il veut profiter des relations difficiles de ces pays avec la Russie, pour les amener vers une intégration européenne. L’Europe outre les pays déjà cités espère attirer à elle la Moldavie, la Biélorussie et les états des Balkans (Serbie, Macédoine, Albanie, Bosnie et Monténégro).

En 1973, un référendum avait été organisé pour savoir si les Français acceptaient ou non l'entrée du Royaume-Uni, de l'Irlande et du Danemark (c’était pour l’élargissement à 9). Depuis, nous sommes passés à 12, puis à 15, et enfin à 28 et tout s’est fait sans notre avis. Et après cela, Bruxelles veut se donner une image démocratique.

Le dernier élargissement date de 2004, avec l'entrée de 13 nouveaux États, pour la plupart issus de l'ancien bloc soviétique et cela n'a pas été forcément bien digéré. Ces pays sont aujourd’hui en meilleure santé, mais cela a été fait au détriment des pays payeurs, comme la France (qui paye en 2014, 23,8 milliards sur 135,5 soit 17,6% du budget de l’UE). Au niveau social, ils ont amené le désordre, comme par exemple, la directive concernant les travailleurs détachés.

Les politiques n’ont pas le courage de dire stop à l’élargissement de l’Europe. Ils n’ont qu’un mot en tête, l’Europe, c’est un marché de 500 millions de consommateurs, capable de peser dans des négociations commerciales. En tout cas, dans celle du traité transatlantique, on ne peut pas dire que le commissaire européen qui négocie profite de cet avantage, tellement, il s’est montré favorable aux propositions américaines. Cet élargissement fait surtout le jeu des américains qui n’ont plus qu’à traiter avec Bruxelles au lieu des 28 accords en place aujourd’hui.

Vers une Europe fédérale

Le mot d’ordre de nos politiques est « tout doit être fait comme l’Allemagne ». L’état est fédéral, faisons une Europe fédérale. Daniel Cohn-Bendit milite pour une politique étrangère commune aux 28. Voici ce qu’il disait pour plaider cette Europe : « Pourquoi a-t-on besoin de vingt-huit ambassadeurs européens à Kuala Lumpur ? Pourquoi on n'a pas une ambassade européenne, qui représente tous les citoyens européens ? Vous imaginez les économies qu'on ferait, avec tous les diplomates qu'on n'aurait plus à redéployer ? ». Honnêtement, je n’ai pas envie de confier la politique étrangère de la France à la pin-up Katreen Ashton.

Le seul point positif que j’y vois est que nous ne verrions plus la tête à Fabius.

Beaucoup critiquent aussi Bruxelles incapable d’envoyer un contingent de soldats en Centrafrique, alors que les armées européennes sont fortes de près de 2 millions de soldats. Mais, la sécurité des états, ça ne se partage pas. Chaque pays tient à assurer sa propre défense et les interventions en Afrique sont le fait de Hollande et de lui seul. Il n’a, ni demandé l’autorisation au parlement, ni au peuple français. Il a encore moins demandé un quelconque accord à Bruxelles. C’est quand il a constaté, l’ampleur des bourbiers malien et centrafricain qu’il a demandé de l’aide à l’Europe. Aujourd’hui, viennent d’arriver 150 soldats des pays baltes en Centrafrique, mais ils sont obligés d’être accompagnés de soldats français, faute de parler la langue.

Bientôt, les chefs d’états européens élus n’auront plus droit au chapitre, tous les pouvoirs seront concentrés à Bruxelles. Rappelez-vous quand Arnold Schwarzenegger était gouverneur de Californie, le plus peuplé et le plus riche état américain, pensez-vous qu’il ait eu une quelconque influence sur la politique américaine. Il est vrai qu ‘avec le président que nous avons, peut- être que....

