Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Capitaine Enzo

Il faut sauver le soldat Dollar !

25 Avril 2014 , Rédigé par Capitaine Enzo Publié dans #Les Banksters

Il faut sauver le soldat Dollar !

Hollande a essayé d’en mettre plein la vue au président chinois XI Jinping en le recevant avec faste au chateau de Versailles, mais son manque de neutralité et sa soumission à la politique des Etats-unis, font que la France n’est pas considérée comme un bon interlocuteur. La seule chose qui intéresse les chinois, c’est faire du commerce et la France, c’est un petit client et un minuscule fournisseur. Non le véritable partenaire de la Chine, c’est l’Allemagne. La preuve, Xi Jinping a frappé un grand coup en matière de diplomatie économique, il a proposé à Angéla Merkel de recréer entre les deux pays une nouvelle « route de la soie », une ligne de chemin de fer entre Duisbourg, le plus grand port intérieur du monde, une plaque tournante du transport de l'Europe et centre de l'industrie de l'acier de la Ruhr en Allemagne et Shangai. Ce projet, s’il se réalise ne va pas être du goût des américains qui ont buté pour trouver un accord commercial avec la Chine. Les Etats-unis risquent aussi de perdre leur hégémonie monétaire, car la Russie, la Chine et les BRICS viennent d’annoncer qu’ils allaient abandonner le dollar comme monnaie d’échange dans leurs transactions commerciales. C’est la réponse du berger à la bergère, Poutine a trouvé un moyen de répondre à Obama et aux sanctions économiques prises par les occidentaux et l’Europe obéissante. Le commerce mondial , grâce au paiement en dollars, est l'un des piliers de la puissance économique de l'Amérique, car elle crée une demande importante pour la devise américaine, ce qui permet aux États-Unis d'accumuler d'énormes dettes à peu de frais. Est-ce la fin d’une devise devenue une monnaie de singe, depuis qu’elle n’est plus indexée sur l’or ?

Depuis le début de la crise en Crimée et en Ukraine, les médias traitent tous du sujet des sanctions contre la Russie. Ils donnent tous la même conclusion, la Russie va être asphixiée économiquement et va devoir lâcher prise. Et si c’était l’inverse, et si l’Ukraine n’ était qu’un prétexte pour Obama pour faire une guerre économique à la Russie en se faisant aider par l’Europe occidentale particulièrement docile en ce moment. Mon avis est que Washington semble enfermé dans une idéologie de sabotage économique, de confrontation et de guerre pour maintenir son hégémonie mondiale défaillante.En effet depuis qu’Obama est à la Maison blanche, de plus en plus de pays montrent des signes d’opposition à la domination américaine. Depuis qu’ils sont devenus « amis », le manque de fermeté de sa majesté Culbuto 1er déteindrait-il sur le président américain? Les écoutes par la NSA dont ont fait l’objet Dilma Roussef et Angela Merkel, la main-mise sur Internet et surtout les sanctions prises par la communauté occidentale contre la Russie à propos de l’Ukraine, font réagir les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) qui préparent une riposte qui risque faire trés mal à l’amérique et indirectement à l’Europe.

Le plan Soros a des ratés

Georges Soros est un milliardaire américain d’origine hongroise qui a fait sa fortune avec l’aide de Rothschild et qui est resté célèbre pour avoir fait sauter la Banque d’Angleterre en 1992. En 1993, il fonde l'Open Society Institute, devenue Open Society Foundations en 2010, dont l'objectif affiché est de mettre son nez dans les démocraties. Il s’est fait une spécialité, intervenir notamment dans les pays de l'ancienne Union soviétique. Il est considéré comme le financier qui a soutenu les mouvements qui ont chassé le président ukrainien en mars dernier. Sa fondation est aussi intervenue en France, en 2009, Soros a financé une étude sur le contrôle au faciès en France menée par des chercheurs du CNRS ! En 2011, il a financé une étude controversée sur des discriminations dont seraient victimes les musulmans de Marseille. En 2012, sa fondation a fait un don de 35 000 euros au Collectif contre l'islamophobie en France.

Ce milliardaire, oligarque et activiste vient de publier un plan pour pousser les Etats-unis à punir la Russie pour ses actions en Crimée et en Ukraine. Il demande à Washington d'ouvrir ses réserves stratégiques de pétrole afin de faire baisser le cours du pétrole brut et nuire à l’économie russe. La Russie, dit-il, a besoin de vendre son baril au prix minimum de 100 dollars pour équilibrer son budget. Ce qu’il oublie c’est que les réserves américaines qui sont de 696 millions de barils ne représentent que 8,42 jours de la production mondiale qui est de 84 millions par jour. La Russie est aujourd’hui le 1er producteur mondial avec environ 10,9 millions de barils de pétrole par jour, de sorte que même si les États-Unis libèrent toute leur réserve,ce ne sera pas très gênant, d’autant qu’avec les stocks de devises que possèdent les russes, une telle démarche s’avèrera totalement inutile.

Attention au retour de baton

La Russie vient de lâcher une bombe, en annonçant que tout son commerce ne se ferait plus en dollars, y compris ses ventes d’hydrocarbures qui seront à l’avenir monnayées en roubles ou dans la monnaie locale de ses partenaires commerciaux. C’est un marché annuel de 1000 milliards de dollars qui vont échapper aux Etats-unis. Ainsi lorsque la France achète du gaz russe, elle est obligé d’acheter des dollars pour payer la facture. Cette méthode est une véritable aubaine pour les Etats-unis qui fabriquent du billet vert à tout va.

Depuis la création de la Fed (Banque centrale américaine), en 1913, les États-Unis ont dévalué le dollar de plus de 95 % et elle a été de 85% depuis qu'ils ont désolidarisé le dollar de l'or en 1973. Comme le disait si bien de Gaulle en parlant des américains : « ils peuvent se permettre d´acheter tout ce qu´ils veulent avec du vent !! Il leur suffit de faire marcher la planche à billet ».

Mais un vent de révolte souffle, les américains risquent de perdre leur suprématie monétaire car la Russie n’est pas seule, avec elle la Chine, le Brésil, l’Inde et l’afrique du sud (BRICS) viennent d’annoncer qu’ils allaient également abandonner le dollar comme monnaie d’échange dans les transactions commerciales. C’est la réponse du berger à la bergère, Poutine a trouvé un moyen de répondre à Obama et aux sanctions économiques prises par les occidentaux et l’Europe obéissante. Le commerce mondial , par son ampleur, est l'un des piliers de la puissance économique de l'Amérique, car il crée une demande importante de devise américaine, ce qui permet aux États-Unis d'accumuler d'énormes dettes sans risque. Et derrière les BRICS, il y a les pays associés (Iran, Mexique, Nigeria, Venezuela, Azerbaïdjan, Argentine, Viêt Nam, Syrie, Turkménistan, Pérou, Ouzbékistan,...) qui envisagent aussi de suivre le mouvement. L’ensemble de ces pays représente aujourd’hui au moins 35 millions de barils jour sur une production mondiale de 84 millions/jour).

La Russie et ses alliés ont de gros atouts

La société Rosneft, le plus gros pétrolier russe a récemment signé une série de gros contrats d’exportations de pétrole vers la Chine ainsi qu’un "accord jumbo" avec l’Inde. Dans ces deux contrats, le dollar est absent.L’Iran est sur le point de vendre à Rosneft 1 demi million de barils de pétrole iranien par jour pour le vendre sur le marché mondial. Il n’est pas sur que les sanctions américaines et européennes, dictées par Obama, soient une bonne idée. Les représailles russe sont déjà génantes pour Washington, mais si d'autres pays producteurs et consommateurs de pétrole décident de suivre l'exemple de la Russie, cela va être trés lourd de conséquences pour l’économie américaine.

D’autre part, Sergueï Glaziev, conseiller de Poutine et Alexei Ulyukaev, le ministre russe de l'économie, viennent d’annoncer que Moscou pourrait liquider toutes ses réserves de change libellées en dollars.