La confiscation des dépôts bancaires

En 2008, lors de la crise des « subprimes », ce sont les états, donc les contribuables qui ont renfloué les banques. Dans un document d’avril 2012, intitulé « Bail-out to Bail-in: Mandatory Debt Restructuring of Systemic Financial Institutions », le FMI a décidé que dorénavant, les banquiers pourront se servir sur la bête. En clair, si votre banquier, fait des mauvais placements et perd beaucoup d’argent, il est autorisé à ponctionner sur les comptes de ses clients déposants. Le FMI a donc choisi, qu’en cas de faillites bancaires, plutôt que de faire appel aux états, les banquiers pourront confisquer une partie des comptes de leurs clients.

Cela est présenté par le FMI comme une avancée, en effet les contribuables ne seront plus sollicités, mais uniquement les déposants de la banque. Que ce soit une solution ou une autre, de toute façon, on ne vous demande pas votre avis. Comme il y a plus de déposants que de contribuables, c'est en réalité une façon de faire porter la charge à plus de monde, parce que rien ne nous dit que les comptes des plus pauvres ne seront pas ponctionnés.

Mais cela évite surtout de poser la vraie question : pourquoi devrait-on sauver les banques ?

Mais me direz-vous, ma banque va faire attention désormais. Oui sauf que les banques sont toutes interconnectées, via les produits dérivés. En théorie, le risque est assuré, mais en réalité, si un des maillons de la chaîne (le plus faible) rompt, toute la chaîne suit. C’est ce qui s’est passé en 2008, la faillite de Lehmann Brothers a entrainé toutes les autres. Ce sont les sauvetages des États et des banques centrales, financés par les contribuables et leurs descendants qui ont renfloué les banques. Cela a augmenté considérablement la dette de la France,merci Sarkozy.

Vous croyez, par exemple que le sauvetage grec visait à sauver la population grecque, pas du tout, cela a été fait pour renflouer les banques françaises et allemandes qui étaient les prêteurs. Jusqu'à présent, vos dépôts étaient sacrés, mais la situation étant devenue critique, la solution préconisée par le FMI vient d’être rendue légale par les instances européennes :

Ce système a de nombreux avantages :

  • Les Etats n'ont pas besoin de sortir 1 centime pour sauver la banque !
  • La banque est sauvée, pas de contagion avec les autres banques!
  • La banque n'a pas besoin de vendre d'obligations françaises, ni d'autres actifs.
  • Elle peut continuer à distribuer de généreux bonus à ses dirigeants.

Bref, que des avantages pour les contribuables, mais pas pour les déposants et tant pis si ce sont les mêmes.

Soyez sûr que la prochaine faillite bancaire sera réglée de cette manière.

L’Europe a légalisé ce système (les bail-in), empêchant tout déposant de demander justice et réparation..., mais les médias ont été très discrets sur le sujet.

Vers une privatisation de la sécu

Il y a 10 ans, le trou de la sécurité sociale cumulé sur plusieurs années atteignait 30 milliards d’euros, mais aujourd’hui et depuis 4 ans, le déficit est de 30 milliards par an."Un déficit moins important que prévu !" titrait le journal le Monde en mars dernier , mais tout cela est fait à coup de déremboursements qui s'accumulent depuis des mois et permettent de limiter les frais de la Sécu. On a simplement fait le choix de transférer les soins courants vers les assurances complémentaires, mais pendant ce temps, près de... 1 Français sur 3 ne se soigne plus et aujourd'hui la Sécu ne rembourse que 55% des soins courants contre près de 80% dans les années 1980.

Bientôt, la sécu pourrait bien prendre en charge seulement les maladies les plus graves et les personnes les plus pauvres, sans oublier les étrangers. Pour tout le reste, il vous faudra une complémentaire privée. En revanche, ne vous attendez pas à voir vos cotisations baisser.

Selon l'Euro Health Consumer Index, l'indice européen de comparaison de la qualité des soins, la France est passée de la 1ère place en 2006 à la 9ème en 2013. Et comme si la Sécu allait bien, voilà que le gouvernement veut généraliser le tiers payant. Quelle entreprise publique ou privée, proposerait des services gratuits à ses affiliés alors qu'elle peine depuis 24 ans à éviter la faillite ?