Deux chefs d'états ont essayé de se passer du dollar, Sadam Hussein et Khadafi, on sait ce qu'ils sont devenus. En revanche, là c'est une autre paire de manche avec la Russie et la Chine notamment, qui détient la majorité de la dette américaine.

Chine et Brésil vont exclure le dollar de leurs échanges bilatéraux

Le gouvernement chinois travaille sur «l'internationalisation» du yuan. D’ores et déjà la monnaie chinoise représente 12% des transactions du commerce mondial et ce n’est pas fini. Jusqu'à présent, la Chine avait eu un succès limité, mais avec l’accord qu’il vient de signer avec le Brésil et la taille des échanges, la monnaie chinoise prend de plus en plus d’importance. Les importations de Chine vers le Brésil représentent 45 milliards par an tandis que les exportations du Brésil vers la Chine sont de 36 milliards pour la même période. Il est évident qu'il n'y a pas besoin d'utiliser une monnaie tierce, comme le dollar américain.

Les Chinois préparent un mouvement contre le billet vert?

Le mois dernier, la Chine a ouvert deux centres pour traiter les flux commerciaux en yuans, un à Londres et l'autre à Francfort. La banque centrale chinoise est en train de transformer toutes ses réserves d’or en barres de 1 kg ,ce qui d’après les spécialistes est le signe annonciateur avant d’émettre une nouvelle monnaie "convertible à l’or". La Chine a besoin de donner confiance à ses partenaires commerciaux pour qu’ils acceptent des transactions en yuans. Tous les nouveaux accords commerciaux qu’elle vient de signer avec la Russie, le Japon, le Chili, le Brésil, l’Inde et l’Iran sont traités en Yuans.

Selon le Département du Trésor américain, la Chine est le plus grand propriétaire étranger de bons du Trésor US et elle détient également près de $ 3,5 trillions d’ actifs libellés en dollars (soit 3,5 millions de millards de dollars). C’est le plus gros détenteur de la dette US et les sénateurs américains sont furieux de cette situation.

La Chine cherche à la création d’un «monde de-américanisé " , elle a de nombreux atouts pour cela.

Une nouvelle monnaie pour les BRICS

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud) viennent d’annoncer le lancement d’une nouvelle monnaie basée sur l’étalon or. Elle sera composée d’un panier de leurs monnaies locales et sera utilisée pour le commerce international et pour transformer leurs réserves en dollars par cette nouvelle devise. Le remplacement des dettes nationales dans cette nouvelle monnaie devraient recevoir un bon accueil partout dans le monde en raison de sa convertibilité en or. Les BRICS et les états qui voudront les rejoindre ont prévu de créer également un nouveau système de règlement des paiements internationaux, remplaçant les échanges SWIFT et IBAN.

Cette monnaie va briser l’hégémonie de la devise américaine, sans valeur, et aussi la dictature de la BRI (Banque des règlements internationaux), la banque centrale de toutes les banques centrales. La BRI est une entreprise privée appartenant aux Rothschild, par ailleurs propriétaire de 52 banques centrales, dont celles de France, d’Angleterre et des Etats-unis. La BRI, formée en 1930 pour contrôler le système monétaire mondial, est connue pour tenir une demi-douzaine de réunions secrètes par an, en présence de l’élite du monde, afin de décider du sort des pays et des populations. Sa disparition ne serait pas une perte.

La route de la soie entre l’Allemagne et la Chine

Il semble que l’Allemagne soit moins inféodée que la France. Angela Merkel a convaincu les chinois de choisir Francfort plutôt que Paris ou Luxembourg. La Bundesbank vient de signer un accord pour créer un centre de compensation et de règlement pour les paiements de yuans à Francfort. L'Allemagne est le premier partenaire commercial de la Chine en Europe avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 161 milliards d'euros. Il est évident que ce n'est qu'une question de temps, mais Pékin va pousser les échanges commerciaux entre l'Union européenne et la Chine, du dollar américain vers le yuan chinois. La France avec son super négociateur Hollande a encore raté le coche. Au lieu d’être à la remorque d’Obama, il ferait mieux de prendre l’exemple sur Angela Merkel et de défendre son pays.

L’accord entre la Deustche Bundesbank et la Banque populaire de Chine est la confirmation que les deux pays poussent à se débarrasser du dollar dans le commerce UE-Chine. Mercedes vient d’emprunter 500 millions de yuans sur le marché chinois, d'autres entreprises européennes vont suivre.Tout cela montre que la monnaie chinoise a un bel avenir en Europe, tandis que l'influence du dollar dans le vieux monde disparaît rapidement.

Xi Jinping vient de proposer à l’Allemagne de restaurer l’ancienne « Route de la soie ». Depuis 2011, une petite partie du fret passe par une ligne de chemin de fer de 11 000 kms partant de Shangai pour arriver à Duisbourg (Chongqing-Xinjiang-Duisburg), le plus grand port fluvial au monde en Allemagne. Cette ligne qui dessert l’intérieur de la Chine, traverse le Kazakhstan, la Russie et la Pologne avant d’arriver en Allemagne. Chinois et allemands voudraient dynamiser l’industrie et les échanges le long de cette voie ferrée. Peu utilisée encore, cette voie ferrée permet le transport de containers en 15 jours au lieu de 40 à 50 jours par voie maritime. Le président chinois Xi a rencontré le prince héritier Salman Bin Abdulaziz Al Saud à Pékin et a demandé à l'Arabie saoudite de participer à la construction de cette ceinture économique de la Route de la Soie (elle traverse en effet des pays de confession mulsulmane), de même qu’il a reçu l’accord du Kazakhstan. Pour promotionner cette « route », le président chinois a effectué, depuis sa prise de fonction en mars 2013, de nombreuses visites en Russie, au Turkménistan, au Kazakhstan, en Ouzbékistan et au Kirghizistan. Tous ces pays longent le projet de la Route de la Soie.

Il existe trois centres commerciaux potentiels: Londres, la Suisse et Francfort. Il est clair que les trois plus grands centres financiers européens misent sur l'ascension du yuan et qu’il est clair que le dollar pourrait perdre son statut actuel de la monnaie de réserve mondiale.

Et la France dans tout cela ?

La France a encore loupé le coche. Hollande était pourtant tout fier d’annoncer une pluie de contrats pour 18 milliards d’euros lors de la visite du président chinois à Paris. Pas autant de contrats pour les Allemands... Pas besoin, les BMW et autres Mercedes se vendent très bien en Chine! Les échanges commerciaux entre l’Allemagne et la chine ont atteint l'an passé 161,5 milliards de dollars, ce équivaut au total du commerce du Royaume-Uni, de la France et l'Italie réunis avec la Chine.

Hollande et sa clique sont plus fort que les allemands, surtout en Com. La France vend à la Chine environ quatre fois moins de produits que l'Allemagne et surtout accuse un déficit de 26 milliards d'euros. On estime à 500.000 le nombre d'emplois créés en Chine grâce aux investissements français, contre seulement 15.000 en France grâce aux investissements chinois. Culbuto vient de négocier pour 18 Milliards de contrats, mais combien d'emplois créés en France?

Le contrat PSA Donfeng est une mascarade, il prévoit que l'Etat et le constructeur chinois déboursent chacun 800 millions d'euros. Cette somme de 800 millions de l'état français va permettre de créer des lignes de fabrication en Chine, mais pas en France, donc des emplois chinois sponsorisés par les contribuables français

Quant aux 70 Airbus pour 10 milliards de dollars, ils seront intégralement fabriqués dans l'usine chinoise Aviation Industry Corporation of China (AVIC), même chose pour les 1000 hélicoptères d'Airbus Helicopters qui seront fabriqués chez Avicopter (division hélicoptères du groupe AVIC). En plus, cela ne concerne que trés peu la France puisqu'Airbus est un consortium européen.

Pour Fabius la visite du président Xi Jinping en France a été extrêmement réussie: « elle a été retransmise sur toutes les télévisions chinoises, ce fut un succès tout à fait incroyable. Cela jouera sur un effet d'entraînement colossal. Il y a des choses à faire, notamment en Inde, au Brésil et dans tous ces grands pays ».