Jamel Debouze, ... Johnny,... Claire Chazal,... Valérie Pécresse où... PPDA, ne vont pas aux urgences pour se faire soigner, ils vont dans des hopitaux de stars, les plus chers qui soient... comme l'Hôpital Américain à Paris. A 6 000 euros le ticket d'entrée et 15 euros le potage, Room service, groom en uniforme, petits déjeuners avec jus de fruits pressés, repas végétariens, casher, halal... servis sous cloche, salon de thé, cafétéria, et même un restaurant, le Garden, donnant sur une terrasse très prisée aux beaux jours, manucure, coiffeur, soins du visage"...Ici dit-on, "on accepte la carte gold, pas la carte vitale".

Voilà l’avenir, Il y aura ceux qui auront les moyens pour se soigner dans cette nouvelle France des inégalités... et ceux qui utiliseront le service minimum, avec ce qu'il reste de Sécu. « Vous voulez changer 1 verre ou 2 sur vos lunettes », « Dites combien je vous soigne de dents ? »

C’est ce que nous promet l'annexe 16 du projet de directive européenne sur "la passation des marchés publics", mais que Culbuto hésite à mettre en œuvre. Reconnaissez que ça la fout mal pour un président socialiste d’appliquer une telle règlementation dictée par Bruxelles. La directive sur la « passation des marchés publics » est tout simplement de mettre en concurrence les marchés publics avec le privé . Pour les technocrates de Bruxelles, l'assurance maladie est une assurance comme une autre et doit donc être soumise à la concurrence.

La privatisation de la Sécurité sociale, voilà le dessein de l'Europe. Laisser un marché de plus de 600 milliards d'euros entre les mains du public, c'est parfaitement contraire à l'idéologie libérale qui préside à l’UE. Et Hollande en bon toutou sait bien, qu'il n'y a rien à faire contre les décisions de Bruxelles, mais plutôt que d’annoncer la vérité et d'en assumer les conséquences, il fait comme il a l’habitude, il cherche à nous endormir... et il gagne du temps pour refiler la patate chaude au prochain locataire de l’Elysée.

Culbuto a reçu des ordres : réduire les dépenses de l'Etat et notamment en matière sociale, relancer la compétitivité de la Zone euro en ouvrant les marchés publics à la concurrence. Il préfère cacher tout cela, prend des mesurettes, et fait beaucoup de langues de bois.

En septembre 2012, Bernard Debré et Philippe Even publiaient un livre: Le "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux". Leur verdict est sans appel : 50% de médicaments sont inutiles... 20% mal tolérés...et 5% « potentiellement très dangereux », et tenez-vous bien : 75% sont remboursés !

Les français n’ont aucun choix avec :

  • Une "Sécu" qui se désengage, les mutuelles qui augmentent leurs tarifs, et Big Pharma qui pousse à l'achat de médicaments inefficaces.
  • Un Président de gauche qui ne peut pas aller à l'encontre des traités ratifiés.

Le changement, c’est pour quand?

Vous aimez cette Europe?... Alors continuez à voter UMPS qui nous promettent, pour demain une Europe sociale et prospère ! L'UE et les partis qui la soutiennent ne se remettent jamais en cause. Il faudrait se demander pourquoi la population ne veut plus de cette Europe. Les pays qui veulent nous rejoindre espèrent nos milliards d'aide, c'est tout. La puissance la plus proche, la Russie, nous en faisons un ennemi.

Faut-il garder cette Europe qui a oublié ses principes fondateurs ? Comment accorder une légitimité à une commission qui se comporte vis-à-vis des états de manière hautaine, voire méprisante.

Martin Schulz, un des favoris pour la présidence de la « Grosse Kommission », nous expliquait, il y a quelques jours qu'un député européen est fait pour être pro européen, sans quoi il ne mérite pas sa place ni les frais qu'on engage pour lui. Il y a de quoi être inquiet, si ce Monsieur accède à la présidence de l’Union. Sachez Papa Schulz, mais c’est valable pour tous les autres candidats, que le Parlement est justement fait pour ça : pour exprimer des opinions divergentes, représentatives des contribuables et des électeurs européens qui ont envoyé ces députés au Parlement européen. Ces députés d'extrême droite ont été élus, et ont donc autant droit que les autres à une place au Parlement.

Quand à Tonton Junker, cet ex 1er ministre luxembourgeois, on peut compter sur lui, rien ne bougera sur la lutte contre les paradis fiscaux. Il n’était pas favori face au français Michel Barnier, mais c'est Angela Merkel en personne qui l'a adoubé. Elle voulait un candidat capable de tenir tête à Schulz en allemand lors des débats télévisés en Allemagne. La chancelière se moque du résultat européen puisqu’elle tire les ficelles.

Ces deux candidats, outre qu’ils n’aiment pas les eurosceptiques, ne dédaignent pas l’alcool. Jeune Papa Schulz a sombré dans l’alcool, alors que Junker boit plus que la moyenne, mais, parait-il cela ne nuit pas à son travail. Ouf!

Pourquoi voterais-je pour ceux qui sont revenus sur le référendum rejetant cette Europe mal fagotée.

L'Europe a quand même réussi à uniformiser les chargeurs des téléphones mobiles et à imposer des normes de forme et de taille, pour les bananes. Une belle victoire.

Mais, trêve de plaisanterie, on aimerait que le parlement ait plus de pouvoir.

Voir les commentaires

Qui est le meilleur VRP de la planète?

29 Mai 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Politique

Qui est le meilleur VRP de la planète?

Inutile de vous dire qu’au forum de St Pétersbourg la semaine dernière, l’équivalant russe de celui de Davos créé en 2006 par Wladimir Poutine, il y avait de nombreux dirigeants d’entreprises américains et européens. On voit bien que les mesures prises envers la Russie par Obama et Hollande ne sont même pas respectées, y compris dans des entreprises appartenant à l’état. On y croisait beaucoup de patrons français et américains. Patrick Kron, le PDG d'Alstom, Christophe de Margerie, le PDG de Total, Jean-François Decaux, codirecteur général de JCDecaux, Jean-Pascal Tricoire (Schneider Electric), Henri Proglio (EDF), Jean-François Cirelli (GDF-Suez) et Franck Riboud (Danone) ont cotoyé Poutine sans oublier des groupes comme General electric, Exxon mobil, BP ou Mercedes. Tous ces noms de l'industrie mondiale n'ont pas peur de se montrer avec le gratin russe. Il aurait fallu prendre une photo et l'envoyer à l’Elysée et à Bruxelles. Depuis des mois, les médias nous inondent de fausses informations, ils emboitent fidèlement le pas de nos dirigeants pour dire que la Russie est au bord de la faillite, pourtant les grands patrons de l’industrie ne s’y trompent pas, ils savent que la Russie est un partenaire incontournable. Hollande au lieu d’aller dans le Caucase pour aller critiquer Poutine, ferait mieux de se tourner vers ce grand pays qui a autant besoin de nous que nous de lui. Pendant que Poutine engrange des milliards, du coté de chez Pépère de l’Elysée, cela va moins bien : Les quatre chefs d'état-major (des armées, de l'armée de terre, de la marine et de l'air) menacent de démissionner en raison des coupes dans le budget de la Défense, l’Unédic, ces vendus contredisent l’inversion de la courbe et annoncent une nouvelle progression du chômage pour 2014 et 2015, la SNCF a commandé 2000 nouveaux trains trop larges qui ne rentrent pas dans toutes les gares et enfin Culbuto prend une grosse baffe aux élections européennes. Mais, dès le lendemain, il nous explique que ses potes de Bruxelles vont l’entendre......

Alors que l’Ukraine vient d’élire un président milliardaire qui va pouvoir ainsi inonder l’Europe de ses chocolats et confiseries, les ukrainiens vont avoir ce qu’ils souhaitaient, toucher des milliards d’euros de l’Union Européenne. Tout cela va donner des idées aux autres états Balkans, Caucase, Moldavie, Biélorussie, ... qui souhaitent aussi toucher les milliards des contribuables européens. Et comme les partisans de l’élargissement ont encore la majorité au Parlement Européen, les « Kommissaires du peuple » de Bruxelles ont les mains libres.