Il n’y a pas de quoi pavoiser, Hollande s’est approprié les contrats Airbus (une entreprise européenne) qui n’apporte rien à notre pays. On déroule le tapis rouge aux chinois parce qu’on est content de créer des emplois en Chine. Un bon contrat pour la Chine, des miettes et du chômage pour la France.

Si les saoudiens s’y mettent, c’est la fin des haricots

Le prince Bandar bin Sultan, chef du renseignement saoudien, avait offert de payer à Washington toutes les dépenses engagées de l'intervention contre la Syrie. Les saoudiens ont montré leur colère à Obama. Ils avaient poussé les américains à intervenir en Syrie, le guerrier français Culbuto était pourtant gonflé à bloc, mais voilà que les américains à trop réfléchir ont ouvert la voie à une négociation lancée par Poutine. Les saoudiens en veulent beaucoup aux américains. Il ne faut pas oublier que le dollar américain doit son statut privilégié dans le système financier mondial grâce aux producteurs de pétrole du Golfe persique qui vendent leur pétrole contre le billet vert et ensuite recyclent le produit en achetant des obligations du Trésor américain, c’est ce que l’on appelle les «pétrodollars».

L’attitude des américains en Syrie va peut-être être le début de la fin de l'ère des «pétrodollars» à en croire les dernières déclarations de la Maison des Saoud. Les Saoudiens ont une certaine influence économique et pourraient paralyser les finances des États-Unis. La plupart des avoirs étrangers de la banque centrale saoudienne sont en dollars et beaucoup en obligations du Trésor américain . Les saoudiens ont l’intention de diversifier leurs réserves de devises et d’investir davantage dans des actifs chinois et européens. L’Arabie saoudite va donc se débarrasser d’une partie de ses dollars. Leur diversification va se faire lentement, mais si à terme les «pétrodollars» disparaissent du commerce mondial du pétrole, le dollar est susceptible de perdre son statut de principale monnaie du monde.

La fin de l’hégémonie du dollar ?

La zone €uro, à la botte des Etats Unis, n’est jamais parvenue à imposer sa monnaie de manière significative. Le poids récemment acquis par la Chine donne une crédibilité à sa politique monétaire, et la Russie a tout à fait intérêt à prendre le train qui démarre. Il n’est pas sur que le pari de Poutine et de Xi Jinping réussisse, mais en tout cas c’est une brèche importante dans la monnaie américaine. L’ Union Européenne a t-elle choisie le bon camp en défendant le dollar, je crains fort qu’elle ne soit la cocue dans l’histoire.

Pourquoi s’offusquer d’une telle décision ? Pour quelle raison le dollar serait l’unique monnaie pour le commerce mondial. Chaque pays a bien le droit de se faire régler ses exportations dans la devise de son choix.

Les américains sont persuadés que leur politique monétaire égoïste ne doit pas être modifié pour des raisons de stabilité économique mondiale. Pourtant la crise des Subprimes de 2008 est bien partie de chez eux. Les pays émergents ont des moyens de forcer les États-Unis de prendre en compte leurs intérêts, par exemple, le gouvernement américain ne doit pas oublier que les pays émergents détiennent d'énormes portefeuilles de bons du Trésor des États-Unis. Le yuan gagne en popularité et pourrait devenir une nouvelle monnaie de réserve mondiale. En 2010, il n'y avait pratiquement pas de transactions en yuan dans le commerce mondial, aujourd’hui c’est plus de 12% des transactions internationales.

Actuellement le Brésil est en tête de ligne pour briser l’hégémonie sur Internet (Conférence de Sao Paulo), les autres pays des BRICS sont en train de dé- américanisé le monde en un nouvel ordre mondial. Ce n’est pas celui dont les illuminati révaient.

Ainsi le pouvoir mondial va peut- être changer de mains: de la puissance des Illuminati basée sur la haute finance à celle des Triades Chinoises ,basée sur le crime organisé!

D’un marchand d’esclaves à un autre !

Et si demain le monde est dirigé par la Chine, la Russie et l’Iran ?