Hollande se lance dans le commerce « de détail »

Quelques jours avant les élections européennes, notre président a mis ses habits de VRP pour aller faire une ballade dans le Caucase. En Azerbaïdjan, l'un des régimes les plus autoritaires de la région, il en a profité pour critiquer la Russie, dans ce pays dirigé de père en fils par la famille Aliev depuis plus de 40 ans. La Constitution vient d’ être modifiée afin que la famille Aliev puisse se présenter à l’infini à l’élection présidentielle. Ils sont tellement sur d’eux que le résultat de la dernière élection, il y a 7 mois, a été annoncé… la veille du vote ! C’est devenu un grand ami de Culbuto et l‘entendre critiquer un référendum dans l’est de l’Ukraine, voilà qui est déjà cocasse. Mais quand il le fait depuis la capitale de ce régime autoritaire… ça vire carrément à la bouffonnerie.

Notre « représentant de commerce » français a salué, « les réalisations considérables qui font de l'Azerbaïdjan une référence pour la région et même dans le monde ». Hollande est prêt à bouffer sa chemise pour cet ancien satellite de l’URSS au sous-sol plein de pétrole, mais son régime, lui, sent plutôt le gaz. Pour éviter les questions sur les droits de l’homme et afin que sa majesté Culbuto 1er soit plus à l’aise, le régime avaient arrêté quelques journalistes. Il ne faut pas en vouloir à Hollande d'être médiocre, il n’a réussi qu’à ramener des miettes de ce voyage à dominance économique, quelques accords signés en vue de la création d’une Chambre de commerce et d’industrie Azerbaïdjan-France, la fourniture d’autobus à la municipalité de Bakou et la vente de 50 locomotives, pas de quoi sauter au plafond. On sait aussi qu’il a essayé de vendre des éoliennes socialistes pour essayer d'exporter du vent.

En Georgie et en Arménie, il n’a pas pu placer son couplet anti-russe car ces deux pays sont amis avec Poutine. Inutile de dire qu’à part montrer sa bedaine et être allé en Arménie pour assister à un concert d’Aznavour, notre président est rentré bredouille de son voyage au Caucase. Il a quand même agrémenté ce voyage par quelques blagues à deux balles qui ne font rire que lui.

Quel gros lourd !

Quand Poutine se déplace, c’est du lourd

Poutine a rendu visite à son voisin chinois et au contraire de notre président, il n’y est pas allé pour brasser de l’air. Il a en effet signé un contrat de fourniture de gaz entre la Russie et la Chine pour un montant de 400 milliards de dollars sur une période de 30 ans. C’est le plus gros contrat jamais signé entre deux états.

Le russe Gazprom fournira en gaz la deuxième économie mondiale à partir de 2018, et le volume livré à la Chine gonflera progressivement pour atteindre à terme 38 milliards de mètres cube par an.

Poutine est en train de retourner contre les Occidentaux les armes.....du capitalisme et du libéralisme!!!! Ce contrat est colossal, mais surtout parce que ces ventes de gaz ne vont plus être payées en dollars mais en yuans ou en roubles. Car derrière la crise ukrainienne se joue surtout l’avenir du dollar comme monnaie mondiale et la domination américaine sur le monde (Voir : Il faut sauver le soldat Dollar ! ). Souvenez-vous de l’épisode du relèvement du plafond de la dette américaine, la Chine furieuse n’avait pas apprécié et avait indiqué qu’il était temps de désaméricaniser le monde…

Pendant que Hollande ramène quelques petits contrats insignifiants de sa tournée au Caucase, qu’il s’occupe de l’Ukraine et de l’Afrique, Poutine engrange les milliards. Au lieu de s'occuper des affaires géopolitiques notre président ferait mieux de s'occuper de ce qui nous intéresse nous français à savoir le chômage, la sécurité et le niveau de vie qui ne cesse de se détériorer. L'armée n'a plus un rond mais on s'engage à droite, à gauche.., il va falloir ressortir les fusils MAS 36 d’avant guerre.