Et si tout simplement, cette guerre financière, qui ne répand aucune goutte de sang, nous amenait à nous libérer des griffes de la dépendance des États-Unis et de l’OTAN et débouchait sur un nouveau système « la renaissance des États souverains ».

Partager cet article

Commenter cet article

Djef Bernier 29/04/2014 05:52

Voilà une chute qui plaîrait à Marine. En ce moment le mainstream est à ta remorque avec les développements de la fronde anti dollar. Il me semble qu'après le premier président noir ils vont élire le premier président femme, comme nous :-)

Djef Bernier 29/04/2014 18:26

On rigolerait d'avoir vu tant de masques tomber ? Le premier enculé de France, çà a de la gueule effectivement.

capitaine Enzo 29/04/2014 15:18

Nous c'est déjà fait, nous avons un président femme, Après Valérie, c'est maintenant Ségogole qui dirige le pays. Grotoumou a toujours été influencé, pour le mariage gay il y a eu beaucoup de pédales de gauche pour lui donner conseil. Non la grande nouveauté, ce serait un président gay avec un 1er Monsieur de France. On rigolerait pour certaines visites officielles en Russie ou en afrique.

chris 28/04/2014 18:57

Pratiquement effroyable !!!!...mais bon , il vaut mieux savoir plutot qu' ignorer et etre persuadé de vivre dans un nuage rose ...effroyable ce nom : Rothschild et celui - ci aussi : triade !!!
Je me sens aussi en danger qu' une fourmi dans une allée du parc de Versailles en plein mois d' aout...
Comme toujours , excellence de l' information....

capitaine Enzo 28/04/2014 19:06

Il y a bien un moyen de s'en sortir, c'est le sujet de mon prochain papier. Ca demande des changements profonds. L'exemple de l'Islande en est un. Ils ont refusé de renflouer les banques et de payer les dettes. Les banquiers islandais ont été déférés devant les tribunaux, pas comme aux USA, où pas un n'a été inquiété. L'idéal quand c'est de faire comme les amerloques, fabriquer des billets quand on en a envie.
Amitiés.

NOURATIN 27/04/2014 18:56

Bien sûr, un jour ou l'autre le dollar perdra sa position mais cela devrait se faire très progressivement, nul n'ayant intérêt à brutaliser les choses. Les leaders du monde actuel, le Chinetoque, Merkel et Poutine, c'est à dire les gens qui comptent, sont bien obligés de s'entendre. Obama lui, disparaîtra dans deux ans dans la trappe à oubli des mauvais dirigeants. De celui qui lui succèdera dépendra largement l'évolution des choses.
En tout cas, de Gaulle et son pote Rueff, doivent se retourner dans leur tombe en entendant à nouveau parler d'étalon or. Si on les avait écoutés...
Amitiés.

NOURATIN 27/04/2014 18:56

Bien sûr, un jour ou l'autre le dollar perdra sa position mais cela devrait se faire très progressivement, nul n'ayant intérêt à brutaliser les choses. Les leaders du monde actuel, le Chinetoque, Merkel et Poutine, c'est à dire les gens qui comptent, sont bien obligés de s'entendre. Obama lui, disparaîtra dans deux ans dans la trappe à oubli des mauvais dirigeants. De celui qui lui succèdera dépendra largement l'évolution des choses.
En tout cas, de Gaulle et son pote Rueff, doivent se retourner dans leur tombe en entendant à nouveau parler d'étalon or. Si on les avait écoutés...
Amitiés.

capitaine Enzo 27/04/2014 19:32

Cela va se faire lentement, certainement, mais les américains avancent inéxorablement avec l'aide de leurs alliés européens.
Voici la liste des ennemis à terrasser établie par les américains en 2000 (Afghanistan, Irak, Soudan, Libye, Cuba, Corée du Nord et Iran)
Toutes les banques centrales de ces pays appartenaient à l'état. Aujourd'hui en 2014, il ne reste plus que Cuba, la Corée du nord et l'Iran à avoir des banques centrales qui ne sont pas passées sous l'emprise de la FED et ses propriétaires Rothschild, Rockfeller, JP Morgan,...
Amitiés.