La Russie menace l’Europe de couper le gaz

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev vient de mettre la pression sur l’UE évoquant la possibilité théorique d’une réorientation vers la Chine des exportations de gaz russe qui n’iraient plus vers l’Europe. La Russie a suffisamment de réserves pour livrer du gaz et à l’Europe et à la Chine. Mais si la situation avec l'occident se détériore, le gaz livré en Europe pourrait être envoyé en Chine.

Demain, la Russie ne dépendra plus financièrement de ses exportations de gaz vers les pays européens mais l’Europe dépend de ses importations. Si l'Europe veut remplacer le gaz russe par le gaz de schiste américain, il ne faut pas oublier qu'il n'existe pas de gazoduc traversant l’Atlantique. Il faut donc liquéfier le gaz US (ce qui est en cours mais pas encore achevé) puis transporter dans d'immenses bateaux méthaniers. Remplacer le gaz russe par une flotte entière de bateaux prendra des années, et nous coûtera surtout plus cher.

Nous sommes dépendants du gaz russe, puisque les Américains sont incapables aujourd'hui de livrer l'Europe. Victoire de Poutine et évidemment l’Union européenne se retrouve encore être le dindon de la farce de l’affrontement américano-russe pour le leadership mondial.

Aussitôt, notre ahuri, président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, vient d’écrire une lettre à Vladimir Poutine en disant : « Tant que se poursuivent les discussions à trois, entre la Russie, l’Ukraine et l’UE, les livraisons de gaz ne devraient pas être interrompues. Je compte sur la Fédération de Russie pour maintenir cet engagement. » Ou encore « il est impératif que toutes les parties continuent de s’engager de manière constructive dans ce processus, et se mettent d’accord également sur un prix qui reflète les conditions de marché », écrit Barroso pour qui cela « relève de la responsabilité de la compagnie russe Gazprom que d’assurer les livraisons des volumes requis comme prévu dans les contrats passés avec les compagnies européennes »…

Mais nos technocrates de Bruxelles auraient pu réfléchir avant d’aller allumer le feu en Ukraine, et il est évident que Vladimir Poutine nous fera payer au prix fort notre alignement stupide sur les positions américaines. Voilà, au bout d’un mois de crise ukrainienne, à quel jeu la grande puissance économique qu’est l’Europe, en est réduite : supplier Vladimir Poutine de ne pas couper le robinet de gaz.

Le coup fabuleux de Poutine qui a fait gagner 20 milliards à la Russie.

Avant la crise ukrainienne, environ la moitié des actions des entreprises énergétiques russes appartenaient à des investisseurs étrangers (US et Européens). Cela signifiait que presque la moitié des revenus de l’industrie gazière et pétrolière n’allaient pas dans les caisses de l’État russe, mais sur les comptes des « requins de la finance »

Avec la crise en Ukraine et en Crimée le rouble a commencé à chuter fortement, mais la Banque Centrale Russe n'a rien fait pour soutenir son cours. Il y a même eu des rumeurs faisant état que la Russie n'avait plus assez de réserves de devises. Ces rumeurs et les déclarations de Poutine, prêt à protéger la population russophone de l’Ukraine, ont conduit à une forte baisse des prix des actions des entreprises d’énergie russes. Les investisseurs occidentaux ont commencé à mettre en vente des actions avant qu’elles ne perdent toute valeur. Poutine a attendu toute la semaine, mais quand les prix des actions ont atteint le plancher, il a donné ordre d’acheter rapidement les actions à tous les Européens et américains .

Le temps que les requins comprennent qu’ils avaient été roulés dans la farine, il était déjà trop tard : les actions étaient entre les mains des Russes. Non seulement la Russie a gagné en ces quelques jours environ 20 milliards de dollars mais elle a aussi ramené à domicile les actions de ses entreprises. Maintenant, les revenus du pétrole et du gaz ne s’écouleront plus à l’étranger, mais resteront en Russie. Depuis le rouble se redresse de lui-même ainsi que la bourse de Moscou.

Leurs actions, qui rapportent des milliards de dollars, ont été rachetées en quelques minutes pour quelques centimes et ont laissé les investisseurs occidentaux sans revenus du pétrole et du gaz. L’histoire des marchés boursiers avait rarement vu une opération aussi brillante.

L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

Ce n’est pas une 2ème guerre froide à laquelle nous assistons entre les USA et la Russie. Elle n’est pas idéologique mais économique et les américains pour arriver à leurs fins ne font pas dans le détail. Ils ont financé depuis 2009 à coup de milliards de dollars des groupes néo-nazis pour s’accaparer l’Ukraine. Le dessein des États-Unis est en effet de faire main basse sur le potentiel gazier de cet ancien satellite de l’URSS qui fournirait l’Europe en gaz (complété par du gaz américain), à la place de la Russie, en attendant qu’eux-mêmes soient capables de livrer complètement leur gaz de schiste à l’Europe.

Pour arriver à leur but, il faut que l’Ukraine se mette rapidement à produire son propre gaz, en partenariat avec les majors pétrolières américaines, et qu’elle rejoigne le bloc européen. Les États-Unis ont accompagné l’Ukraine vers sa libération de l’emprise russe et vers son indépendance énergétique. L’Ukraine avait signé en 2013 des accords avec Shell et Chevron les autorisant à exploiter les gisements de gaz de schiste de Yuzovska et d’Olesska. La crise a débuté lorsque le président Ukrainien Viktor Ianoukovitch, a fait une volte-face politique en préférant la Russie à l’UE.

Mais depuis que l’occident a poussé Ianoukovitch vers la sortie, les affaires ont repris leur cours. L’Ukraine vient de confirmer la prochaine signature d’un contrat de production avec un consortium dirigé par ExxonMobil (appartenant à Rockfeller) sur l’exploitation du champ pétrolier et gazier Skifska, en mer Noire, un projet de 10-12 milliards de dollars. Grande perdante : la société russe Lukoil, qui n’a pas été retenue. Comme par hasard, le fils de Joe Biden (vice-président américain) vient d’obtenir un poste au conseil de direction de la plus grande firme gazière de l’Ukraine !

Les pays européens sont en récession, croissance 0 aux USA, les américains mis en difficulté par la Chine, lorgnent maintenant l’Europe comme principal marché d’exportation pour leur gaz.

Comment déloger la Russie de sa place de premier fournisseur ? En cassant les prix, pour commencer, car le gaz russe est facturé très cher à l’Europe. Mais avant cela, il s’agit de couper le cordon énergétique entre l’Europe et la Russie. Pour ce faire, il faut que l’Ukraine se mette rapidement à produire son propre gaz

Tout comme en Irak, en Afghanistan et en Libye (et peut-être un jour en Iran et au Venezuela?), les majors américaines arrivent en terrain conquis là où Washington a préalablement déblayé le terrain en changeant le régime.

Hollande, l ‘économiste devrait prendre des leçons

Finalement, les accords de commerce entre l’Europe et la Russie sont à peine entamés par les sanctions prises par l’UE. Les entreprises françaises ne tiennent pas compte des sanctions que Hollande a prise, obéissant à son ami Obama. Ainsi EDF et Total coopèrent étroitement pour la fourniture de gaz avec Gazprom. Au forum de St Pétersbourg, Total vient de signer un accord avec Lukoil pour une nouvelle exploration du pétrole de schiste en Sibérie. JCDecaux vient de s’associer au leader russe de l'affichage, tandis que Poma et Recylex ont lancé des partenariats inédits en vue de construire des usines locales (de remontées mécaniques et de recyclage de batteries).

Parallèlement, Fabius a tenu le 13 mai dernier, à la Brookings Institution à Washington, d'étonnants propos sur la marche du monde. Il a souligné la nécessité pour l'Occident de ne pas se détourner de pays comme la Russie ou la Chine : « Ces pays jugent l'ordre international déséquilibré en faveur de l'Occident. Nous pouvons ne pas être d'accord, mais nous devons tenir compte de leur sentiment. »

Hollande et Sego viennent-ils de s’apercevoir que les américains voulaient nous fourguer du gaz de schiste, ça c’est pas bon pour être réélu en 2017.

Hollande se détournerait-il des positions américaines? On aimerait y croire. Aurait-il eu une illumination ?

Voir les commentaires
1 2 3 > >>